Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Polit-Buro.
  • Polit-Buro.
  • : Photos et commentaires des réunions du P.B. Lutte contre le complot des tristes et la morosité ambiante. Objectif: soutien de la viticulture française et des spiritueux.
  • Contact

Texte Libre

Recherche

18 avril 2010 7 18 /04 /avril /2010 11:29
Marché des Vins et des Spiritueux : Une analyse de Bordeaux Ecole de Management

Depuis une dizaine d'années, l'équipe de recherche "Marchés des vins et des spiritueux" de BEM poursuit les études sur la situation, les stratégies et les positionnements de plusieurs entreprises vitivinicoles bordelaises. La méthodologie de recherche basée sur l'approche cognitive, la méthode des incidents critiques, l'analyse de contenu et la cartographie causale a permis d'identifier les challenges et les opportunités du secteur ainsi que les compétences clés des entreprises. La qualité des vins, la gouvernance du secteur, la viticulture durable et l'évolution du comportement de consommateurs sont le plus souvent évoquée comme des grandes questions stratégiques du secteur.

Tatiana Bouzdine-Chameeva,professeur et responsable d'équipe de recherche "Marchés des Vins et des Spiritueux" de BEM-Bordeaux Management School.

 

Cordialement le Blad.

Repost 0
17 avril 2010 6 17 /04 /avril /2010 13:19
Repost 0
17 avril 2010 6 17 /04 /avril /2010 13:11

Au fil du temps le rendez-vous Bordeaux fête le vin s'impose comme un moment incontournable pour tous les amateurs de vins de bordeaux. La plus belle marque de reconnaissance est venue de Hong Kong qui l'an dernier a transposé le concept pour la première édition d'un événement qui a, d'emblée, rencontré un grand succès.

Organisée par la ville de Bordeaux, avec l'ensemble des représentants de la filière viti-vinicole et le soutien de partenaires institutionnels (CCI, communauté urbaine de Bordeaux, Conseil régional, etc) et privés, elle aura lieu du 24 au 27 juin prochains.
Mais en plus des très nombreux stands de dégustation qui seront mis en place le long des quais et où l'on pourra, dans une atmosphère détendue, partir à la découverte de toute la richesse qui illustre le vin de Bordeaux, douze itinéraires de découverte du vignoble seront proposés.
De l'Entre-deux-Mers à Saint-Émilion, en passant par Margaux... ces douze itinéraires seront proposés au départ de la fête dans les grandes régions viticoles et sur des thématiques variées, à découvrir et à réserver dès aujourd'hui sur www.bordeauxfetelevin.com.

Cinq circuits et sept excursions
Cinq circuits différents sont prévus : Art et Vin, itinéraire d'un amateur en Médoc (75€) ; Blaye et Cussac, pour les fortifications de Vauban (80€) ; Bordeaux et Saint-Emilion, et leurs grands crus UNESCO (90€) ; Graves et Montesquieu, sur route des grands crus classés de Graves (90€) et enfin une journée gourmande à Margaux (90€).

Sept excursions associant vin et tourisme sont aussi proposées les samedi 26 et dimanche 27 juin.
Sauternes 1855, des vins en or (90€) ; Balade sur les coteaux de Garonne (50€) ; Bordeaux et Saint-Émilion, grands crus UNESCO (90€) ; Croisière à fleur de nature et grands crus (95€) ; Les ateliers des Médocaines (80€) ; Best of Wine tourism rive droite - Bordeaux Saint-Émilion, Pomerol (90€) ; Best of Wine tourism rive gauche - Grands amateurs en Médoc (85€).
Ces excursions guidées en français et anglais s'adressent aux individuels, sont limitées à 25 personnes et incluent 2 à 3 visites de sites viticoles ou patrimoniaux, un déjeuner et le transport aller-retour. Les départs sont prévus vers 9h30 les retours vers 18h30 selon les destinations.

 

 
Renseignements sur
www.bordeauxfetelevin.com.

 

Source : www.aqui.fr

 

Cordialement le Blad.

Repost 0
16 avril 2010 5 16 /04 /avril /2010 10:51

Certifiés bio ou en cours de reconversion vers le bio, 15 vignerons de l’Aude vous convient pour la deuxième année consécutive à un événement festif autour du vin bio : « Changer l’Aude en Vin » à Carcassonne, le lundi 26 Avril de 10h à 19h.

