Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Polit-Buro.
  • Polit-Buro.
  • : Photos et commentaires des réunions du P.B. Lutte contre le complot des tristes et la morosité ambiante. Objectif: soutien de la viticulture française et des spiritueux.
  • Contact

Texte Libre

Recherche

15 décembre 2008 1 15 /12 /décembre /2008 08:12

Récemment, le jeudi 4 décembre, dans le cadre de l'Hôtel consulaire, s'est tenue l'assemblée générale fondatrice de l'association La Narbonnaise, Coeur de Vigne en Méditerranée.
Une association dont les pères fondateurs sont le ous-Préfet de Narbonne, Gérard Dubois, et le député-maire dela ville, Jacques Bascou.
Cette assemblée générale qui avait le grand mérite de rassembler les forces vives de la viticulture, mais encore de la culture, du commerce et de l'industrie, après discussion, a voté ses statuts, mais encore élu un conseil d'administration. Sans oublier un président, en l'occurence, l'historien Georges Ferré, auteur de plusieurs ouvrages, notamment sur Blum et Ferroul.
Une association qui se prpose de faire Narbonne, une ville et un territoire références en Languedoc, dans le domaine de l'excellence des vins du Sud de la France, non seulement à travers ses terroirs, mais aussi au travers de sa gastronomie, de ses richesses patrimoniales.
Et du talent immense de ses vignerons, et cela en optimisant les fêtes de la vigne et du vin, et en réflissant désormais sur l'organisation d'une fête annuelle de prestige.
Le président élu de Coeur de Vigne en Méditerannée, Georges Ferré, devrait aborder les projet, et surtout le grad projet de cette association, ce lundi 15 décembre, au travers d'une conférence de prese dans les locaux de la CCI.


Pour contacter l'association : coeurdevigne@narbonneccifr 
                                                     ferregeorges@wanaddoo.fr

Source : L'Indépendant.

Cordialement le Blad.

Repost 0
14 décembre 2008 7 14 /12 /décembre /2008 08:36

Les élus présents au 91e congrès des maires de France à Paris, ont rendu visite aux vignerons qui présentaient leur production au salon des vins et des vignerons indépendants, porte de Versailles.
Patrick Tarrius, maire de Fitou, et Alexis Armangau, premier adjoint ont salué Jean-Marie Fabre (La Rochelierre), Cécile Maynadier (Maynadier) et Martin Fontanel (Les Fénals) qui n'hésitent pas à porter loin les couleurs de Fitou, village vigneron de renommée internationale.
"Un salon ça se prépare très longtemps à l'avance ", mais lorsqu'il s'agit de plusieurs salons, c'est une sacrée organisation qu'il faut envisager. Après Lille, destination Paris, et ensuite d'autres villes et salons : Colmar, Clermont-Ferrand, etc.., avant le retour sur Fitou. Au départ les remorques sont pleines, les pleines en grand nombre (plus de 1.600). Les vignerons, tout au long de leur voyage, effectuent la livraison des commandes et retrouvent, aux salons, une clientèle fidèle.

Toutefois, l'ambiance n'était pas au beau fixe. Michel Issaly, président des Vignerons indépendants, explique : "Le vin est aujourd'hui mis à mal, bien qu'heureusement encore en vente libre en France. Jusqu'à quand ? Deux mondes s'affrontent : celui des pouvoirs publics pour qui la consommation du vin n'est plus culturelle, pratiquant la déresponsabilisation. Le nôtre, celui dans lequel on exprime un métier, un art de vivre, source de plaisir, quand l s'agit de consommer avec modération".
S'adressant aux exposants, il ajoute : "Il nous appartient, vignerons indépendants, d'accompagner nos visiteurs, de les éduquer à une dégustation responsable. A nousde leurexpliquer la technique de dégustation". Et quelques conseils en particulier : " Refuser de faire déguster le public jeune, dont l'état d'ébriété avancée démontre leur incapacité d'apprciation de la qualité des vins".
Les vins du village ont été des plus recherchés et vont se retrouver sur de nombreuse tables, en particulier en cette fin d'année. L'occasion pour tous les gourmets, d'apprécier et faire apprécier mets et vins de qualité.

Source : L'Indépendant.

Cordialement le Blad.

