Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Polit-Buro.
  • Polit-Buro.
  • : Photos et commentaires des réunions du P.B. Lutte contre le complot des tristes et la morosité ambiante. Objectif: soutien de la viticulture française et des spiritueux.
  • Contact

Texte Libre

Recherche

17 juillet 2015 5 17 /07 /juillet /2015 06:35

L

es vacanciers ne sont pas au goût de la famille royale saoudienne! DesTRAVAUX de clôture sur une plage publique de Vallauris (Alpes-Maritimes), réalisés à la demande de famille royale saoudienne qui possède une propriété le long de cette plage, ont été interrompus mercredi à la demande de la préfecture, a indiqué cette dernière. La plage publique de Vallauris, dite de la Mirandole et où se situe la villa de la famille saoudienne, est uniquement accessible par un tunnel passant sous la voie ferrée. Celui-ci a été condamné par la famille royale, avant intervention de la police.

Tout commence enFIN DE SEMAINE dernière lorsque des ouvriers, employés par la famille saoudienne, coulent une dalle en béton sur la plage. «A priori cet aménagement a été réalisé afin d'installer un ascenseur permettant d'accéder directement à la plage depuis la villa», explique au Figaro la maire de Vallauris, Michelle Salucki. «Mais sans autorisation cet aménagement est complètement interdit. Nous avons alors envoyé le service urbanisme pour tirer au clair cette histoire bien que sur le domaine maritime ces questions relèvent de la compétence du préfet», ajoute-t-elle.

Mais deux jours plus tard c'est au tour d'une clôture d'être posée par les ouvriers employés par la famille royale. «Hier matin, nous avons été avertis de la pose d'une clôture. Celle-ci a été placée à la sortie de l'unique chemin, hormis l'accès par la mer, permettant de rallier cette plage. Une nouvelle fois aucun accord n'avait été conclu au préalable. J'ai donc saisi la préfecture et la police afin d'empêcher le scellement de cette grille et afin d'arrêter lesTRAVAUX», raconte la maire deVALLAURIS. «Evidemment, les riverains sont mécontents et n'acceptent pas d'être privés de ce confort», précise-t-elle.

La plage condamnée pour le séjour du roi

«Ces aménagements ont été entrepris prématurément sans attendre la fin des discussions en cours entre la France et les autorités saoudiennes concernant les conditions de sécurisation du séjour que la famille royale saoudienne envisage de faire bientôt à Vallauris», a indiqué Philippe Castanet, sous-préfet de Grasse. Une réunion de travail doit se tenir jeudi entre les autorités françaises et des émissaires du roi d'Arabie saoudite pour déterminer quel dispositif de sécurisation va être mis en place autour de la propriété. Toutefois, «la plage publique devrait être totalement interdite au public le temps du séjour de la famille royale», a expliqué le sous-préfet de Grasse.

«Il reste à déterminer comment la sécurité aux alentours de la villa sera assurée, par des vigiles privés ou des policiers, des grillages ou non, et à quel moment nous pourrons restituer au public, le plus vite possible, cet espace», a par ailleurs souligné M. Castanet. Autre complication dans le dossier, le lieu où la grille devait être posée appartient à la SNCF, propriétaire de la voie ferrée, qui n'a pas non plus, selon l'élue de Vallauris, été prévenue de cesTRAVAUX par le propriétaire de la villa. Ce n'est d'ailleurs pas la première fois qu'un tel acte est entrepris par la famille royale saoudienne. Comme le révèle Nice matin, un sentier avait illégalement été fermé par le roi Fahd.

Source : http://www.lefigaro.fr/

Repost 0
Published by Blad
commenter cet article
16 juillet 2015 4 16 /07 /juillet /2015 11:41
Dettes.
Repost 0
Published by Blad
commenter cet article
16 juillet 2015 4 16 /07 /juillet /2015 10:48

Après des années et des années de belles promesses électorales et de poses de premières pierres à grand tintouin la construction de l’Établissement d’Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes (EHPAD) de Leucate est enfin en route. On ne dira pas que la municipalité n’a pas eu le temps de réfléchir au projet !

