Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Polit-Buro.
  • Polit-Buro.
  • : Photos et commentaires des réunions du P.B. Lutte contre le complot des tristes et la morosité ambiante. Objectif: soutien de la viticulture française et des spiritueux.
  • Contact

Texte Libre

Recherche

31 juillet 2014 4 31 /07 /juillet /2014 10:28
Repost 0
Published by Blad
commenter cet article
31 juillet 2014 4 31 /07 /juillet /2014 09:00

> Ph. BOUVARD remet ça !!!!! Une lettre qu'il faut lire car elle est d’une justesse millimétrique !

> > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > >


> > > > > > Voilà Philippe qui au seuil de sa vie n’hésite pas à dire ce qu’il pense … !

Il est vrai qu’il a déjà eu moult contrôles fiscaux .. !

Deuxième LETTRE de PHILIPPE BOUVARD à FRANÇOIS HOLLANDE

Je n’ai jamais fréquenté de paradis fiscaux.

On chercherait en vain la plus petite niche chez moi depuis que j’ai cessé d’avoir des chiens !

Une seule fois, je me suis délocalisé dans le cadre de la loi Pons à la coûteuse faveur d’un

investissement hôtelier dans les DOM-TOM qui m’a fait perdre 100% de ma mise.

A la distribution des bonus, des stocks options et des dividendes, j’ai toujours été oublié.

Mon casier judiciaire est vierge.

Mon courage est intact.

Je ne suis pas un damné de la terre. Mais je ne suis pas non plus un profiteur ou un esclavagiste.

Je ne suis protégé de personne, sauf du public auquel je dois la longueur de mon parcours.

J’ai mes opinions mais je n’ai jamais adhéré qu’au parti des amoureux de la France.

J'ai versé à la collectivité davantage que je n’en ai reçu :

pas un jour de chômage et une seule nuit d’hospitalisation en six décennies.

Je me situe sans honte mais sans fierté excessive dans cette classe moyenne qu’on souhaite faire

disparaître en nivelant notre société par le bas.

Je refuse autant d’être culpabilisé par un politicien

(qui voudrait que l’on prenne son inexpérience pour de la normalité)

que la France accorde sa confiance à un homme que l’Europe prive de la sienne et qui,

bien qu’ambitionnant de devenir le gardien de la constitution ne paraît pas s’être préoccupé de la

constitutionnalité de ses propositions.

Quant à moi, j’aurais nourri mes enfants, bâti des maisons, planté des arbres.

Mission accomplie.

Et vous Monsieur HOLLANDE qu’avez-vous fait ?

Sinon d’augmenter les impôts d’une classe moyenne pour favoriser les fainéants et les assistés de notre pays.

Et vous M. Hollande, qu'avez vous fait

si ce n'est des enfants dont vous n'avez jamais épousé les deux mamans,

même si l'une d'entre elles était ministre de la famille ?,

êtes vous un "homme normal" M. Hollande ......?

- vous qui, du même coup, avez évité de payer l'IGF devenu par votre mentor l'ISF,

en ne convolant pas, et ce, malgré tous vos biens immobiliers et mobiliers,

vous qui avez permis à vos COMPAGNES de toucher les allocs pour < /div>

"femmes filles mères" : 5 fois,..... êtes vous un "bon français" M. Hollande ?

- vous qui installez une maîtresse sur le trône.,

- vous qui bafouez un homme dont les médias ne parlent jamais ni ne publient jamais la tête,

et qui pourtant a donné son nom qui perdure, à votre maîtresse : madame TRIERVELLER,

- vous qui ignorez les 3 enfants de ce même couple que vous avez brisé,

êtes vous un "homme d'honneur" M. Hollande...?

en brisant un couple avec 3 enfants.....

- vous qui n'aviez jamais mis les pieds dans une Entreprise,

dans une usine, ni dans un ministère, et qui en bravez tout le savoir faire et la pérennité

avez-vous conscience que ce sont les Français qui paient votre formation

professionnelle ? êtes vous un vrai chef d'ETAT,

monsieur HOLLANDE ????
> > > > > vous ne seriez même pas un Chef d'entreprise

signé : Ph. BOUVARD

Repost 0
Published by Blad
commenter cet article
29 juillet 2014 2 29 /07 /juillet /2014 08:46

La récolte nationale de vin 2014, estimée à ce stade à 46,4 millions d'hectolitres, s'annonce conforme à la moyenne des cinq dernières années et nettement meilleure qu'en 2012 et 2013, selon les prévisions provisoires du ministère de l'Agriculture.
Selon Agreste, le service statistique du ministère, les prévisions de récolte au 21 juillet dépasseraient de 10% celles des deux dernières années, particulièrement mauvaises en raison du climat, et de 2% la moyenne quinquennale.

