Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Polit-Buro.
  • : Photos et commentaires des réunions du P.B. Lutte contre le complot des tristes et la morosité ambiante. Objectif: soutien de la viticulture française et des spiritueux.
  • Contact

Texte Libre

Recherche

15 février 2011 2 15 /02 /février /2011 09:37

Champagne ! Les ventes de vins et spiritueux français à l’export sont reparties à la hausse en 2010 grâce à la reprise économique et au dynamisme de l’Asie, notamment de la Chine qui fait son entrée dans le top cinq des principaux pays importateurs. Les exportations se sont élevées à 9,09 milliards d’euros, en progression de 18,3 % par rapport à 2009, une année « particulièrement difficile », a commenté hier Claude de Jouvencel, président de la Fédération des Exportateurs de Vins et Spiritueux. Cette hausse ne permet toutefois pas encore de rattraper l’important recul de 2009 lorsque les exportations avaient chuté de près de 17 %, à 7,7 milliards d’euros. Mais les professionnels sont optimistes et pensent rattraper, voire dépasser les records historiques de 2007 et 2008 dès cette année. Pour 2011, ils misent sur une hausse de cinq à sept pour cent des exportations.

Les produits qui s’en sont le mieux sorti sont ceux qui « ont investi depuis des années pour devenir des marques », selon Claude de Jouvencel. « C’est clair pour le champagne, le cognac et le bordeaux », locomotives de l’actuelle reprise, concentrée sur le haut de gamme. Numéro un à l’export, le champagne a vu ses ventes repartir (+ 22%, à 1,9 milliard d’euros) après avoir frisé la catastrophe en 2009 (- 28 %). Les exportations de cognac ont progressé de près d’un tiers à 1,8 milliard d’euros, de quoi regagner largement le terrain perdu en 2009 (- 15,6 %). Toujours dans le tiercé de tête, le bordeaux a lui aussi enregistré un rebond de 17 % à 1,5 milliard d’euros.

Cette remontée s’explique par «  l’excellente performance des marchés asiatiques » et par «  la reprise du marché nord-américain », a expliqué Claude de Jouvencel. Le redémarrage est en revanche « plus timide » dans l’Union européenne. La Chine, dont les achats se sont élevés à 564,8 millions d’euros (+78,8 % sur un an), figure pour la première fois parmi les cinq principaux pays importateurs des vins et spiritueux français. La curiosité du consommateur chinois s’oriente vers le haut de gamme et a amplement bénéficié aux vins de Bordeaux qui assurent 85 % des approvisionnements de vins en Chine. Les ventes de cognac se sont aussi envolées en Chine (71 %). Outre la Chine, Singapour, le Japon et Hong Kong figurent désormais parmi les 10 principaux clients et représentent ensemble près de 21 % des exportations.

Les exportateurs français misent aussi sur l’Inde, premier marché mondial des spiritueux (vodka, gin, bourbon) mais qui sont fabriqués localement. Les Etats-Unis restent toutefois et de loin la première destination des exportations de vins et spiritueux français, avec un total de près de 1,6 milliard d’euros, en forte progression (25,4 %). Le Royaume-Uni, toujours deuxième débouché des exportations françaises, a repris ses achats à 1,3 milliard d’euros (plus 7,5 %) sans toutefois revenir aux chiffres d’avant-crise sur un marché par ailleurs très concurrentiel. L’Allemagne conserve sa place de troisième importateur (789 millions d’euros, plus 5,4 %) grâce à d’importants volumes et des produits d’entrée de gamme.

 

Source : www.leprogrès.fr

 

 

Cordialement le Blad.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Articles Récents

Catégories

Liens