Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Polit-Buro.
  • Polit-Buro.
  • : Photos et commentaires des réunions du P.B. Lutte contre le complot des tristes et la morosité ambiante. Objectif: soutien de la viticulture française et des spiritueux.
  • Contact

Texte Libre

Recherche

10 août 2014 7 10 /08 /août /2014 13:31

Anne-Clémentine Larroque est historienne de formation, maître de conférences à Sciences Po en Questions internationales. Elle a tenu une chronique internationale sur la Matinale France Inter (été 2013). A paraître: Géopolitique des islamismes chez PUF, collection Que sais je?, en octobre prochain.

Figarovox: Sous le nom d' «islamistes», on regroupe des réalités qui n'ont rien à voir: le Hamas, les frères musulmans, les djihadistes d'EEIL. Qu'est ce que l'islamisme?

Anne-Clémentine Larroque: Sur le sujet, les amalgames sont quotidiens, c'est une thématique complexe qu'on a tendance à vouloir désespérément rendre simple. Il convient avant tout de distinguer islam, islamisme et islamisme radical ou violent, terminologies très souvent confondues dans le débat public.

L'islam correspond à la religion monothéiste numériquement la plus importante au monde aujourd'hui, mais chronologiquement la dernière apparue après le judaïsme et le christianisme. Les Sunnites sont majoritaires et se placent à côté des Chiites, branche minoritaire.

L' «islamisme» est la dénomination occidentale d'un «réveil de l'islam» au moment de la Modernité occidentale. C'est une idéologie politico-sociale qui a un ressort religieux, né au XIXème siècle en réaction à la

L'islamisme s'inscrit parmi les grandes idéologies (socialisme, libéralisme, marxisme) nées au XIXe siècle.

Modernité qui a touché le monde musulman, via la colonisation. On oppose systématiquement l'islamisme au progrès, alors que cette idéologie n'est pas anti-moderne au départ. Au contraire les réformistes Muhammad Abduh et Jamal Afghani, pères du réformisme islamiste au XIXème siècle, prônent une réinstauration de l'islam dans les sociétés musulmanes tout à fait compatibles avec les valeurs modernes. Finalement, l'islamisme s'inscrit parmi les grandes idéologies (socialisme, libéralisme, marxisme) nées au XIXe siècle.

En revanche l'islamisme radical ou islamisme violent est une des formes que prend l'islamisme (qui peut aussi s'incarner dans des mouvements pacifiques de prédications qui refusent la violence). Les salafistes prédicateurs barbus que l'on voit dans certains quartiers sont loin de tous prôner le djihad armé! A certains égards on pourrait les comparer aux ordres mendiants dans la Chrétienté car leur vocation est uniquement missionnaire.

Finalement, il y aurait trois familles d'islamismes: l'islamisme missionnaire, l'islamisme politique et l'islamisme violent ou djihâdisme, que vous nommez islamisme «radical».

Ainsi, les Frères Musulmans sont des islamistes réformistes avec un projet politique ; certaines de leurs branches ont pu évoluer vers la violence mais ce n'est pas l'objectif sous-tendu, le Hamas a été fondé par les Frères: cependant, il est constitué d'un parti puis d'une branche armée, tandis que l'EIIL est un groupe djihadiste.

Quel est le point commun entre ces différentes formes d'islamisme?

Le point commun de tous ces islamismes est la volonté de mettre en place un Etat islamique, c'est-à-dire une structure étatique où l'autorité mène une politique islamique, au sein de laquelle la «charia», la loi islamique, demeure centrale et est imposée à l'ensemble des habitants. Cependant, leurs moyens diffèrent et leur objectif varie selon l'échelle de temps et d'espace.

Qu'est-ce que le salafisme?