Mais les dernières semaines avant les vendanges seront encore décisives. Pour cette raison, l'organisme France AgriMer avait renoncé mi-juillet, à la demande des professionnels, à publier ses propres estimations et n'annoncera les premiers chiffres "corrects" que le 22 août. A ce stade, note cependant Agreste, l'état sanitaire est bon et après 2013 marquée par un retard important des vignobles, la campagne en cours "retrouve un cycle proche de la normale" et même une légère précocité, conséquence d'un hiver et d'un printemps doux.

Mais les épisodes orageux depuis le début de l'été et les conditions plus humides "nécessiteront une vigilance accrue de la situation phytosanitaire dans les semaines à venir", indique Agreste.Au 21 juillet, la grêle avait causé des dégâts sur 28.000 ha au niveau national, dont "près de la moitié de ces surfaces se situent en Languedoc-Roussillon", précise-t-il.
Pour cette raison, la production annoncée en hausse dans toutes les régions et même parfois en forte hausse comme dans le Bordelais (+50% par rapport à 2013, désastreuse, et +7% par rapport à la moyenne quinquennale) serait en baisse dans le Languedoc-Roussillon.
Ces estimations sur la production potentielle sont fournies par les services de statistiques agricoles à partir d'échantillons départementaux d'observations quantitatives et qualitatives.

Source : AFP.

Repost 0
Published by Blad
commenter cet article
28 juillet 2014 1 28 /07 /juillet /2014 08:53

Par Nicolas Lebourg

Combien de tribunes, de slogans scandés au creux de manifestations-fleuves, assimilant la violence israélienne à l'égard des Palestiniens à celle du IIIe Reich à l'encontre des juifs d'Europe ? En matière de propagande, le dernier épisode du conflit israélo-palestinien fut ainsi identique aux précédents. Partout dans le monde, dans toutes les manifestations pro-palestiniennes, sur tous les forums internet, dans des bouches d'hommes politiques de toutes tendances, le même amalgame historique sévit : l'assimilation d'Israël au IIIe Reich, du sionisme au nazisme.

D’une inanité historique certes confondante, l’argument a néanmoins démontré sa capacité de frappe de par son étendue même. Il ne suffit donc pas d’expliquer la différence absolue des phénomènes : il s’agit d’exposer d’où vient ce thème de propagande et de le comprendre.

Propagande stratégique et confusion idéologique

L’origine de l’argumentaire est tristement logique : c’est là un des fruits pourris de la Guerre froide, l’Union soviétique souhaitant déstabiliser Israël, l’allié des Etats Unis. Lors du procès Eichmann (1960-1961) la presse soviétique amalgame Israël et le IIIe Reich.

La publication soviétique Le Judaïsme sans fard (1963) représente des soldats israéliens affublés du faciès des caricatures antisémites mais portant croix gammées et casques à pointes. Entre 1967 et 1978, 180 ouvrages à la fois antisémites et antisionistes sont publiés, dont environ une cinquantaine de thèses universitaires, ainsi que plusieurs milliers d’articles dans la presse officielle. En 1969, Prudence : sionisme, fantasmant sur l’alliance entre sionistes et nazis, et sur l’équivalence doctrinale entre sionisme et nazisme, est tiré à 500 000 exemplaires.

Les nationalistes arabes empruntent à la propagande soviétique cet amalgame « juifs = sionisme = nazisme ». Illustration en est faite en 1964 jusque dans la charte de l’Organisation de libération de la Palestine, stigmatisant le sionisme « colonialiste, agresseur et expansionniste, raciste et séparatiste de par sa structure, fasciste dans ses objectifs et moyens ». L’ONU offre sa légitimité aux formulations les plus ambiguës en adoptant le 10 novembre 1975 sa résolution 3379 (abrogée le 16 décembre 1991… une fois la Guerre froide achevée) qui « considère que le sionisme est une forme de racisme et de discrimination raciale ». La conférence des non-alignés à la Havane en 1979 va encore plus loin dans l’assimilation avec le nazisme en considérant le sionisme tel un « crime contre l’humanité ».

