Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Polit-Buro.
  • Polit-Buro.
  • : Photos et commentaires des réunions du P.B. Lutte contre le complot des tristes et la morosité ambiante. Objectif: soutien de la viticulture française et des spiritueux.
  • Contact

Texte Libre

Recherche

28 juillet 2010 3 28 /07 /juillet /2010 08:34

PAR AMÉLIE VERMEULEN

hazebrouck@lavoixdunord.fr

Du vin blanc en Flandre, région fameuse pour ses nuages, ses températures plutôt fraîches, bref, son climat pas franchement idéal ? Voilà une idée qui peut surprendre au pays de la bière. C'est pourtant celle, très réfléchie, de Martin Bacquaert, producteur à Westoutre, à deux pas du mont Noir. « Dans la zone d'appellation du Heuvelland. » Son master « vigne et vin » en poche, le jeune Belge de 29 ans, qui manie le français aussi bien que le flamand, s'est lancé dans l'aventure il y a deux ans. « Une passion héritée de mon père », confesse-t-il.

C'est en effet ce dernier, négociant en vin, qui a eu l'idée, en 2004, de planter des vignes sur les terres familiales. Juste en dessous du télésiège du mont Noir.

Mille pieds pour commencer, puis quatorze mille dès l'année suivante ! Une progression exponentielle, et Martin Bacquaert ne compte pas s'arrêter en si bon chemin : à la tête de 4,5 hectares de vignoble aujourd'hui, il a l'intention d'en replanter 1,5 hectare l'an prochain. Avec l'objectif avoué de doubler sa production actuelle (15 000 bouteilles par an) d'ici cinq à six ans. Un pari risqué ? « Peut-être », admet le jeune homme, souriant. Confiant, aussi : « l'un de mes vins a décroché cette année une médaille d'argent au concours mondial de Bruxelles », glisse-t-il, le regard tourné vers un grand diplôme posé près d'une fenêtre, dans la salle de dégustation de son exploitation. Un sésame qui le conforte un peu plus dans la voie qu'il a empruntée, malgré les difficultés qu'elle comporte. Le manque de soleil, notamment, qu'il faut bien réussir à pallier... Des contreparties, des astuces, peut-être ?

Une exposition plein sud, pour commencer. « Le "secret", c'est surtout de planter les bons cépages sur les bons sols », indique Martin Bacquaert. Il a fait le choix du chardonnay, du pinot gris et de deux cépages allemands, le kerner et le siegerrebe. L'an dernier, il a ajouté du pinot noir : les premières bouteilles de vin rouge sont attendues pour 2012. Encore un challenge.

« Un avantage, c'est qu'on a ici un sol sablo-limoneux, qui conserve bien la chaleur du soleil et stimule la maturité du raisin, détaille le viticulteur. Et ce qu'on fait aussi, c'est qu'on laisse monter le feuillage des vignes assez haut, jusqu'à plus de deux mètres, pour capter au mieux l'énergie du soleil. » Pour aider Martin Bacquaert dans sa tâche, un stagiaire et un saisonnier. Son père, aussi, vient donner un coup de main de temps en temps. Mais ce n'est qu'au moment des vendanges, en octobre, que l'équipe s'étoffe vraiment, avec plusieurs dizaines de personnes en renfort. Pas la peine, pour autant, d'aller sonner à la porte de l'exploitation : le jeune producteur travaille avec des habitués. Quant à la récolte 2010, elle s'annonce « plutôt bonne ». « La chaleur du mois de juillet a comblé le retard pris en raison de l'hiver vigoureux. » •

Entre-Deux-Monts, Rodebergstraat 69A, 8954 Westouter (Belgique).

 

 

Siurce  :  www.entre-deux-monts.be.

 

Cordialement le Blad.

Repost 0
26 juillet 2010 1 26 /07 /juillet /2010 15:14

Le groupe de vins et spiritueux annonce ce lundi une réorganisation de ses filiales et de ses marques destinée à renforcer son internationalisation. Il crée notamment une filiale pour l'Afrique sub-saharienne.

 

Le groupe Pernod Ricard veut partir à la conquête de nouveaux marchés et cela passe par une réorganisation de ses filiales. Conformément au projet d'entreprise "Agility", l'industriel français annonce ce lundi un remaniement de ses marques.