Au programme : Dégustation de vins d’appellation Corbières, Minervois, Fitou, Cabardès, Limoux, La Clape et Vin de Pays des Cotes Catalanes, mais aussi de champagne.

Les vignerons de l’Aude invitent en effet pour cette édition 2010 cinq maisons productrices de champagne suivant les règles de l’agriculture biologique.

Les dégustations gratuites se tiendront au restaurant « Le Jardin de la Tour » et à la Brasserie du Donjon en centre-ville de Carcassonne.

 

Lieu : Carcassonne.

Date : Le lundi 26 Avril 2010, de 10h à 19h.

 

Source : www.liste-vin.fr

 

Cordialement le Blad.

Repost 0
15 avril 2010 4 15 /04 /avril /2010 11:15
Repost 0
15 avril 2010 4 15 /04 /avril /2010 11:01

Artisanat du vin Humilité, travail et patience. Chose curieuse, les trois valeurs clés du bon vigneron correspondent parfaitement aux préceptes directeurs des moines cisterciens. Les nouveaux maîtres de Fontfroide les ont repris à la lettre dans le cadre de leur activité viticole, mettant en oeuvre un véritable "artisanat du vin". Point ici de production industrielle, mais une superficie limitée à 35 ha de vignoble autour de l'abbaye et des rendements contrôlés, maintenus volontairement en deçà des limites de l'appellation. Un bel exemple d'agriculture raisonnée, en

somme, au service d'un vin répondant au triple "F" : "fraîcheur, finesse et fruit". Un style un peu à l'encontre de ce que l'on attend habituellement d'un vin des Corbières, mais qui rend les cuvées de l'abbaye appréciables par le plus grand nombre tout en contribuant à les rendre uniques.

 

 

Source : http://www.lindependant.com

 

Cordialemen le Blad.

Repost 0
14 avril 2010 3 14 /04 /avril /2010 11:02

Edimbourg (GRANDE-BRETAGNE) Arrivée en pays celtique à 19 ans pour y apprendre l’anglais, la Bretonne Virginie Brouard est, 20 ans plus tard, propriétaire de deux restaurants et d’un bar à vins au centre d’Edimbourg.

Virginie Brouard et Ghislain Aubertel, dans l'ancien oratoire qu'ils ont réaménagé avec un grand bar et une mezzanine.

Je cherchais du boulot, l’emploi de serveuse a été facile à trouver”, raconte Virginie Brouard. Mais très vite, la jeune Française se pique au jeu. Elle reste ainsi cinq ans en salle Chez Pierre, établissement du Français Pierre Victoire. Aussitôt après, elle reprend en franchise le restaurant Chez Jules, avant d’ouvrir, à 24 ans, son premier restaurant La P’tite Folie, un bistrot de cuisine française.

En 2003, elle duplique La P’tite Folie, en proposant les mêmes menus aux mêmes prix dans un lieu plus vaste à dix minutes à pied du premier. Le restaurant est accolé à l’église Sainte-Anne, un ancien oratoire qu’elle récupèrera afin de le
transformer en bar à vins”, explique Virginie Brouard. Après sept mois de travaux, Le Di-Vin était né. Ghislain Aubertel, son compagnon, champenois spécialiste du négoce de vins, est venu la rejoindre.

Se sentir écossais

Ils ont 160 références, dont 50 servies au verre. La carte comprend nombre de vins du Nouveau Monde - une exigence du public anglo-saxon -, et propose des terrines, des assiettes de charcuterie ou de fromages, des salades froides.

“Quand je dis ‘je rentre à la maison’, c’est ici, à Edimbourg”, dit aujourd’hui Virginie Brouard. Elle est persuadée qu’elle n’aurait pas eu la même réussite en France. “Quand je me suis lancée en Ecosse, je n’avais ni argent, ni expérience professionnelle et, pourtant, les banques m’ont prêtée l’équivalent de 40 000 €. Cela aurait été impossible en France”, estime-t-elle.

Bernard Degioanni


Le DI-VIN Wine Bar
9, Randolf PlaceEdimbourg
Tél. : +44(0)1315381815

 

Source : www.lhotellerie-restauration.fr

 

Cordialement le Blad.