Néanmoins, en France, c’est l’extrême gauche à l’origine, qui porte l’accusation, plus encore que les staliniens, pourtant zélés, et alors que l’extrême droite française est, quant à elle, massivement pro-israélienne. Le tiers-mondisme mène en effet d’une part à s’aligner sur les argumentaires palestiniens, d’autre part à omettre très naïvement que le déplacement de la lutte des classes sur le géopolitique était le b-a-ba de la pensée fasciste (l’opposition entre « nations prolétaires » et « nations bourgeoises » telle qu’elle était pratiquée par Mussolini).

Le thème antisioniste permet même l’union sacrée entre gauchistes français, nombre d’organisations maoïstes et trotskystes signant ainsi lors de la Guerre du Kippour (1973) un tract commun qui conspue la « tentative d’extermination de la population palestinienne et libanaise » entrées en « Résistance », puisque « les troupes sionistes poursuivent leur guerre d’extermination contre l’existence même des peuples palestinien et libanais », tandis que « les milieux sionistes européens » manœuvrent pour les soutenir… On comprend que ce mode discursif ait pu séduire à l’extrême droite.

L’argument dorénavant d’évidence chez divers intellectuels médiatiques selon lequel la gauche serait la responsable de la diffusion d’un néo-antisémitisme n’en est pas moins une simplification massive à usage polémique. En effet, la logique de production est passée, à ce stade de notre narration, par l’extrême droite.

Une construction politique

Massivement, l’extrême droite française est jusqu’en 1973 favorable au sionisme. Parfois, il s’agit de vouloir se débarrasser des Français juifs, mais souvent est présente une admiration pour le nationalisme israélien. L’aide venue d’Israël pour les partisans de l’Algérie française a contribué à renforcer l’amitié. Durant la Guerre des Six Jours (1967) prennent fait et cause pour Israël l’ancien Commissaire aux questions juives Xavier Vallat ou l’écrivain antisémite Rebatet – lui dont le dernier article sous l’occupation s’intitulait « Fidélité au national-socialisme ».

Dans les rangs des antisionistes ne se trouvent donc alors guère que des rescapés de l’Epuration et les plus nazifiants des jeunes nationalistes. Ceux-là se souviennent que dans Mein Kampf, Hitler se refuse à différencier antisionisme et antisémitisme, arguant qu’un Etat juif ne serait qu’une base territoriale pour un complot juif mondial. Suite à la création d’Israël, le beau-frère de Brasillach, Maurice Bardèche, lance le premier groupuscule antisioniste et rédige le premier ouvrage négationniste. Mais c’est son disciple François Duprat qui fait bouger les lignes de fracture. Dans une brochure essentielle de 1967 il fait un tout de l’antisionisme, du négationnisme et de l’antisémitisme.

Le négationnisme est ici, pour la première fois, lié à l’antisionisme, légitimé par l’anti-impérialisme et l’antiracisme. Duprat ne cesse ici de rendre la totalité des juifs solidaires du sionisme et d’Israël. Il les exclut ainsi de l’ensemble national et dessine les tentacules du complot juif mondial, recyclé en « sionisme international ». L’antisionisme n’est pas ici séparable de l’accusation de perpétuation d’un génocide à l’encontre des Palestiniens et du négationnisme. Le sionisme étant censé concerner tous les juifs, il devient le meilleur instrument du processus de délégitimation antisémite, puisqu’il permet de péjorer les juifs sur la base d’une rationalité politique et non raciale, et ainsi de contourner l’ombre réprobatrice du judéocide -mieux : de la retourner.

La dénonciation du martyre palestinien est l’une des armes les plus acérées de ce discours : jusque-là, les négationnistes ne s’étaient intéressés qu’à la dénonciation des malheurs allemands de l’après-guerre. L’argument ne pouvait guère, tandis que l’Occupation était encore si proche, avoir une portée considérable. Il ne faisait sans doute que marquer les extrémistes de droite en antipatriotes, effet pervers désastreux. Faire remarquer qu’il y a un vice originel, désormais évident, dans le slogan « une terre sans peuple pour un peuple sans terre » est nettement plus habile.

Revenir à la raison

Ainsi n’est-il rien d’original dans le meeting de Dieudonné et Faurisson où le second expose que la répression de son négationnisme l’assimile à un Palestinien, rien de probant ni de neuf dans ses chaînes emails qui nous épuisent d’images et de slogans nazifiant Israël. Que faire face à cette perpétuation et cette hégémonie d’une propagande initiée par un Etat, l’Union soviétique, ayant lui-même été balayé par l’Histoire ?

