Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Polit-Buro.
  • Polit-Buro.
  • : Photos et commentaires des réunions du P.B. Lutte contre le complot des tristes et la morosité ambiante. Objectif: soutien de la viticulture française et des spiritueux.
  • Contact

Texte Libre

Recherche

3 juin 2010 4 03 /06 /juin /2010 06:20
 

 

(Zonebourse.com) Agility, c’est le nom donné par le numéro deux mondial des vins et spiritueux pour définir sa nouvelle architecture. Pas de grands virages stratégiques, juste une réorganisation pour mieux valoriser ses grandes acquisitions des dernières années (Seagram, Allied Domecq et Vin & Sprits) et une trajectoire qui colle au mieux à l’environnement économique. Cette adaptation stratégique, couplée à la poursuite des gains de productivité, à la réduction de la dette et à la baisse de l’euro devrait permettre au groupe d’assurer une croissance significative de ses résultats malgré l’environnement. Le consensus y croit et vise une cible moyenne à son plus haut à 68,50 EUR. Les marchés font également preuve de clémence, le titre superforme l’indice depuis le début de l’année.

Techniquement, la tendance est haussière et soutenue par la moyenne à 50 semaines ainsi que par un grand canal ascendant qui encadre son évolution depuis début 2009. Le titre a échoué sous la résistance de ce canal en avril dernier et vient logiquement reprendre appui sur sa base à 59 EUR. Tant que cette dernière reste en soutien, la configuration reste positive avec la perspective de nouveaux sommets annuels.
A plus court terme, le titre est passé récemment dans une tendance baissière sous les moyennes mobiles à 20 et 50 jours et trouve désormais son point d’inflexion à 62,20 EUR. Ce seuil fait l’objet d’intenses négociations sur fond de reprise des indicateurs et oscillateurs quotidiens. Les volumes restent modestes et devront sans doute prendre de l’ampleur pour libérer un possible rattrapage. C’est un scénario que nous suivons attentivement : une reprise des volumes et un dépassement des 62,20 EUR pour viser un rattrapage vers 66.7 EUR dans un premier temps. Au-delà, un nouveau plus haut sera envisagé à 71,5 EUR.

Les plus actifs peuvent se positionner en amont du signal par l'intermédiaire du warrant Commerzbank F495Z pour viser les 66.7 EUR et ainsi réaliser une plus value de l'ordre de 80%. On solderait la position si le titre repassait sous les 58,5 EUR soit un risque limité à 35%.


Source : www.boursorama.com

 

Cordialement le Blad.

 

Repost 0
2 juin 2010 3 02 /06 /juin /2010 06:18
 
 
Verdoso Industries, spécialisé dans le management des restructurations d’entreprise a acquis le 31 Mai 2010, le bloc majoritaire (55,8%) de HENRI MAIRE SA, détenu jusqu’alors par les actionnaires historiques (Enfants d'Henri Maire et M MENEZ).
Créée en 1939 par Henri MAIRE, la société est spécialisée dans la production et la commercialisation de vins, provenant essentiellement du Jura. Rendu célèbres par le Vin Fou, la société Henri Maire est remarquable par la spécificité de sa force de vente (82% des vins sont vendus directement aux consommateurs). Déficitaire depuis 2 ans, la prise de contrôle de Henri Maire par Verdoso industries s’inscrit dans le cadre d’un plan d’action destiné à redresser la situation de la société. Sur le terrain financier, restructuration de l’endettement et apport de fonds propres garanti par Verdoso Industries. Sur le plan du management : L’équipe de direction sera renforcée par deux personnes. François-Xavier Henry rejoindra le Directoire d’Henri Maire SA aux côtés des dirigeants actuels (Bernard Langlois, Président du directoire et Emmanuelle Defrasne, Directrice générale), et Olivier Marchand conduira une équipe dédiée au développement commercial.
Pour Patrick Coupier, associé de Verdoso Industries : « Le modèle économique original d’intégration verticale depuis la vigne jusqu’au client est porteur , et nous entendons le développer ».

