Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Polit-Buro.
  • Polit-Buro.
  • : Photos et commentaires des réunions du P.B. Lutte contre le complot des tristes et la morosité ambiante. Objectif: soutien de la viticulture française et des spiritueux.
  • Contact

Texte Libre

Recherche

8 juin 2010 2 08 /06 /juin /2010 06:11

Sous l'impulsion de la commune et du syndicat des vins de Fronton, avec le soutien du Pays Tolosan et le financement de l'Etat, de la Région, du Département et de la commune, la Maison des vins et du tourisme est sur le point d'ouvrir ses portes. Cette nouvelle structure sera inaugurée demain.

la labellisation de la Maison des vins et du tourisme en pôle d'excellence rurale, grand projet de pays et projet structurant pour le territoire a permis, dans le cadre du contrat de projets 2000-2007, d'obtenir un financement exceptionnel. 2 410 710 € ont été financés de la façon suivante : 505 372 € (20,96 %) par l'Etat, 607 055 € (27,82 %) par la Région, 507 491 € (21,05 %) par le Département, 727 292 €, (30,17 %) par Fronton.

Il s'agit d'un grand projet de pays pour la région Midi-Pyrénées qui a examiné et retenu la candidature de la maison des vins et du tourisme dans le cadre des grands projets de pays.

Un projet structurant également pour le conseil général qui a soutenu la commune de Fronton, notamment dans l'achat du château dans le cadre du contrat de terroir, avec une aide de 50 %. De plus, il a acté sa rénovation lors du comité départemental de programmation des politiques territoriales.

Résultat : 1000m2 au service du rayonnement du vignoble de l'AOC Fronton, et du développement du tourisme de terroir. AOC Fronton et produits du terroir, sur le même site : la « Maison» sera une vitrine du terroir où il sera possible de déguster la gamme des vins de Fronton. Les visiteurs trouveront également une salle de dégustation, un office de tourisme au service du Nord-Toulousain, des locaux techniques, des bureaux, une salle de formation, une salle de réception…

Une très belle réussite, gage du développement de tout un territoire.

 

Source : www.ladepeche.fr

 

Cordialement le Blad.

Repost 0
6 juin 2010 7 06 /06 /juin /2010 08:38

Exit le resvératrol, voici les procyanidines.

On a longtemps dit que le resvératrol contenu dans le vin était l'élément qui expliquait le paradoxe français.

Le professeur Roger Corder dit que c'était une erreur. Il ajoute d'ailleurs, comme de nombreuses études l'ont démontré, qu'il faudrait boire énormément de vin, soit cinq litres par jour, pour absorber la quantité nécessaire de resvératrol.

L'élément essentiel du vin et qui permet de protéger de l'arthérosclérose et de vivre plus longtemps est, selon le Pr Corder, un autre polyphénol : le procyanidine.

«Nos recherches ont conclu que les procyanidines alimentaires jouaient un rôle-clé dans la modification du fonctionnement vasculaire. Nous avons également découvert que les vins produits dans les régions où la population vivait plus longtemps que la moyenne contenaient des taux de procyanidines beaucoup plus élevées que les vins traditionnels d'autres régions.»

Ces régions étudiées par le Pr Corder sont la Sardaigne (province de Nuoro), la Crète et le Gers. C'est dans cette dernière région, où on produit le Madiran, qu'il y a deux fois plus d'hommes de 90 ans et plus que la moyenne française.

«Les procyanidines sont les polyphénols les plus abondants dans les vins rouges jeunes», selon Roger Cordier, professeur de médecine expérimentale à Queen Mary’s School of Medicine de Londres.

On en trouve aussi dans les pommes, le cacao, les grenades, les noix, les fruits à coques.

Selon le docteur Corder, les populations étudiées qui vivent longtemps consomment de 300 à 500 mg de procyanidines par jour. Certains vins en contiennent tellement, qu'il suffit de deux verres pour avoir sa dose quotidienne.

Cépages tanniques

Dans le raisin, ils proviennent des pépins. On en trouve surtout dans les vins rouges jeunes, tanniques, provenant de vieilles vignes, en altitude, aux petits rendements, aux petites baies et à macération longue. Certains cépages en contiennent plus que d'autres. Les cépages tanniques justement : tannat, malbec, mondeuse, sagrantino et cabernet sauvignon.

Les vins à longue macération, au long contact jus et pépin en contiennent plus.

La filtration, le collage, la surmaturité et le vieillissement du vin réduisent la quantité de procyanidines. L'auteur dit craindre aussi que les procédés modernes de fabrication du vin réduisent les taux de procyanidines.

