Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Polit-Buro.
  • Polit-Buro.
  • : Photos et commentaires des réunions du P.B. Lutte contre le complot des tristes et la morosité ambiante. Objectif: soutien de la viticulture française et des spiritueux.
  • Contact

Texte Libre

Recherche

18 décembre 2008 4 18 /12 /décembre /2008 09:57

Les vendanges 2008 devraient être les moins abondantes depuis plus de quinze ans de France, selon Vinifhor, l'office interprofessionnel du vin et de l'horticulture. En cause : le mauvais temps, les malades telles que le botrytis et l'arrachage de pieds de vigne. La récolte devrait être inférieure à 43 millions d'hectolitres, ce qui la met au plus bas niveau depuis 1991, année de gel. Elle sera en retrait de 17 % à la moyenne quinquénnale 2003-2007. Les professionnels craignent une forte pression sur les prix de la partde la grande distribution, face à une demande en berne. "Le marché est arrêté", constate Françoise Brugière, de Vinifhor. Selon elle, "les producteurs ne veulent pas vendre car ils espèrent une augmentation des prix, mais la grande distribution comme les ecportateurs ne sont pas prêts à accepter ces hausses ".

 

Source : Les Echos.

 

Cordialement le Blad.

Repost 0
18 décembre 2008 4 18 /12 /décembre /2008 09:33
C'est parce qu'on la dirait peinte, avec sa robe à pois blancs, qu'elle a été baptisée pintada, par les Portugais qui l'ont raportée dAfrique ! La chair ferme, parfunée, légèrement musquée de la pintade, cette volaille pharaonne comme disent les Italiens, mérite la finesse des vins de ce château à la sobre élégance classique. Le château de Saü, au pied des Aspres, dans la famille Passama depuis 1846, produit des vins qui lui ressemble, élégants et classiques. Avec son épouse Béatrice, Hervé Passama qui s'est engagé depuis plusieurs années dans une démarche de qualité totale, de la vigne à la bouteille, réalise ces vins, ceux du château et ceux du Mas dela Ville voisin, qui s'accorderont à la volaille : aussibien un côtes-du-roussillon - une cuvée réservée très expressive - que la gamme de Sao, particulièrement son merlot. Un vin ample, aux arômes de fruits rouges, dont la puissance s'adoucit quelque peu en bouche. Avec une pintade aux citrons confits on restera sur le rouge, mais on pourra apprécier aussi le blanc de Sao, issu de vielles vignes degrenache gris, sur des rendements faibles de l'ordre de 25 hl/ha, vinifié et élevé en barriques de chêne : un nez d'agrumes avec des notes subtilement miellées, de la rondeur etune jolie charpente. Juste par gourmandise, on dégustera encore le rivesaltes ambré hors d'âge du domaine : une bouteille par souche !

AOC côtes-du-roussillon : cuvée réservée 2005, 6,50 euros
Vins de pays des côtes-catalanes : Sao merlot 2003, 4,80 euro, blanc 2006, 5,00 euros
AOC rivesaltes ambré 17,50 euros
Hervé et Béatrice Passama -Château de Saü à Thuir (PO)
Tel : 04 68 53 21 74 - chateaudesau@aol.com

Source : L'Indépendant.

Cordialement le Blad.
Repost 0
17 décembre 2008 3 17 /12 /décembre /2008 09:45
Un marché aux vins tel que celui de Chavanay, c'est tout à la fois un énorme enjeu commercial )à l'approche des fêtes de fin d'année. Et un salon oùest décliné toute la gamme des cuvées qui expriment les singularités du terroir. En tout une cinquantaine de vignerons expriment ici, chaque année leur amour et leur sensibilité, le sens qu'ils donnent à leur travail de la vigne. De la cuvée très familiale àcelle plus internationale des conquérants, les vins de terroir sont un regard nouveau sur la vie et le monde. Un regard qui pétille d'intelligence à déguster toute la subtilité des arômes. Qu'ils soient de violette -et même dit-on de verveine - pour le condrieu qui exhale aussi le chevrefeuille et l'abricot. Qu'ils soient de cassis et de fruits sauvages pour le saint joseph rouge ou de fleurs blanches pour le saint-joseph blanc, ils déroulent les paysages, du Pilat rhodanien. Comme ces deux cotes que l'on dit roties, l'une brune et l'autre blonde, qui sont très àla mode et retiennent à merveille les reflets dorés du soleil. Ou ces crozes-hermitage que l'on va chercher un peu plus au sud. Vendredi dernier, le marché a été ouvert par de nombreuses personnalités qui chaque année, célèbrent la qualité du travail des vignerons. Tous ont relevé le goût de la pasion révélé en bouche par ces grands crus. Une passion ô combien conciliable avec des fêtes defin d'année qui célèbrent la joie des retrouvailles et les espoirs nouveaux.
Que les tanins et les robes, les bouquets, la puissance etla délicatesse accompagnent merveilleusement ces fêtes ! C'est le voeu unique et commun de tous les viticulteurs rassemblés en cette fête, qui nous invitent à faire une coupure de convivialité. Pour mieux rebondir sur une ouvelle année pleine de vitalité.


