Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Polit-Buro.
  • Polit-Buro.
  • : Photos et commentaires des réunions du P.B. Lutte contre le complot des tristes et la morosité ambiante. Objectif: soutien de la viticulture française et des spiritueux.
  • Contact

Texte Libre

Recherche

23 décembre 2008 2 23 /12 /décembre /2008 11:26

Le conseil de bassin viticole s'es réuni lundi 24 novembre en session pleinière. Le constat est fait d'une campagne viticole 2007-2008 mitigée, avec une évolution défavorable sur la fin de campagne des marchés à la production. La situation économique en début de la nouvelle campagne viticole 2008-2009 reste fragile, avec une des plus faible récolte que la région ait connue (estimation : 13 Mhl ) en basse de 10 % sur l'année précédente et un marché qui n'a pas encore véritablement démarré avec des volumes de transaction faible. Les cours du vin sont sensiblement identiques à ceux du début de la précédente campagne. La situation économique que connaissent lespays d'Europe et d'mérique semble peser sur le niveau de consommation et l'évolution de la demande. Lesprofessionnels de la région ont fait part leurs inquiétudes sur vette situation, avec des viticulteurs qui ont besoin d'un soutien conjoncturel pour surmonter les difficultés immédiates. La mise en place du plan national de modernisation de la viticuluturee, qui se poursuit, "doit contribuer à accompagner la restructuration de cette filière pour la rendre plus compétitive" explique la préfecture dans un communiqué.

[...]


Source : L'Indépendant.

 

Cordialement le Blad.

Repost 0
22 décembre 2008 1 22 /12 /décembre /2008 09:34

Louis-Fabrice Latour est prêt à le parier. Le beaujolais, qui n'avait plus toujours bonne presse, pourrait bien opérer un  retour remarqué dans nos verres à la faveur de la crise : "A 8 ou 10 euros la bouteille, un fleurie ou un saint-amour offre un rapport qualité-prix sans équivalent et il faut expliquer à nouveau aux gens  le potentiel de vieillissement d'un moulin-à-vent ", dit ce patron de l'un des plus ancien négoces de vins de Bourgogne. Fondée en 1797 et transmise depuis lors au fils ainé de chaque génération, la maison Latour, dont le fief se situe à Corton, a élargi son champ d'action en rachetant le domaine Fessy et ses quelque 60 hectares de vignes en Beaujolais. cette incursion s'opère au moment où ces deux grands vignobles voisins, bourgogne et beaujolais, vont être réunifiés avec des conditions de production assouplies pour les appellations régionales. Pour les Bourgognes, le décrochage de la demande a été brutal en octobre, particulièrement sensible en Grande-Bretagne, premier marché à l'export de la maison. Louis-Fabrice Latour est plus optimiste pour les Etats-Unis : "La consommation de vin ne cess de progresser. A jous de reprendre des parts e marché aux Italiens et aux Australiens avec une offre moins élevée, davantage d'appellations villages et moins de premiers crus." En plus de deux siècles d'existence, la maison Latour n'en est pas à sa première tempête. Dans les années 1970 déjà, le père de Fabrice avait constitué en Ardèche un vignoble de blanc et de rouge d'entrée de gamme destiné à équilibrer son offre de bourgogne premier cru et appellation village.

Source : Les Echos.

 

Cordialement le Blad

Repost 0
22 décembre 2008 1 22 /12 /décembre /2008 07:54

Comme tous les ans, en ces temps de frimas, il va rallumer les soleils d'hiver : le muscat de Noël qui aime les nuances exotiques appréciera ce fruit de saison qui ressemble à une tomate et s'invite deuis des siècles aux tables du nouvel an chinois. Le kaki d'origine japonaise possède une chair tendre et sucréde, moelleuse, un peu tanique. Un carpaccio de noix de sant-jacqes au kaki pourraitêtre associé à un muscat sec. Mais un kaki à la vanille ou un sablé au fruit de plaqueminier apprécieront cette gourmandise qui ne craint pas les saveurs un peu acidulées : le musat de Noël obtient à partr de ce millésime une mention particulière au sein de l'appellation muscat rivesaltes et bénéficie désormais de la législation des vins primeurs AOC.  Une centaine de vignerons et de caves coopératives en Roussillon comme dans l'Aude produisent ce nectar tout frais, tout jeune ensoleillé qui a fait le bonheur des cors de Barcelone au XIVe siècle. Même Louis XIV, dit-on, l'appréciait grandement. De la Méditerranée aux Corbières en remontant la vallée de l'Agly, ces luscats de fête ne sont pas pour autat uniforme : certains mettent en avant leur côté  fruits exotiqes et fleurs blanches, d'autres s'épanouissent sur des arômes délicats et citronnés. Maisqelle que soit leur personnalité, tous se montrent équilibrés, délicats. Eclatant de gaieté ! A boire autour de 10°.