Repost 0
13 avril 2010 2 13 /04 /avril /2010 11:07

C'est une institution qui titube. La célèbre fête des vins d'Albas, qui se déroule depuis quatorze ans à l'Ascension, n'aura pas lieu cette année. La faute à la conjoncture : « Les trois dernières années, nous avons enregistré un peu moins d'entrées que d'habitude, regrette Michel Reilhé, président de l'association « le bon air est dans les caves », organisatrice de cette grande fête. Nous avons donc besoin de nous refaire une petite santé financière. Les bénévoles qui travaillent depuis quatorze ans ont aussi exprimé le besoin de souffler. Disons que nous prenons une année sabbatique. Pour mieux repartir en 2001. »

La date serait déjà fixée, le 4 juin 2011 : « On verra bien sous quelle forme, précise Michel Reilhé. Mais ce sera semblable à ce que les gens connaissaient, autour du vin et de la musique. »

Le ressort serait-il cassé avant cette mise en parenthèse de cette fête qui attirait, malgré les caprices de la météo, des milliers de visiteurs, venus goûter du Cahors en écoutant des groupes de musique dans les caves ? Les avis sont partagés.

Michel Creunier, secrétaire de l'association évoque la conjoncture en guise d'explication : « Les gens sont frappés par la crise. Nos visiteurs s'appauvrissent. Certains nous disaient que l'entrée à 15 euros, c'était trop. Nous les comprenons. Mais il faut savoir qu'avec nos prestations qui englobent les 18 groupes de musique, les dégustations de vins et le verre offert, l'entrée devrait être à 25 euros. Le monde du vin n'échappe pas à cette crise. On vient de connaître des années difficiles où nous avions du mal à équilibrer notre budget de 100 000 euros, malgré les aides fortes de nos partenaires. »

Que faire en 2011 ?

Bref, « le bon air est dans les caves » se trouve à un tournant de son histoire. Après avoir tiré le bilan financier de l'opération, tous les esprits seront tendus vers 2011. Le débat existe au sein de l'association.

Et tous les amoureux de ce rendez-vous incontournable de la vallée du Lot retiennent leur souffle. En espérant trinquer à la vie l'année prochaine.

 

Source : www.ladêpeche.fr

 

Cordialement le Blad.

Repost 0
9 avril 2010 5 09 /04 /avril /2010 10:45

Voici venu le temps des primeurs. Période chérie qui s’annonce toujours remplie de promesse.  Cette année, ils seront plus de 6 000 professionnels à venir se presser dans les châteaux prestigieux pour déguster et donner une note au dernier millésime, avant peut-être de sceller un contrat de vente. Cette édition 2009 est partie pour battre des records.

“On bat notre record historique qui était à 5 475 visiteurs pour le millésime 2005, c’est un excellent signe d’intérêt”, se félicite Jean-Marc Guiraud, président de l’Union des grands crus. “Ils viendront particulièrement de France, des Etats-Unis, de Belgique, du Royaume-Uni, d’Allemagne et, pour la première fois sur le marché des primeurs, de Chine. La clientèle étrangère manifeste un intérêt plus prononcé que ces dernières années, le millésime leur parle, la réputation du millésime fera vendre”, explique le négociant Georges Haushalter, qui préside l’Union des maisons de Bordeaux.

Un rendez-vous incontournable

Spécificité bordelaise, la grand-messe des primeurs, organisée la semaine du 29 mars, permet d’acheter du vin à des prix fixés de fin avril à fin juin pour une mise en bouteille un an plus tard. Ce système “unique au monde est parfois considéré comme complètement surréaliste, voire farfelu”, explique Sébastien Chaumet, directeur du marketing de la maison de négoce Ginestet. “Il a l’avantage pour l’acheteur de constituer des stocks à un prix attractif, pour le viticulteur de vendre avant la fin de la vinification”.

Ces primeurs représentent en outre un enjeu majeur pour le vignoble bordelais dont les ventes 2009 ont été catastrophiques. Ce nouveau millésime vient donc à point nommé car, de l’avis des plus grands experts, il serait le millésime de la décennie, détronant le fabuleux crus 2005 ! Rien que ça.

Un millésime exceptionnel

Pour l’oenologue Denis Dubourdieu, “2009 est certes un grand millésime, baigné par une espèce de douceur, mais il arrive aussi au bon moment. L’attente qu’il suscite dépend de la conjoncture. Tous nos clients ont besoin  de se refaire une santé sur les primeurs, ils ont perdu de l’argent sur les derniers millésimes”.