Source : Le Progrès, article de Nicole Dupain.

Cordialement le Blad.
Repost 0
17 décembre 2008 3 17 /12 /décembre /2008 09:35

La cuvée prestige R. Lalou Mumm 1998 permet de faire revivre les menus de légende d'hier, grâce àdes chefs d'aujourd'hui, "en l'associant à tous les plats" soulignait Christophe Regi directeur France/Europe des Champagne Mumm lors d'un déjeuner chez Christophe Marguin. Le chef des Echets - un des douze "ambassadeurs" choisis par la prestigieuse maison champenoise dans toute la France - avait pour l'occasion un menu servi à l'Elysée le 7 avril 1967 : filet de soie de sole Colbert et selle d'agneau de Pauillac rôtie, bouquetière de légumes, pire pochée aux morilles.
Ce premier millésime R.Lalou est une sélection parcellaire (sept parceles de grands crus, fruit d'un assemblage réunissant à égalité inot noir et chardonnay et d'un vieillissement de dix ans. De quoi combler les amateurs et fins gastronomes.

Source : Le Progrès.


Cordialement le Blad.

Repost 0
16 décembre 2008 2 16 /12 /décembre /2008 10:19
Une bonne partie du grupe de la section oenologie de l'association des Amis du vieux Brignais se sont retrouvés autour d'une bonne table pour terminer l'année en beauté au champvalon. Sélectionnés par "Maître oenologue" Médéric Béniat, qui a animé toutes les rencontres mensuelles, les vins accompagnaient savamment les mets choisis.
Accompagnés souvent de leurs conjoints ou conjointes, les élèves ont beaucoup parlé de leurs nouvelles connaissances en oenologie et la plupart sont prêts à recommencer une nouvelle session.
Une bonne ambiance à régné autour de la table et les responsbles, Jeanine Gilardone, présidente et Michel Crozier, vice-président, pensent à une poursuite de cette nouvelle section qui à dès cete première année très bien fonctionné.
A noter deux dates : l'assemblée générale des Amis du Vieux Brignais le 17 janvier 2009 au Briscope et  les repas de la Saint-Vincent début février.

Source : Le Progrès.

Cordialement le Blad.
Repost 0
16 décembre 2008 2 16 /12 /décembre /2008 09:39

Le site de l'INRA-Pech Rouge a deux visges. Le plus connu, celui que des milliers de visiteurs découvrent chaque année, c'est la Cité de la Vigne et du Vin. Mais au côté de ce formidable outil pédagogique, le site héberge pas moins de 40 scientifiques travaillant dans des conditions optimales. "Nous laboratoires sont d'un haut niveau européen", affirme Thierry Sfiggia, directeur de Pech Rouge. C'est cet univers habituellement fermé que les visiteurs ont été invités à découvrir tout long de la semaine du 19 novembre, à l'occasion de la Fête de la Science.


Expérience de terrain.

 

Le concept est simple : chaque matin et chauqe après-midi, un chercheur acceuille le public  sur son lieu de travail et explique en  direct son sujet d'étude.
"Nous voulons que les gens soient dans le vrai ", insiste Thierry Sfoggia. "Mais nous voulons aussi qu'ils aient une image moins floue des scientifique. Ici, il n'y a  pas que des ingénieurs ou des doctorants ! Pas besoin d'avoir 25 ans recherche ! " Uneinformation à même, peut-être, de relancer quelques vocations...
Le 17 novembre les viteurs ont pu ainsi faire la connaissance de Flor-Etchebarne. Jeune biologiste péruvienne, elle soutiendra sa thèse le 9 décembre à Montpellier. Ce sera pour elle l'aboutissement de trois années d'études et de recherches... ralisées dans leur totalité sur le site de Pech Rouge. C'est d'ailleurs sur les collines surplombant les bâtiments, au milieu des vignes, qu'elle a expliqué à l'assitance (dont une classe du lycée hôtelier Léon Blulm de Perpignan) le fruit de son traval. "Ma thèse porte sur  l'écophysiologie de la vigne ", explique Flor Echebarne. "Concrètement, il s'agit d'analyser l'influence de l'irrigation et du couvert végétal sur la baie de raisin. Plusieurs articles scientifiques avancent quela surface foliaire favorise une meilleure concentration du sucre : j'ai voulu vérifer cette hypothèse. " Une théorie confrontée à la pratique dans les rangées de vigne de l'INRA, via une stricte méthodologie.