NB : La société Henri Maire SA est cotée à EURONEXT Paris. Une procédure de garantie de cours a été initiée à l’intention des actionnaires minoritaires, qui représentent actuellement 40,94 % du capital.
Cordialement le Blad.
Repost 0
1 juin 2010 2 01 /06 /juin /2010 06:13

Gilbert Perrier, président du Comité interprofessionnel des vins de Savoie, et Michel Bouche, le directeur, annoncent l'ouverture de d'une œnothèque, vendredi 4 juin prochain.

L'œnothèque, à la fois comptoir d'initiation à la dégustation et espace de vente, est dédiée aux vignobles savoyards. Elle est associée à la Maison de la vigne et du vin.

Les vins de Savoie composent aujourd'hui une gamme de vins diversifiés, identifiés par leurs terroirs, le savoir-faire et la passion des vignerons. Il fallait un lieu pour les célébrer et les goûter. C'est désormais chose faite.

Fruit d'une longue préparation, au cœur du vignoble dans un lieu calme propice aux dégustations conviviales, l'œnothèque est un vaste espace lumineux, où 180 vins différents reposent sur des étagères de bois. 60 vignerons ont répondu à l'appel du Comité, proposant chacun trois de leurs vins les plus particuliers - soit un bel échantillon des 650 viticulteurs de l'espace "Vins de Savoie". De quoi flatter nos sens et les couleurs du pays.

Le public sera accueilli par Frank Berkulès et le personnel de la Maison.

Horaires : vendredi et samedi, de 10 heures jusqu'à 17 heures.

En juillet et août, l'œnothèque sera ouverte en semaine.

Tél. : 04 79 33 44 16.

 

Source : www.ledauphine.com

 

Cordialement le Blad.

Repost 0
31 mai 2010 1 31 /05 /mai /2010 07:38

Les viticulteurs et négociants de la planète se sont bousculés la semaine passée au salon Vinexpo Asie à Hong Kong. Et pour cause: le vaste marché chinois s'annonce prometteur pour les professionnels du vin. Si un adulte français boit en moyenne 50litres de vin par an (25 litres pour un Britannique), un Chinois ne consomme pour l'heure qu'un demi-litre. «Mais sa consommation devrait passer à trois litres dans les cinq ans qui viennent», souligne Robert Beynat, directeur général de Vinexpo. Huitième consommateur mondial, la Chine devrait boire 1,26milliard de bouteilles de vin en 2013 : 31,5% de plus qu'en 2009. Si la part des vins importés devrait atteindre 16% en 2013, près de 90% du vin consommé est produit localement.

«Une cible de choix»

«La Chine représente bien évidemment une cible de choix pour nos vins», assure Audrey Bourolleau, directrice des Côtes des Bordeaux, qui rassemble côtes de Castillon, Blaye, Cadillac et Francs. Les 1.500 producteurs qu'elle représente exportent 14% de leur production. Et la Chine représente aujourd'hui 10% de leurs exportations. «Mais c'est le marché au plus fort potentiel de croissance», assure Audrey Bourolleau. Encore peu connaisseurs et parfois désorientés par une offre souvent mal identifiée, «les Chinois sont comme les Français ou les Italiens, leur premier réflexe est de boire local», assure Derek Fong, directeur de Five Star Wine, importateur en Chine.

Des groupes français alliés à des Chinois

Pour répondre à cette soif, Dynasty, joint-venture créée en 1980 avec le groupe français Rémy Cointreau, produit 60millions de bouteilles par an vendues à 90% en Chine, ce qui en fait l'un des premiers producteurs locaux. «Notre production augmente de 10% par an et répond en priorité à la croissance du marché intérieur», explique Bai Zhisheng, président du groupe. Mais Dynasty vend aussi à l'export et compte réaliser dans les cinq ans 10% de son chiffre d'affaires (1% aujourd'hui) sur les marchés étrangers. Le groupe français Castel s'est, lui, associé au producteur local Changyu. Il y a vendu 13millions de bouteilles en 2009, contre 5,4millions en 2008 et table sur 17millions en 2010. Mais comme pour l'automobile ou les matières premières, les Chinois, aux énormes réserves de devises, pourraient aussi choisir de racheter leurs fournisseurs... Dernier exemple en date, le Château de Viaud, propriété bordelaise de lalande de pomerol de 21ha, récemment rachetée par des capitaux chinois.

 

Sourec : www.letelegramme.fr

 

Cordialement le Blad.

