Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Polit-Buro.
  • Polit-Buro.
  • : Photos et commentaires des réunions du P.B. Lutte contre le complot des tristes et la morosité ambiante. Objectif: soutien de la viticulture française et des spiritueux.
  • Contact

Texte Libre

Recherche

17 janvier 2011 1 17 /01 /janvier /2011 10:15

Le théâtre de Narbonne accueillera le jeudi 17 février de 8h à 15h les entretiens sur la vigne et le vin.

Une très belle initiative de l’Institut français de la vigne et du vin qui permettra aux professionnels d’assister à des conférences autour de thématiques liées à l’actualité du domaine : innovations et création variétales , réduction des intrants, conservation des vins rosés… etc.
D’autres thèmes seront abordés lors de conférences : « Produits alternatifs contre l’oïdum en viticulture biologique » ou encore « effets de l’irrigation du vignoble ».
Les entretiens seront suivis d’un cocktail !
Attention, les places pour les entretiens vigne vin étant limitées, il est conseillé de s’inscrire avant le 28-01-2011 sur le site vignevin.com.
Lieu : théâtre de Narbonne
Source : www.liste-vin.fr
Cordialement le Blad.
Repost 0
15 janvier 2011 6 15 /01 /janvier /2011 09:03

L'Empire du Milieu ne cesse de planter des vignes et de s'intéresser aux vins étranger. Ses volumes restent faibles mais, en 2010, il est devenu septième producteur mondial.

Copyright Reuters
Copyright Reuters Copyright Reuters

Ils s'appellent Changyu ou Dynasty et n'ont pas fini de faire parler d'eux. Grâce à ses nouveaux mastodontes de la viticulture, la Chine fait une percée spectaculaire dans le marché mondial du vin, passant de la dixième à la septième place des producteurs entre 2007 et 2010. Selon une étude de l'International Wine and Spirit Record pour le salon Vinexpo (qui se tiendra du 19 au 23 juin à Bordeaux), la production chinoise devrait encore augmenter de 77 % dans les quatre ans et sa consommation bien plus rapidement. Elle a grimpé de 104,4 % depuis 2005 et devrait encore progresser de 20 % d'ici à 2014.

« Nous encourageons les Chinois à produire car plus ils boiront leurs vins locaux, plus ils auront envie de découvrir ceux des étrangers », explique Robert Beynat, directeur général de Vinexpo. Les Chinois, comme les Américains et les Russes (dont la consommation devrait progresser de 9 % environ chacun dans les quatre ans) sont les relais de croissance de demain.

Si la production mondiale est stable et devrait le rester, à environ 3 milliards de caisses (de 9 litres), la consommation, elle, devrait encore progresser de 3,2 % dans les quatre ans. Elle continuera aussi de se valoriser (+ 6,7 % de hausse en valeur), les nouvelles classes moyennes délaissant les vins de table à moins de 5 euros au profit des bouteilles à plus de 10 euros.

L'Argentine veut exporter plus

À côté de la Chine, les producteurs dits du « nouveau monde » ne constituent plus un groupe de pays homogène. L'Australie, qui a consenti de fortes baisses de prix, notamment pour entrer chez le distributeur britannique Tesco, souffre d'une image de qualité dégradée et s'apprête à diminuer sa production. Le Chili n'a plus beaucoup de terre disponible. À l'inverse, l'Argentine a de l'espace et un marché intérieur en baisse, ce qui va la conduire à augmenter sa production de plus de 13 % d'ici à 2014 pour exporter.

La France reste le premier exportateur en valeur, loin devant l'Italie (7,7 milliards d'euros exportés, contre 4,4 pour le second). Mais ses ventes en volume ne cessent de chuter rétrogradant le pays à la troisième place mondiale pour la production en nombre de caisses, derrière l'Italie et l'Espagne. Sophie Lécluse.

 

Source : www.latribune.fr

 

Cordialement le Blad.

Repost 0
14 janvier 2011 5 14 /01 /janvier /2011 09:04

 

En Arménie, des archéologues ont mis au jour un atelier, avec poteries, pressoir et restes de grappes de raisins, le tout daté de l’âge du cuivre, quatre mille ans avant notre ère. Pour eux, pas de doute, les analyses chimiques le confirment, on fabriquait du vin.