Cet EHPAD est implanté à proximité du Village, tout près du Centre Commercial, sur le flanc Ouest du vallon du Rec de la Fontaine.

Le Rec de la Fontaine est un ruisselet temporaire issu de l’ancestrale « Fontaine de Loin » qui fut si longtemps la seule ressource en eau du Village; il est à sec la plupart du temps au point que seuls les anciens l’ont vu en eau. Mais en de rares occasions ce Rec se rappelle qu’il constitue l’exutoire des eaux de pluie ruisselant depuis une vaste portion du plateau de Leucate. Son bassin versant (voir la carte ci-jointe) couvre plus d’une centaine d’hectares.

Le 26 septembre 1992, pour la dernière fois, un violent orage, du genre bien connu en Languedoc sous le nom d’« épisode Cévenol », a noyé le plateau de Leucate sous un déluge tel que le Rec de la Fontaine s’est transformé en quelques minutes en un torrent dévastateur. Selon les archives Météo il est tombé ce jour-là en 3 à 4 heures un peu plus de 200 litres d’eau au mètre carré à Leucate (mais on peut faire mieux : ce même jour près de 300 litres au mètre carré sont tombés à Narbonne). Sur un bassin versant d’une centaine d’hectares, cela représente environ 200 000 000 litres d’eau qui vont devoir ruisseler vers l’étang en quelques heures. Ces chiffres donnent le vertige ; imaginons, pour fixer les idées, que toute cette eau (tombée en 3 heures) rejoigne l’étang en 5 heures à flux constant, le débit du Rec- unique exutoire- pendant ces 5 heures serait alors de 11 m3/s. Qu’est-ce que cette approximation -qui n’a qu’un sens d’ordre de grandeur- représente en pratique? Le dixième du débit de la Seine en été, et ça dans le lit d’un ruisselet qu’on peut sauter à cloche pied !

L’inondation provoquée en 1992 par cette crue qui a causé de nombreux dégâts aux habitations et commerces a été reconnue officiellement comme « Catastrophe Naturelle ». C’est un phénomène de fréquence « décennale » selon les spécialistes, on peut donc s’attendre à le voir se reproduire d’une année à l’autre puisqu’on l’attend depuis 23 ans à Leucate ! D’autres « épisodes cévenols » ont concerné le département de l’Aude depuis (1999 ou 2014 par exemple sont restés dans les mémoires) mais Leucate a alors été épargné.

A la suite de cet épisode de 1992 des travaux destinés à protéger le Centre Commercial ont été réalisés : un avaloir bétonné qui a été creusé dans le lit du Rec juste en amont du Centre Commercial est censé absorber la crue éventuelle et l’acheminer en souterrain jusqu’à l’étang, limitant ainsi les dégâts.

Nombre d’anciens Leucatois, voyant se construire l’EHPAD s’inquiètent énormément : les sols ont été très copieusement excavés si bien que toute la partie Nord du bâtiment est manifestement construite EN DESSOUS du niveau du sol naturel et du lit du Rec ! Les photos ci-jointes prises depuis la rue le démontrent sans ambigüité : la présence de l’avaloir, situé tout à côté de l'angle Nord de la construction, rappelle, s'il le fallait, la probabilité du risque d'inondation de ce lieu.

Comment le maire et les services techniques de Leucate ont-ils pu fermer les yeux sur les conséquences dramatiques à craindre lors d'un événement pluvieux dont la probabilité de survenance est décrite par les experts géologues du cabinet narbonnais comme « décennale » ?

Le terrain affecté à la construction de l’EHPAD était pour sa plus grande partie hors d’atteinte de l’eau ; pourquoi en avoir abaissé le niveau de un à plusieurs mètres au prix de coûteux terrassements ?

Serait-ce pour disposer de terres de remblai en quantité suffisante pour réaliser le terrain de football ? Où le futur chantier de l’éventuel Supermarché de Port Leucate ?