Repost 0
14 décembre 2008 7 14 /12 /décembre /2008 08:10
Le lideur mondial du luxe, prorpiétaire des "Echos", aurait , selon nos informations, donné son accord pour construire dans l'agglomération châlonnaise la future plate-forme logistique de sa filière Moët-et-Hennessy, notamment les marques de Champagne Moët et Chandon, Dom Pérignon, Veuve Clicquout, Krug, Mercier, Ruinart. Porté par un investissement de plusieurs dizaines de millions d'euros, ce bâtiment de 42.000 m² devrait être construit sur le parc industriel de Recy-Saint-Martin, préféré à la zone d'activités de Reims-Bétheny, encore en chantier.
Si le directeur de la communication intitutionnelle de Moët et Chandon ne veut faire "aucune déclaration ", le groupe semble quant à lui vouloir aller vite. La mise en service de de cette nouvelle infrastructure estprogrammée pourle début 2010 avec, à la clé, une centaine d'emplois. Une seconde tranche additionnelleest dans les tiroirs, qui pourrait encore augmenter le nombre d'emplois créés.

Vocation mondiale. 

Cependant, l'acquisition des terrains n'est pas réalisée et la procédure de permis de construire n'a pas débutée. Les jours à venir restent déterminants, à l'heure des derniers arbitrages pour finaliser les prochains budgets d'investissement.
  Le choix de confier au logisticien Goodman la gestion de la future plate-formedonne des indications européenne, voire mondiale.Le groupe immobilier australien intervient en effet sur les marchés où sont également présents les vins et spiritueux de LVMH (Australie, Nouvelle-Zélande, Asie, Europe).
  Goodman gère en France plus de 500.000 m² sur 14 plates-formes logistiques. En octobre 2007, le fonds Goodman European Logistic Fund avait acquis, un trepôt de plus de 55.000 m² sur la zone de l'aéroport international de fret de Paris-Vatry, à un jet de pierre de Châlons. L'entreprise était ensuite loué à JCH Entrepo-dis, un logisticien régional spécialisé dans la distribution de champagne.
  Si le projet châlonnais de Moët et Chandon témoigne de sa volonté de maintenir toutes ses activités en Champagne, il est également en cohérence industrielle avec le nouveau bâtiment de stockage et d'habillage ( 100 millions de bouteilles) que la première maison de champagne mondiale projette toujours de construire à l'horizon 2010-2012 sur la zone industrielle d'Oiry, près d'Epernay (Marne) où se trouve son siège social ( "Les Echos" du 6 juin 2008)

Source : Les Echos, article de Dominique Charton.

Cordialement le Blad.
Repost 0
13 décembre 2008 6 13 /12 /décembre /2008 15:00
Les 29 et 30 novembre dernier, Seyssuel accceillait la 17e édition de son salon des vins. En 1992, un groupe d'amis appartenant à la section volley-ball de la MJC, décident après avoir participé à un cour d'oenologie, de fare partager leurs connaissances et leur amour du vin en organisant le premier Salon des vins de France à Seyssuel. Des viticulteurs connus des organisateurs viennent cette année là exposer leur production. Des critères s'imposent : pas deux viticulteurs présentant les mêmes crus, une représentation des grandes régions viticoles française, la qualité des produits proposés et la mise en avant de petites exploitations et de jeunes exploitants. Ces données sont toujours valables : les 29 et 30 novembre, 22 vignerons venant des quatres coin dela France ont présenté aux visiteurs leur production dans la salle des fêtes. De nombreux crus ont été offert à la dégustation.Tous, visiteurs, organisateurs et exposants se sont accordés pour dire que la convivialité était reine pendant ce salon où laconcurrence n'existe pas.

Source : Le Progrès.

Cordialement le Blad.
Repost 0
13 décembre 2008 6 13 /12 /décembre /2008 07:29

De cave en cave, en famille, à pied ou en calèche, le public  a déambulé dans les rues du village.
Dès 10 h du matin la visite officielle des personnalités, les différents points d'animation ont vu défiler du monde. Que ce soitpour venir découvrir les nombreux stands proposant des produits du terroir et des créations artisanales, ou encore les animations proposées tout au long de la journée.
Et surtout, entrer dans les caves et les remises, où l'on pouvait goûter lesmillésime 2008. Caves particulières et caves coopératives, les 22 cépages que compte le terroir de Fonfroide étaient à l'honneur. Répartis sur plusieurs communes, c'est cependant unique en Languedoc-Roussillon de pouvoir goûter tant de cépages différents sur un territoire aussi restreint. Et les amateurs, après avoir pris un verre à l'acceuil, manquaient pas d'apprécier les richesses de ce terroir. Les vignerons du Terroir de Fontfroide ont partagé leur passion en faisant déguster leurs vins qui allient diversité, fraîcheur, élégance et finesse. Petits et grands, amateurs et badauds, chacun sera entré à sa façon dans cette 4e édition de la Ronde des Cépages.


