Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Polit-Buro.
  • Polit-Buro.
  • : Photos et commentaires des réunions du P.B. Lutte contre le complot des tristes et la morosité ambiante. Objectif: soutien de la viticulture française et des spiritueux.
  • Contact

Texte Libre

Recherche

6 septembre 2014 6 06 /09 /septembre /2014 13:12
Repost 0
Published by Blad
commenter cet article
5 septembre 2014 5 05 /09 /septembre /2014 12:18

Dieudonné est à nouveau dans le viseur de la justice. Pour "apologie d'actes de terrorisme" cette fois. Le PARQUET vient d'ouvrir UNE ENQUÊTE préliminaire contre l'humoriste-polémiste suite à une vidéo diffusée sur YouTube, fin août, dans laquelle Dieudonné commente la décapitation du journaliste James Foley par un membre de l'Etat islamique. La police judiciaire parisienne est saisie de l'enquête, rapporte RTL vendredi matin. Une information confirmée par une source judiciaire à Europe 1.

"Indignation générale des Occidentaux". Dans une vidéo intitulée "Feu Foley", Dieudonné commente la décapitation du journaliste américain. "Ça a provoqué une indignation générale des pays occidentaux. Moi j'ai été préoccupé par la lapidation d'Albert Ebossé", explique-t-il après avoir montré un extrait de la décapitation du journaliste. La vidéo a été signalée au parquet de Paris par la préfecture de police.

La décapitation, c'est le "progrès", "l'accès à la civilisation". "La décapitation, ça symbolise le progrès, l'accès à la civilisation", croit-il bon de commenter. "En France, on a quand même décapité en place publique, devant le peuple. C'est pour ça qu'aujourd'hui je suis surpris qu'on fasse tout ce foin".

"La mafia des Rothschild". "Les cadres de la mafia des Rothschild (...) ont tous condamné la barbarie de ce crime ignoble. Apparemment, la décapitation en mondovision sur Internet, c'est pas leur truc", ajoute Dieudonné. "Khadafi, qui s'est fait lynché, ça passe, la pendaison de Saddam Hussein, pareil, mais là, James Foley, ça n'est pas passé", s'indigne-t-il encore dans cette vidéo vue moins de 10.000 fois.

Dieudonné a souvent alimenté la chronique judiciaire ces derniers mois. Des ENQUÊTESpour "travail dissimulé" ou sur ses appels aux dons, en passant par les soupçons d'organisation de son insolvabilité, la procédure d'expulsion du théâtre de la Main-d'Or, ou des soupçons de plagiat sur une affiche de spectacle. En début d'année, plusieurs villes avaient interdit à l'humoriste de jouer son spectacle "Le Mur", invoquant les "risques de troubles à l'ordre public impossibles à contenir par des moyens de police classique".

Source: www.europe1.fr Benoist Pasteau

Repost 0
Published by Blad
commenter cet article
5 septembre 2014 5 05 /09 /septembre /2014 09:32
Repost 0
Published by Blad
commenter cet article
5 septembre 2014 5 05 /09 /septembre /2014 09:26

Pourquoi une foire aux vins Lidl ?
La foire aux vins Lidl existe depuis 2001. Elle a pris chaque année un peu plus d’ampleur. Avec notre arrivée à Paris il y a un an nous avons eu la volonté de monter en gamme et d’opérer un changement d’image, de sortir du hard discount. Nous sommes juste des distributeurs français, comme n’importe quel autre distributeur. L’année dernière, nous avions 90 références, qui se sont écoulées très vite. Cette année nous sommes montés à 140 références en moyenne par magasin !

Quel type de vins peut-on y trouver ?
. Nous travaillons de façon pérenne avec des producteurs, majoritairement du Bordelais. Mais nous avons souhaité mettre également en valeur le Languedoc ou la Vallée du Rhône par exemple, qui ont de très bons nectars, dont le rapport qualité/prix peut vraiment être très avantageux. Nous sommes le pays de la gastronomie et du bon vin, je souhaite vraiment développer le "made in France".

Comment avez-vous choisi les bouteilles ?
Nous recevons énormément d’échantillons de nos fournisseurs, 3 000 à peu près. Nous nous réunissons dans une grande salle où pendant des journées entières, nous dégustons. Nous gardons nos coups de cœur pour la sélection. Ce qui nous intéresse c’est de trouver "le" vin, qui, lors d’une soirée apéro, permet de bluffer ses amis quand on sort sa bouteille. Le but, c’est qu’ils réagissent : "Wahou, d’où sors-tu ce vin ? Il est top !" Et que la réponse soit : "Je l’ai acheté 2,29 € chez Lidl."

