Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Polit-Buro.
  • Polit-Buro.
  • : Photos et commentaires des réunions du P.B. Lutte contre le complot des tristes et la morosité ambiante. Objectif: soutien de la viticulture française et des spiritueux.
  • Contact

Texte Libre

Recherche

6 décembre 2014 6 06 /12 /décembre /2014 15:37
Repost 0
Published by Blad
commenter cet article
6 décembre 2014 6 06 /12 /décembre /2014 07:21
Repost 0
Published by Blad
commenter cet article
6 décembre 2014 6 06 /12 /décembre /2014 07:18

LE SCAN POLITIQUE - Après presque deux ans de silence, l'ancien ministre de Lionel Jospin revient et porte un jugement très sévère sur la présidence socialiste.

L'anglais ?Apprenez l'anglais avec Babbel et LeFigaro

1/5

Claude Allègre a été, entre 1997 et 2000, ministre de l'Education nationale du gouvernement Jospin. Mais depuis, il a fait du chemin. Militant socialiste de trente ans, il a soutenu Nicolas Sarkozy depuis 2008, lui accordant un soutien officiel pour l'élection présidentielle de 2012. Depuis deux ans, Claude Allègre s'en tient au silence, après avoir été terrassé par une crise cardiaque en pleine conférence sur le climat au Chili, en 2013.

Sur RTL, il revient et n'épargne pas François Hollande. Dans un entretien diffusé ce jeudi soir, il s'avoue «très déçu» par la présidence du socialiste. «C'est simplement qu'il a mis la France par terre, la France qui se portait pas si mal…», lâche-t-il. Puis il énumère des éléments de critiques: «Il a augmenté les impôts et puis il a surtout manqué de leadership ; on ne voit pas de capitaine dans le bateau», estime-t-il.

Le scientifique, aux propos contestés sur le changement climatique, y va de son conseil à François Hollande: «changer du tout au tout». «D'abord de changer son premier ministre et puis de changer son équipe», poursuit-il. «Non, il n'a pas une posture de président», conclut-il.

En janvier 2013, juste avant son accident, Claude Allègre avait déjà eu des mots durs à l'égard de François Hollande. Dans une interview accordée à Nice-Matin, il avait jugé que le chef de l'Etat n'était «pas à la hauteur». «Il faut qu'il comprenne que gouverner ce n'est pas une technique de gestion. On a besoin d'inventer, d'innover, et pas seulement d'équilibrer les comptes», déclarait-il.

Repost 0
Published by Blad
commenter cet article
6 décembre 2014 6 06 /12 /décembre /2014 06:48

Affaire Hollande. Selon les révélations de l’hebdomadaire Marianne, l’actuel chef de l’Etat utilise une astuce illégale pour s’assurer une retraite dorée. Montant brut estimé une fois à la retraite: 35700 euros par mois, sur le dos des contribuables. Explications.

Le Haut Fonctionnaire Hollande travaille toujours officiellement pour la Cour des Comptes

Ce sont des révélations pour le moins étonnantes que publie l’hebdomadaire Marianne. Le haut fonctionnaire François Hollande, qui a travaillé pour la Cour des comptes, ne s’est pas mis en indisponibilité mais … en détachement, pour exercer ses fonctions politiques. Ce petit détail peut paraître anodin. Simplement, en restant en détachement, François Hollande continue à faire tourner son compteur retraite. Selon les calculs de Marianne, sa retraite atteindra… 35 700 euros par mois.

La loi interdit pourtant de faire ce qu’a fait Hollande

Comble de l’ironie, François Hollande est en illégalité avec ses propores lois. Le président qui a prôné la transparence devrait savoir, comme le rappelle Marianne, que depuis la loi sur la transparence de la vie politique, les fonctionnaires et membres du gouvernement doivent se mettre non pas en détachement mais en disponibilité de leurs précédentes fonctions pour exercer des responsabilités gouvernementales. Pour être ministre, Fleur Pellerin et Emmanuel Macron l’ont fait. C’est la loi. Une loi a laquelle a dérogé… le chef de l’Etat lui-même.