"J'ai travaillé sur des ceps totalement équilibrés ", précise la chercheuse. "De l'un à l'autre, j'ai fait varier le degré d'irrigation et la hauteur de couvert  végétal." Les résultats surprennent : "Les analyses des grappes prélevées montrent des taux de sucre similaires, même quand le nombre de feuilles limité ne permet pas une photosynthèse importante." Des recherches complémentaires réveleront que la vigne puise alors dans ses reserves pour alimenter son fruit.
"D'où l'importance des rameaux secondaires ", insiste Flor Etchebarne. "Ils jouent un rôle majeur pour l'alimentation de la grappe, mais aussi pour la constitution de ces fameuses réserves ".
Un exposé certes synthétique, mais qui démontre déjà à quelpoint la science et la recherche peuvent optimiser le travail du vigneron et la qualité du sang de la terre.

Source : L'Indépendant.

Cordialement le Blad.
 

Repost 0
15 décembre 2008 1 15 /12 /décembre /2008 08:28

"C'est souvent dans lanuit que s'ourdissent les mauvais coups contre la viticulture " a lancé, à sa sortie du Sénat, surle coup de 2 heures le 14 novembre dernier, le sénateur Roland Courteau.
Et d'expliquer, en colère : " A 3 ou 4 voix près, le Sénat vient de rejeter nos amendements vsant à supprimer toute augmentation sur la fiscalité du vin".
Au cours du long débat qui a précédé le vote, Roland Courteau n'a pas été tendre avec les eux ministres présents, Roselyne-Bachelot-Narquin (Santé), et Eric Woerth (Budget).
"La viticulture a plus besoin de mesures d'accompagnement pour sortir dela crise, que de ponction et de prélèvement ", a-t-il lancé, avant d'assener : "Augmenter la fiscalité, même de façon modéré, dans le contexte actuel, c'est soit avoir une méconnaissance totale dela situation, soit manifester une désinvolture coupable à l'égard d'un secteur aussi essentiel à l'économie et à l'emploi dans nos régions, et si porteur au niveau de notre balance commerciale." Les amendements Courteau étaient portés par plus de 20 sénatrices et sénateurs, dont l'Audois Marcel Rainaud etl'ancien ministre François Patriat.

Source : L'Indépendant.

Cordialement le Blad.

Repost 0
15 décembre 2008 1 15 /12 /décembre /2008 08:12

Récemment, le jeudi 4 décembre, dans le cadre de l'Hôtel consulaire, s'est tenue l'assemblée générale fondatrice de l'association La Narbonnaise, Coeur de Vigne en Méditerranée.
Une association dont les pères fondateurs sont le ous-Préfet de Narbonne, Gérard Dubois, et le député-maire dela ville, Jacques Bascou.
Cette assemblée générale qui avait le grand mérite de rassembler les forces vives de la viticulture, mais encore de la culture, du commerce et de l'industrie, après discussion, a voté ses statuts, mais encore élu un conseil d'administration. Sans oublier un président, en l'occurence, l'historien Georges Ferré, auteur de plusieurs ouvrages, notamment sur Blum et Ferroul.
Une association qui se prpose de faire Narbonne, une ville et un territoire références en Languedoc, dans le domaine de l'excellence des vins du Sud de la France, non seulement à travers ses terroirs, mais aussi au travers de sa gastronomie, de ses richesses patrimoniales.
Et du talent immense de ses vignerons, et cela en optimisant les fêtes de la vigne et du vin, et en réflissant désormais sur l'organisation d'une fête annuelle de prestige.
Le président élu de Coeur de Vigne en Méditerannée, Georges Ferré, devrait aborder les projet, et surtout le grad projet de cette association, ce lundi 15 décembre, au travers d'une conférence de prese dans les locaux de la CCI.


Pour contacter l'association : coeurdevigne@narbonneccifr 
                                                     ferregeorges@wanaddoo.fr

Source : L'Indépendant.

Cordialement le Blad.