Justement, quel prix va-t-on payer si on vient ?
Nous ne sommes pas là pour casser les prix du marché, nous ne faisons pas de premier prix. Notre volonté, c’est de proposer des produits d’une qualité parfaite, au meilleur prix. Quand j’appelle un fournisseur, je parle avant tout qualité. Et cette année, le prix moyen des bouteilles est inférieur à 5 €. Mais nous proposons aussi des grands crus classés comme le château La Tour du Pin Figeac, à 25,99 €.

Quelles bouteilles recommandez-vous particulièrement dans la sélection 2014 ?
Faites-vous plaisir et laissez-vous surprendre. On a envie que les gens testent Lidl pour les prix, et reviennent pour la qualité. Le Saint-Chinian à 2,29 € est un vrai coup de cœur, à un prix imbattable, ainsi que le Limoux blanc à 4,99 €. J’adore le Saint-Émilion château Fombrauge à 17,89 €. Je suis Alsacien et je bluffe tous mes proches avec le bicépage Riesling-Pinot Tête à Tête, une pure merveille.

Source : www.metronews.fr

Repost 0
Published by Blad
commenter cet article
4 septembre 2014 4 04 /09 /septembre /2014 15:52
Repost 0
Published by Blad
commenter cet article
4 septembre 2014 4 04 /09 /septembre /2014 15:49

Nouvelle révélation de Médiapart : François Hollande n'aurait pas déclaré un compte en SUISSE ouvert alors qu'il était Secrétaire du Parti Socialiste. Ce compte aurait été alimenté par des dons de société afin de pouvoir apporter de nouveaux financements pour la campagne de Segolene Royal en 2007. Il aurait ainsi permis de pouvoir ne pas faire apparaître sur les comptes de campagne ces versements et ainsi de pouvoir alimenter directement les caisses du Parti.
A suivre !!!! .... droit dans les yeux !!!

Source : actualité.co

Repost 0
Published by Blad
commenter cet article
4 septembre 2014 4 04 /09 /septembre /2014 15:41

Il l'a pourtant soutenu, sans relâche, a chanté place de la Bastille pour lui le 6 mai 2012, et a même été intronisé guest-star de l'un de ses meetings. Mais on ne l'y reprendra plus : Yannick Noah est "déçu" par François Hollande.

C'est au micro de Daniela Lumbroso, sur France Bleu, que l'ancien vainqueur de Roland-Garros s'est laissé aller à cette confidence : "franchement, je suis abattu, déçu". Pourquoi "déçu" ? "Il y a tellement de choses" évacue-t-il tout d'abord, avant d'ajouter : "Disons qu'il y a eu un espoir, un véritable espoir".

Et de regretter qu' "aujourd'hui, c'est vraiment une grosse déception"...

Malgré cela, Yannick Noah dit espérer le meilleur pour le gouvernement Valls 2... du bout des lèvres : "On n'a pas le choix (...) On n'a pas envie de parler des sujets qui dépriment". Et on a connu un soutien plus énergique.

Vu sur France Bleu


Repost 0
Published by Blad
commenter cet article
4 septembre 2014 4 04 /09 /septembre /2014 11:42

Les «sans-dents». L'expression ne passe pas. Selon le témoignage de Valérie Trierweiler, publié dans son livreMerci pour ce moment, ce sont les termes du chef de l'Etat pour qualifier les pauvres. Elle écrit qu'il «s'est présenté comme l'homme qui n'aime pas les riches. En réalité, le président n'aime pas les pauvres». Poursuivant: «Lui, l'homme de gauche, dit en privé: ‘les sans-dents' très fier de son trait d'humour».

Une révélation qui s'introduit directement dans le débat politique, alors que le livre est présenté comme une histoire personnelle. Le Front national est le premier parti à s'emparer de ces mots. Dès mercredi après-midi, le parti de Marine Le Pen publiait un communiqué pour se hisser en défenseur des «sans-dents». «Hollande méprise les ‘sans-dents', le Front National les défend», explique le mouvement d'extrême droite, jugeant que c'est «sans doute l'information la plus intéressante du livre» (à un moment où seuls des extraits avaient été rendus publics, ndlr).

Nicolas Bay, eurodéputé FN, y voit une stigmatisation «des pauvres», «terme pouvant aujourd'hui servir à désigner l'ensemble des victimes du mondialisme», considère-t-il. Il récupère l'expression pour servir le discours connu du Front national, expliquant que «ces Français-là n'ont même pas l'aide de la généreuse AME (Aide médicale de l'État, ndlr) pour se soigner convenablement, celle qui permet même aux clandestins de ne pas être des ‘sans-dents'».