Première mesure, le groupe de vins et spiritueux crée la société de marque "Premium Wine Brands" pour "accélérer le développement international de ses marques [de vin] au sein du réseau de distribution Pernod Ricard". L'entité regroupe ainsi les vins australiens (Jacob's Creek), néo-zélandais (Montana et Brancott), ainsi que les marques de vins espagnols et argentins à vocation internationale (Campo Viejo et Graffigna). La filiale sera dirigée par Jean-Christophe Coutures, actuellement Président-Directeur Général de Pernod Ricard Pacific.

Coté alcools forts, l'industriel français annonce une enseigne unique pour les vodkas internationales qui sera en charge d' "élaborer de la stratégie du Groupe sur l'ensemble du segment Vodka". Les marques ABSOLUT, Frïs et Wyborowa seront ainsi regroupées dans la filiale "The Absolut Company" qui continuera par ailleurs à gérer les marques Malibu et Kahlúa.

Enfin, le groupe a annoncé la création d'une filiale dédiée spécifiquement à l'Afrique subsaharienne. Baptisée Pernod Ricard Sub-Saharan Africa, elle a pour objectif "d'accélérer le développement du Groupe dans cette région à fort potentiel". L'entité sera dirigée par Henry Carew, actuellement Directeur Général de Pernod Ricard Southern Central Europe.

 

Pernod Ricard 

 

source : www.latribune.fr

 

Cordialement le Blad.

Repost 0
25 juillet 2010 7 25 /07 /juillet /2010 07:37

Pays d'eau et de vin, la haute vallée de l'Orb est un écrin niché dans le Parc naturel régional du haut Languedoc. On peut également y découvrir des vins de Pays dont la typicité est liée à la hauteur.
Ces vignobles de montagne donnent des vins rouges, des vins blancs et des vins rosés que les vignerons ne manquent pas d'élever avec passion et fierté. La diversité des sols, l'altitude (coteaux entre 200 et 650 mètres) mêlées au climat méditerranéen tempéré en font des vins très originaux d'une grande expression aromatique.
Le syndicat des vins de pays de la haute vallée de l'Orb comprend 13 caves particulières et 2 caves coopératives réparties sur 32 communes, dont Bédarieux et ses trois domaines viticoles.
La Maison des vins est une vitrine des crus d'un terroir allant d'Avène

à Olargues et Roquebrun. Lieu de dégustation, d'animation et de présentation, elle donne rendez-vous aux visiteurs pour une dégustation sur le parvis de la Médiathèque (21, avenue Abbé-Tarroux).



 

Horaires d'ouvertures : tous les jours de 18 h à 20 h (sauf le vendredi et le dimanche). Renseignements auprès de l'office de tourisme : 1, rue de la République à Bédarieux ou par téléphone au 04 67 95 08 79, tourisme@bedarieux.fr

 

Source : www.midilibre.com  

 

Cordialement le Blad.

 

Repost 0
24 juillet 2010 6 24 /07 /juillet /2010 07:10

générations de viticulteurs comme nos pairs », constate Jean-Claude Aloird, l'heureux propriétaire du château Les Marceaux. Tout d'abord pour aller dans Lesparre, jusqu'à eux, il faut le vouloir vraiment.

Même si leur signalétique est claire, il est un peu laborieux de trouver le chemin des Carrières au lieu dit Les Marceaux. « À la pancarte du lieu-dit, tourner à droite, en venant de Lesparre, par la route de Saint-Germain-d'Esteuil… Vous verrez, nous sommes tout de sui- te à gauche », explique Florence Aloird, l'épouse du vigneron. Elle ajoute : « Pour être plus accessible, nos prochaines plaquettes comporteront les coordonnées GPS de l'exploitation ».

En ce moment, le chai est d'autant plus repérable qu'une colonie de l'Action biblique s'est installée pour l'été. Les cris des enfants en train de jouer peuvent guider le visiteur qui arrive à l'accueil, flambant neuf et bien aménagé.

Tout commence en 2001

Les époux Aloird, que rien ne prédestinait vraiment à la viticulture, lui étant né à Bordeaux-Caudéran et elle, à Lens dans le Pas-de-Calais, se retrouvent cependant à la tête d'une exploitation de neuf hectares de cabernet et de merlot, sur Lesparre et Saint-Yzans où ils ont fait leurs premières armes en tant que coopérateurs de la cave Saint-Brice.