La Cour des comptes explique à Marianne que la situation du président «n’est expressément prévue par aucun texte. C’est donc le droit commun qui s’applique». Déclarations surprenantes, surtout lorsqu’on se souvient qu’en juin 2013, le ministre chargé des Relations avec le Parlement Alain Vidalies, aujourd'hui aux Transports, avait assuré que François Hollande «se mettra en disponibilité». Un oubli, sans doute…

Malgré son absentéisme à la Cour des comptes, François Hollande profite du système

L’hebdomadaire rappelle la «fréquentation très épisodique» de François Hollande à la Cour des comptes :«trois ans en début de carrière, en 1980, quelques mois en 1993». Cependant, Marianne continue dans les révélations et assure que Hollande a toujours été présenté comme détaché, lorsqu’il était élu. Résultat ? François Hollande «a d’ores et déjà accumulé trente-deux ans de droits. Avec la majoration de 20 % pour ses quatre enfants, notre président magistrat s’assure une petite pelote de près de 5 000 € brut par mois, que chaque trimestre supplémentaire placé en détachement fait grossir».

Une somme à laquelle il faut ajouter les indemnités liées à ses mandats. Et Marianne fait les calculs : «pour ses fonctions locales, il est déjà assuré de toucher 6 000 € par mois. Vingt ans comme député et cinq mois comme eurodéputé ouvrent droit à 6 800 € supplémentaires. Un peu de gratte comme prof à Sciences-Po, mettons 300 €. Et ce n’est pas fini : le bonus « président de la République » lui vaudra encore 6 000 € de retraite. Et son statut de membre de droit du Conseil constitutionnel, 12 000 €». La retraite dorée de François Hollande ? Plus de 35 000 euros par mois, avec l’argent de l’Etat. Pas sûr que les Français apprécient.

Source : http://www.valeursactuelles.com/

Repost 0
Published by Blad
commenter cet article
5 décembre 2014 5 05 /12 /décembre /2014 06:43

Chef triplement étoilé en 2014, Arnaud Lallement se définit comme "un amoureux de la vie, passionné par la cuisine, les vins, les champagnes, tout ce qui peut donner de l'émotion à mes clients ". Il centre sa cuisine sur le produit, la cuisson au millimètre et l'assaisonnement. Beaucoup de gourmandise, agrémentée de jus, sauces, bouillons.

En famille

Les Rachais Brut Nature 2009 de Francis Boulard : Il cite les vignerons proches de chez lui, Jérôme Prévost ou Daniel Savart. Ainsi que les maisons Duval-Leroy, Roederer... et se décide enfin pour la cuvée Les Rachais Brut Nature 2009 de Francis Boulard. " On est sur la pureté, la finesse, la droiture. Un champagne d'apéritif exceptionnel car il laisse le palais vierge pour apprécier au mieux le repas qui va suivre. Tendu, élégant, je l'accorderais volontiers à des tartelettes au chèvre frais et copeaux de parmesan."

À deux

Grande Cuvée de Krug : "Cette Grande Cuvée me raconte l'histoire de la Champagne depuis cent cinquante ans. C'est un vin de repas qui triomphe de l'apéritif au dessert. Au fur et à mesure qu'il s'ouvre, ses arômes évoluent. La fraîcheur et la vivacité du début cèdent le pas à des notes d'agrumes confits, à des nuances toastées, grillées, qui aimeront la compagnie d'un chapon farci au foie gras et aux champignons ou celle d'un canard au ponzu (réduction d'agrumes et de soja). » Il l'associerait également avec des langoustines aux épices tandoori en entrée.

L'Assiette Champenoise, 51430 Tinqueux (03.26.84.64.64).



En savoir plus : http://avis-vin.lefigaro.fr/special-champagne/o115025-champagne-le-choix-du-chef-arnaud-lallement#ixzz3L0GaS7ol

Source : Valérie Faust

Repost 0
Published by Blad
commenter cet article
3 décembre 2014 3 03 /12 /décembre /2014 06:40

NOEL WEHBE.