Invitée de RTL, Marine Le Pen y voit une «formule abjecte». «Si elle a été prononcée elle révèlerait une face de François Hollande qui ruinerait définitivement son image à l'égard de ceux qui lui ont fait confiance», glisse la patronne du FN. Mais d'après la station, l'entourage du président de la République dément avoir utilisé une telle expression, sans plus de précisions.

L'expression enflamme les réseaux sociaux

Sur les réseaux sociaux, l'expression passe mal aussi. Le collectif «Hollande dégage», qui a pris part à la manifestation «Jour de colère» fait la promotion d'un mouvement appelé «les Sans-dents» et rassemble à l'heure actuelle près de 12.000 likes sur Facebook.

De son côté, Gilbert Collard en profite aussi pour glisser un bon mot sur Twitter, voyant en François Hollande un «imposteur et un sans coeur». A l'UMP, la députée Valérie Boyer parle de «l'expression du cynisme et du mépris qui ne passe pas».

Source : Ivan Valerio.

Repost 0
Published by Blad
commenter cet article
4 septembre 2014 4 04 /09 /septembre /2014 07:19

Ils ont dû fuir, sous la pression des djihadistes. Prostrée au fond d’un gymnase à Erbil, Aïda a quitté son foyer comme 1,6 millions d’Irakiens (de minorités chrétiennes, mais aussi des musulmans chiites) selon l’Organisation internationale des migrations. Après avoir trouvé refuge au Kurdistan, elle raconte ce que l’Etat islamique lui a fait subir. Aujourd’hui, elle n’a plus qu’une idée en tête : le sort de sa fille de 4 ans, que des hommes de l’organisation terroriste ont enlevée alors qu’elle tentait de fuir Karakosh, il y a douze jours.

>> VOIR AUSSI LE REPORTAGE VIDÉO - Les réfugiés craignent de ne pas "pouvoir tenir longtemps"

"Que peuvent-ils faire" à une enfant ? Mais dans le bus qui l’éloignait de la plus grande ville chrétienne d’Irak passée début août aux mains de l’Etat islamique, "un des militants [de l’Etat islamique] est entré. Il m’a arraché ma fille des bras", raconte cette femme. "C’est la dernière fois que je l’ai vue et je ne sais pas ce qui lui est arrivé depuis", dit-elle au micro d’Europe 1. "Mais que peuvent-ils bien faire à une fille de 4 ans ?", s’interroge l’Irakienne.

Pour elle, ces hommes "sont des terroristes", qui "font ce qu’ils veulent". Pour autant, Aïda ne perd pas espoir. "Inch’Allah", elle reverra très vite sa fille, prie cette chrétienne, pour bien montrer qu’elle n’en veut pas aux musulmans, mais aux djihadistes.

>> LIRE AUSSI - Face à l'Etat islamique, Paris n'exclut pas une réponse militaire

"Des femmes enlevées, violées et vendues". Ces hommes ont semé la terreur dans le nord de l’Irak, et notamment dans la communauté yazidi. Vian, une députée, centralise les témoignages sur les exactions commises par les hommes de l’Etat islamique. Elle raconte que, "dans un village, 600 femmes ont été regroupées dans une pièce". Puis "les djihadistes viennent, en choisissent une et la violent devant tout le monde" et "recommencent". La députée raconte que deux d’entre elles "ont réussi à s’échapper pendant la nuit, mais c’est trop rare".

Vian n’en revient pas : "On est en 2014 et les femmes sont enlevées, violées et vendues à des étrangers". Dans un récent rapport, Amnesty international a dénoncé un "NETTOYAGE ethnique" en cours contre les minorités des zones contrôlées par l’Etat islamique. Selon l’ONG, les chrétiens asyriens, les chiites turkmènes, les yazidis, les kakaï ou encore les mandéens. La Haut-commissaire adjointe de l’ONU aux droits de l’Homme, Flavia Pansiera, a évoqué des rapports qui "révèlent des actes une échelle d’inhumanité qui est inimaginable", évoquant des assassinats ciblés, des conversions forcées et le recours à l’esclavage et la torture.

Source : Pauline Hofmann et Jean-Sébastien Soldaïni, envoyé spécial à Erbil, en Irak

Repost 0
Published by Blad
commenter cet article
2 septembre 2014 2 02 /09 /septembre /2014 16:20

A la frontière israélo-syrienne, les médias locaux font état de récents développements inquiétants : des groupes de militants liés à Al-Qaida seraient stationnés à quelques centaines de mètres seulement de la frontière et Israël pourrait être touché par des obus "perdus" lors d'échanges de tirs entre les forces rebelles et l'armée syrienne.