Les soutiens aux Palestiniens comme ceux d’Israël doivent en finir avec cette pose qui consiste à se saisir de la Seconde Guerre mondiale. Il n’y a ici nul nouveau nazi, ni le Hamas ni Tsahal n’étant comparables au phénomène national-socialiste. Ni l’islamisme ni le sionisme ne sont idéologiquement proches du nazisme. Il y a des crimes de guerre, non un génocide (c’est-à-dire, si l’on parle en raison, l’extermination d’un groupe par l’assassinat de chacun des membres qui le composent selon la puissance homicide).

L’extermination des juifs d’Europe n’est pas le mètre-étalon de la concurrence des victimes. Il n’y a aucune raison de la communautariser et de lui donner un sens mystique en la nommant « Shoah » (« la Catastrophe » en hébreu) et en l’affirmant inintelligible. Bien au contraire : le judéocide doit être ramené à sa particularité historique pour être compris en-soi et non pour être manœuvré par des camps important le conflit moyen-oriental. Bannir de son discours toute facilité qui consiste à travestir notre actualité en histoire de la Seconde Guerre mondiale devient une urgence civique.

Repost 0
Published by Blad
commenter cet article
28 juillet 2014 1 28 /07 /juillet /2014 08:32

Texte rédigé par Adrien Abauzit

La France est train de vivre un moment de vérité. Les évènements récents, de la Coupe du monde de football aux manifestations pro-palestiniennes, font apparaître avec plus de netteté que jamais les désastres de la défrancisation de la France.

Hier après-midi, 3000 personnes se sont réunies place de la République pour manifester alors que le Conseil d’Etat lui-même avait mis son véto.

Les français administratifs n’obéissent pas à la loi française

Si une partie des organisations pro-palestiniennes ont joué le jeu de l’Etat de droit en respectant l’interdiction (encore heureux), en revanche, une autre partie a clairement défié la France en lui signifiant que ses décisions de justice ne s’appliquait pas à elle.

Ainsi, hier, nous avons pu voir des milliers de français administratifs fouler au pied la loi française. Ce simple rassemblement en soi est le signe d’une catastrophe que notre société tartuffe ne veut pas voir : les français administratifs ne se sentent pas assujettis à la loi française. L’autorité à laquelle ils se soumettent est autre.

Assez pathétiquement, M. Cazeneuve, notre transparent ministre l’Intérieur, a malgré tout trouvé matière à réjouissance : « C’est une manifestation qui a été parfaitement maîtrisée. Si je n’avais pas interdit cette manifestation, il y aurait eu beaucoup plus de monde avec des casseurs déterminés au milieu d’une foule beaucoup plus nombreuse ».

Il est fort regrettable que le ministre censé assurer la sécurité des Français n’ait pas vu le rassemblement d’hier comme un défi à son pays. La gauche ne s’en rend pas compte, et de toute façon elle s’en moque bien, mais les images d’hier sont une humiliation pour la France.

Nouvelle émeute de la « nation dans la nation »

Les semaines passent et se ressemblent depuis la Coupe du monde de football. Suite aux succès de l’équipe de football d’Algérie, Houria Bouteldja, porte-parole des Indigènes de la République, avait salué les émeutes algériennes sur le territoire français comme une magnifique scène de liesse de la « nation dans la nation ».

Une nouvelle fois, la nation dans la nation s’est exprimée. Les mêmes ingrédients ont été retrouvés : forces de l’ordre lynchées, biens publics saccagés, drapeaux étrangers brandis en oriflamme, insultes contre la France et l’on en passe.

Par ce déchaînement de violences et d’incivilités, par le manque de pudeur totale des manifestants vis-à-vis du pays dans lequel ils sont, la nation dans la nation a confirmé que l’interdiction était parfaitement justifiée.

Petite précision : dans cette même ville de Paris, à l’exception d’une étrange provocation de Mauritaniens venus le perturber, un rassemblement de soutien aux chrétiens d’Irak, victimes d’une politique de purification religieuse, se déroulait au même moment dans le calme le plus complet au Trocadéro.

Présence de la gauche à la manifestation : la jonctions des Antifrances

L’interdiction de la manifestation n’a pas empêché des éléments de gauche, NPA en tête, de se joindre à la nation dans la nation.