En 2007, une équipe de l’institut d’archéologie de l’Ucla (université de Californie à Los Angeles) découvre de très vieux grains de raisins dans une grotte du Petit Caucase, baptisée Areni-1, à l'est de l’Arménie, non loin de l’Azerbaïdjan. Depuis, les fouilles ont ramené une chaussure de cuir, datée de 5.500 ans mais aussi les traces d’une petite industrie qui ressemble fort à un atelier de vinification, un résultat dans le Journal of Archaeological Science.

Les archéologues ont notamment retrouvé des pots et une cuve d’une cinquantaine de litres, haute de soixante centimètres ainsi qu’une bassine en argile d’une trentaine de centimètres de côté, profonde d’une quinzaine de centimètres et surmontée d’une rigole qui semblait devoir y amener un liquide. Il s’agirait selon ses découvreurs d’un pressoir, où les grains étaient foulés avec les pieds.

 

Source :  http://www.futura-sciences.com/

 

Cordialement le Blad.

Repost 0
13 janvier 2011 4 13 /01 /janvier /2011 12:42

Si l'on connaissait le goût des Chinois pour le vin (ils sont depuis l'an dernier les premiers clients des vins de Bordeaux), leur capacité à produire du vin laissait certains plutôt sceptiques. Et pourtant l'ancien Empire du Milieu figure désormais au top 10 des producteurs mondiaux.

Selon une étude réalisée par le cabinet International Wine Spirit Record (IWSR) pour le salon international des vins de Bordeaux (Vinexpo), sur la période 2010-2014 la Chine sera le septième producteur mondial de vin, juste derrière l'Argentine et l'Australie, et devant l'Afrique du sud. En quatre ans sa production devrait bondir de 77 %, tandis que celle des trois premiers producteurs mondiaux est appelée à fléchir : - 5,54 % pour la France, - 6,78 % pour l'Italie et - 0,98 % pour l'Espagne.



Sophie Creusillet.



Source : http://www.lemoci.com/



Cordialement le Blad.

Repost 0
12 janvier 2011 3 12 /01 /janvier /2011 09:20

Selon une étude du très sérieux cabinet International Wine and Spirit Record, la France, avec 419 millions de caisses de vin produites en 2010, reprend sa place de leader mondial de la production de vin concédée en 2009 à l’Italie. L’Italie et l’Espagne complètent le podium mais restent très proches de la France. A noter la fulgurante ascension de la Chine dont la production viticole avec 128 millions de caisses de vin devrait connaître une progression de 77 % d’ici 2014.

Malgré cette percée remarquable de la Chine, plus de 50% de la production mondiale reste en Europe avec une zone de production répartie en France, Italie et Espagne. Les vins rosés, avec 9% de la totalité de la production mondiale, ont le vent en poupe et devraient connaître d’ici 2014 une très nette augmentation de production. Viennent ensuite les vins effervescents puis les vins rouges et enfin les vins blancs.
Les Etats-Unis devraient d’ici 2 ans devenir le premier marché de consommation. En Europe l’augmentation des chiffres d’affaires des entreprises liées au commerce du vin montre l’évolution de la tendance de consommation vers des achats de bouteilles de vin de meilleure qualité.
Rappelons que si la France est le premier producteur mondial de vin en valeur, l’Italie demeure le premier exportateur de vin en volume.

 

Source : www.liste-vin.fr

 

Coedialement le Blad.

Repost 0
11 janvier 2011 2 11 /01 /janvier /2011 10:05

 Twitter

C'est aujourd'hui, à Paris, que les organisateurs girondins de Vinexpo présentent l'édition 2011 du plus grand salon mondial des vins et spiritueux. Il se tiendra du 19 au 23 juin au Parc des expositions de Bordeaux-Lac, où producteurs et négociants de la galaxie viticole proposeront leurs bouteilles aux acheteurs (importateurs, grande distribution, compagnies aériennes, restaurants, cavistes…).

Un rendez-vous très business se tenant tous les deux ans et qui souffle cette année sa trentième bougie. Malgré un exercice 2010 sérieusement plombé par la conjoncture économique sur les marchés, les organisateurs annoncent pratiquement complet sur 90 000 mètres carrés d'exposition. Pour cette édition 2011 (46 000 visiteurs de 135 pays étaient venus en 2009), la nouveauté sera notamment au Palais des congrès, toujours joignable par passerelle depuis les halls d'exposition de l'autre côté du lac.

