Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Polit-Buro.
  • Polit-Buro.
  • : Photos et commentaires des réunions du P.B. Lutte contre le complot des tristes et la morosité ambiante. Objectif: soutien de la viticulture française et des spiritueux.
  • Contact

Texte Libre

Recherche

3 janvier 2015 6 03 /01 /janvier /2015 13:45

Le pourcentage de français ayant ouvert un compte sur une application dédiée au vin a été multiplié par 5 en 2013 ! Et les derniers résultats du baromètre SOWINE/SSI 2014 placent internet comme la 3ème source d’information consultée avant l’achat de vin.

S’informer en situation de mobilité

Photo : Pictawine Extrême Sensio

" Les français estiment, globalement, avoir une très faible connaissance du vin… Ce qui a tendance à les complexer dans un pays très imprégné par sa culture viticole ", explique Franck Thery, le Directeur-conseil de l’Agence digitale Extrême Sensio, qui a mis au point l’application Pictawine. C’est pourquoi, les réseaux spécialisés ; applis, blogs, plateformes mobiles… se multiplient pour apporter une réponse instantanée à ces amateurs ayant soif de connaissances. Les critères de choix du vin : cépages, appellations, producteurs font l’objet d’un décryptage minutieux tandis que la prise de photo et la reconnaissance d’image prolongent le besoin de lisibilité. " A l'avenir, le véritable enjeu des applications spécialisées est de parvenir à bâtir une solide base de données afin de refléter l’univers très morcelé du vin ", poursuit Franck Théry.

Un souvenir impérissable du vin

" Les applis mobiles comme Picatwine ont également pour vocation d’aider les gens à se souvenir du vin en plus de leur permettre d’accéder au plaisir de le déguster ". Un plaisir décuplé par la multiplication de perspectives qu’offre le secteur des applis mobiles en train de se structurer !



En savoir plus : http://avis-vin.lefigaro.fr/magazine-vin/o115223-les-applications-sur-le-vin-ont-elles-un-avenir#ixzz3NlXtFJyj

Source : www.lefigaro.fr

Repost 0
Published by Blad
commenter cet article
27 décembre 2014 6 27 /12 /décembre /2014 13:28

Cave et bar à vins, voici le repère idéal pour l’après-ski et les débuts de soirée. Greffé au restaurant l’Entracte, le bar à vins Ô Vin Cœur vous accueille dans une atmosphère tamisée. Juché sur un tonneau, autour de l’îlot central, dégustez le meilleur des vins de Savoie autour d’une sélection de charcuteries et de vins du terroir. Ne manquez pas : une soirée-dégustation en compagnie d'Etienne et Raphaël Saint-Germain, du Domaine Saint-Germain, à Saint-Pierre d'Albigny, en Savoie, la première semaine de février. Une maison spécialisée dans les vins bios et oubliés, à l'image du Persan, ancien cépage typique de Savoie disparu pendant des décennies, qui reste encore confidentiel aujourd’hui...

7077 route du chinaillon - Résidence l'edelweiss Le Grand-Bornand Chinaillon 74450 Le Grand-Bornand Tél : 04.50.27.03.77 www.entracte-ovincoeur.fr

Le plus savoyard : La Chaudanne à Morzine

Dans un cadre inspiré des chalets savoyards, le restaurant La Chaudanne abrite, au sous-sol, un bar à vins chaleureux ! Murs en pierre et vieux bois, tables en bouchon... Le décor, façon cave voûtée, est planté. Installez-vous confortablement pour déguster l’une des 300 références de vin de la cave proposées sur les conseils d’un sommelier. On recommande : le Côtes-du-Rhône, Château des Tours 2011 aux arômes friands de fruits rouges compotés (6€ le verre) ou le Pinot Gris Vallée d’Aoste, Anselmet fruité, concentré avec ses saveurs de poire et de pêche (5,50€).

