Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Polit-Buro.
  • : Photos et commentaires des réunions du P.B. Lutte contre le complot des tristes et la morosité ambiante. Objectif: soutien de la viticulture française et des spiritueux.
  • Contact

Texte Libre

Recherche

24 août 2009 1 24 /08 /août /2009 06:41
Éric Angelot, à droite, Julien Quinard, au centre, et Fabrice Gros s'attendent à une très bonne récolte / Photo Renaud Lambolez

zoom

Éric Angelot, à droite, Julien Quinard, au centre, et Fabrice Gros s'attendent à une très bonne récolte / Photo Renaud Lambolez

Pour leur première vendange AOC, les viticulteurs du Bugey s'attendent à un cru de très bonne qualité. La météo de ces huit dernières semaines a été idéale pour le développement des vignes.


« Nous restons prudents, on ne sait jamais ce qu'il peut se passer, mais le millésime 2009 se présente sous les meilleurs auspices. »

Éric Angelot, le président du syndicat des vins du Bugey est optimiste. Les vendanges s'annoncent exceptionnelles en terme de qualité et plutôt bonnes pour ce qui est de la quantité.

Il faut dire que la météo a été une alliée de poids. Huit semaines d'un temps sec et chaud ont suffi à donner un moral d'acier aux viticulteurs et producteurs du Bugey. Par endroits, on a bien manqué d'eau, quelques raisins ont bien « grillé ici ou là », certaines vignes dans le Cerdon ont bien reçu un peu de grêle durant l'été, mais rien de grave jusqu'ici.

« Depuis la mi-juin et même depuis cet hiver, tout est réuni pour que nous fassions un excellent vin, assure Julien Quinard, producteur à Massignieu-de-Rives. Les conditions sont idéales, les pieds sont archi-sains. Aucune maladie à l'horizon. L'état sanitaire est parfait. On se dirige vers une grande année. »

Alors qu'ils le font généralement mi-septembre, les quelque cent cinquante producteurs du Bugey s'apprêtent donc à vendanger leurs 480 hectares avec une ou deux semaines d'avance.

« Il ne faut pas vendre la peau de l'ours, reprend Éric Angelot. Les semaines qui viennent sont importantes pour la maturation. Les derniers jours font le vin, mais nous sommes très confiants. »

En cette première année d'AOC, cette nouvelle tombe à pic. Quoi de mieux, en effet, qu'un bon cru pour asseoir définitivement la réputation des vins du Bugey ?

« Nous ne pouvions pas rêver des meilleures conditions pour cette première année. Elles sont excellentes. Cela fait vingt ans que nous demandons notre appellation d'origine contrôlée. C'était, pour nous, un enjeu énorme avec, en ligne de mire, le 31 décembre 2011, la suppression annoncée de la catégorie VDQS*. Il nous reste maintenant à poursuivre sur cette voie.


Renaud Lambolez.

Source : www.leprogres.fr


Cordialement le Blad.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Articles Récents

Catégories

Liens