Consultant-Sommellerie.

Fondateur de:

Le Journal Du Vin.Liban.

Agent Commercial:

Vintex et les Vignobles Grégoire.
Négociant en vins, spiritueux et alcools.
Import/Export: Liban et Moyen Orient.

Courriel: noelweb@hotmail.com winelebanon@hotmail.com

Site-Web: http://www.sommelierliban.com http://sommelier-liban.skyrock.com

1-SERVICES CONSEIL.

l'univers du vin.
Histoire et géographie.
Influence humaine et religieuse.
Vinification vin et spiritueux.
Les régions viticoles.
Les cépages.
La classification.
Les étiquettes.
Les millésimes.
La cave à vins et la préservation.
La dégustation du vin.
Le service du vin.
Les arômes du vin.
École du vin, médias et presse
Les élites du vin.
bibliothèque oeno-tourisme.
Photographie, vidéo et reportage.
Exposition, compétitions et médailles.
Voyages viti-vinicoles.

2-SERVICES RESTAURATEURS -CAVISTES

Cour sur demande.
Dégustation sur demande.
Dégustation privée.
Événements mémorables et spéciaux.
Création ou révision de la carte des vins.
Appréciations, commentaires et recommandations.
Harmonisation des mets et vin à votre menu.
Formation: service du vin -décantation -accord met et vin.
Gestion de la cave -inventaire-conservation-rapport de dégustation-fiche technique.
Accessoires et techniques adéquates au service de vin.
Recommandations publicitaires.
Recommandations des meilleures vins-primeurs.
Palmarès des meilleurs vins et tableau des millésimes.

3-SERVICES COMMERCIALES.

Conseil en stratégie commercial.
Identité et philosophie commercial et digital.
Étiquette et savoir commercial.
Relations publiques et sociales.
Relations milieu de hôtellerie et de la restauration.
Répertoires et liens utiles:agences-domaines-producteurs et châteaux.
Répertoires inter-professions,agence de négoce,groupement,restaurants et appellations.
Stratégie en contact,négoce,méthode d'achats et force de vente.
Conseil en recrutement ,organisation d’équipe et répartition des rôles
Conseil service gestion et stockage des informations.
Conseil service relations presse ,médias local et international.
Conseil achats et vente en ligne.
Conditions de vente et livraison.

L'abus d'alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération.

Source : http://www.sommelierliban.com/

Repost 0
Published by Blad
commenter cet article
1 décembre 2014 1 01 /12 /décembre /2014 06:03

PAR OU COMMENCER?
Question classique n'a pas de vraie réponse, car la diversité des vins blancs et des vins rouges est infinie.
les vieux Pedro Ximenez andalous sont issus de raisins blancs, passerillés(séchés au soleil). le champagne est issu pour les deux tiers de raisins noirs.
l'ordre" idéal" est d'aller du plus léger au plus puissant, la puissance résulte à peu près de la somme alcool sucres tanins.
Logique de commencer par les vins blancs secs légers (gros plant, vin ho verde....) terminer par les vins rouges tanniques et sucres(banyuls, porto ou même Bandol, madiran...).

La situation se complique si on doit aussi goûter des vins très aromatiques(muscat, riesling, gewurztraminer) même secs ou peu sucres qui peuvent écraser les vins qui les suivent.
tout est affaire de mesure, de bon sens , de préférence personnelle.
la situation est simple pour déguster quatre ou cinq vins différents il est toujours possible de se "refaire la bouche" par une petite pause en croquant quelques bouchées de pain, de graissins non parfumés accompagnent d'eau.


Au cours d'un repas, on peut oser des séquences un peu moins classiques en jouant sur les plats: foie gras et sauternes peuvent précéder huîtres et vin blanc sec grâce aux salles des huîtres.
Cette remarque rappelle que selon les cas, le vin met le plat en valeur ou l'inverse on peut aussi bien organiser un menu, simple ou plus élabore, autour de deux ou trois vins que l'inverse.
Y PENSE-T-ON ASSEZ SOUVENT???