Rien de plus logique : les figures officielles de l’Antifrance sont allées à la RENCONTRE de leurs enfants. Car la nation dans la nation est bien le produit de la gauche, c’est-à-dire de la philosophie des Lumières, du jacobinisme, du dessein de défrancisation de la France. Elle est le fruit d’un savant mélange entre l’immigration de masse, la haine de la France et la volonté de régénérer la France par la substitution du peuple français par des peuples étrangers.

Les images de désolation de ce rassemblement sont l’aboutissement de plusieurs siècles de pourrissement de la société française par la philosophie des Lumières. Tôt ou tard, le peuple français devra s’en apercevoir et en tirer les justes conclusions.

Repost 0
Published by Blad
commenter cet article
28 juillet 2014 1 28 /07 /juillet /2014 08:29

Sur la page Facebook de l'acteur, un message de l'administrateur annonce que "depuis ce matin, Thierry nous a quitté". Son fils aurait également annoncé la triste nouvelle sur les réseaux sociaux hier soir.

Thierry Redler est décédé hier à l'âge de 56 ans à La Rochelle. Acteur des sitcoms d'AB Productions, il laisse le souvenir du sympathique Marc dans la série "Les filles d'à côté", un rôle qu'il avait repris dans "Les nouvelles filles d'à côté".

Acteur mais aussi doubleur, il avait également prêté sa voix au personnage de Charlie Shenn dans la série "Friends" ainsi qu'à Sangoku dans plusieurs épisodes du dessin

Repost 0
Published by Blad
commenter cet article
27 juillet 2014 7 27 /07 /juillet /2014 09:07

En manque d’imams, les mosquées françaises ont fait appel à près de 400 religieux venus des pays de tradition musulmane pour assurer les prêches du ramadan.

L’heure de la fin du jeûne approche à Argenteuil (Val d’Oise), et Mohammed Bouzid attend les fidèles dans les locaux temporaires de l’association Essalam, à quelques pas de la future mosquée. Rares sont pourtant les fidèles qui le connaissent bien.

Il fait partie des centaines d’imams venus en renfort comme chaque année dans les mosquées françaises pour le ramadan, qui s’achève au début de la semaine prochaine.

A Rabat, l’imam au français impeccable est directeur d’un collège-lycée, professeur

et chercheur en pensée islamique. Chaque année, il vient épauler un imam local pendant le mois de ramadan, ou officier dans des communautés dépourvues d’imam.

L’imam a pour mission de mener les six prières quotidiennes de ramadan et d’assurer les longues veillées qui se terminent vers cinq heures chaque matin. Un rythme éreintant à ajouter au jeûne, assez pénible en plein été. Entre les prières, l’imam répond aux questions des centaines de fidèles qui fréquentent la mosquée, et les accompagne dans leur vie en France et au MAROC.

En ce mois de ramadan de l’année 2014 (1435 selon le calendrier islamique), 225 imams sont venus du Maroc et 120 d’Algérie, rémunérés par leur Etat. Une trentaine d’imams turcs viennent également renforcer les 200 imams salariés par la Turquie déjà présents en France à l’année.

Cette année, cinq Marocaines sont aussi venues animer les veillées de ramadan.

- 'Des voix nouvelles' -

Les imams sont envoyés à tour de rôle dans les différents pays où leurs compatriotes sont présents. M. Bouzid est passé par l’Italie, la Belgique, l’Espagne et les Pays-Bas.

Face à la pénurie d’imams, le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve a exhorté le 7 juillet le Conseil français du culte musulman (CFCM), miné par des querelles entre fédérations, à prendre des mesures pour permettre la formation d’un plus grand nombre de religieux. Seule une poignée d’imams sort chaque année des quelques instituts de formation français.

“Les imams +permanents+ trouvent un appui considérable» auprès de leurs confrères étrangers. «Ce sont de nouveaux visages mais aussi des voix nouvelles qui prêchent avec talent”, assure Mohammed Moussaoui, président de l’Union des mosquées de France (UMF).

Selon M. Moussaoui, les imams choisis par le ministère marocain des Affaires islamiques et la fondation Hassan II pour venir officier en France, à la demande de l’UMF, sont plutôt jeunes et très diplômés. Tous ne parlent pas français, la prière se faisant en arabe, mais chaque mosquée les accueille en les sensibilisant à la laïcité et aux lois françaises, au «respect mutuel» et au «vivre-ensemble».