Après des tentatives peu concluantes pour y abriter un mini-salon d'objets autour du vin, place désormais à « Tastings ». Organisations professionnelles et autres négociants pourront y louer des salles pour arranger de multiples dégustations. À condition que les vins concernés soient disponibles sur les stands des exposants. Une façon de répondre à la demande de ceux qui veulent beaucoup déguster et découvrir des nouveautés, mais aussi d'attirer des structures qui profitaient autrefois de Vinexpo pour organiser des manifestations « off » hors du salon.

La Chine sur tous les fronts

Chaque présentation de Vinexpo est aussi l'occasion de faire le point sur l'évolution du marché mondial des vins et spiritueux. En effet, l'étude prospective régulière commandée au cabinet londonien IWSR, et dévoilée ce jour, fait autorité. Menée dans 28 pays producteurs et 114 marchés de vente, elle confirme que la consommation globale continuera à suivre une pente ascendante.

D'ici à 2014, elle devrait croître de 3 % en volume, mais du double en valeur. Car la tendance est claire depuis des années : de plus en plus, le prix moyen de la bouteille bue est à la hausse. Par pays, chiffres 2010, France, Italie et États-Unis se tiennent sur le podium dans un mouchoir de poche. Mais, alors que l'Hexagone continue de voir sa consommation plonger en volume, celle de l'Italie reste stable à l'horizon 2014, alors que les États-Unis frôlent les + 10 % ! Comme annoncé depuis des années, ce dernier pays va se détacher et devenir le plus gros marché de la planète.

Sans surprise, l'autre pays qui va sérieusement tirer le marché n'est autre que la Chine (Hong Kong compris). En 2014, l'Empire du Milieu, qui s'est ouvert au vin il y a quelque temps à peine, rentrera dans le Top 6, devant l'Argentine et l'Espagne où les courbes piquent du nez. Pékin rentrera aussi au plus vite dans le cercle des grands producteurs, avec des vignobles poussant comme des champignons.

Quelques consolations cependant pour l'Hexagone : il reste le plus gros exportateur de vins en valeur (7,7 milliards de dollars en 2009, pas de projection pour 2014). Et par habitant (plus de 18 ans), personne ne fait mieux encore que 56 litres/an consommés.

La vodka gagne du terrain

Sur le front des spiritueux, l'étude d'IWSR fournit aussi des éléments intéressants. Alors que le marché mondial du gin continuera à dévisser, ceux de la tequila et surtout de la vodka s'annoncent bien plus prometteurs. Quant au scotch whisky, il est pronostiqué en 2014 comme l'alcool le plus consommé sur la planète. Mauvaise nouvelle pour le Sud-Ouest : le couple cognac-armagnac dévissera de 7 % d'ici là pour ne plus représenter que 393 000 caisses vendues (9 litres).

La loi Évin a 20 ans

Le 10 janvier 1991, il y a vingt ans pratiquement jour pour jour, était promulguée la loi Évin relative à la lutte contre le tabagisme et l'alcoolisme. Du nom du ministre de la Santé de l'époque (Claude Évin), elle représente un des textes les plus restrictifs d'Europe au sujet de la communication des produits contenant de l'alcool, et donc du vin. Plusieurs fois modifiée depuis cette époque, cette loi limite grandement le champ publicitaire et promotionnel des boissons alcoolisées.

Depuis vingt ans, les contentieux sont légion et, en France, montrer tout simplement quelqu'un heureux de déguster un verre de vin est impossible sur une affiche.

 

Source : www.sudouest.fr

 

Cordialement le Blad.

Repost 0
10 janvier 2011 1 10 /01 /janvier /2011 09:32

Dégustation au caveau du Château
Fin décembre, le conseil d'administration de la cave avait organisé une dégustation dans la salle du caveau en invitant tous les adhérents ainsi que les « anciens » toujours fidèles à l'idée qu'ils se faisaient et qu'ils se font de la coopération. Cette dégustation, sous la houlette de Robert Dejean présentait plusieurs vins à l'état brut de la récolte 2010 : un cabernet, un merlot, un grenache marselian, une syrah ainsi qu'un chardonnay. Tous les dégustateurs y sont allés de leurs palais pour déceler les arômes de poivron, de fruits rouges et bien d'autres spécifiques à chaque cépage. Les tasteurs ont pu se délecter avec deux produits fraîchement embouteillés, comme « l'Or de Bacchus » vin issu de raisins surmûris, ainsi qu'un agréable vin moelleux

gratifié de « Dit Vin » les deux nectars ont ouvert l'appétit de nos convives et c'est dans une atmosphère amicale et conviviale qu'a été servi un succulent cochon de lait pour clore cette soirée.