Repost 0
14 décembre 2008 7 14 /12 /décembre /2008 08:36

Les élus présents au 91e congrès des maires de France à Paris, ont rendu visite aux vignerons qui présentaient leur production au salon des vins et des vignerons indépendants, porte de Versailles.
Patrick Tarrius, maire de Fitou, et Alexis Armangau, premier adjoint ont salué Jean-Marie Fabre (La Rochelierre), Cécile Maynadier (Maynadier) et Martin Fontanel (Les Fénals) qui n'hésitent pas à porter loin les couleurs de Fitou, village vigneron de renommée internationale.
"Un salon ça se prépare très longtemps à l'avance ", mais lorsqu'il s'agit de plusieurs salons, c'est une sacrée organisation qu'il faut envisager. Après Lille, destination Paris, et ensuite d'autres villes et salons : Colmar, Clermont-Ferrand, etc.., avant le retour sur Fitou. Au départ les remorques sont pleines, les pleines en grand nombre (plus de 1.600). Les vignerons, tout au long de leur voyage, effectuent la livraison des commandes et retrouvent, aux salons, une clientèle fidèle.

Toutefois, l'ambiance n'était pas au beau fixe. Michel Issaly, président des Vignerons indépendants, explique : "Le vin est aujourd'hui mis à mal, bien qu'heureusement encore en vente libre en France. Jusqu'à quand ? Deux mondes s'affrontent : celui des pouvoirs publics pour qui la consommation du vin n'est plus culturelle, pratiquant la déresponsabilisation. Le nôtre, celui dans lequel on exprime un métier, un art de vivre, source de plaisir, quand l s'agit de consommer avec modération".
S'adressant aux exposants, il ajoute : "Il nous appartient, vignerons indépendants, d'accompagner nos visiteurs, de les éduquer à une dégustation responsable. A nousde leurexpliquer la technique de dégustation". Et quelques conseils en particulier : " Refuser de faire déguster le public jeune, dont l'état d'ébriété avancée démontre leur incapacité d'apprciation de la qualité des vins".
Les vins du village ont été des plus recherchés et vont se retrouver sur de nombreuse tables, en particulier en cette fin d'année. L'occasion pour tous les gourmets, d'apprécier et faire apprécier mets et vins de qualité.

Source : L'Indépendant.

Cordialement le Blad.

Repost 0
14 décembre 2008 7 14 /12 /décembre /2008 08:10
Le lideur mondial du luxe, prorpiétaire des "Echos", aurait , selon nos informations, donné son accord pour construire dans l'agglomération châlonnaise la future plate-forme logistique de sa filière Moët-et-Hennessy, notamment les marques de Champagne Moët et Chandon, Dom Pérignon, Veuve Clicquout, Krug, Mercier, Ruinart. Porté par un investissement de plusieurs dizaines de millions d'euros, ce bâtiment de 42.000 m² devrait être construit sur le parc industriel de Recy-Saint-Martin, préféré à la zone d'activités de Reims-Bétheny, encore en chantier.
Si le directeur de la communication intitutionnelle de Moët et Chandon ne veut faire "aucune déclaration ", le groupe semble quant à lui vouloir aller vite. La mise en service de de cette nouvelle infrastructure estprogrammée pourle début 2010 avec, à la clé, une centaine d'emplois. Une seconde tranche additionnelleest dans les tiroirs, qui pourrait encore augmenter le nombre d'emplois créés.

Vocation mondiale. 

Cependant, l'acquisition des terrains n'est pas réalisée et la procédure de permis de construire n'a pas débutée. Les jours à venir restent déterminants, à l'heure des derniers arbitrages pour finaliser les prochains budgets d'investissement.
  Le choix de confier au logisticien Goodman la gestion de la future plate-formedonne des indications européenne, voire mondiale.Le groupe immobilier australien intervient en effet sur les marchés où sont également présents les vins et spiritueux de LVMH (Australie, Nouvelle-Zélande, Asie, Europe).
  Goodman gère en France plus de 500.000 m² sur 14 plates-formes logistiques. En octobre 2007, le fonds Goodman European Logistic Fund avait acquis, un trepôt de plus de 55.000 m² sur la zone de l'aéroport international de fret de Paris-Vatry, à un jet de pierre de Châlons. L'entreprise était ensuite loué à JCH Entrepo-dis, un logisticien régional spécialisé dans la distribution de champagne.
  Si le projet châlonnais de Moët et Chandon témoigne de sa volonté de maintenir toutes ses activités en Champagne, il est également en cohérence industrielle avec le nouveau bâtiment de stockage et d'habillage ( 100 millions de bouteilles) que la première maison de champagne mondiale projette toujours de construire à l'horizon 2010-2012 sur la zone industrielle d'Oiry, près d'Epernay (Marne) où se trouve son siège social ( "Les Echos" du 6 juin 2008)

Source : Les Echos, article de Dominique Charton.

Cordialement le Blad.
Repost 0

Articles Récents

Liens