Repost 0
30 mai 2010 7 30 /05 /mai /2010 16:24

Le compte à rebours est lancé pour la 63 e Foire aux vins : la vente de billets pour les derniers concerts débute ce matin à 10 h, et les dernières nouveautés ont été rendues publiques hier. Plus que 70 jours à attendre…

« La foire aux vins est un poumon pour l’économie alsacienne », a précisé Christophe Crupi, directeur des Foires et salons. Plus de 5 M d’euros de chiffres d’affaires générés par les quelque 360 exposants… L’affaire tourne bien.

250 000 visiteurs sont espérés cette année. Encore et toujours plus… Toujours plus d’animations également avec les soirées à thème de la halle aux vins : célibataires, country, facebook, sixties, Cloclo, etc. Des animations d’après-midi en veux-tu en voila : parade dans Colmar, show coiffures, dégustations commentées, danse de salon, spectacles de cabaret… La liste deviendrait longue et fastidieuse.

Dans ce florilège, citons malgré tout l’accent remis sur le vin : un cépage sera à l’honneur chaque soir avec une animation musicale ; par ailleurs, des dégustations commentées humoristiques verront le jour grâce à la gouaille d’Huguette Dreikhaus et de Jean-Philippe Pierre.

Une organisation qui se complique

La communication en trois temps de l’équipe de Colmar Expo lui aura permis de distiller les informations par petites touches au fil des mois.

Désormais, il semble que les dernières nouveautés aient été dévoilées en même temps que la suite (et fin) de la programmation (lire également en pages région). 22 groupes ou artistes en dix jours, c’est déjà un record. Le mini-festival au cœur du festival, c’est une audace qui nécessite même une organisation particulière. Il est certain que l’équipe de Colmar Expo n’aime pas se simplifier la vie ; non contente de gérer l’affluence démente de la Nuit blanche, elle ajoute le 14 août un festival quasi indépendant à sa foire. Avec bracelets distribués aux festivaliers, pour que chacun puisse aller et venir à sa guise au gré des concerts. Le « Hard-Rock session 1 » en appelle forcément d’autres. Claude Lebourgeois s’y atellera : « L’idéal serait de pérenniser certains styles de soirées comme la nuit blanche, le mini-festival, etc. », estime le programmateur. Alors, tous arguent du fait qu’ils « s’éclatent » à organiser tout ça : heureusement pour eux ! Parce que la tâche n’est pas mince.

la Foire aux vins peut-elle encore se développer ? Difficile à dire, mais la société Colmar Expo change de rythme depuis l’arrivée à sa tête de Bertrand Burger : la rénovation de la halle aux vins donnera le coup d’envoi d’un nouveau pôle d’activité, l’espace congrès. Avec probablement une embauche nécessaire pour en gérer les différents aspects. Le site internet de Colmar Expo a d’ailleurs été dévoilé hier. Décidément, on n’est peut-être pas au bout de nos surprises avec cette foire…

Isabelle Glorifet

SE RENSEIGNER Site internet de la Foire aux vins pour toutes les animations jour par jour.

 

Deux écrans géants
Des écrans géants ? Pas de nouveauté là-dedans me direz-vous… Certes, mais ces écrans étant pour l’heure en location. Colmar Expo a décidé d’en acheter deux. Deux écrans de 5 mètres sur 3 remplaceront les précédents, et permettent de parfaitement voir de jour également.
Ces équipements seront inaugurés lors de la première soirée de la Coupe du monde : le match inaugural y sera projeté avec entrée libre pour tous les Colmariens. « L’idée serait de transposer l’ambiance du hall 6 dans le théâtre de plein air », sourit Bertrand Burger, président de Colmar Expo. L’opération devrait être renouvelée à d’autres occasions si la greffe prend.

 

Source  : http://www.lalsace.fr/

 

Cordialement le Blad.