Plus expérimenté, Mohammed Bouzid est aussi là pour enseigner les bonnes pratiques dans les mosquées où il prêche. L’imam local «parle avec les fidèles et pratique la prière avec moi, puis je m’assois avec lui et nous en discutons”, assure le religieux. Il dit insister dans ses interventions sur la nécessité de s’intégrer à la société dans laquelle vit le croyant, et défendre aux jeunes de partir en Syrie faire «un faux jihad».

Source : AFP

Repost 0
Published by Blad
commenter cet article
26 juillet 2014 6 26 /07 /juillet /2014 09:24

Un peu d’histoire pour commencer… important pour comprendre la culture de la vigne

Les racines de l’industrie du vin sud-africaine remontent au XVIIème siècle, plus exactement en 1659, lorsque le fondateur de Cape Town, Jan van Riebeeck, y produisit le premier vin. Sa venue dans le pays était liée aux explorations de la Compagnie Hollandaise des Indes qui établit un point d’alimentation au Cap. Cependant le boom de l’industrie du vin n’est que très récent en Afrique du Sud. En 1918, des producteurs dans le Western Cape fondèrent la "Koöperatieve Wijnbouwers Vereniging" (KWV), afin d’augmenter la production et la qualité des vins. Mais les quotas de production n’ont été aboli que dans les années 1990. Avant la fin de l’apartheid dans les années 1990, l’Afrique du Sud était très isolée. Quand l’apartheid a été aboli, les boycotts de produits sud-africains ont été abandonnés et les marchés d’exportation mondiaux ce sont ouverts.

"Les vrais changements en termes de production et de vinification n’ont pas plus de 20 ans", selon Olivier Helanie, oenologue au domaine Hoopenburg, à Stellenbosch. "Nous avons parcouru un long chemin. Les viticulteurs sud-africains de nos jours ont généralement fait leurs armes à l’étranger et redoublent d’innovation. Nous nous inspirons de nombreuses influences, de ce que les gens créatifs ont tendance à faire, et nous réussissons aujourd’hui à produire des vins élégants qui expriment vraiment notre terroir unique.", ajouta Helanie.

En 2012, l’Afrique du Sud a produit 870,9 millions de litres de vin, devenant le 9ème plus grand pays producteur de vin au monde. Les exportations sont en augmentation chaque année. En 2013, les vignerons d’Afrique du Sud ont exporté 525,7 millions de litres, en battant le précédent record de 2012 de 26%, selon Chris Mercer (Decanter, lundi 13 janvier 2014).

Deux points essentiels à retenir. Il n’y a pas encore ici de "système d’AOC" comme en France. Les régions viticoles de l’Afrique du Sud sont définies dans le cadre du décret sur le "vin d’origine" (Wine of Origin, abrévié WO) datant de 1973. Tous les vins sud-africains considérés comme "vin d’origine" doivent être composés entièrement de raisins issus de leur région de production. En conséquence, le "vin d’origine" ne place pas ses critères de sélection sur des éléments comme les cépages autorisés, les méthodes de palissage, les techniques d’irrigation ou encore les rendements. Il ne fait que diviser les régions viticoles en quatre catégories.

La plus vaste et la plus générique des catégories concerne les unités géographiques (comme la région de Western Cape), à l’intérieur desquelles se trouvent les régions (comme Overberg), elles mêmes divisées en districts (comme Walker Bay, Stellenbosch, Paarl ou Swartland), avec en leur sein des circonscriptions (comme Elgin).

L’Afrique du Sud étant située à l’extrémité du continent africain et la plupart des régions viticoles étant à proximité de l’Atlantique ou de l’océan Indien, beaucoup de régions bénéficient d’un climat plutôt méditerranéen, qui se caractérise par un ensoleillement important et de la chaleur sèche. Dans de nombreuses régions viticoles l’irrigation est indispensable à la culture de la vigne. Pour plus d’informations :www.wosa.co.za/sa

Maintenant que vous avez quelques informations entre les mains pour devenir des experts sur les vins sud-africains, nous allons parler de ce qui nous a marqué le plus pendant notre séjour: le braai et le pinotage. Deux belles découvertes de la culture sud-africaine, et qui vont très bien de paire !