Serait-ce pour ménager certains privilégiés dont la vue sur l’étang et la mer aurait pu être gênée par une nouvelle construction un peu trop élevée?

Encore une fois faudra-t-il attendre la démonstration de Dame Nature et devoir évacuer d’extrême urgence (en quelques minutes, vue la rapidité de montée des eaux dans ce vallon du Rec) quelques dizaines de personnes dépendantes et à mobilité restreinte ?

Faut-il admettre le risque de perte de vies humaines au motif d'une exigence urbanistique complaisante ?

Source : http://leucatepourtous.blogspot.fr/

UN EHPAD LES PIEDS DANS L’EAU ?
UN EHPAD LES PIEDS DANS L’EAU ?
Repost 0
Published by Blad
commenter cet article
15 juillet 2015 3 15 /07 /juillet /2015 17:34

"L’histoire viticole de la Bolivie remonte à 1548 avec l’arrivée des conquérants espagnols et n’est pas sans rappeler celle de ses voisins sud-américains"

L’arrivée depuis le Pérou en bus a été éprouvante avec ces quelques 32 heures de trajet sur des routes plus chaotiques les unes que les autres !
Arrivés à la Paz, la capitale du pays qui culmine à 3.660 mètres d’altitude, impossible de retrouver une respiration normale. Mon crâne va exploser. Il me faudra rester couché deux jours dans le noir pour reprendre pied…on ne rigole pas avec le mal aigu des montagnes.

"Vinos de Altura"

Remis, nous prenons l’avion direction la vallée centrale de Tarija (1), au sud, où 2.400 hectares de vignes nous attendent, perchés entre 1.600 et 2.150 mètres d’altitude. Une topographie viticole unique au monde et baptisée Vinos de Altura par l’organisation Wines of Bolivia pour leurs campagnes de communication et de promotion : tous les vignobles du pays sont cultivés entre 1.600 et 3.000 mètres au dessus duNIVEAU DE LA MER !

Photo : Ludovic Pollet

Par conséquent – et bien que les vignes soient situées entre le 17º et le 22º parallèle au sud de l’équateur – le climat y est tempéré et semi-aride et permet la production de vin de qualité.
UneAUBAINE également pour le développement de l’oenotourisme dans la région, via des randonnées et des excursions couplées à des visites de caves.

Une viticulture héroïque

Nous avons justementRENDEZ-VOUS pour une promenade dans le vignoble avec José Luis Aguirre, gérant du domaine familial Casa Real, l’un des six acteurs majeurs du pays (2).
Face à nous, d’anciens lacs du Jurassique s’étendant à perte de vue ont laissé place à des étendues lunaires d’une rare beauté.

"À Tarija, la viticulture est héroïque", nous explique José Luis. Car l’érosion des sols est importante et les conditions de travail sont rudes. Aussi bien pour l’homme, avec la chaleur accablante et la topographie morcelée des sols, que pour les machines, qui ont bien du mal à se frayer un chemin.
Rendez-vouscompte, ajoute-t-il, la luminosité est telle dans cette partie du monde que le resvératrol (3) y est plus important qu’usuellement dans le pinot noir (supposé être le cépage qui en contient le plus !).

Résultat, le domaine s’est concentré sur la production de vins effervescents très qualitatifs, comme la cuvée Altosama NV, assemblage de chardonnay, pinot meunier, pinot blanc, muscat et xarel-lo, que nous avons eu le plaisir de goûter lors du déjeuner.

Du vin de messe à la modernité

L’histoire viticole de la Bolivie remonte à 1548 avec l’arrivée des conquérants espagnols et n’est pas sans rappeler celle de ses voisins sud-américains (4). Bien loin des vins de messe de l’époque, le pays est aujourd’hui tourné vers une production de vins tout en finesse et qui se gardent parfois très bien. Comme au domaine La Concepción, où Claudia Morales, la propriétaire des lieux, nous a organisé une dégustation de vins du millésime 2006 au milieu des vignes.