Le bon docteur a analysé une grande quantité de vin et en suggère certains qui contiennent le plus de procyanidines. Il donne même des notes de 1 à 5 coeurs selon que le vin renferme de 30 à 120 mg de procyanidines par verre de 125 ml. Des vins de Madiran, Saint-Mont, Fronton et Iroulegy ont la note maximale.

Les cahors, Clos Triguedina, Le Cèdre et Haut-Montplaisir ont 4 coeurs. Des nebbiolos et sagrantinos obtiennent le maximum.

L'auteur suggère qu'on indique sur les étiquettes ou dans la fiche technique la quantité de procyanidines contenus dans la bouteille.

Certains le font déjà, comme le Domaine Saint-Guilhem, qui indique 2443 mg/L de OPC pour sa Renaissance 2006.

L'auteur nous dit qu'il ne faut pas avoir peur des vins tanniques, ce sont les meilleurs pour santé et de toute manière, il faut les boire en mangeant. «Les vins tanniques sont généralement plus agréables à boire en mangeant. ce qui est la façon la plus saine de consommer le vin.»

«C'est un fait : dans l'ensemble, les personnes qui boivent du vin sont en meilleure santé que les abstinents, et elles vivent souvent plus longtemps.»

Jacques Cartier sauvé

À l'hiver de 1534-1535, l'équipage de Jacques Cartier a été presque décimé par le scorbut à Québec. Les marins ont été sauvés par des Amérindiens de la tribu des Micmacs qui leur ont fait boire une infusion d'aiguilles et d'écorce de pin qui contiennent une bonne concentration de procyanidines.

Donc, un livre captivant, agréable à lire surtout avec un bon verre de vin rouge jeune et bien tannique pour nous racler et curer les artères.

La procyanidine est appelé aussi oligo-proanthocyanidines (OPC).

Roger Corder avait publié le résumé de ses premières expériences sur le sujet dans la revue Nature en 2006 Red wine procyanidins and vascular health.

Vous pouvez lire aussi une transcription d'une entrevue avec le Pr Corder pour le magazine Nature.
 

Boire mieux pour vivre vieux
Pr Roger Corder
2009
Éditions Thierry Souccar
Traduction de The Wine Diet 2007
314 pages
20,90 €
34,95 $
ISBN    2916878424, 9782916878423

Repost 0
6 juin 2010 7 06 /06 /juin /2010 08:34
Repost 0
6 juin 2010 7 06 /06 /juin /2010 08:23

Feria : un vin éventé, et l'affiche avec A Béziers, tout fout le camp ! Pensez que cette ville, longtemps noyautée par une franc-maçonnerie qui cultivait l'art du secret, se met à suer les révélations par tous les pores de sa peau. Le coup est parti avec ce qui fait la réputation de Béziers : le vin. Et c'est Midi Libre , il y a 15 jours, qui dévoila un nom qui ne devait être annoncé que ce vendredi : celui de l'un des vins de la Feria, signé Pugibet, vendu en bouteille en plastique. Y'a plus de respect, ni dans le secret, ni dans les emballages... Mais voilà que cette semaine, c'est la mairie qui s'y met, en faisant circuler l'affiche de la Feria sur cartons d'invitation, la veille de l'événement. Que le scoop du vin soit éventé, d'accord, qu'il en perde du coup un peu de son parfum, on peut comprendre. Mais cette sacro-sainte affiche dont on entretint si longtemps le suspense, c'est vraiment péché ! A. B.

 

Source : www.midilibre.com

 

 

Cordialement le Blad.

Repost 0
5 juin 2010 6 05 /06 /juin /2010 09:05

Vincent Pugibet tend la bouteille de rosé à André Manoukian. Le vigneron la laisse tomber avant que le créateur de l'affiche de la Feria ne s'en saisisse. Le people esquisse un pas de retrait. Mais plus de peur que de mal. Pas de casse. La bouteille est en plastique. « La prochaine étape, plaisante le vigneron du domaine de la Colombette à Béziers, c'est de trouver une bouteille qui rebondisse pour la rattraper et la décapsuler à la volée. » Oui, décapsuler. Car en plus d'être en plastique, la bouteille est dotée d'une capsule à vis.
L'information que vous avez révélé Midi Libre le 23 mai dernier s'est donc révélée exacte. Les vins officiels de la Feria sont conditionnés dans des bouteilles en PET, autrement dit du polyéthylène . Le rosé de la Colombette mais

aussi le rouge de la cave coopérative de Cers - Portiragnes - Villemeuve-lès-Béziers. 45 000 bouteilles sont prêtes. « Il y a un double avantage à ce conditionnement , soulignent le vigneron et le directeur de la cave coopérative. Pas de tesson de bouteille, pas de bris de verre par terre qui peuvent blesser ou rendre le nettoyage dangereux. Mais aussi un avantage environnemental indéniable avec un excellent bilan carbone. Déjà des normes sont en cours d'élaboration dans certains pays pour que l'emballage n'excède pas 25 % du poids total du produit. » Question qualité gustative, ces professionnels assurent qu'il n'y a aucune déviance. De toute façon, les vins officiels de la Feria sont des vins plaisirs et en aucun cas pensés de garde. Et au goût ? Le rouge développe des arômes de petits fruits rouges, le rosé d'agrumes et de fraise Garriguette. Ch. G.