L'abus d'alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération.

LA PETITE MAISON.
LA PETITE MAISON.

Au premier étage de l'hôtel Vendôme situé dans l'un des plus beaux quartiers de Beyrouth "Ain el Mreisse", la Petite Maison,restaurant franco-méditerranéen, sert des mets niçois classiques avec un twist moderne, créant des plats légers, sains et délicieux pour les sens avec les meilleurs ingrédients frais et crus décide de venir s'installer ici...

Après Londres et Dubaï...C'est à Beyrouth depuis avril 2013, au soleil et juste au bord de la mer Méditerranéenne que la Petite Maison nous offre cette opportunité; régaler et déguster tout un menu riche et varié dans une atmosphère conviviale, chic et décontractée.

...C’est lors d’un après-midi Beyrouthin bien ensoleillé et avec un grand accueil que l’équipe de Mr.Yannick Chaloyard,Directeur Général du restaurant, m’a accueillie. C’est sur La Terrace du restaurant ventilée par la brise marine et tout en dégustant mon cocktail favori :Le Tomatini que nous avons fait l’interview.

La Petite Maison n’est pas un « fine dining » contrairement à ce que l’on peut croire.

Avec sa fameuse atmosphère « chic » qui rappelle à la fois les anciens bistros Français des années 60 et les galeries d’Art moderne, la Petite Maison est le cadre idéal pour déguster les plats Niçois classiques revisités par le Chef Patron Rafael Duntoye tout en finesse.

Que ça soit à Dubaï, à Londres ou à Beyrouth, vous retrouverez cette même atmosphère avec comme centre de table Citron, Tomate et Huile d’Olive afin d’exciter votre palais pour les plats à venir et cela, tout en simplicité et élégance.

Prêchant le gout, le Chef en charge de la Petite Maison de Beyrouth Miroslaw Ziolkowski recrée et revisite ces mêmes plats qui cartonnent, dans la rigueur et la perfection, Le concept est méditerranéen, les plats sont placés au centre de la table et partagés par les convives. Les mets sont préparés à la minute, rien n’est cuisiné, voire découpé plus tôt. Les plats, méditerranéens et niçois avec des influences liguriennes d’Italie, sont servis au moment idéal pour maximiser l’expérience culinaire et pour mettre en valeur cette notion de famille et de partage très importante dans la culture Méditerranéenne.

Ayant pour clientèle tout genre de personnes, des artistes, des hommes d’affaires, des journalistes, poètes ou des gens comme vous et moi passionnés par l'art culinaire, la finesse, la simplicité et le partage. la Petite Maison « tout célèbres ici », à travers son concept et son service de qualité basée sur la connaissance des produits, la notion de qualité et l’interaction avec ses clients ont su très rapidement conquérir le palais et le cœur de sa clientèle qui reste fidèle quel que soit le pays. Accessible à tous, vous pourrez manger bien et frais pour tous les budgets.

Quant aux vins, Carl votre sommelier, vous offre un choix vaste pour toute une gamme de vins Libanais et Français qui représentent le terroir libanais tout aussi bien le Sud de la France, respectant toute mesure de conservation dans sa cave, décantation, carafes et verres adéquates ainsi un service impeccable afin de créer les meilleurs accords "Mets et Vins" et d'explorer une harmonie gustative optimale inoubliable garnie de nouvelles découvertes.

C’est avec beaucoup de passion et d’attachement au Liban que ce voyage au bord de la Petite Maison est terminé, un voyage mémorable autour ce monde de restauration qui est avant tout une

« belle école de la vie » me précise Yannick.

CONTACT: La Petite Maison Fb: lpm beirut Tel:+961(01)368300

Photographie: Jessica Rahhal./Email:info@jessicarahhal.com

ART-PUB/le 30/07/ © 2014 Le Journal Du Vin,Beyrouth/Liban.

COMME UN VIN...LE MIEL

Comme un vin, le miel s'offre à la dégustation sous trois angles différents : visuel, olfactif et gustatif.