 

AOC muscat de rivesaltes "Muscat de Noël" 2008 (entre 6 et 15 eeuros)

www.muscatdenoel.com - www.vinsduroussillon.com

 

Source : L'Indépendant, article de Daniel Bailbé.

 

Cordialement le Blad.

Repost 0
21 décembre 2008 7 21 /12 /décembre /2008 09:02
Tout récemment, une réunion s'est tenue, à Stockholm en Suède, à l'occasion du 90e anniversaire de la CCI franco-suédoise.
"La Fance durable". Le développement durable était donc à la "une" et plusieurs invités ont participés au débat.
Narbonne avait été invitée, mais le changement d'équipe municipale et d'orientation de politique de la ville ont conduit les organisateurs à solliciter une autre localité fançaise.
C'est la ville de Nice qui s'est par conséquent substituée à Narbonne en Suède. Le repas qui a suivi la réunion a été servi dansla salle qui abrite habituellement la remise des prix Nobel (littérature, chimie, physique, mathématiques...), excepté le Nobel de la Paix, décerné à Oslo.
Et les vins servis aux invités prestigieux n'étaient autres que ceux de Gérard Bertrand, en rouge et blanc. Une présence en Suède qui confirme l'implantation du producteur audois à l'étranger, et le rayonnement que peuvent avoir les vins de notre région au-delà de nos frontières.

Source : L'Indépendant.

Cordialement le Blad.
Repost 0
21 décembre 2008 7 21 /12 /décembre /2008 08:42
Les primes à l'arrachage de la vigne proposées et payées par l'Union aux exploitats souhaitant se retirer du secteur secteur ont été victmes de leur succès... Pour la campagne 2008-2009, la Commission européenne a reçu des demandes portant sur l'arrachage des 159 949 hectares de vignes pour l'ensemble de l'Union, ce qui représentait un peu plus de 4 % du vignoble européen évalué à 3,8 millions d'hectares. Le coût d'un tel arrachage aurait dépassé un milliard d'euros, excédant largement le bidget dédié à cette occasion.
La Commission a donc décidé de n'accepter que 45,9 % de ces demandes pour ne pas dépasser le budgetnqu'elle s'était fixé pour cette opération : 460 millions d'euros la première année, ce chiffre tombant ensuite à 59 millions d'euros au cours dela cinquième et dernière année. C'est, comme prévu, l'Espagne qui a présenté les demandes les plus élevées : elle souhaitait ainsi détruire 98 115 hectares de vignes représentant 9 % de son vignoble total estimé à plus d'un million d'hectares. L'italie est arrivée en deuxième position en présentant de demandes d'arrachage de 25 928 hectares (4 % de son vignoble) suivie parla france pour laquelle les demandes atteignait 22 366 hectares soit 3 % de son vignoble total, Bruxelles précisant seulement que la plus grande partie de ces demande provenaient du Languedoc-Roussillon.
Finalement laCommission a décidé que l'Espagne bénéficirait de primes d'un montant total de  236 millions d'eurospour l'arrachage de 45 000 hectares de vignes, l'Italie de 116 millions d'euros pour l'arrachages de près de  12 000 hectares, la France obteant, quant à elle, 70 644 millions d'euros pour l'arrachage de 10 260 hectare représentant 1,17 %  de la superficie totale de son vignoble. Selon experts européens, le montant moyen des primes devrait atteindre 6 234 euros par hectares dans l'Union et 6 885 par hectare en France.


Source : L'Indépendant, article de Charles Soula.


Cordialement le Blad.
Repost 0
20 décembre 2008 6 20 /12 /décembre /2008 10:35
Dix ans sommeliers chez Marc Veyrat, Bruno Bozzer joue désormais du tire-bouchon pour son propre compte. Et pour le plaisir des clients de sa cave, "La Java des Flacons". Et il connaît la musique : "chez moi, il y a toujours quelque chose à  goûter, avec en permanence une demi-douzaine de bouteilles de blanc ouverte et autant de rouge... " Des vins de Savoie bien sûr, mais pas les premiers : mondeuse d'Arbin de Gilbert Perrier, mondeuse de Michel Grisard, des raretés comme l'Ayze du domaine Belluard ou la Péclette de la maison Mollex... Mais ce Savoyard d'adoption joue volontiers la carte des terroirs et dezs cépages d'ailleurs ce qui multiplie les occasions deprofiter de son offre originale, on achète une bouteille moyennant 8 euros et on la déguste sur place, avec d'excellents produits du terroir ou des huîtres. Une sacrée java !

Rens. : La Java des Flacons. 49 av. du Petit Port Annecy-le-Vieux. Tel : 04 50 23 31 39.

Source : Le Progrès.