Sa cuvée Cepas de Altura Syrah 2006 est remarquable. "Ici le terroir est merveilleux et l’on a tous les ingrédients pour faire de grands vins. Le seul problème, c’est le vol de raisins la nuit pendant les vendanges. Il nous faut être vigilants. Il y a encore quelques années, on pouvait perdre jusqu’à 50% de la récolte à cause de ce fléau !", nous confie Claudia.

Quelques autres jolis vins boliviens dégustés : le Cabernet Sauvignon 2012 de Kohlberg, la délicieuse cuvée Juan Cruz Tannat 2012 du domaine Aranjuez ; la cuvée Colección de Altura 2010 (assemblage de petit verdot, tannat et malbec) de Campos de Solana ou encore le Cabernet Sauvignon 2010 du domaine Sausini.


Chuflay ou Singani Sour ?

S’il y a bien un vignoble où l’on poserait ses valises le temps d’un week-end, c’est chez Sausini, le domaine de Mario Hinojosa Antezana, à une heure de Tarija. Tel un conquistador, Panama vissé sur la tête, la barbe bien taillée, chemise en lin blanc impeccable, cigare dans une main et canne dans l’autre, Mario nous attend, fier, sur le perron de la maison familiale qui jouxte le domaine. "L’endroit est rustique et nous faisons ici un travail de paysans", nous dit-il en souriant.

Le domaine est minuscule. Il nous suffit d’ailleurs de quelques pas pour passer du vignoble au jardin, où nous rencontrons deux magnifiques perroquets, aussi bavards que curieux.
La visite terminée, place à l’apéritif. Un mot sacré qui rime ici avec Singani (5), l’eau-de-vie traditionnelle, élaborée à partir de la distillation du vin de muscat d’Alexandrie, aux parfums caractéristiques de pelure d’orange.

Décliné en plusieurs cocktails à l’heure du déjeuner, comme le Chuflay (servi sur glace avec du ginger ale ou du Canada Dry) ou le Singani Sour (base de jus de citron et de bitter). Prenez garde à ne pas abuser de cette délicieuse boisson qui se boit mieux que du petit lait ; au risque de devoir vous plier à une autre coutume locale : celle d’une courte sieste salvatrice...

WineExplorers’ment votre,
JBA

Mercià Sergio Prudencio Navarro de Wines of Bolivia pour son aide précieuse et la formidable organisation de notre séjour, ainsi qu’aux domaines Casa Real, La Concepción, Kohlberg, Aranjuez, Campos de Solana et Sausini pour leur accueil chaleureux.

(1) Avec un total de 3.000 hectares, la Bolivie compte de nombreuses vallées où le vin est produit : la vallée centrale de Tarija avec 2.400 hectares de vignes (1.600 – 2.150 mètres d’altitude) ; la vallée de Los Cintis avec 300 hectares (2.220 – 2.414 m d’altitude) ; la vallée de Santa Cruz avec 100 hectares (1.600 – 2.030 m d’altitude) et divers vallées à Potosí, La Paz et Cochabamba, avec près de 200 hectares entre 1.600 et 3.000 mètres d’altitude.
(2) Le pays compte une centaine de domaines, dont 6 acteurs majeurs.
(3) Le resvératrol est un polyphénol de la classe des stilbènes présent dans certains fruits comme les raisins, les mûres ou les cacahuètes. On le retrouve en quantité notable dans le vin où sa présence a été évoquée pour expliquer les effets bénéfiques pour la santé d’une consommation modérée de vin.
(4) Cf. articles précédents sur le Mexique et le Pérou
(5) Les Singani des domaines Casa Real, La Concepción et Sausini sont particulièrement délicieuse.

Source : Jean-Baptiste Ancelot - WINE Explorers.

Mots-Clés : WINE Explorers

À voir aussi

Le Pérou, un terroir incontestable en terre Inca

Le Mexique, pionnier des Amériques - Partie 2/2

Le Mexique, pionnier des Amériques - Partie 1/2

Portrait : John Barbier, le cuisinier-vigneron du Colorado

Wine Explorers : où en sont-ils ?