La Chaudanne, le bar à vins 590 route de La Plagne 74100 Morzine Tél : 04.50.79.12.68 www.lachaudanne-morzine.com

Le plus cosy : le Bacchus de l’hôtel Crychar aux Gets

En bordure de pistes, à 1200 mètres d’altitude, le Bacchus, le bar à vins du Chalet-Hôtel Le Crychar dispose d’une belle cave aux 150 références de vins issus de toutes les régions. Si la neige n’est pas au rendez-vous profitez de votre séjour pour découvrir de nouveaux crus. On recommande : l’un des vins de la sélection au verre ; Chignin Bergeron du Domaine Vullien, un vin blanc fruité et aromatique élaboré à partir du cépage Roussanne (6,50€ le verre) ou un Côtes du Ventoux du Domaine de Fondrèche aux notes de framboise et de mûre (8€ le verre).

Chalet Hôtel Crychar 136 Impasse de la Grange Neuve 74260 Les Gets Tél : 04.50.75.80.50 www.crychar.com



Source : Romy Ducoulombier

Repost 0
Published by Blad
commenter cet article
25 décembre 2014 4 25 /12 /décembre /2014 10:30

Les marrons, ces fruits charnus de l’automne, sont incontournables à la table des fêtes. Et d’autant plus attendus des gourmets, lorsqu’ils sont "glacés" ! Leur chair tendre alliée à des notes subtilement vanillées et une fine coque de sucre glace cristallisé, leur permettent des accords somptueux avec les Vins Doux Naturels (VDN) et les liquoreux.

Photo : Sabaton

Un Banyuls rouge ou un Maury, aux notes de fruits secs et de cacao, sauront flatter les marrons glacés et mettre leur structure au profit de leurs variations culinaires : bûches, glacés, fondants, soufflés ou tiramisu…

Dégustés seuls, les marrons glacés aiment la compagnie des vieux rhums ambrés ou des grands liquoreux : Sauternes, Monbazillac, Muscat ou Coteaux du Layon dont les notes de fruits blancs, de fruits secs et de miel enrobent le palais et prolongent les saveurs sucrées du marron glacé.

Enfin, pour apporter un peu de vivacité à votre dégustation et rafraîchir vos papilles gustatives en fin de repas, pensez aux champagnes demi-secs, un tantinet sucrés également, ou même, plus rare, à un cidre de glace !

Et, lorsqu’ils ne sont pas glacés, donc sucrés, et qu’ils sont intégrés à des plats de Noël, les marrons se mettent au diapason de l’ingrédient principal : viande ou volaille, pour le choix de l’accord mets-vins.


Source Romy Ducolombier

Repost 0
Published by Blad
commenter cet article
14 décembre 2014 7 14 /12 /décembre /2014 05:40

À condition de se contenter d'un tour de moulin à poivre, qui soulignera les saveurs, les huîtres nature s'accommodent bien d'un muscadet Sèvre-et-Maine. Pour ma part, je choisirai celui du Château du Cléray, fleuron des Domaines Sauvion. Cette cuvée, issue des sols sablonneux et limoneux du Pays Nantais, s'exprime d'abord par des notes de fruits verts (kiwi, pomme), et des parfums de menthe plus estompés ; en bouche, la structure est tonique et désaltérante. On peut préférer les coquillages cuisinés : les huîtres tièdes à la fondue de poireaux sont alors un grand classique. Il y faut des belons, dont on enlève la coquille supérieure mais dont on conserve le jus : on les passe un peu moins d'une minute au four (180 oC), puis on les nappe d'une fondue de poireau au beurre et on sert aussitôt. On aura ainsi un mélange complexe entre le salin de l'huître, le végétal du légume et le gras du beurre.

Là-dessus, j'imagine bien un Sancerre blanc de Lucien Crochet : ses touches minérales épouseront la saveur salée, et le végétal du poireau les notes variétales du sauvignon. L'accord, soudainement tonifié, se fera sur une douceur à la fois saline et iodée. Pour un repas de fête, des huîtres au caviar seront une entrée d'exception. On privilégiera alors les fameuses "papillons" de Gillardeau, toutes petites (no 5), et sur chacune d'elles on placera 3 à 4 g de caviar d'Aquitaine ou d'osciètre, dont la relative amertume accentuera le caractère à la fois gras et salin du plat. Pour l'accompagner, je choisirai évidemment un champagne, un blanc de blancs de Cramant d'une grande cuvée comme le Fleur de Passion de Diebolt-Vallois.