La Salafiyya symbolise une nouvelle idéologie islamiste défendant le «retour à l'islam» ou le «réveil de l'islam» favorisant la remise en question de celui-ci vis-à-vis la Modernité occidentale. C'est une idéologie islamiste apparue au XIXe siècle. Le salafisme prône le retour vers le message des pieux ancêtres (salaf signifie «ancêtre»). Mais il prend aussi un visage réformiste avec l'émergence de l'islam politique. Suivant la même logique que l'islamisme, trois formes différentes de salafisme existent:

-Le salafisme missionnaire ou de prédication: éducation, œuvres de bienfaisance, etc

-Le salafisme politique : réformisme menant à la création d'un Etat islamique par des voies «politiques»: les Frères musulmans par exemple.

-Le salafisme djihadiste qui ne veut pas se limiter au strict message politique et va plus loin en utilisant l'action violente et terroriste soit à l'intérieur d'un pays musulman (comme le Hamas) soit à l'extérieur (comme Al-Qaïda).

Quelles sont les racines du «djîhadisme»? Est-ce un phénomène contemporain au consubstantiel à l'islam en tant que religion?

Non, on ne peut pas dire que le djihâdisme soit consubstantiel à la religion. Si le djihâd existe littéralement dans l'islam (petit et grand djihâd dans le Coran), le «djihâdisme»: (idéologie qui place le djihad comme moteur d'action et comme finalité), est un mouvement contemporain qui puise ses racines dans les thèses de deux grands idéologues:

-La pensée de Sayyid Qotb (1906-1966), militant des Frères musulmans qui lutta activement contre l'Etat de Nasser jugé «mécréant» car ne respectant pas la loi coranique et théorisa dans les années 60 le retour à un islam politique où le djihad prend une place centrale.

-La pensée de Maulana Maududi (1903-1979) théologien fondamentaliste pakistanais qui à la même époque pense et encourage la lutte pour la création d'un état islamique pakistanais. Ses thèses seront suivies par les Talibans: il prône un retour au djihad global.

L'application du djihâd se résume en trois vagues successives dans le monde musulman:

-Dans les années 70-80, dans le cadre de la guerre d'Afghanistan contre les Soviétiques ;

-Le djihâd des années 90, contre les régimes militaires algérien, égyptien et en Bosnie

-Depuis la fin des années 90, le nouveau djihâd contre l'Occident, qui est devenu la raison d'être du mouvement d'Al-Qaida.

On pourrait ajouter une quatrième «vague»: que ce soit Boko Haram au Nigéria, EEIL en Irak ou Al-Nosra en Syrie, les shabbabs en Somalie on assiste à l'émergence d'un djihâdisme plus ancré territorialement qui s'inscrit d'abord localement dans une histoire particulière avant de revendiquer une perspective internationaliste globalisée.

Vous distinguez islamisme de prédication, islamisme politique et djihâdisme. Dans quelle catégorie se trouve le Hamas?

Le Hamas, «Mouvement de résistance islamique» est une émanation des Frères musulmans en Palestine, où leur présence date des années 30. Dans les années 40, se crée une branche armée dont le but est de lutter contre les Britanniques et le projet de création de l'Etat d'Israël, Etat sioniste pour eux.

Le Hamas actuel est créé en 1987 lors de la première intifada. L'objectif affiché est alors d'anéantir Israël et le sionisme tout en islamisant la Palestine. Ils lancent les premières vagues d'attentats dans les années 90. En 2006, ils deviennent la première force politique du pays, devant le Fatah, en remportant les élections législatives palestiniennes avec 56 % des suffrages.

On pourrait donc dire que le Hamas constitue un groupe islamiste politique (au départ fondé par les Frères musulmans) qui adopte les moyens d'une mouvance djihadiste de résistance.

Le Printemps arabe avait vu la consécration des frères musulmans qui sont devenus une force politique capable de rassembler les masses arabes, à l'instar du nationalisme panarabe autrefois. Quelle idéologie véhiculent les Frères musulmans?