 

Source : www.midilibre.com

 

Cordialement le Blad.



Repost 0
4 juin 2010 5 04 /06 /juin /2010 07:54

bethune@info-artois.fr

Pourquoi les constructeurs du beffroi s'approvisionnaient-ils dans cette région ? Les comptes domestiques de Mahaut d'Artois, épluchés par un ancien archiviste du Pas-de-Calais, nous apprennent que les crus du sud-ouest et d'Espagne arrivaient en tonneaux dans les ports de mer du Crotoy et de Calais puis étaient acheminés à l'intérieur des terres par les rivières, mais ne nous renseignent pas sur leur bouquet. « Aujourd'hui, en Charentes, on ne produit plus que du pineau, du cognac et un petit vin consommé sur place », répond Paul Boisnard qui exploite un vignoble d'une quinzaine d'hectares. Consacrant plus de vingt week-ends par an à des salons et à des foires, il commercialise directement sa production : « Je préfère vendre aux particuliers. Au fil des ans, je me fais ma clientèle. Les gens savent que je vais revenir. Ils me téléphonent pour passer commande.

Quand j'arrive sur la place, ils voient ma plaque d'immatriculation et se disent : tiens ! Le Charentais est là. »

Bois de Palestine

À Béthune, Paul Boisnard apprécie l'emplacement, l'accueil et le plaisir de retrouver des collègues : « Avec l'Alsacien et le Champenois, on fait d'autres foires ensemble. » À ses yeux, la diversité de l'offre est une des clés de la réussite d'un salon de ce type. Ce printemps, le marché du terroir accueille un nouveau vigneron en provenance du beaujolais. Il ne manquera guère que l'île de Beauté pour que la France viticole soit entièrement représentée sous le chapiteau.

À l'époque des constructeurs du beffroi, le fromage voyageait moins que le vin. Mais peut-être arrivait-il, comme ce week-end, qu'un commerçant d'Abbeville vienne en présenter un plateau.

Quant aux échanges avec le Proche Orient (entre autres cadeaux et accessoires de décoration, il y aura des objets en bois d'olivier de Palestine au marché des terroirs), ils ne datent pas d'hier dans la ville de Conon, un trouvère qui s'est illustré aux croisades.

Les gastronomes du Moyen-Âge étaient friands de cygne, de héron mais on ignore quelle curiosité ils auraient manifesté pour les spécialités que présentera ce week-end un éleveur d'escargots de l'agglomération. Ils raffolaient des épices : gingembre, cannelle, safran, cardamome. Ce week-end, c'est au seul stand impossible à dénicher sur la Grand-Place au XIVe siècle qu'il faudra chercher les saveurs fortes : celui des spécialités antillaises. •

 

Source : www.lavoixdunord.fr

 

Cordialement le Blad.

 

 

Repost 0
4 juin 2010 5 04 /06 /juin /2010 07:54

La chapelle Saint-François-Xavier était bondée, samedi, pour célébrer la quatrième édition de l'exposition « De l'art et du vin ». Le Cercle Taurin recevait l'APAJH 11. C'est désormais une habitude pour les artistes usagers et hébergés dans les foyers et les établissements de service d'aide par le travail d'exposer leurs toiles et de faire déguster le vin produit sur un domaine de la région narbonnaise.

 

Source : www.ladepeche.fr

 

 

Cordialement le Blad.

Repost 0
3 juin 2010 4 03 /06 /juin /2010 06:20
 

 

(Zonebourse.com) Agility, c’est le nom donné par le numéro deux mondial des vins et spiritueux pour définir sa nouvelle architecture. Pas de grands virages stratégiques, juste une réorganisation pour mieux valoriser ses grandes acquisitions des dernières années (Seagram, Allied Domecq et Vin & Sprits) et une trajectoire qui colle au mieux à l’environnement économique. Cette adaptation stratégique, couplée à la poursuite des gains de productivité, à la réduction de la dette et à la baisse de l’euro devrait permettre au groupe d’assurer une croissance significative de ses résultats malgré l’environnement. Le consensus y croit et vise une cible moyenne à son plus haut à 68,50 EUR. Les marchés font également preuve de clémence, le titre superforme l’indice depuis le début de l’année.