Leur carrière indépendante a commencé en 2001 quand ils bâtissent leur chai particulier. « Nous avons débuté avec 20 barriques, maintenant nous en avons 58 », commente Jean-Claude Aloird qui ne tient pas, par ces temps de crise, à faire du triomphalisme. Mais tout de même, la montée en puissance est là, même si l'homme s'en défend. Il dit encore travailler « sans filet » avec un rendement de parcelle raisonné. Le viticulteur rend d'ailleurs hommage à Didier Roba, du château Vieux Robin à Bégadan « pour m'avoir appris le métier ».

Si les millésimes du château Les Marceaux reçoivent un bon accueil du guide « Hachette des vins » où il a obtenu, par exemple, une étoile en 2006, il n'empêche qu'il faut vendre la production. C'est pour cette raison que les Aloird « roulent beaucoup » pour faire foires et marchés, « surtout l'été » au moment où le travail de la vigne leur laisse un répit suffisant pour écouler leurs récoltes précédentes.

Échanges de bons procédés

On peut retrouver l'enseigne dans le circuit des marchés de producteurs de pays. Ils étaient, par exemple, présents à Lesparre lundi dernier. Ils travaillent en nocturne tous les mardis au Verdon-sur-Mer et tous les mercredis de l'été à Saint-Vivien.

Parallèlement à l'exploitation et à la commercialisation du château Les Marceaux, Florence Aloird a créé une structure commerçante, « Les Marceaux choisis », qui leur permet de vendre des vins d'autres régions viticoles : champagne et pineau, vins rosés et blancs de Bordeaux, muscadet et un loupiac. « C'est un échange entre les propriétaires qui sont devenus des amis et vendent, dans leur région, des bouteilles de notre château » explique encore Jean-Claude Aloird.

Présents, début août, à la Foire aux vins de Lesparre, ces jeunes vignerons qui ne totalisent pas 100 ans à eux d'eux, sont aussi, les parents de trois jeunes gens - des jumeaux et une fille - qui tous font médecine au sein du Service de santé des armées de Bordeaux. Pas sûr qu'ils ne deviennent à leur tour vignerons…

 

 

Source : www.sudouest.fr

 

Cordialement le Blad.

Repost 0
23 juillet 2010 5 23 /07 /juillet /2010 14:46

Si la blanquette trouve ses origines en 1 531 dans les caves de l'abbaye de Saint-Hilaire découverte par un moine curieux, grâce aux vignerons elle deviendra appellation d'origine contrôlée en 1938. Pour les vins tranquilles blancs il faudra attendre 1959, suivis par les crémants dans les années quatre-vingt-dix et le rouge en 2000. Une histoire viticole riche qui ne peut pas laisser indifférent un touriste en quête d'authenticité. Les viticulteurs du syndicat du cru Limoux l'ont bien compris et veulent pousser le tourisme vigneron. Qui a fait la route des vins en Bourgogne, en Champagne, a vu l'engouement , et à Limoux tous les ingrédients sont réunis pour ouvrir sur de nouveaux horizons économiques. Une plus value, pour la vieille Europe, qui à l'inverse du nouveau monde sait faire du très bon vin et possède ce supplément d'âme, d'hommes qui ont su à la fois élever des monuments et développer leurs vignobles. Au printemps 2 011 devrait être éditer une plaquette sur la nouvelle route des vins en partenariat avec le comité départemental du tourisme. En attendant le syndicat du cru Limoux va demander à une agence externe à la région, une étude pour définir plusieurs scénarios possibles de développements de concert avec les collectivités territoriales et les acteurs traditionnels du tourisme. Certains montrent déjà du doigt l'hébergement, insuffisant dans le limouxin, hôtels, chambres d'hôtes, gîtes, idem pour la restauration. Peu importe les esprits chagrins, les premiers rosiers avec une couleur par terroir ont été plantés, la route du vin se dessine, premières découvertes les 6, 7 et 8 août avec Vigne et Terroir. Quatre vignerons ouvriront leurs portes et leurs bouteilles, Domaine Faure, Maison Robert, Georges Pous, Philippe Satgé, le château de Flandry, son carré des toques et son carré des sommeliers, le 6 août les vignerons de Saint Hilaire feront déguster dans l'abbaye.