Source : www.midilibre.com

 

Cordialement le Blad.

 




Repost 0
9 janvier 2011 7 09 /01 /janvier /2011 09:34

C'est le site corsicanews.net qui nous l'apprend. Les patrons de France 3 Corse viennent de recevoir un petit rappel à l'ordre de la part des gendarmes du PAF: le conseil supérieur de l'audiovisuel. Les sages ont en effet visionné l'émission Inseme du 22 juin 2010. Et là, c'est le choc. Présentateurs et invités sont attablés avec des bouteilles de vin du terroir pour unique décor. Pire. Il en parlent ! Trop pour l'instance régulatrice, qui s'est empressée d'adresser un courrier à la rédaction de France Télévisions mentionnant que tout ce beau monde avait eu des « propos laudatifs et complaisants, en méconnaissance des dispositions de l’article L. 3323-2 du code de la santé publique qui interdit toute publicité ou propagande en faveur de boissons alcooliques à la télévision et de l’article 9 du décret n°92-280 du 27 mars 1992 qui interdit la publicité clandestine ».
Pas bien, tout ça. En même temps, par solidarité, nous nous devions de prendre position pour nos confrères. A 24 Ore aussi, on aime le vin. Santé, confrères !

 

Source : http://24ore.club-corsica.com/index.php

 

Cordialement le Blad.

Repost 0
7 janvier 2011 5 07 /01 /janvier /2011 11:50

Président su Club France-Brésil, Jean-Lucien Cabirol partage sa vie de retraité actif entre Colomiers et Rio de Janeiro. Ingénieur en agriculture, professeur et œnologue, c'est le vin qui le conduira en 1985 à la découverte de l'Amérique Latine. Nommé délégué gouvernemental à l'Organisation Internationale de la Vigne et du Vin par Michel Michel Rocard, premier ministre de l'époque, il se rend d'abord au Chili.

Il crée le club France-Brésil en 2003

Il a parcouru depuis 72 pays sur tous les continents pour partager sa passion et enseigner son savoir sur le vin. « Je savais tailler la vigne avant de lire », précise ce natif de Saint-Sernin-de-Duras dans le Lot-et-Garonne, au beau milieu du vignoble des Côtes de Duras.

« Lors d'une conférence au Brésil, j'ai découvert les Indiens Xavantes dans le sud de l'Amazonie. Cette rencontre humaine formidable est à l'origine de la création du Club France-Brésil en 2003.

Au départ, l'objectif était d'amener l'eau dans leur tribu pour soulager les femmes qui font les travaux pénibles. Nous avons ensuite créé un poste de santé avec ma femme qui est infirmière ».

Si les missions du Club concernent autant les échanges économiques, culturels et sociaux, la solidarité s'est poursuivie avec deux actions en direction des enfants défavorisés de Rio de Janeiro. Après avoir offert des lunettes de vue a des habitants des favelas, le club a doté de paires de tennis des gamins des quartiers nord de Rio.

« En fonction de nos moyens, nous allons mettre en place d'autres opérations avec le Brésil en 2011 », annonce Jean-Lucien Cabirol. « Notre volonté est de poursuivre le social mais aussi de développer des échanges universitaires ». Le souhait du Club France-Brésil est aussi de recenser toutes les associations brésiliennes de la Haute-Garonne pour mener des actions communes.

Contact : Tél. 05 61 78 03 58, mail : jean-lucien.cabirol@orange.fr

 

Source : www.ladepeche.fr

 

Cordialement le Blad.

Repost 0
6 janvier 2011 4 06 /01 /janvier /2011 12:13

« Figeac est à vendre ! » Depuis le décès en août de Thierry Manoncourt, propriétaire du château Figeac, premier grand cru classé B de Saint-Emilion, la rumeur va bon train. « Elle est récurrente », commente Eric D'Aramon qui gère le domaine viticole avec son épouse, Laure Manoncourt-d'Aramon, fille aînée de son beau-père.

Le couple réagit sur son site Internet et affirme haut et fort que : « Figeac n'est pas à vendre !", espérant ainsi y mettre un terme. Des investissements en cours sur la propriété, la bonne santé financière de la holding familiale qui affiche un chiffre d'affaires entre 12 et 15 millions d'euros contrediraient effectivement cette rumeur.

 

Source : www.sudouest.fr

 

Cordialement le Blad.

Repost 0

Articles Récents

Liens