Ces primeurs 2009 laissent augurer l’année du renouveau pour le vignoble bordelais. Quelque 200 marques prestigieuses devraient écouler entre 70 et 90 % de leurs volumes. Pour les grands crus classés Château Beychevelle ou Château Pape Clément, ce seront 95 % de la production qui s’échangeront ainsi au sortir de la campagne, à condition que les viticulteurs fixent des prix raisonnables. A ce propos les producteurs se veulent très rassurants et adoptent un discours si consensuel que le pire est à craindre concernant la flambée des prix.

Le prix de la démesure

“C’est la chose la plus délicate, on va tenir compte du contexte économique”, explique Patrice Hateau, directeur d’exploitation de Pape Clément. “Le juste prix, il ne doit pas être trop haut pour que le vin s’écoule à un rythme normal et pas trop bas non plus”, renchérit Jean-Michel Cazes, propriétaire de Château Lynch Bages, qui écoule 80 à 90 % de sa production sur les primeurs.

“Il y a une grande excitation, une demande très forte, mais il faut rester serein dans un contexte global compliqué”, ajoute Philippe Blanc, directeur-gérant de Château Beychevelle. “En général, les grands Médoc donnent le la”, souligne le négociant Philippe Castéja, président des grands crus classés 1855. “Comme c’est un très grand millésime, il y aura un prix qui correspondra mais les propriétés sauront raison garder”, promet-il.

Du côté des négociants on est plus avare en lapalissades et moins rassurant. “Sur les marques les plus emblématiques on s’attend incontestablement à un coup de chauffe” pronostique François Lévêque, courtier à Bordeaux. Il prédit même que “Pour les Margaux, les Lafite Rothschild ou les Ausone, on va être dans l’irrationnel”. Vous voilà prévenus!

L’an passé, les prix du bon millésime 2008 étaient plus en adéquation avec le marché que lors des deux années précédentes. Le Château Angélus, grand cru de Saint-Emilion, avait lancé le mouvement en fixant son prix 2008 à 50 euros la bouteille, soit une baisse de 41% par rapport à l’année 2007 (85 euros).

 

Hélas nous avons tout lieu de croire que 2009 risque d’être le millésime de tout les superlatifs. En effet, différents facteurs semblent offrir un cadre idéal à une envolée des prix : Un millésime de qualité exceptionnel, des producteurs voulant se refaire une santé financière, un contexte de reprise économique et cerise sur le gâteau la présence des acheteurs chinois. La Chine qui est, depuis l’année dernière, le premier client des vins de Bordeaux après l’Union européenne, risque fort d’amplifier la spéculation notamment celle des grandes étiquettes. Une chose est sûre, le discours sur la fin de la spéculation des vins de Bordeaux est déjà oublié…

 

Tags: , ,

 

Source : www.findawine.com

 

Cordialement le Blad.

Repost 0
8 avril 2010 4 08 /04 /avril /2010 11:18

Le prochain rendez-vous vin international Ubifrance et Missions Economiques se déroulera à Bucarest en Roumanie les lundi 12 et mardi 13 Avril 2010.

Agence pour le développement international des entreprises, Ubifrance fait profiter aux sociétés françaises de son large réseau de contacts professionnels à l’étranger.

Ubifrance sélectionne des salons professionnels stratégiques dans le monde entier et y organise la présence française.

Pour les professionnels des vins et spiritueux, le rendez-vous est donné en Roumanie, les 12 et 13 Avril 2010. Ces 2 jours de séminaires comprendront un exposé sur le marché roumain réalisé par des intervenants locaux, la visite de points de vente à Bucarest et bien sûr une dégustation de vins français destinée aux acheteurs du marché roumain.

Ces « forum d’affaires » Ubifrance sont l’opportunité pour les vignerons français de créer des contacts et commencer à exporter ou renforcer leurs exportations vin. Les rendez-vous ciblés organisés par les Missions Economiques sont conçus pour apporter aux participants une aide efficace et faire avancer leur projet export.


Lieu : Bucarest, Roumanie.


Date : Les lundi 12 et mardi 13 Avril 2010.

 

Plus d’infos : Ubifrance

 

Source : www.liste-vin.fr

 

Cordialement le Blad.

Repost 0

Articles Récents

Liens