Braai = Amis, Viande & Vin (ou bière)

Chaque Braai est un moment unique. Une expérience sociale. Une douce façon de se détendre après une longue journée de travail, autour d’un feu, en discutant avec vos amis, toujours un verre à portée de lèvres. Braai signifie "barbecue" en afrikaans et les traditions qui l’entourent peuvent être considérablement différentes de notre barbecue européen. Selon Helanie Oliver, "utiliser du gaz, c’est tricher". L’utilisation de charbon de bois est commun, principalement en raison de sa commodité, mais l’utilisation du bois pour le feu est le recours traditionnel à la préparation d’un braai. En prime cela contribue à éradiquer les plantes sauvages indésirables, au profit de la préservation de la biodiversité. Pour la culture: la floral du Cap, hors plantes tropicales, est la plus diversifiée au monde. La grande majorité de la région du Cap est abrite une étonnante diversité d’espèces végétales endémiques".

Photo : Livre Braii Masters


"Braai Day" est une célébration du riche patrimoine culturel de l’Afrique du Sud et de son passe-temps national, le braai. Il vise à réunir tous les Sud-Africains en les encourageant à participer à une activité amusante et concrète partagée par toutes les ethnies. Elle est célébrée chaque 24 septembre (journée du patrimoine de l’Afrique du Sud). Nous avons eu la chance d’expérimenter plusieurs Braais avec des amis pendant notre séjour, à Stellenbosch, Paarl et dans la région d’Orange River. Cela a toujours été un moment fantastique !

Pinotage, un cépage rouge made in Afrique du Sud

Photo : Pinotage – Stellenbosch

Le Pinotage est pour l’industrie du vin sud-africain ce que la Tour Eiffel est pour le tourisme français: une signature. Le Pinotage est un cépage rouge résultant d’un croisement entre le pinot noir et le cinsault (aussi connu sous le nom "Hermitage" en Afrique du Sud) et créé en 1925 par Abraham Izak Perold, le premier professeur de viticulture à l’Université de Stellenbosch. Il représente 6% de la production totale de vin d’Afrique du Sud ainsi que plus de 95% de la culture du Pinotage dans le monde. En outre le Pinotage est également cultivé au Brésil, Canada, Israël, Nouvelle-Zélande, États-Unis et Zimbabwe. C’est un composant obligatoire dans les "Cape blends" ,des vins rouges avec une proportion de Pinotage mélangée à d’autres cépages (30-70% du vin final).

Les vignes sont aussi vigoureuses que leur parent cinsault et faciles à cultiver, avec des maturations précoces et des niveaux de sucre élevés. Le Pinotage peut être cultivé par le système en treillis ou gobelets. Les vieilles vignes de Pinotage sont principalement plantées en gobelet et il semblerait que cela apporte une plus grande concentration en fruits et de la profondeur au vin. Le raisin est naturellement riche en tanins qui peuvent être réduits avec des temps de macération limités. Cependant la réduction du temps de contact avec les peaux peut également réduire les arômes de mûre et de prune, caractéristiques du Pinotage.

2 délicieux Pinotages que nous avons eu la chance de déguster :

Photo : Ludovic Pollet


  • Pinotage Grand Vin 2012, de L’Avenir Estate
  • Vient de la région de Stellenbosch. Nez de petits fruits. Fumé, cuir et épices avec des notes florales distinctes. Bouche harmonieuse avec des tanins élégants, belle fraîcheur. Fruits noirs en bouche avec des notes de prune juteuse. Bien équilibré. Bon à boire maintenant après un carafage de deux heures minimum, mais aussi du potentiel de garde. Va très bien sur des viandes au grill et sur tout type de braai en général ! 3000 bouteilles produites/an.
  • Oenologue : Dirk Coetzee
  • Prix départ caveau : 250 rand (environ 17.5€)
  • Plus d’informations : www.larochewines.com
  • Le Vin de François 2011, du Chateau Naudé
  • Produit en quantité limitée et fait à partir des meilleurs exemples de Pinotage trouvés dans les vignobles du Cap, le Vin de François est le summum de la gamme Château Naudé. Provient de sept producteurs de Stellenbosch et Bot River. Complexe nez de mûres et de prunes avec une touche de réglisse. Frais et juteux en bouche, tanins souples et assez présents pour récompenser une garde prolongée. Va très bien avec un gâteau au chocolat.
  • Propriétaire/Oenologue: François Naudé
  • Prix constaté en vente aux enchères : jusqu’à 5 200 rand pour une caisse de 12 (environ 30€ la bouteille)
  • Plus d’informations : www.levindefrancois.com

Merci Afrique du Sud pour ton accueil chaleureux. Maintenant, il ne nous reste plus que 91 pages – pays – à écrire et nous serons en mesure de compléter notre "livre de vie autour du vin"….