Observer, humer les arômes, reconnaître l'origine florale ou géographique, autant de plaisirs que partagent producteurs et consommateurs en quête de nouvelles sensations, de nouvelles découvertes..

Parfaitement filtré, le miel ne doit receler aucun résidu provenant de l'extraction.
S'il est correctement mature, aucune écume ne doit se déposer à la surface du pot.
Liquide ou solide, un beau miel doit présenter une robe unicolore. Les teintes peuvent varier du blanc le plus pur au noir le plus intense, en passant par plusieurs jaunes, roux, marrons ou oranges.

le miel doit dégager des effluves correspondant à l'origine florale indiquée sur son emballage.C'est en 1965 que les chercheurs sont parvenus à déterminer plus d'une centaine de composants parmi les molécules aromatiques du miel.

La cristallisation ne definie pas certainement la bonne ou mauvaise qualite,elle intervient plus ou moins rapidement au fur et à mesure que le miel, liquide au moment de l'extraction, se solidifie en fonction de la teneur en eau, de la température à laquelle le miel est conservé, et surtout des proportions respectives de glucose et de fructose contenus dans le miel.

Babouins, gorilles,l'ours et le chimpanzé partagent cette savoureuse degustation historique avant que les chercheurs prouvent les plus anciennes de l'élevage des abeilles figurent des scènes gravées ou peintes sur les murs des temples égyptiens.
Le métier d'apiculteur est une profession parfaitement identifiée dans l'ancien Empire égyptien, 2400 avant J.-C. : Les romains seront les dignes successeurs des premiers "cultivateurs" d'abeilles de l'histoire.

Linguine aux palourdes ...

Linguine aux palourdes ...
Palourdes, coques en italien, sont des mollusques qui peuplent les fonds sableux qui se démarquent des palourdes pour les tailles plus petites, mais plus intense saveur délicate et en même temps...
rugueuse et sinueuse, capable d'accueillir parfaitement la sauce.
J'ai choisi ce plat qui va avec un vin blanc sec en général surtout avec Le Meursault premier cru blanc qui est un vin blanc sec. Il rentre dans la catégorie du vin tranquille.

Il est produit dans le vignoble de la Bourgogne, vignoble à l'est de la France et plus précisément dans la région viticole de ces côtes de Beaune. Administrativement, il peut être produit dans la commune de Meursault. Son terroir bénéficie d'un climat océanique à influence semi-continentale et d'un sol calcaire marneux et des marnes.

Les cépages qui rentrent dans la composition du vin Meursault premier crus blancs sont : le chardonnay B, le pinot B.
Le Meursault premier cru blanc est un vin blanc sec. Il rentre dans la catégorie du vin tranquille.


Le Meursault premier cru blanc possède le label français AOC (Appellation d'Origine Contrôlée) ainsi que le label européen AOP (Appellation d'Origine Protégée). Il possède également la mention "premier cru". La mention "Premier Cru" veut dire que les raisins avec lequel le vin est élaboré proviennent d’un emplacement d’une qualité supérieur et cela au sein même de l’appellation communale.

Source : http://www.sommelierliban.com/

Repost 0
Published by Blad
commenter cet article
1 décembre 2014 1 01 /12 /décembre /2014 05:52

La PhytothérapieDossier FigaroPartner

1/5

Appliquée seulement depuis deux ans et demi, la loi dite «anti-burqa» n'est déjà plus suffisante en l'état. C'est en tout cas ce que pense Valérie Pécresse, députée (UMP) des Yvelines, qui dépose jeudi une proposition de loi pour la «renforcer». Depuis avril 2011, ce texte interdit en France le port dans l'espace public de toute tenue visant à dissimuler le visage. Ni cagoules, ni masques, ni voiles intégraux sur la voie publique (rues, plages, commerces, gares, etc.) ou dans les «lieux ouverts au public ou affectés à un service public», fixe la loi. Depuis le début de son application jusqu'au 21 février 2014, 1.111 contrôles ont été effectués, l'immense majorité concernant des femmes entièrement voilées. En France, 2.000 femmes porteraient le niqab. Au total, 1.038 verbalisations ont été établies (amende maximale de 150 euros), certaines femmes ayant été contrôlées à plusieurs reprises.