Repost 0
29 mai 2010 6 29 /05 /mai /2010 07:10

Narbonne Il dérobe pour... 4 000 € de vin Mercredi après-midi, un Montpelliérain, âgé de 21 ans, a bien cru avoir réalisé "une bonne affaire" dans un grand magasin de Narbonne, en repartant avec huit bouteilles de vin. Visiblement connaisseur, le jeune homme a fait main basse sur du vin prestigieux, le préjudice total, estimé par la grande surface, serait de... 4 000 € ! Malicieusement, il a réussi à sortir de la grande surface. Mais il n'a pas échappé à l'attention des vigiles, qui l'ont arrêté dans son véhicule avant de le remettre aux policiers.
Inconnu de la justice, il voulait très vraisemblablement revendre ces bouteilles. Il devra répondre de son geste devant le tribunal correctionnel de Narbonne le 29 octobre prochain.
Les deux hommes

s'invitent au repas et agressent leurs hôtes Mercredi soir, vers 23 h, deux hommes, sans domicile fixe et âgés de 30 et 32 ans, ont été interpellés. Ils sont accusés d'avoir voulu s'inviter à un repas associatif. Visiblement alcoolisés, ils auraient donné plusieurs coups aux convives. Ils comparaîtront devant le tribunal correctionnel de Narbonne le 29 octobre.
Le quinquagénaire roulait sur un vélo volé depuis des mois C'est ce qui s'appelle le hasard... Alors qu'il désespérait qu'on lui retrouve son VTT, dérobé il y a plusieurs mois, un Narbonnais a "croisé" son vélo, mercredi vers 20 h. L'homme a alors immédiatement prévenu la police. Par chance, cette découverte s'est produite à deux pas du commissariat. Sur le vélo, un Narbonnais âgé de 52 ans a été interpellé. Il reconnaît le vol et s'en expliquera devant les juges le 25 juin.
Il circulait sans permis Tout le monde le sait et pourtant... Tous les jours, les policiers patrouillent le long des voies de Narbonne.
Mercredi soir, à hauteur de la place Émile-Digeon, ils ont intercepté un quadragénaire narbonnais qui n'a pas été en mesure de présenter son permis de conduire. Et pour cause, il n'a plus de points depuis maintenant six mois. Il sera convoqué devant la justice le 21 juin.
Choc entre trois voitures : deux enfants blessés Une spectaculaire collision s'est déroulée hier après-midi, vers 17 h 30, devant le collège Georges-Brassens, à Saint-Jean Saint-Pierre. L'accident a impliqué trois voitures. Hier soir, on ignorait les raisons du choc. Trois personnes, dont deux enfants, ont été légèrement blessés.

Source : www.midilibre.com

 

Cordialement le Blad.

 

Repost 0
28 mai 2010 5 28 /05 /mai /2010 11:15

HONG KONG — Sur les stands des producteurs au salon Vinexpo Asie à Hong Kong, une seule préoccupation: comment mieux pénétrer le marché chinois du vin, le plus prometteur au monde, où les vins étrangers ont parfois du mal à s'imposer face à une concurrence venue aussi de l'intérieur.

Si un adulte français boit en moyenne 50 litres de vin par an (25 litres pour un Britannique), un Chinois ne consomme qu'un demi-litre, "mais sa consommation devrait passer à 3 litres dans les 5 ans qui viennent, c'est dire l'immense potentiel du marché chinois", souligne Robert Beynat, le directeur général de Vinexpo.

A mesure que sa classe moyenne et aisée s'élargit grâce à une croissance économique insolente, elle s'intéresse aussi au vin, représentant une clientèle potentielle de 100 à 150 millions de personnes.

Huitième consommateur mondial, la Chine devrait boire 1,26 milliard de bouteilles de vin en 2013, soit 31,5% de plus qu'en 2009, selon Vinexpo. Si la part des vins importés devrait atteindre 16% en 2013, près de 90% du vin consommé est produit localement.

"Cible de choix", la Chine "représente aujourd'hui 10% de nos exportations, mais c'est le marché au plus fort potentiel de croissance", assure Audrey Bourolleau, directrice des Côtes des Bordeaux, qui rassemble côtes de Castillon, Blaye, Cadillac et Francs.

Les 1.500 producteurs réunis sous cette nouvelle ombrelle générique exportent 14% de leur production.

Et pour mieux se faire connaître, leurs vins vendus en Chine entre 10 et 20 euros accompagneront une délégation bordelaise en septembre à Shanghai, où Bordeaux sera à l'honneur du pavillon français de l'exposition internationale.