WineExplorers’ment votre,

Pour en savoir plus sur l'aventure de Wine Explorers


Un zest de géographie…aussi très important :


Source : Jean-Baptiste Ancelot - Wine Explorers pour le figaro.fr

Comprendre les vins sud-africains.
Repost 0
Published by Blad
commenter cet article
25 juillet 2014 5 25 /07 /juillet /2014 08:41

La préfecture de Midi-Pyrénées a confirmé l'information selon laquelle 13 personnes parmi les 116 passagers de l'avion d'Air Algérie porté disparu devaient attérrir à Toulouse-Blagnac. Certaines d'entre elles sont originaires de l'Aude (2 selon nos informations) et des Hautes-Pyrénées.

L'aéroport de Toulouse Blagnac a activé son plan de secours accueil famille et un numéro dédié a été mis en place : le 0825 380 000. De même, une cellule d'urgence médico-psychologique a été mise sur pied.

L'épave de l'avion disparu jeudi - avec plus de 116 personnes à bord dont 51 français - moins d'une heure après son décollage de Ouagadougou, a été repérée hier en soirée dans le nord du Mali, près de la frontière avec le Burkina Faso, a annoncé le chef d'état-major particulier de la présidence burkinabè.

"Nous venons de retrouver l' avion algérien. L'épave a été localisée (...) à 50 km au nord de la frontière du Burkina Faso", dans la région malienne de Gossi, a déclaré le général burkinabè Gilbert Diendiéré, à l'issue d'une réunion de crise à Ouagadougou.

Repost 0
Published by Blad
commenter cet article
24 juillet 2014 4 24 /07 /juillet /2014 08:31

Le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, dénonce la persécution des chrétiens en Irak comme un "crime contre l'humanité" : une déclaration dont se fait l’écho à Rome L'Osservatore Romano en italien des 21-22 juillet.

L'Osservatore Romano du 23 juillet se fait aussi l'écho du Conseil de sécurité de l'ONU qui a dénoncé, le 21 juillet, la persécution des chrétiens de la part des djihadistes, notamment à Mossoul, dans une déclaration adoptée à l'unanimité.

« Les attaques systématiques contre les civils en raison de leurs origines ethnique ou de leur appartenance religieuse constituent un crime contre l’humanité dont les auteurs devront rendre compte », a affirmé le secrétaire général dans une note du 20 juillet.

M. Ban Ki-moon a condamné la persécution systématique de populations minoritaires en Irak par le groupe armé l'Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL) et les groupes armés associés, indique l’ONU.

Il se dit particulièrement troublé par les informations faisant état de menaces contre les Chrétiens à Mossoul et autres régions de l'Irak contrôlées par l'EIIL, notamment un ultimatum pour soit se convertir, soit payer une taxe, soit quitter le pays ou alors faire face à une exécution imminente.

« Selon des informations tout aussi révoltantes, les Turkomans, les Yazidis et les Shabaks sont menacés d'enlèvements, d'assassinats ou de la destruction de leurs biens et les maisons des Chrétiens, des Chiites et des Shabaks résidant à Mossoul ont été marquées », a indiqué le porte-parole du Secrétaire général dans un communiqué de presse.

Au cours de ces dernières années, les communautés minoritaires qui ont vécu ensemble pendant des milliers d'années et dans la province de Ninewa (Ninive) ont fait l'objet d'attaques directes et de persécutions par l'EIIL et les groupes armés associés. Des dizaines de milliers de membres de ces groupes de minorités ethniques et religieuses ont été déplacés ou forcés de fuir et de chercher refuge ailleurs, tandis que de nombreux autres ont été exécutés ou enlevés.

« Le Secrétaire général réitère que toute attaque systématique contre la population civile ou des groupes de la population civile en raison de leur appartenance ethnique, leurs croyances religieuses ou leur foi pourrait constituer un crime contre l'humanité, dont les auteurs seront tenus responsables. Tous les groupes armés, en particulier l'EIIL et les formations associées, doivent se conformer au droit international humanitaire et protéger les civils vivant dans les zones qu'ils contrôlent», a déclaré le porte-parole.

Les Nations Unies continueront à intensifier leurs efforts, en coopération avec le Gouvernement de l'Irak et le Gouvernement régional du Kurdistan, pour répondre aux besoins humanitaires urgents de ceux qui ont été déplacés à cause du conflit en cours et de la menace terroriste à laquelle les groupes minoritaires iraquiens, le pays et la région sont confrontés, conclut la note.

Repost 0
Published by Blad
commenter cet article

Articles Récents

Liens