La semaine dernière, plusieurs photos montraient le drapeau noir d'Al-Qaida flottant non loin du poste frontière de Quneitra. Dimanche, quelques heures après avoir été directement visé par des tirs de mortiers, l'Etat hébreu a intercepté un drone en provenance de Syrie alors qu'il survolait le plateau du Golan.

Retrait des Nations unies

Au-delà de ces événements ponctuels, la région est en proie à des changements historiques bien plus importants. Alors que l'armée syrienne régulière avait réussi à chasser les rebelles qui s'étaient temporairement emparés de la région de Quneitra, la reconquête s'avère plus difficile cette fois. Un groupe de casques bleus fidjiens a été enlevé et d'autres soldats menacés, incitant les observateurs des Nations unies à abandonner le terrain. L'armée régulière syrienne cède progressivement la place à des forces plus hostiles et plus imprévisibles. Les forces des Nations unies, chargées de veiller à l'application du cessez-le-feu (héritage de la guerre du Kippour de 1973) sont en train de perdre le contrôle de la région.

Si les forces des Nations unies ne parviennent pas à reprendre le poste frontière de Quneitra, les troupes du régime syrien se verront repoussées vers le nord-est sur un corridor faisant la jonction avec Damas. Elles conserveraient alors le contrôle de la région du mont Hermon et de la ville druze de Khader, où la milice druze soutient le régime de Bachar Al-Assad. Les groupes rebelles règnent désormais sur toutes les régions situées au sud du poste frontière jusqu'à la Jordanie ainsi que sur plusieurs enclaves au nord de Quneitra.

Les risques pour Israël

D'après les responsables israéliens, la prise du poste frontière par les rebelles ne constitue pas un danger immédiat pour l'Etat hébreu. Plusieurs médias arabes indiquent que l'image des autorités israéliennes auprès des villages situés à l'est de la ligne de démarcation s'est améliorée au cours des deux dernières années, notamment après la construction d'un hôpital de campagne. Des centaines de blessés syriens y ont été soignées. Le poste frontière est aujourd'hui aux mains de plusieurs groupes jugés plus modérés et moins enclins à la confrontation avec Israël. Le Front Al-Nosra – qui les avait aidés à s'emparer du poste frontière – a été progressivement écarté de la zone.

Reste que la disparition de ces derniers verrous de stabilité sur le plateau du Golan devrait inquiéter l'Etat hébreu. Le premier risque est celui d'un débordement des combats en territoire israélien (comme les tirs de mortiers et d'armes légères signalés ce dimanche). Les événements s'enchaînent à un rythme tel qu'il est difficile de savoir à quel moment ils auront des conséquences pour la sécurité d'Israël.

Les forces de défense israéliennes ont été bien préparées. La barrière de séparation a été réparée et renforcée avec de nouveaux équipements de renseignement. Des unités d'élite ont été déployées le long de la frontière. Le commandement régional a été remplacé par une division spécialisée. Mais Israël ne sait toujours pas à quoi s'attendre. Aucun groupe djihadiste opposé au régime syrien n'a cherché à attaquer l'Etat hébreu jusqu'à présent. Les quelques cas d'incidents délibérés – comme l'explosion d'un engin et le tir d'un missile qui avaient respectivement blessé quatre parachutistes et tué un adolescent – auraient été initiés par les forces syriennes régulières.

L'exemple du Sinaï

Il faut peut-être se souvenir de ce qui s'est passé dans le Sinaï pour anticiper l'évolution de la situation sur le plateau du Golan. L'affaiblissement de l'armée égyptienne avait en effet permis à des organisations liées à Al-Qaida d'y lancer des attaques audacieuses entre 2011 et 2012. L'une d'elle avait causé la mort de huit Israéliens et une autre avait permis à des combattants de voler un véhicule blindé de l'armée égyptienne et de passer la frontière (sans faire de victimes).

Dans les deux cas, des dizaines de terroristes avaient participé à l'opération, certains parvenant même à passer en Israël. Ces attaques sont monnaie courante en Irak, en Syrie et au Liban. Il faut désormais s'attendre à des attentats kamikazes et à la voiture piégée dans le plateau du Golan. Les islamistes du Front Al-Nosra y sont présents, et l'Etat islamique n'est pas loin derrière. Ce n'est pas la fin du monde, mais Israël doit rester en état d'alerte.

Source : www.lecourrierinternational.com

Repost 0
Published by Blad
commenter cet article

Articles Récents

Liens