Source : L'Indépendant.


Cordialement le Blad.

Repost 0
12 décembre 2008 5 12 /12 /décembre /2008 09:39



Les années se suivent et se ressemblent aussi. Une fois de plus, le conseil interprofessionnel des vins du Languedoc (CIVL) doit faire le constat : "On aura de bons vins, mais il faut encore s'oragniser pour les commercialiser à leur juste prix ", remarquait Philippe Coste en préambule au compte-rendu de l'assemblée générale qui s'est déroulée vendredi dernier. Le millésime 2008 sera excellent et si certains ont eu de graves difficultés, notamment la grêle dans le Minervois, la majorité du Languedoc a connu une belle récolte. Encore faut-il que cela se sache...
  Toujours le même problème de communication autour de ces vins qui s'ignorent souvent et qu'on ignore encore trop. Pourtant des pistes existent et Philippe Coste, le président, ne veut pas baisser les bras. "Il faut mettre en place des stratégies d'entreprise, certains ont fait leur révolution culturelle, d'autres pas " note-t-il.

Commercialisation et marques.

 

Dans cette dynamique, le Club des Marques, avec ses 700 000 bouteilles mises sur le marché sous la bannière Languedoc, connaît des premiers résultats encourageants.

"La mécanique prend, il faut maintenant promotionner. Les entreprises sont satisfaites et veulent conforter cette stratégie ", reprend-il.
La Roche Mazet, La Croix Jeannel, Cuvée Mythique, Chantovent, Bessières et Saint-Saturnin ont déjà signé. Gérard Bertrand, Saint-Auriol et Skalli vont les rejoindre. "L'appellation Languedoc a un intérêt au niveau de la distribution tant en France qu'à l'étranger, l'accompagnement du CIVL concerne les vins qui se situent autour de 3,5 euros, c'est un marché porteur que nous voulons rendre plus lisible ", explique le président qui déplore de voir encore des écarts de prix de 1 à 10 sur des vins similaires dans une même appellation.
Dans le cadre d'une recherche de cohérence et de clarté des vins du Languedoc, la réforme des AOC avec la réécriture des cahiers charges doit changer la donne.
Outre les problèmes de rendement et d'encépagment, la réflexion doit porter sur la personnalité des mêmes vins.

Source : L'Indépendant.

 

Cordialement le Blad.

Repost 0
12 décembre 2008 5 12 /12 /décembre /2008 09:30

Restaurants au crible :

Les vins du Languedoc-Roussillon sont présents dans 27,4 % des restaurants, avec une évolution de 3 % en 3 ans. Les vins étrangers ont progressé de 18,9 %, la Bourgogne 10,7 %, mais la Vallée du Rhône a baissé de 18,3 %.

Bulles :

En grande distribution, la Blanquette progresse de 3 % sur un marché en progression, le Crémant gagne 32 000 cols avec des volumes encore confidentiels.

 

Châteaus et domaines :

 

Progression des ventes de rosé en volume. Les AOC Corbières et Minervois présents sur tous les segements souffrent sur les génériques et se développent sur les châteaux et les domaines.

 

Budget :

 

Le budget AOC du Languedoc-Sud de France est de 2,8 millions d'euros, destiné moitié-moitié à la France et à l'export. Pour le recrutement des consommateurs via l'appellation Languedoc, la croissance du marché des rosés et l'élargissement de l'offre entre 3 à 10 euros. De nombreuses campagnes sont également prévues à l'étranger.

 

 

Source : l'Indépendant.

 

Cordialement le Blad.