MA SÉLECTION

Château du Cléray : www.sauvion.fr
Domaine Lucien Crochet : www.lucien-crochet.fr
Diebolt-Vallois

Source : Enrico Bernardo, Meilleur Sommelier du monde 2004 et le propriétaire du restaurant Il Vino à Paris



En savoir plus : http://avis-vin.lefigaro.fr/connaitre-deguster/o26075-accord-mets-vins-que-boire-avec-des-huitres#ixzz3Lqdg0DOY

Repost 0
Published by Blad
commenter cet article
11 décembre 2014 4 11 /12 /décembre /2014 05:41

Selon le Progrès qui révèle l'affaire mardi matin, le domaine Garon a été victime de ce vol alors que les cartons de bouteilles de Côte-Rôtie devaient être expédiés à leurs clients dès lundi, en France et dans le monde. Le vol s'est produit dans un entrepôt du domaine. Le ou les voleurs ont enlevés les films qui protégeaient les cartons de bouteilles, disposés sur des palettes, et sont repartis avec, selon la gendarmerie. Ces vols, plutôt rares, se produisent en général à l'approche des fêtes de fin d'année, a souligné la même source.

Le préjudice pour le viticulteur, qui a déposé plainte mardi dans la matinée, s'avère élevé, les bouteilles étant estimées entre 30 et 60 euros pièce. "On a eu l'an dernier, à la même période, un vol similaire chez un autre exploitant viticole, ils sont souvent ciblés pendant la période de fête de fin d'année. Et nous avons des faits identiques sur la Drôme", a ajouté la gendarmerie, selon laquelle "écouler 1.800 bouteilles (volées, ndlr) nécessite d'être un minimum organisé".

Source AFP



En savoir plus : http://avis-vin.lefigaro.fr/magazine-vin/o115242-un-domaine-se-fait-voler-1-800-bouteilles-de-cote-rotie#ixzz3LZ83hIM2

Repost 0
Published by Blad
commenter cet article
10 décembre 2014 3 10 /12 /décembre /2014 06:36
Repost 0
Published by Blad
commenter cet article
8 décembre 2014 1 08 /12 /décembre /2014 05:44

Quelque 200 vigneron-ne-s ont joué le jeu de la transparence en rendant publiques, via le site A la découverte des vins naturels, les analyses de la teneur en sulfites d’un millier de leurs vins. Cette volonté de transparence, consubstantielle du vin naturel, implique une prise de risque : quelques-uns des vins en question dépassent en effet les limites fixées par la seule charte du vin naturel existante.

Il faut cependant rappeler que la fermentation produit parfois des sulfites naturellement, en plus de ceux qui sont éventuellement ajoutés. La teneur en SO² total est donc susceptible, sans que ce soit nécessairement délibéré, de dépasser les recommandations admises pour un vin dit naturel (à savoir 30 mg/l pour les rouges et 40 mg/l pour les blancs).

Cyril Alonso, fondateur du petit négoce P-U-R spécialisé en vin naturel, le confirme :

« Certaines levures indigènes produisent des sulfites naturellement. Quinze mg/l de différence, c’est possible, d’après mon expérience. Tu as aussi l’exemple de vignerons qui ont eu des totaux de SO² hyper importants sans avoir rien ajouté. »

Contient des sulfites, mais combien ?

Cyril Alonso (AIA/Rue89)

On peut souligner ici l’ironie de la mention « contient des sulfites », obligatoire sur toute étiquette dès lors que le vin en question en contient plus de 10 mg/l – soit une dose si faible qu’elle peut être produite naturellement. A partir d’une étiquette donnée, il n’y a en outre aucun moyen de savoir si un vin en contient 10 mg/l (comme un vin naturel, par exemple) ou 200 mg/l (un taux autorisé pour les vins blancs conventionnels). On a peu d’exemples de réglementations aussi vagues dans tout l’agroalimentaire, qui plus est concernant un allergène notoire dont les effets en cas de surdose ne sont pas connus.