 

Source : www.ladepeche.fr

 

Cordialement le Blad.

Repost 0
22 juillet 2010 4 22 /07 /juillet /2010 09:35

Pernod Ricard vend Marqués de Arienzo?, la Bodega ainsi que les vignobles associés pour 28 millions d'euros

Regulatory News:

Communiqué?Paris, 22 juillet 2010

Pernod Ricard (Paris:RI) annonce la vente, par sa filiale Domecq Bodegas, des marques de vin espagnol Marqués de Arienzo?et Viña Egu?a?ainsi que la bodega et 358 hectares de vignobles et terrains associés à un consortium d'acheteurs composé de Vinos de los Herederos del Marqués de Riscal SA et Gangutia S.L. (Bodegas Muriel) pour un montant de 28 millions d'euros.

Cette opération a été signée et son montant payé comptant simultanément le 21 juillet 2010.

Pernod Ricard a été conseillé dans cette transaction par BBVA Corporate Finance et Cuatrecasas-Gonçalves-Pereira.

A propos de Vinos de los Herederos del Marqués de Riscal SA

Vinos de los Herederos del Marqués de Riscal a toujours été une entreprise pionnière et de référence dans le secteur. En 1858, la société est ainsi devenue la première bodega de Rioja à élaborer ses vins selon des méthodes bordelaises. En 1972, elle fut également la première bodega à lancer la Dénomination d'Origine Rueda?où sont élaborés ses vins blancs renommés. Elle a récemment inauguré la Ciudad del Vino, avec un bâtimentconçu par l'architecte Frank O. Gehry, qui se veut l'?uvre la plus avant-gardiste réalisée à date par une bodega espagnole. Marqués de Riscal commercialise ses produits dans plus de 92 pays et jouit des distinctions les plus élevées de par le monde, ainsi que de nombreux prix et références dans la presse spécialisée.

A propos de Gangutia S.L.

Le groupe Bodegas Muriel-Gangutia est actuellement dirigé par la troisième génération de la famille Murúa (Murúa Gangutia), qui a développé la commercialisation de ses vins de Rioja, réalisant 80% de ses ventes à l'international.

A propos de Pernod Ricard

Pernod Ricard est le co-leader mondial des Vins et Spiritueux, avec un chiffre d'affaires consolidé de 7 203 millions d'euros en 2008/09. Né en 1975 du rapprochement de Ricard et Pernod, le Groupe s'est développé tant par croissance interne que par acquisitions : Seagram (2001), Allied Domecq (2005) et Vin&Sprit (2008).

Pernod Ricard possède l'un des portefeuilles de marques les plus prestigieux du secteur : la vodka Premium Absolut, le pastis Ricard, les Scotch Whiskies Ballantine's, Chivas Regal, Royal Salute et The Glenlivet, l'Irish Whiskey Jameson, le cognac Martell, le rhum Havana Club, le gin Beefeater, les liqueurs Kahlúa et Malibu, les champagnes Mumm et Perrier-Jouët ainsi que les vins Jacob's Creek, Montana, Campo Viejo et Graffigna.

Le Groupe compte près de 19 000 collaborateurs et s'appuie sur une organisation décentralisée, composée de 6 « Propriétaires de marques » et 70 « Filiales de distribution » présentes sur chaque marché clé. Le Groupe est fortement impliqué dans une politique de développement durable et encourage à ce titre une consommation responsable de ses produits.

La stratégie et les ambitions de Pernod Ricard sont fondées sur 3 valeurs clés qui guident son développement : esprit entrepreneur, confiance mutuelle et fort sens éthique.

Pernod Ricard est coté sur NYSE Euronext (Mnémo : RI ; Code ISIN : FR0000120693) et fait partie de l'indice CAC 40.

Pour plus d'informations, connectez-vous sur www.pernod-ricard.com

 

 

Pernod Ricard

Olivier CAVIL, +33 (0)1 41 00 40 96

Directeur de la Communication

ou

Florence TARON, +33 (0)1 41 00 40 88

Responsable Relations Presse

ou

Denis FIEVET, +33 (0)1 41 00 41 71

Directeur, Communication Financière & Relations Investisseurs

 

Source : TF1 News

 

Cordialement le Blad.