La face cachée des Etats-Unis - Partie 2/2

Next

Recevoir une alerte

Ajouter à mes articles

Envoyer par email

Imprimer

Vous avez apprécié cet article ?

0
inShare

Soyez le 1er à commenter cet article !

à venirLes Grandes Tablées du saumur-champigny

Organisé du 05 au 06 août 2015

à venirFoire aux Vins de Colmar 2015 : l’événement à ne pas rater !

Organisé du 05 au 16 août 2015

à venirSalon "Bulles au Centre"

Organisé le 19 juil. 2015

à venirSaint-Emilion Jazz Festival

Organisé du 17 au 19 juillet 2015

TOUS LES RENDEZ-VOUSSuivez les événements de votre région »

Carnet de voyage par Wine Explorers

Faites le tour du monde des vins avec Wine



En savoir plus : http://avis-vin.lefigaro.fr/vins-du-monde/carnet-de-voyage/o119204-la-bolivie-a-mi-chemin-entre-ciel-et-terre#ixzz3fz1KUMGW

Repost 0
Published by Blad
commenter cet article
14 juillet 2015 2 14 /07 /juillet /2015 11:15

« Le Bouissel » cuvée 2011, primé comme l’un des meilleurs vins rouges au monde.

La Revue Decanter a primé un Fronton du Tarn-et-Garonne comme meilleur vin du monde dans la catégorie rouge avec un Bourgogne…son nom « Le Bouissel » cuvée 2011. Bravo à la famille Selle pour son nectar.

Nicolas et Pierre Selle du château Bouissel © decanter.com

Ce qui a été récompensé lors de ces « world wine awards Decanter 2015″ à Vinexpo, c’est le choix des cépages Syrah, Négrette et Malbec savamment assemblés (50% Négrette, 25% Syrah et 25% Malbec) pour donner cette cuvée d’une typicité incroyable. Bien qu ils font un très beauTRAVAIL, les Salle, ces vignerons du Tarn-et-Garonne, auteurs de cet exploit n’en reviennent toujours pas.

« C’est une parcelle importante, c’est une des premières Syrah que mes parents ont planté sur le vignoble et à cette époque là (dans les années 80), lorsqu’ils ont planté cette vigne, ils ne se doutaient pas de l’importance que ce cépage allait avoir dans l’assemblage des vins, qualitativement et surtout pour avoir une typicité et du mordant pour le vin. » confie le fils Nicolas Selle. Ces vignes sont plantées sur la 3ème terrasse du Tarn, sur un terroir de graves et de boulbènes graveleuses. Les 20 ha sont constitués de ces sols peu répandus en Fronton.

C’est un travail de longue haleine, c’est unTRAVAIL réfléchi et préparé depuis longtemps. C’est un petit peu comme un grand sportif, il faut faire des efforts, des sacrifices pour être récompensé aujourd’hui. » Pierre Selle, château Bouissel.

Pour être tout-à-fait juste, trente-cinq vins ont été primés lors de Vinexpo Bordeaux dont huit viennent de France deux rouges, deux rosés et quatre blancs, dont un Champagne.

Les deux vins rouges sont de Fronton (Château Bouissel) et de Bourgogne (Domaine de la Vougeraie). Les deux rosés de Provence (Château la Tour de l’Evêque et Château Salettes). Quant aux blancs, un d’Alsace (Paul Ginglinger), un de Bourgogne (Mâcon-Villlages), un de Bordeaux (Château Brown) et un Champagne (Piper-Heidsieck 2006).

Ce Bouissel 2011 dévoile une belle robe rubis très intense aux reflets violacés. Arômes intenses et complexes de petits fruits noirs et rouge, d’é

pices (réglisse et poivre) et de fleurs VIOLETTE et pivoine). C’est un vin puissant, harmonieux, au volume important et aux tannins fermes et enrobés. Et quelle finale…comme le bouquet final d’un feu d’artifices !