Techniquement, la tendance est haussière et soutenue par la moyenne à 50 semaines ainsi que par un grand canal ascendant qui encadre son évolution depuis début 2009. Le titre a échoué sous la résistance de ce canal en avril dernier et vient logiquement reprendre appui sur sa base à 59 EUR. Tant que cette dernière reste en soutien, la configuration reste positive avec la perspective de nouveaux sommets annuels.
A plus court terme, le titre est passé récemment dans une tendance baissière sous les moyennes mobiles à 20 et 50 jours et trouve désormais son point d’inflexion à 62,20 EUR. Ce seuil fait l’objet d’intenses négociations sur fond de reprise des indicateurs et oscillateurs quotidiens. Les volumes restent modestes et devront sans doute prendre de l’ampleur pour libérer un possible rattrapage. C’est un scénario que nous suivons attentivement : une reprise des volumes et un dépassement des 62,20 EUR pour viser un rattrapage vers 66.7 EUR dans un premier temps. Au-delà, un nouveau plus haut sera envisagé à 71,5 EUR.

Les plus actifs peuvent se positionner en amont du signal par l'intermédiaire du warrant Commerzbank F495Z pour viser les 66.7 EUR et ainsi réaliser une plus value de l'ordre de 80%. On solderait la position si le titre repassait sous les 58,5 EUR soit un risque limité à 35%.


Source : www.boursorama.com

 

Cordialement le Blad.

 

Repost 0
2 juin 2010 3 02 /06 /juin /2010 06:18
 
 
Verdoso Industries, spécialisé dans le management des restructurations d’entreprise a acquis le 31 Mai 2010, le bloc majoritaire (55,8%) de HENRI MAIRE SA, détenu jusqu’alors par les actionnaires historiques (Enfants d'Henri Maire et M MENEZ).
Créée en 1939 par Henri MAIRE, la société est spécialisée dans la production et la commercialisation de vins, provenant essentiellement du Jura. Rendu célèbres par le Vin Fou, la société Henri Maire est remarquable par la spécificité de sa force de vente (82% des vins sont vendus directement aux consommateurs). Déficitaire depuis 2 ans, la prise de contrôle de Henri Maire par Verdoso industries s’inscrit dans le cadre d’un plan d’action destiné à redresser la situation de la société. Sur le terrain financier, restructuration de l’endettement et apport de fonds propres garanti par Verdoso Industries. Sur le plan du management : L’équipe de direction sera renforcée par deux personnes. François-Xavier Henry rejoindra le Directoire d’Henri Maire SA aux côtés des dirigeants actuels (Bernard Langlois, Président du directoire et Emmanuelle Defrasne, Directrice générale), et Olivier Marchand conduira une équipe dédiée au développement commercial.
Pour Patrick Coupier, associé de Verdoso Industries : « Le modèle économique original d’intégration verticale depuis la vigne jusqu’au client est porteur , et nous entendons le développer ».

NB : La société Henri Maire SA est cotée à EURONEXT Paris. Une procédure de garantie de cours a été initiée à l’intention des actionnaires minoritaires, qui représentent actuellement 40,94 % du capital.
Cordialement le Blad.
Repost 0
1 juin 2010 2 01 /06 /juin /2010 06:13

Gilbert Perrier, président du Comité interprofessionnel des vins de Savoie, et Michel Bouche, le directeur, annoncent l'ouverture de d'une œnothèque, vendredi 4 juin prochain.

L'œnothèque, à la fois comptoir d'initiation à la dégustation et espace de vente, est dédiée aux vignobles savoyards. Elle est associée à la Maison de la vigne et du vin.

Les vins de Savoie composent aujourd'hui une gamme de vins diversifiés, identifiés par leurs terroirs, le savoir-faire et la passion des vignerons. Il fallait un lieu pour les célébrer et les goûter. C'est désormais chose faite.

Fruit d'une longue préparation, au cœur du vignoble dans un lieu calme propice aux dégustations conviviales, l'œnothèque est un vaste espace lumineux, où 180 vins différents reposent sur des étagères de bois. 60 vignerons ont répondu à l'appel du Comité, proposant chacun trois de leurs vins les plus particuliers - soit un bel échantillon des 650 viticulteurs de l'espace "Vins de Savoie". De quoi flatter nos sens et les couleurs du pays.

Le public sera accueilli par Frank Berkulès et le personnel de la Maison.

Horaires : vendredi et samedi, de 10 heures jusqu'à 17 heures.

En juillet et août, l'œnothèque sera ouverte en semaine.

Tél. : 04 79 33 44 16.

 

Source : www.ledauphine.com

 

Cordialement le Blad.

Repost 0

Articles Récents

Liens