 

Repost 0
19 juillet 2010 1 19 /07 /juillet /2010 06:50

Une voiture de police pour ouvrir la route. Une grosse limousine, avec un drapeau chinois et un drapeau tricolore flottant au vent : le déplacement d'Alain Rousset, président du conseil régional d'Aquitaine à Wuhan, capitale du Hubei (Chine centrale) a pris samedi des allures de visite officielle. De l'université à l'hôpital, en passant par des laboratoires de pointe dans le domaine des lasers, la délégation aquitaine a régulièrement été accueillie par des banderoles lui proclamant la bienvenue en lettres blanches sur fond rouge. Pour situer les enjeux, il suffit de savoir que la ville de Wuhan abrite 9,3 millions d'habitants au coeur d'une région de 60 millions de personnes ! Les Aquitains, avec leurs trois millions d'habitants ont eu par moments le vertige !

Une cave sous douane

En fin de matinée samedi, deux conventions de coopération ont été signées avec les représentants de la province de Hubei, en particulier le premier secrétaire du comité provincial du parti communiste chinois.

Un premier document a pour ambition de faciliter l'importation des vins du Sud-Ouest. Aujourd'hui, l'acheteur doit acquitter des taxes représentant 50 % de la valeur du produit. C'est un frein considérable. « Il est très difficile de vendre des produits en Chine, sans faire de démonstration » explique un membre de la représentation aquitaine ouverte voilà dix-huit mois à Wuhan. L'idée est donc d'obtenir l'accord des autorités pour la création d'un centre logistique, sous douane. Les vins pourraient y être présentés et dégustés par d'éventuels importateurs sans avoir à acquitter les taxes. Les viticulteurs de la région seront invités à envoyer leurs produits pour constituer cette vitrine. Il est prévu d'organiser fin octobre un « festival » des vins d'Aquitaine.

Le royaume de la fibre optique

L'autre convention concerne des activités de pointe : celle des lasers. Sur 550 km² - oui bien un demi millier !- la région de Wuhan aménage depuis une dizaine d'années une zone de haute technologie dénommée « la vallée optique ». On y trouve la première usine de fabrication de fibre optique au monde. Pas moins de 500 000 personnes y travaillent dont 70 % d'ingénieurs. Le tout dans un réseau de quarante-six universités fréquentées par 1,1 million d'étudiants. « Bon, bon, je crois que l'on va essayer de coopérer avec vous » a glissé un Alain Rousset, quasi sonné en découvrant ces chiffres. Les Chinois sont intéressés par des techniques développées dans la « route des lasers » qui se constitue dans la région bordelaise. Il est également envisagé des échanges d'étudiants et un diplôme commun.

« Nous avons devant nous le monde entier : cela vaut la peine de coopérer » a lancé un responsable de la vallée optique. La délégation aquitaine -qui comprend une dizaine de chefs d'entreprises - poursuit en ce début de semaine ses découvertes par une autre forme de gigantisme : celui de Shangaï et de sa foire internationale.

 

Source : www.larepubliquedespyrennees.fr

 

Cortdialement le Blad.