Pour en savoir plus sur l’article de Decanter

Pour aller plus loin sur le savoir-faire du Château Bouissel

Regardez le reportage de Odile Debacker et Juliette Meurin deFRANCE 3 Midi-Pyrénées

Source : http://france3-regions.blog.francetvinfo.fr/ Jean-Pierre Stahl

Repost 0
Published by Blad
commenter cet article
13 juillet 2015 1 13 /07 /juillet /2015 17:42
Repost 0
Published by Blad
commenter cet article
13 juillet 2015 1 13 /07 /juillet /2015 05:01
A méditer.
Repost 0
Published by Blad
commenter cet article
12 juillet 2015 7 12 /07 /juillet /2015 06:24
Contre étiquette.
Repost 0
Published by Blad
commenter cet article
11 juillet 2015 6 11 /07 /juillet /2015 20:12

III – LESVACANCES PARISIENNES DES ADJOINTS

LESVACANCES PARISIENNES : LE CONGRÈS DESMAIRES DE FRANCE

Tous les ans un fort contingent d’élus Leucatois se rend à Paris, entre autres à l’occasion du Congrès des Maires de France.

Notre Maire s’y rend, c’est normal. Il y reste peu mais doit y être actif puisqu’il est actuellement (2015) un des 108 membres du Comité Directeur.

Ce qui est plus étonnant est la participation de nombreux délégués Leucatois, par exemple 4 délégués en 2009 et même 7 délégués en 2010 ! Il y a 36 000 communes en France ; si chacune envoyait autant de délégués que Leucate …….

On peut se demander si de simples adjoints ont leur place à un tel évènement et si les milliers d’Euros du budget municipal qu’ils dépensent chaque année à cette occasion ont une justification autre que le tourisme dans la capitale.

Vous trouverez ci-dessous l’analyse des dépenses engagées à ce titre par la commune de Leucate en 2009 et 2010, dans la mesure où les pièces comptables -parfois incomplètes- à notre disposition permettent une analyse sérieuse.

Ces Congrès sont organisés au Palais des Expositions de la Porte de Versailles ; évidemment de nombreuxHÔTELS au coût raisonnable, habitués à accueillir les congressistes, sont à proximité. On verra ci-dessous qu’ils n’ont aucun succès auprès des édiles Leucatois.

CONGRÈS DES MAIRES DE FRANCE – PARIS – 17-19 Novembre 2009

Quatre de nos édiles ont séjourné à Paris à cette occasion. On veut bien croire qu’ils ont participé au Congrès, mais leurs frais d’inscription n’apparaissent pas en comptabilité, on se demande bien pourquoi ? De deux choses l’une : ou bien ces frais ont été indûment imputés sur un autreCOMPTE, ou bien ces séjours Parisiens n’ont eu qu’une vocation touristique.

Le seul de nos édiles dont le déplacement se justifie pleinement, M. Michel PY, n’a séjourné qu’une seule nuit à Paris ; les autres Leucatois, qui n’avaient rien à faire à ce Congrès, ont séjourné jusqu’à 5 nuits à Paris (Mme CHING)!

DÉPLACEMENT - Trois d’entre eux ont pris l’avion (422 € pour l’un ; 499 € pour l’autre ; pas de pièce comptable (!) pour le 3ième.

Il est intéressant de rappeler qu’un vol aller-retour Perpignan-Paris se trouve à partir de 120€ à condition de prévoir son voyage en père de famille soucieux de son budget!

HÉBERGEMENT- Trois d’entre eux ont séjourné à lHÔTEL BEDFORD****, un hôtel de luxe situé en plein cœur de Paris, près de la Madeleine.

Cet hôtel est très éloigné du Palais des Expositions de la Porte de Versailles où avait lieu le Congrès. Ce choix ne se justifie donc ni par l’économie, ni par la commodité d’accès au Congrès, et entraine en plus d’importantes factures de taxis car on ne peut quand même pas utiliser les transports en commun!