Ce n'est pas ce bilan de la loi que Valérie Pécresse remet en cause, mais le zèle de certains pour la contourner. Une seule personne est visée, à vrai dire: Rachid Nekkaz, surnommé «l'homme qui paie les amendes des femmes en niqab». À lui seul, il en a payé plus de 877 en France, soit une somme de 198.000 euros. En Belgique, où est également appliquée une loi contre le port du voile intégral, il en a payé 123. Pas un jour sans qu'il ne reçoive des demandes, par mail ou SMS, assure ce diplômé de la Sorbonne en philo qui a fait fortune dans l'immobilier après la revente de sa start-up. Fondateur de l'association Touche pas à ma Constitution, cet ancien candidat à la primaire du PS, qui s'est toujours dit «contre le niqab mais pour la liberté de circuler avec», estime ainsi qu'il «neutralise la loi sur le terrain».

«Défi à la République»

C'est pour réagir contre «cette provocation insupportable» et cet «appel à la désobéissance civique publique» que Valérie Pécresse veut combler les failles du texte de loi. «On ne peut pas impunément laisser un individu se vanter de faire entrave aux lois de la République, ça suffit!» s'exclame-t-elle. Qui plus est «dans le contexte actuel de radicalisation», précise-t-elle, et dans cet «état d'esprit de défi à la République où, sans cesse, on remet en cause l'autorité de l'État». Tous «les retours terrain», à Juvisy, Argenteuil ou encore Trappes, énumère-t-elle, concluent à la même chose: «On se moque de la loi car on sait que quelqu'un peut payer les amendes. Les policiers eux-mêmes sont désemparés, car ils voient bien la limite de leurs verbalisations.»

Sa proposition de loi prévoit ainsi d'instaurer «un délit d'entrave à la loi», puni de trois ans d'emprisonnement et de 100.000 euros d'amende, et de rendre obligatoire le stage de citoyenneté qui, jusque-là, s'offre comme une option à l'appréciation du juge. Une façon de contraindre la contrevenante à «personnellement» s'acquitter de sa sanction. Rachid Nekkaz s'amuse de cette tentative pour le court-circuiter. «Une loi pour moi, c'est intéressant, ironise-t-il. Pour remercier Valérie Pécresse, j'irai dans sa circonscription le 9 décembre pour payer une amende.» Rachid Nekkaz a rendu sa nationalité française il y a un an, en profond désaccord «avec les principes qui guident désormais la République en matière de respect des libertés fondamentales».

Source : Delphine de Malvoüe

Repost 0
Published by Blad
commenter cet article
30 novembre 2014 7 30 /11 /novembre /2014 11:52

A quelques exceptions près, on peut affirmer que les grands vignerons – autrement dit, celles et ceux qui ont été confirmés comme tels par une majorité de la critique et des amateurs – ne travaillent pas avec la grande distribution (GD) ; laquelle écoule par ailleurs autour de 80% du volume de vin produit. Comme l’enseigne Lidl, par exemple, qui accapare à elle seule 8% de l’ensemble du vin du Bordelais.

Pourquoi alors ces vigneron-ne-s en vue dédaignent-ils un réseau de distribution si puissant ? Eléments de réponse avec deux grands vignerons indiscutables : Richard Leroy (Loire) et Mathieu Deiss (Alsace).