Pourquoi alors ne pas indiquer le taux exact de sulfites sur chaque bouteille ? Cyril Alonso a été l’un des premiers, en 2010, à faire figurer systématiquement sur l’étiquette de ses vins le taux de SO² total. Il m’explique que la grande majorité des viticulteurs connaissent ce taux :

« 98% des vignerons font analyser leurs vins en labo, c’est obligatoire pour l’export. »

Mais quant à rendre cette indication obligatoire, ce n’est pas évident : les vignerons ont déjà beaucoup de contraintes administratives et, surtout, « cela pousserait les gros à faire des vins sans soufre en utilisant d’autres techniques, d’autres produits » (c’est d’ailleurs déjà arrivé). On ne ferait alors que déplacer le problème, d’un bidouillage œnologique à un autre.

« Pierre Rahbi de la vigne »

Bien sûr, un vin naturel ne se résume pas à sa teneur en sulfites. C’est même plutôt l’arbre qui cache la forêt : on a tendance à beaucoup se focaliser sur ce point, en confondant vin dit « sans soufre » et vin naturel, quand plusieurs autres aspects sont au moins aussi importants : l’agriculture bio ou la biodynamie, les levures indigènes et, au-delà, l’absence de tout intrant – ce qui n’est pas anecdotique quand on sait que l’arsenal œnologique moderne se compose d’unecinquantaine d’additifs (sans parler des résidus de pesticides) – et autres techniques stérilisantes.

Un verre de blanc (Paul Aloe/Flickr/CC)

Au-delà de ces aspects purement techniques, Cyril Alonso rappelle que « ce petit mouvement des vins naturels a bousculé le vignoble ». Jusqu’au Japon, où il a remarqué que même les galeries commerciales se mettent au vin naturel : comme pour le Beaujolais nouveau, par exemple, alors que « trois ans en arrière, il n’y avait que du Dubœuf ».

« Les vignerons naturels, à la base, ce sont des Pierre Rahbi de la vigne. »

Source : Antonin Iommi-Amunategui pour http://blogs.rue89.nouvelobs.com/

Repost 0
Published by Blad
commenter cet article
8 décembre 2014 1 08 /12 /décembre /2014 05:36

Elus communistes et associations de défense de la laïcité en colère

Quelques jours après la polémique de la crèche au Conseil général de Vendée, c’est la ville de Béziers, et son maire Robert Ménard, qui font polémique. Le maire a décidé d’installer une crèche dans le hall de l’hôtel de ville. Une décision qui n’est pas au goût des élus communistes et des associations de défense de la laïcité. Ces dernières ont saisi la préfecture afin que le maire retire sa crèche.

C’est d’ailleurs l’association La Libre Pensée, la même qui avait mené devant les tribunaux le Conseil général de Vendée, qui attaque la mairie et Robert Ménard. Sur le blog de l’association, on peut lire: «si le Préfet de l'Hérault ne fait pas respecter la laïcité républicaine, la Libre Pensée le fera déférer devant la juridiction administrative. Et gageons que les mêmes causes produiront les mêmes effets».

Contacté par nos confrères du Figaro, Robert Ménard estime «grotesque» le fait de vouloir interdire la crèche. Toujours au Figaro, il affirme: «quand la mairie de Paris organise une soirée festive pour le début du Ramadan, c'est considéré comme un événement culturel par Manuel Valls lui-même, et quand il s'agit d'une crèche on dit ‘c'est religieux'!», avant d’ajouter : «quand j'ai inauguré la crèche, il y avait des représentants du culte musulman, qui n'ont rien trouvé à redire (…) demain, je vais devoir enlever les guirlandes Joyeux Noël des rues de Béziers? Et puis, il va falloir revoir notre calendrier, qui commence à la naissance du Christ».

Source : http://www.valeursactuelles.com/

Repost 0
Published by Blad
commenter cet article
6 décembre 2014 6 06 /12 /décembre /2014 21:36
Repost 0
Published by Blad
commenter cet article
6 décembre 2014 6 06 /12 /décembre /2014 15:38
Repost 0
Published by Blad
commenter cet article

Articles Récents

Liens