Repost 0
18 juillet 2010 7 18 /07 /juillet /2010 11:49

Le magnat du vin Bernard Magrez, propriétaire de 35 châteaux dans le monde, a fondé à Bordeaux sa Villa Médicis à destination de jeunes artistes prometteurs, "obligatoirement dans le besoin", pour leur donner "une chance de s'en sortir". Parti du bas de l'échelle, avec un simple CAP d'affûteur-scieur, Bernard Magrez, 73 ans, aujourd'hui à la tête d'un empire de grands crus classés à Bordeaux et de vignobles en Europe, Amérique latine, Californie, Maroc et Japon, a désormais pour mission de "redonner" à ceux qui en ont besoin, comme lui il y a des dizaines d'années, un "coup de pouce" pour percer. "C'est mon devoir", dit-il. "Ma mission est de redonner et d'aider des artistes qui ont à la fois du talent et de l'envie", souligne ce passionné d'art, grand collectionneur de bronzes du XIXe siècle, de toiles de son ami Buffet et d'oeuvres en tous genres achetées sous le coup de "l'émotion". "Le plus difficile sera de choisir les artistes", raconte-t-il. Un comité composé de spécialistes de chaque discipline, en collaboration avec l'école des Beaux-Arts de Bordeaux, fera la sélection à ses côtés. A partir de septembre, une trentaine de peintres, photographes et vidéastes d'art contemporain seront accueillis au Château Labottière à Bordeaux, hôtel particulier du XVIIIe siècle, acquis il y a une quinzaine d'années, siège du nouvel Institut culturel Bernard Magrez. Une galerie y sera spécialement dévolue aux plus jeunes, de 18 à 25 ans, qui expliqueront leur art à leur génération à des horaires et dans des lieux "conviviaux" (de 17H00 à minuit). "C'est beaucoup plus dynamique sur le chemin de la découverte de l'art contemporain qu'un musée traditionnel", explique son concepteur. Sa "Villa Médicis", Bernard Magrez ne la veut pas figée. A peine fondée, il songe déjà à y installer l'art figuratif qu'il affectionne. En parallèle, à Château Fombrauge, grand cru classé de Saint-Emilion appartenant au magnat du vin, une poignée de jeunes musiciens, solistes violonistes et harpistes, seront nourris et logés pour trois à cinq mois le temps de "composer et perfectionner leur art" à l'abri des contingences matérielles. Au Château Latour Carnet, dans le Médoc, autre grand cru classé de M. Magrez, où Montaigne et La Boétie étaient devenus amis, des écrivains, recalés du Goncourt, Fémina ou du prix Interallié, des "seconds couteaux qui ont toutes les raisons d'être les premiers", plancheront sur l'amitié. Un prix littéraire éponyme sera remis par les acteurs Gérard Depardieu et Jacques Weber. "Ca me coûte de l'argent", admet Bernard Magrez, sans vouloir dévoiler le budget de sa fondation. Mais "avec certains moyens financiers que je n'avais pas au début, je veux redonner aussi financièrement", dit-il, en s'appuyant sur sa maxime: "A nous deux la vie!".

 

Source : www.lemonde.fr

 

Cordialement le Blad.

Repost 0
16 juillet 2010 5 16 /07 /juillet /2010 06:57

Eau, terre et vin à Sallèles C'est l'histoire d'un territoire façonné par la main de l'homme... Pétri comme l'argile dont on fait les poteries, caressé par l'eau qui l'irrigue de part en part, sculpté par l'ancestrale culture de la vigne. C'est ainsi qu'est né le festival "Eau, terre et vin" qui se déroulera, toute la journée, dimanche 18 juillet à Sallèles-d'Aude.
Au programme : joutes sur le canal de Jonction, ateliers pour enfants et adultes (la nez-gustation, la pressée de raisin, fabrication de catamarans, peinture à la terre, tournage et modelage), expositions, artisanat, vide-greniers, bodegas. Et bien sûr, les vignerons du cru seront présents pour une dégustation-vente de vins et tapas du pays. Le soir venu, place à la musique avec le festival Convivencia qui fait escale

à Sallèles-d'Aude.
A 20 h, La Carrau, l'un des groupes qui a révolutionné la musique catalane. A 21 h 30, place aux Castafiores, groupe 100 % audois. Les deux formations se produiront sur le pont d'une péniche amarrée le long du canal.
Festival "eau, terre et vin", dimanche 18 juillet dès le début de matiné à Sallèles-d'Aude.
Renseignements au 04 68 46 68 46 ou sur le site www.sallelesdaude.fr.

 

Source : www.midilibre.com

 

Cordialement le Blad.

Repost 0
15 juillet 2010 4 15 /07 /juillet /2010 07:42

Les prix des vins de Bordeaux millésimés 2009 ont atteint des records ! Alors que le cru de 2005 avait déjà été exceptionnel, celui de 2009 s'établit 20 à 30% plus cher en moyenne.

"Les prix se sont envolés sur les marques les plus fortes avec un millésime exceptionnel, happées par la spéculation et l'arrivée des Chinois qui ont pesé sur les prix", analyse François Lévêque, président du Syndicat régional des courtiers en vins et spiritueux de Bordeaux.

La demande chinoise représente une bouffée d'air pour le marché du vin qui a vu ses exportations baisser de 14% en volume et 23% en valeur en 2009. En revanche, le marché chinois était déjà en effervescence, avec une augmentation record de 97% des volumes.

 

Source : www.boursier.com

 

Cordialement le Blad.

Repost 0

Articles Récents

Liens