- Mme CHING y a séjourné 5 nuits pour 1 060 Euros (5 nuits pour un congrès de 3 jours où elle n’a rien à faire, n’étant pas Maire !)

- M. FRANCES y a séjourné 2 nuits pour 423 Euros

- M. PY y a séjourné 1 nuit pour 257 Euros

- Nous n’avons aucune pièce comptable pour lHÉBERGEMENT du 4ième délégué, M. CORBEFIN.

Il est intéressant de rappeler ici qu’un élu municipal en déplacement est censé être soumis au même régime qu’un fonctionnaire : 60 Euros par nuit d’hôtel ; 15,25 Euros par repas.

LE TOTAL DES DÉPENSES prouvées par des pièces comptables à notre disposition, (y compris quelques rares factures de parking, de repas ou de taxi) est de 3 117,49 Euros. Il est clair que la réalité, toutes dépenses réunies, doit être plus proche de 4 500 à 5 000 Euros.

CONGRÈS DESMAIRES DE FRANCE – PARIS – 23-25 Novembre 2010

Sept de nos édiles se sont cette fois rendus à Paris à cette occasion ! Cette année-là leurs frais d’inscription apparaissent au dossier (7 X 90 Euros). Pour simplifier notre étude, leurs frais de déplacement apparaissent pour partie avec l’année 2010 et pour le reste avec l’année 2011 !

De multiples notes de taxis cumulent à 250 Euros ; on trouve aussi, pour mémoire, des tickets de parking de l’aéroport de Perpignan, et même des tickets de métro (1,70 Euro) ou de vestiaire (2 Euros) ou encore d’achat d’un café (4,90 Euros).

HÉBERGEMENT- Un seul délégué (Mme CHING) a séjourné à l’Hôtel BEDFORD****, où elle a ses habitudes, pour 3 nuits (685 Euros). Deux ont préféré l’Hôtel ASTOR SAINT HONORE**** (près de l’Élysée) pour 3 nuits (M. PICAREL) ou 2 nuits (M. FRANCES). Enfin quatre ont choisi l’Hôtel DE L’ARCADE***,près de l’Opéra, pour 3 nuits (M. DESLOT) ou 2 nuits (Mme CHAPPERT-GAUJAL, M. CORBEFIN et M. PY). Les factures au dossier ne sont pas assez claires pour attribuer à chacun un coût précis mais dans chacun de ces troisHÔTELS le coût de la nuitée est entre 200 et 250 Euros ; ils sont tous situés en plein cœur de Paris, très loin de la Porte de Versailles, lieu du Congrès.

- une facture de 238,80 Euros auCOMPTE DE Mme CHING.

- une facture de 650,50 Euros pour 13 couverts le 24/11

- une facture de 322,70 Euros pour 7 couverts le 23/11

Le total des autres factures de restauration présentes dans les sept dossiers n’est que de 265,90 Euros.

LE TOTAL DES DÉPENSES prouvées par des pièces comptables à notre disposition est de 9 214,78 Euros. Il est clair que la réalité, compte tenu des repas etBILLETS DE TRAIN manquants, doit dépasser 10 000 Euros.

Au total, en deux ans, ce Congrès desMAIRES DE FRANCE à couté à la commune de Leucate 12 332 Euros prouvés, plus probablement 14 à 15 000 Euros. Si la seule personne qualifiée, le Maire, y avait participé comme c’est normal, le coût pour la commune n’aurait pas dépassé 1 000 à 1 500 Euros : 90% de la dépense qui a été engagée est donc injustifiable.

-HÔTEL BEDFORD www.hotel-bedford.com

- HÔTEL ASTOR SAINT HONORE www.astorsainthonore.com

- HÔTEL DE L’ARCADE www.hotel-arcade.com

…… à suivre

Source : http://leucatepourtous.blogspot.fr/

Repost 0
Published by Blad
commenter cet article
11 juillet 2015 6 11 /07 /juillet /2015 19:40
Repost 0
Published by Blad
commenter cet article

Articles Récents

Liens