Cordialement le Blad.
Repost 0
20 décembre 2008 6 20 /12 /décembre /2008 10:08

Le Beaujolais se met aux couleurs de Noël. Dans sa hotte : une visite oenologique au Hameau Dboeuf, qui a créé des dédors enchantés pour l'occasion, ezt une exposition de crèches dans levillage d'Oingt. Au milieu dex crus de Mâconnais et de Beaujolais, "l'oenoparc" du viticulteur, Geroges Duboeuf, acceuille cinq tableaux animés d'une vingtaine d'automates sur le thème des contes de fées. "Nous avons installé des décors en accès libre au milieu d'une forêt d'une centaine de sapins. C'est assez irréel", souligne Anne Duboeuf, qui a chapeauté l'installation. Vous y rencontrerez le Petit Chaperon Rouge, le Chat Botté et la Belle au Bois Dormant.
Des animations de Noël viennent compléter ce "hameau enchanté" installé jusqu'au 4 janvier. Des goûters sont prévus pour les enfants, ainsi que des menus pour leurs paents. Les mets y sont concotés par le lycée hôtelier Dumaine de Mâcon. Pendant que les enfants se déguisent, les parents peuvent  visiter le musée de la techniquer et de l'histoire viticole. Et, y déguster quelques nectars du cru.

Renseigements : "Le Hameau enchanté " tous les jours de 10 à 18 heures, jusqu'au 4 janvier. Hameau Duboeuf, lieu-dit "La gare" Romanèche-Thorins (Saône-et-Loire).
Tarif : de 13 à 16 euros. Gratuit moins de 16 ans. Tel : 03 85 22 22

Source : Le Progrès.

Cordialement le Blad.

Repost 0
19 décembre 2008 5 19 /12 /décembre /2008 08:38

Les ventes de vin américain ont supplanté pour la première fois celles de vin français cette année au Royaume-Uni, en raison notamment de la popularité du rosé californien, selon la société d'études de marchés Nielsen. Le vin australien reste toutefois largementen tête des ventes outre-Manche.

 

Source : Les Echos.

 

Cordialement le Blad.

Repost 0
19 décembre 2008 5 19 /12 /décembre /2008 08:27

La coopérative de la Vigneronne et la municipalité ont convié la population des villages dont elle regroupe les récoltes à venir decouvrir les vins nouveaux 2008. Le président Escamez rappellait que malgré la crise viticole actuelle les vignerons ne cessent d'améliorer leurs vignes, leurs cépages et que l'arrachage est le cri du coeur de la profession. Le directeur annonçait les chiffres de la récote 2008 soit 100 022 hl récoltés sur 1 40 ha de vignes avec Raissac, Ville daigne, St-Nazaire, St-Marcel, Paraza et Canet. La réciolte a subi les effets de la sécheresse. Le maire revenait l'hommage  rendu à Léon Douarche, précurseur dans l'élaboration du vin. Il apportait aussi son soutien aux viticulteurs et se désolait de voir la campagne parsemée de friches et de vignes arrachées. Pierre Tournier, maire de Lézignan, félicitait la cave coopérative qui, chaque année, participe au vin prileur, soutien les viticulteurs dans leur combat et leur lutte pour produire toujours unmeilleur cru. M.Escamez proposait que chacun déguste les échantillons de vin nouveau en remerciant le club du Chêne vert pour avoir assuré la cuisson des châtaignes.


Source : L'Indépendant.

Cordialement le Blad.

Repost 0
19 décembre 2008 5 19 /12 /décembre /2008 08:14

Les adhérents de la cave coopérative "Les Celliers de l'Ausssou" étaient conviés à venir rendre compte que les efforts qu'ils ont fournis tout au long de l'année ont porté leurs fruits. Patrice Godel, le directeur de la cave, Chrisitan Boulouis, et l'oenlogue Marc Dubernet ont invité les les participants à gouter les vins nouveaux du millésime 2008. La sécheresse de cet été, la plus sévère depuis 1976, a permis aux viticulteurs d'apporter des raisins dans un excelents état sanitaire. D'autre part, ils ont bien suivi les consignes d'apport du conseild'administration, pour attendre la complète maturité, et obtenir ainsi des vins avec des arômes complexes, puissants et avec des tanins bien fondus. De plus, l'évolution du matériel de vinification de la cave, grâce à un système de flottation, a également contribué à améliorer la qualité du vin. Le fait de débarrasser le moût des matières en suspension, donne un meilleur jus avant fermentation, pour les blancs et les rosés, permettant ainsi de préserver plus d'arômes. Et c'est ce que le consommateur attend. La dégustation des vins nouveaux proposée concernait  variétés de crus en blanc,  3 en rosé et 3 en rouge.
Toute les précisions apportées par l'oenologue sur la robe, sur les couleurs et sur les saveurs de ces vins confirment l'excellente qualité de ce millésime et le savoir-faire des adhérents.

Source : L'Indépendant.


Cordialement le Blad.

Repost 0

Articles Récents

Liens