Les vins de Saint-Emilion, plus chers, n'ont eux rien à craindre de la concurrence locale : ils bénéficient d'une plus grande notoriété qui leur garantit de belles parts de marché.

Mais pour conserver celles-ci, "il ne faut pas s'endormir sur ses lauriers", prévient Hubert Boüard de Laforest, propriétaire de château Angelus, grand cru classé de Saint-Emilion.

"Le commerce du vin, c'est comme l'amitié, il faut l'entretenir", assure-t-il, "car les Chinois sont versatiles". "Heureusement", note-t-il, Angélus arbore sur son étiquette une cloche, "un repère qui nous distingue de la concurrence et est facile à mémoriser pour les Chinois".

Encore peu connaisseurs et parfois désorientés par une offre souvent mal identifiée, "les Chinois sont comme les Français ou les Italiens, leur premier réflexe est de boire local", assure de son côté Derek Fong, directeur de Five Star Wine, importateur en Chine, pour expliquer les fortes ventes de vin local.

Pour étancher cette soif, Dynasty, coentreprise créée en 1980 avec le groupe français Rémy Cointreau, produit 60 millions de bouteilles par an en Chine, vendues à 90% dans le pays, ce qui en fait l'un des premiers producteurs locaux.

"Notre production augmente de 10% par an en volume et répond en priorité à la croissance du marché intérieur", explique Bai Zhisheng, président du groupe basé à Tianjin (nord), à 150 km de Pékin. Mais Dynasty vend aussi à l'export et "compte réaliser dans les 5 ans 10% de son chiffre d'affaires (contre 1% aujourd'hui) sur les marchés étrangers", assure M. Bai.

Autre groupe français présent en Chine en partenariat avec le producteur Changyu, Castel y a vendu 13 millions de bouteilles en 2009, contre 5,4 millions en 2008, et table sur 17 millions en 2010.

Mais comme pour l'automobile ou les matières premières, les Chinois, aux énormes réserves de devises, pourraient aussi choisir de racheter leurs fournisseurs.

Dernier exemple en date, le Château de Viaud, propriété bordelaise de lalande de pomerol de 21 ha, récemment acquis par des capitaux chinois.

 

De Eric BERNAUDEAU

 

Source : AFP

 

Cordialement le Blad.

Repost 0
27 mai 2010 4 27 /05 /mai /2010 11:21

Foster's Group, premier brasseur australien, a annoncé mercredi son intention de séparer sa filiale de vin, en difficulté depuis quelques années, de ses florissantes activités dans la bière.

Le titre a bondi de 7,38% à 5,53 dollars australiens à la Bourse de Sydney après l'annonce de ce projet qui, selon les analystes, ouvre la voie à un adossement de l'activité de brasserie à un autre groupe.

"Pour l'activité bière, c'est le premier pas vers une reprise", a déclaré Theo Maas, analyste chez Arnhem Investment Management, pour qui la coentreprise que détiennent ensemble en Australie SABMiller et Coca-Cola Amatil est le candidat le plus évident au rachat.

Des spécialistes notent que Molson Coors, qui détient déjà 5% du capital de Foster's, pourrait également faire une offre, éventuellement en association avec un concurrent plus gros.

Les activités dans le vin, un domaine dans lequel Foster's a fait une première incursion en 1996, représentaient 40% du bénéfice total du groupe il y a trois ans mais ils ont chuté d'un quart depuis lors, en raison d'une baisse de la demande et d'effets de change défavorables.

Le groupe australien est néanmoins numéro deux mondial du vin derrière l'américain Constellation Brands.

La scission devrait être effective au cours du premier semestre 2011, a-t-il précisé.

Foster's, qui contrôle plus de la moitié du marché de la bière australien, se dit attaché à l'amélioration de ses activités vinicoles.

Depuis 2004, la production mondiale annuelle de vin est restée stable à entre 25 et 28 millions d'hectolitres alors que la consommation a fortement reculé en raison de la crise économique.

Narayanan Somasundaram, Benoit Van Overstraeten pour le service français, édité par Marc Angrand.

 

Source : www.lepoint.fr

 

Cordialement le Blad.

Repost 0
26 mai 2010 3 26 /05 /mai /2010 10:59

Pour les vignerons, il devient « impossible » d'organiser des dégustations gratuites sur la voie publique.