Repost 0
12 décembre 2008 5 12 /12 /décembre /2008 09:19
Pour Philippe Coste, cela ne fait aucun doute, chaque vigneron de chaque terroir doit aussi parvenir à montrer son identité à travers le nom du Languedoc, qu'il soit en Corbières, en Minervois ... Ce n'est ni la question de trouver le plus petit dénominateur commun, encore moins de lisser les styles des vins, mais "simplement" d'assumer la notion de partage entre vignerons et l'appartenancez à une région à l'image de l'incontournable modèle bordelais. "Le Languedoc-Roussillon n'a pas une politique vitcole clairement affichée et ambitieuse, cela va être aux interprofessions de la faire et on est prêt à faire de l'ingérence " a prévenu le présidentqui verrait bien les quatre interprofessions concernées à la manoeuvre. "Sud de France n'a été qu'une occasion ratée pour l'organisation qui aurait dû se mettre en place ", déplore Philippe Coste qui souligne que la Région n'accompagne pas les Interprofessions. "Elle le fait par le biais des entreprises et finalement cela me va bien, l'idée ,c'est quand même avant tout de vendre du vin ".


Source : L'Indépendant.


Cordialement le Blad.
Repost 0
11 décembre 2008 4 11 /12 /décembre /2008 14:52
Les vignerons voulaient étoffer leur gamme et étonner les papilles des gourmets. C'est mission accomplie avec le vin de raisins surmûris mis au point l'an dernier. Un nectar baptisé "Folie douce", doré comme un rayon de miel. Encouragés par le succès de la cuvée précédente, les vignerons de la cave coopérative ont renouvelé cette vendange sur le tard. Tout récemment, ils ont ceulli les raisins urmûris de bourboulenc sur les terres situées le long du chemin des Romains Une vendange manuelle et confidentielle, effectuée en famille ou presque par l'équuipe du conseil d'administration. Magnifié par le talent des vignerons, le raisin gorgé de sucre et de promesses annonce déjà un grand millésime.
 Cerise sur le caveau. En  effet, le vin de raisin surmûris c'est un peu le grain de folie des vignerons, la cerise sur le caveau. Notamment cette année où les conditions météo sont optimales : "La sécheresse estivale, le vent du Nord qui a soufflé après les vendnages, puis quelques épisodes de gel ont concentré les baies en sucre. Le raisin est sain et a bien résisté. Les pluies de novembre n'ont pas eu d'incidence car ce raisinb est cultivé sur des terrasses de galets roulés qui ne retiennent pas l'eau. Puisque les conditions climatiques s'y prêtaient, nous avons pu récolter le raisin surmûri en décembre au lieu de novembre l'an passé : c'est encore mieux !" , indiquent Michel Coutelier et Daniel Sendrous, responsables du Chai des vignerons. Les professionnels ont misé sur le bourboulenc, un cépage qui présente une peau suffisamment épaisse pour supporter le froid. Bien emmitouflée dans cette couverture naturelle, la puklpe du raisin se charge de parfum au gré des températures extrêmes. Telles des décorations de Noël, les grappes rougies par le soleil et le gel dégoulinent le long des ceps dénudés.
En attendant le printemps. Pour combler les amateurs, les vignerons ont décidé de doubler leur production. Entre 2 000 et 3 000 bouteilles de 50 centilitres seront produites cette année pour une cinquantaine d'ares récoltés. Mais avant de savourer la nopuvelle cuvée, il faudra patienter jusqu'au printemps. Après le passage du raisin dans le pressoir pneumatique de Conilhac et un débourbage de 48 h, le sjus seront mis à fermenter entre 15 et 18 degrés durant trois semaines. "Le pressoir pneumatique écrase le raisin en douceur et nous utiliserons le chai de Conhilac car il est climatisé. Cela nous permet de contrôler la température et de la rendre idéale pour la fermentation ", reprend Michel Coutelier, directeur de la cave. Ensuite, les vignerons procèderont à l'élevage en cuve inox puis à la mise en bouteille dès la fin du premier trimestre 2009. En attendant le nouveau millésime chargé de douceur, les connaisseurs peuvent encore déguster la "Folie Douice" de l'an dernier. "Il nous reste peu de bouteilles, de quoi tenir jusuq'aux fêtes ", confient les responsables. Mieux vaut se hâter pour que le nectar de décembre trône sur les tables de réveillon : en apéritif, avec un foie gras ou une bûche de Noël, c'est un cadeau pour le palais !


Chai des vignerons, 15 avenue Mistral, 04 68 27 00 36.


Source : L'Indépendant.

Cordialement le Blad.
Repost 0
10 décembre 2008 3 10 /12 /décembre /2008 10:29
Voici quelques photos des Pyrénées-Orientales :

Corbières "catalanes"






















Recorbières "catalanes"






Cave de Pena





Cordialement le Blad.



Repost 0

Articles Récents

Liens