« Il n’y a absolument aucune raison que je travaille avec la grande distribution »

Richard Leroy (à g.) et Etienne Davodeau (P. Rapiteau)

Richard Leroy est un vigneron angevin, considéré comme l’un des maîtres actuels du cépage chenin. On le connaît aussi pour son apparition dans la BD d’Etienne Davodeau, Les Ignorants, dont il est l’un des deux principaux protagonistes (l’autre étant Davodeau lui-même). Comme pas mal de domaines exigeants, il travaille en biodynamie, et le plus souvent sans intrants, « nature » :

« Les “nature” ne travaillent pas avec la GD, parce qu’on a des vins quidoivent être expliqués ; d’autant plus que les produits utilisés par les autres n’apparaissent pas sur l’étiquette... Et au sein des enseignes, il est évident qu’on ne va pas mettre 3-4 cavistes dans les rayons. »

Mais certains grands vignerons, remarque Richard, font bien « dubusiness » :

« De nombreux vignerons qui ont de grands vins savent trouver du volume, des cuvées de négoce moins qualitatives. L’argent, c’est le nerf de la guerre. Je n’en veux pas à ces vignerons, ils sont le reflet de la société. Mais ce n’est pas mon monde.

C’est une question éthique, bien sûr. On peut ne pas aimer mon vin, mais mon vin il est honnête : l’honnêteté des vignerons – on vend son nom – c’est ma conception du vin. Il ne faut jamais tromper le consommateur. J’accepte le jeu du j’aime-j’aime pas, je ne jouerai pas le jeu de modifier mon vin pour qu’il plaise au consommateur. »

Et le propre de la grande distribution, loin de l’éthique de Richard Leroy, « c’est de faire de l’argent » :

« C’est sa vocation. Mais en termes de chiffre d’affaires, c’est bien plus difficile de travailler avec des vins qui ont une forte personnalité. Moi j’ai la chance d’être soutenu par des cavistes qui ne m’ont jamais posé de questions sur les prix. On a des coûts de revient beaucoup plus élevés : si on veut vraiment vendre, on va sur autre chose.

J’ignore ce que va être l’avenir du commerce : toujours décadent, avec des grandes zones périphériques inhumaines, ou si on va réinventer autre chose, d’un peu plus drôle, réinvestir les centre-villes... En tout cas, il n’y a absolument aucune raison que je travaille avec la GD. »

Travailler avec la GD ? « Si on fait ça, dans 5-10 ans on est mort »

Jean-Michel et Mathieu Deiss (M. Sargis)

Mathieu Deiss, 30 ans, travaille avec son père Jean-Michel sur le domaine Marcel Deiss, l’un des plus réputés d’Alsace ; ils bataillent notamment pour le retour de la complantation dans cette région où le mono-cépage est la règle depuis quelques décennies.

Lui aussi commence par nuancer ma question affirmative, en précisant que les grandes bouteilles se trouvent bien, parfois, au hasard des rayons de la GD :

« Il y a ceux qui n’assument pas, des maisons qui sont officiellement contre mais qui dans les faits y distribuent leurs vins. Il y a ceux qui ne veulent pas mais dont on retrouve quand même les bouteilles ; en général, c’est alors le fait de revendeurs peu scrupuleux. Certains s’en sont même fait une spécialité : “Je te trouve trois bouteilles de Romanée-Conti [ultra grand cru de Bourgogne, ndlr] si tu me prends une palette de côtes-du-rhône.” On sert de produit d’appel pour que la GD écoule le reste.

Aujourd’hui, tu es obligé de consacrer une partie de ton temps à vérifier que tes vins ne se retrouvent pas n’importe où. Il y a trois ans, j’ai eu un agent en Normandie qui plaçait nos vins dans un petit resto, et les gars revendaient derrière à je ne sais plus quelle enseigne de GD. Et il y a aussi l’export, le marché gris. Aux Etats-Unis, en Asie, il y a des bouteilles, tu ne sais pas d’où elles viennent.

Nous on choisit des vendeurs qui peuvent expliquer nos vins, qui ont les mêmes valeurs, alors s’ils se font court-circuiter par la GD qui casse les prix, ils ne peuvent plus vivre de leur travail. »

Mais les grands vignerons n’y ont pas leur place, selon Mathieu, pour plusieurs raisons :

« Ces vignerons, qui font un vin culturel, sont en général plus chers que le marché : parce qu’ils ont des coûts de production plus élevés, du monde dans les vignes, plus de salariés... Mais le supermarché, c’est un lieu de compétition sur les prix. Si tu désires vendre en GD, il faut s’aligner sur les prix. Si tu veux garder un espace pour ce vin culturel, qui a de la profondeur, tu ne peux pas t’aligner. Par conséquent, tu ne peux pas y être.

