Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Polit-Buro.
  • : Photos et commentaires des réunions du P.B. Lutte contre le complot des tristes et la morosité ambiante. Objectif: soutien de la viticulture française et des spiritueux.
  • Contact

Texte Libre

Recherche

3 juillet 2009 5 03 /07 /juillet /2009 08:03

Avec six petits hectares cultivés dans la Clape, le "domaine de la fée Bistande" est le petit Poucet de tous les vignerons du massif. Vu sa taille, pas besoin de bâtiments viticoles imposants. C'est dans le garage de leur maison située rue Henri-Rouzaud, dans le quartier de la sous-préfecture à Narbonne, qu'Annie et Michel Rambaud vinifient leur vin. Soit un peu plus de 200 hectolitres par vendange.
C'est dans cette ancienne laiterie où demeurent les vestiges d'une auge en pierre et un râtelier en bois, que le couple a aménagé un petit caveau. Où sont exposés bouteilles de toutes tailles, fontaines à vin, cartons et paniers garnis.
Dans un coin "mijote" la dernière invention des vignerons de garage : un vinaigre balsamique "maison". Mais chut ! Il ne sera prêt que dans un an ou deux...

Pour l'heure, c'est le "pam rosé" qui retient l'attention d'Annie et Michel. Un rosé au sirop de pamplemousse (moins de 10 %) et parfumé aux épices. Un délice à boire très frais et avec modération puisqu'il titre à 12° (1).Les épices viennent d'Inde et du Sri-Lanka, pays d'origine des enfants adoptés, Romain et Romaric. C'est l'aîné qui, un jour, a titillé son père afin qu'il mette au point une boisson pour les jeunes.
Michel Rambaud s'est pris au jeu. Après plusieurs tentatives, il a réussi à trouver l'équilibre entre l'acidité du vin et l'amertume du pamplemousse. « Et les épices – dont un bouquet est placé pendant une quinzaine de jours dans la cuve - permettent de "fondre" tout ça », explique Michel Rambaud.
Cette nouveauté est un apéritif qui rentre dans la même catégorie fiscale que la sangria, boisson aromatisée à base de vin. Le "pam rosé" devrait permettre au "vigneron de garage" de se distinguer, face à la concurrence de gros domaines et du vin industriel.
L'homme est un paradoxe. Car il est à fois vigneron et négociant. Jusqu'il y a quelques jours, il travaillait comme acheteur en vrac pour "les Chais beaucairois" ! La vigne qu'il cultive depuis 1999, c'est d'abord et avant tout une passion. Sa formation de chimiste l'a aidé. On sait combien la confection des vins touche à l'alchimie !


Sid MOKHTARI

Source : www.ladepeche.com

Cordialement le Blad.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Articles Récents

Catégories

Liens