Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Polit-Buro.
  • : Photos et commentaires des réunions du P.B. Lutte contre le complot des tristes et la morosité ambiante. Objectif: soutien de la viticulture française et des spiritueux.
  • Contact

Texte Libre

Recherche

3 novembre 2008 1 03 /11 /novembre /2008 09:34

A propos de la pub sur l'alcool sur Internet :

Sans cesse vigilant et actif sur le terrain de la viticulture, le sénateur Roland Courteau observe avec beaucoup d'attention les nouvelles intentions de Roselyne Bachelot en matière de publicité pour le vin sur Internet. "Mon premier réflexe, c'est d'applaudir. Puis je me dis qu'il faut voir si l'amendement auquel elle pense reprendra le texte de proposition de loi que j'ai déposée avec Marcel Rainaud en février dernier. Si tel est le cas, je dis bravo. Mais si l'effet d'annonce est assorti de mesures restrictives qui rendent l'amendement inopérant, je demanderai à revenir à notre texte".
Roland Courteau n'oublie pas que "le TGI de Paris, en janvier et février dernier derniers, avait condamné la publicité d'une boisson alcoolique sur Internet. C'est ce qui avait entraînné notre proposition de loi. Nous voulions compléter la liste des supports autorisés à la publicité figurant dans la loi Evin. A l'époque de la promulgation de cette loi en 1991, Internet n'en était qu'à ses balbutiements. Si la Ministre pense compléter la liste, alors c'est bien".
Le sénateur audois rappelle au passage que "des pays comme l'Australie, l'Espagne, l'Italie, les Etats-Unis, pour ne citer qu'eux, peuvent communiquer sur le vin. Pourquoi la viticulture française ne pourrait pas le faire ?" En poussant le veto plus loin, Roland Courteau s'interroge : "Pour l'instant, la législation est floue. Que penser par exemple des sites touristiques qui citent des domaines viticoles ?  Seraient-ils fermés ? Non, il est le temps de clarifer une bonne fois pour toutes cette situation".
L'élu audois souhaite par ailleurs rassurer "les associations de lutte contre l'alcoolisme, qui ont manifesté leur inquiétude dès que le souhait de Roselyne Bachelot a été rendu public" : "Je veux leur dire que le vin, ils n'ont pas à être inquiets, parce que la publicité sur le vin se veut informative, éducative et personnalisée. Elle oriente le choix du consommateur responsable. Elle n'encourage pas une consommation excessive".

Source : L'Indépendant.

Cordialement le Blad.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Articles Récents

Catégories

Liens