Et entrer là-dedans, c’est ne plus pouvoir en sortir. C’est un cercle vicieux, tu dois rogner les coûts, tout tirer vers le bas... Quand tu es déshumanisé, tu es uniquement sur le produit lui-même. Grands vins nature ou culturels, dès que les gens veulent faire ça, ils se retirent de la GD. Et la réussite c’est encore de mettre quelque chose de grand dans la bouteille. »

QUID DES « GRANDS CRUS » DE BORDEAUX QU’ON TROUVE SYSTÉMATIQUEMENT EN GD ?

Le cas du Bordelais est un peu à part : pourquoi trouve-t-on en GD de nombreuses références de « grands crus », y compris classés et très chers ? Ces vins à l’étiquette réputée sont en fait produits à des volumes si importants (parfois plus de 100 000 bouteilles par an pour un seul château, sans compter ses deuxième voire troisième vins) qu’ils peuvent difficilement se passer de la grande distribution : comme des marques de prêt-à-porter qui seraient vendus au prix du luxe. Mais on peut présumer que l’image de ces vins (et donc leur prix) finira par s’écorner d’être devenus si courants.

Quant à travailler un jour avec la GD, pour ce qui le concerne Mathieu est clair : ce serait suicidaire.

« On a absolument aucun objectif de travailler avec la GD : si on fait ça, dans 5-10 ans on est mort. Rien qu’en Alsace, il y a des domaines qui, historiquement, ne travaillaient pas avec la GD, et de s’y être mis, ils ont reculé... Quel intérêt ? Sauf à vouloir avoir son nom, son étiquette, partout.

Le propre de l’industrie c’est de toujours tirer les prix vers le bas. Dans la GD c’est encore pire parce qu’officiellement, c’est pour donner du pouvoir d’achat aux gens... Je ne vois pas d’avenir pour la société par là. »

Source : http://blogs.rue89.nouvelobs.com/

Repost 0
Published by Blad
commenter cet article
29 novembre 2014 6 29 /11 /novembre /2014 06:57

« Il faut réagir ! »

Sommes-nous encore libres dans notre pays ?

Sauvons nos traditions, écrivez à vos Députés,

vos Maires, aux politiciens .....!

CHANGEMENT DES NOMS DES VACANCES !

ce que souhaite le gouvernement:

au nom de qui, de quoi ?

Sont-ils devenus fous ?

Combien de temps les Français vont laisser faire cela ?

C'est le ridicule absolu.

Le Gouvernement veut changer la référence de nos congés !

Ce qui est annoncé, serait

réalité pour demain.

POURQUOI DEVRIONS NOUS CÉDER

DEVANT DE TELLES DEMANDES ?

Le congé de "Toussaint" deviendrait congé "D'automne"

Le congé de"Noël" deviendrait congé"d'Hiver",

et celui de "Pâques" deviendrait "De printemps",

Cela afin, je cite:

" de ne pas choquer certaines communautés ........."!

Au risque de choquer qui !?

Et mon PAYS ", il va se transformer en quoi ......!?

Mes racines, j'en fais quoi ? et les marchés de Noël ils deviennent marchés d'hiver ?!

Si je choque certaines personnes, veuillez m'en excuser,

je m'exprime librement tant que je le peux encore !......

Touche pas au Père Noël !......

On ne parle pas du Carême, mais

on nous rabat les oreilles du Ramadan !

RAS LE BOL DE NOS TROUILLARDS QUI

TREMBLENT DEVANT LES EXIGENCES DE L'ISLAM

Si vous êtes d'accord avec ceci, transférez !

Moi cest fait !!!

Repost 0
Published by Blad
commenter cet article

Articles Récents

Liens