Pas de cérémonie au grand air. Cette année, le grand concours des vins de Nantes, c'est à l'intérieur que cela se passe. Et en petit comité s'il vous plaît. Samedi 29 mai, 11 h 30, le Syndicat général des vignerons de Nantes (SGVN) dévoilera le palmarès entre les quatre murs d'un salon du château des Ducs de Bretagne.

 

Autour de ses responsables : lauréats et partenaires. Pas un invité de plus. Pour le grand public, on repassera. « C'est le résultat de la loi Hôpital, patients, santé, territoires. Depuis un an, organiser une dégustation gratuite de vin sur la voie publique devient impossible », se désole Christian Gauthier, responsable du SGVN.

 

Autorisation municipale

 

Il y a quelques mois encore, les vignerons lauréats accueillaient Nantais et touristes à l'ombre des Nefs et de leur Grand Éléphant. « Nous avions reçu un monde fou autour d'ateliers oenologiques. » Un grand moment pour la promotion des vignerons du cru et de leurs produits. Le genre de coup de pub qui ne ferait pas tache dans le calendrier d'un vignoble en grande difficulté. Problème, à l'heure des apéros Facebook, les municipalités serrent la vis. « Le texte de la loi n'interdit pas la dégustation sur la voie publique mais la soumet à l'autorisation des maires, précise Joël Forgeau, le président de l'appellation muscadet. Seulement, on nous demande tellement de garanties et de garde-fous, qu'aboutir est très difficile. »

 

« Recours excessif au principe de précaution »

 

Viticulteur à Monnières, Philippe Ménard déplore « des amalgames » : « On assimile le vin à un alcool en ne le considérant plus comme un produit agricole. Or, nous, producteurs, nous éduquons à la consommation raisonnable, au plaisir. Il n'est pas question de se déchirer la tête sur nos stands. Cela n'a rien à voir avec les beuveries d'Internet. » Les viticulteurs du muscadet regrettent un « recours excessif au principe de précaution ». « D'un côté, on essaye de reconquérir les Nantais en ouvrant la Maison des vins de Loire, place du Commerce ; de l'autre, on nous retire les moyens de les sensibiliser. C'est regrettable. »

 

Rémi Certain

 

Presse-Océan
Source : www.maville.com
Cordialement le Blad.
Repost 0
25 mai 2010 2 25 /05 /mai /2010 09:35

À l'occasion du salon Vinexpo Asia Pacific qui se tient cette année du 25 au 27 mai à Hong Kong, Sud de France Export, pour la Région Languedoc-Roussillon, accompagne 19 entreprises régionales réunies sur un stand collectif de 135 m² aux couleurs de la marque ombrelle Sud de France.

Et parmi ces 19 entreprises la délégation audoise, on trouve Gérard Bertrand, Val d'Orbieu, les domaines Auriol, Mont Tauch, Foncalieu et Sieur d'Arques mais aussi les domaines Barsalou, Sarrail, Gayda. À travers la participation à ce salon professionnel, considéré comme la plus grande vitrine de vins et spiritueux en Asie, l'objectif de Sud de France Export est de continuer à s'investir sur un marché à fort potentiel. En effet, ce marché ne cesse de croître (plus forte consommation de vin annuelle en Asie). Hong Kong ne produisant pas de vin, la totalité de la consommation est importée.

À noter que la France est le 1er fournisseur de vins à Hong Kong et que les vins Sud de France ont pour leur part augmenté de 40 % en volume et de 55 % en valeur entre 2008 et 2009. Étant le premier marché dans le monde à n'imposer aucune obligation et à avoir supprimé toutes les taxes sur la vente de vin en mai 2008, Hong Kong est, depuis, devenu la porte d'entrée privilégiée vers les marchés asiatiques en général, et la Chine continentale en particulier. La Chine et Hong Kong représentent ainsi plus de 60 % du marché du vin en Asie, et sont devenus le 8e marché le plus important du monde.

La participation au salon sera également l'occasion de conforter les très bons résultats enregistrés en 2009 sur le marché chinois.

 

Source : www.ladepeche.fr

 

Cordialement le Blad.

Repost 0

Articles Récents

Liens