Les Frères musulmans sont un mouvement islamiste réformiste fondé par Hassan Al-Banna en 1928, en Egypte, peu après l'effondrement de l'empire ottoman. La confrérie prône une conquête du pouvoir politique par le bas mais elle s'inscrit dans les trois formes d'islamismes que je décris: missionnaire, politique et violent. Cependant, son but reste politique. Certaines branches radicales violentes en sont issues mais ne fondent pas le cœur de leur action. Ils font partie du mouvement des Salafistes réformistes. Leur but est avant tout politique: mettre en place un Etat islamique et installer la Charia. Leur évolution est corrélée à leurs rapports avec les pouvoirs en place.

Dans les années 1960-80, Nasser et Sadate jouent entre répression et instrumentalisation des Frères Musulmans, ce qui pousse ceux-ci à migrer en péninsule arabique et notamment en Arabie Saoudite où ils s'allient momentanément avec les wahhabites. C'est la période particulière du «wahhabo-salafisme».

Les Frères musulmans prennent dès lors, une dimension internationaliste et essaiment dans de nombreux pays, y compris en Occident au travers des prises de positions d'intellectuels musulmans réformateurs comme Tariq Ramadan, petit-fils du fondateur des Frères Musulmans Hassan Al-Banna, même s'il ne revendique pas son appartenance à la Confrérie.

On a longtemps cru que les dictatures arabes réussissaient à cantonner et maitriser les islamistes. Mais en réalité, l'islam radical s'est renforcé en réaction aux pouvoirs dictatoriaux

Où en est l'islamisme politique quatre ans après les révolutions arabes?

On a longtemps cru que les dictatures arabes réussissaient à cantonner et maitriser les islamistes. Mais en réalité, l'islam radical s'est renforcé en réaction aux pouvoirs dictatoriaux, le nationalisme de Nasser puis l'autoritarisme de Moubarak en Egypte, la tyrannie de la dynastie Assad en Syrie, la «ploutocratie»de Ben Ali en Tunisie. Dans les années 2000, certains tentent l'ouverture et l'adoucissement, c'est le cas d'Hosni Moubarak en Egypte, lors des élections de 2005, mais cela ne suffit pas car les revendications économiques et sociales du peuple prennent le pas et les islamistes s'intègrent au mouvement de protestation.

Ensuite, les révolutions arabes ont révélé au grand jour la «frérisation» du monde arabe. Mais les Frères musulmans n'ont pas su garder le pouvoir. L'islamisme a gagné socialement, «par le bas: les stigmates visuels de l'islamisation se sont multipliées en dix ans dans bon nombre de pays arabes. Mais il ne l'a pas gagné politiquement. Les islamistes ont perdu le pouvoir, faute d'expérience, de vision politique et économique globale. Hormis deux exceptions: la Tunisie où le parti Ennahdha de Ghannouchi a su s'adapter à la transition politique du pays, et la Turquie d'Erdogan, qui n'a pas fait la Révolution mais où l'islamisme politique a gagné depuis 2002, dans un pays laïc où se dessinent aujourd'hui les contours de ce que l'on peut qualifier de «post-islamisme».

Source : Eugénie Bastié.

Repost 0
Published by Blad
commenter cet article
10 août 2014 7 10 /08 /août /2014 11:17
La carte d'Al-Qaïda.
Repost 0
Published by Blad
commenter cet article
10 août 2014 7 10 /08 /août /2014 11:14

Aussi incroyable que cela puisse paraître, il est reproché à la Russie de se défendre! Elle a le droit de subir les sanctions internationales américaines, mais pas de se défendre, et surtout pas d’empêcher les pays à l’origine de ces sanctions de se faire de l’argent en Russie!

- Viande de bœuf (fraiche, réfrigérée ou congelée)
- Porc (frais, réfrigéré ou congelé)
- Viandes et abats comestibles de volailles (frais, réfrigérés ou congelés)
- Viande salée, séchée ou durcie
- Poissons vivants
- Poisson (frais, réfrigéré ou congelé)
- Filets de poissons et autre viande de poisson (aussi moulu, frais, réfrigérés ou congelés)
- Poissons salés, séchés ou marinés
- Poisson fumé
- Farine de poisson, de poudres et granules propre à la consommation humaine
- Crustacés (pelés et non pelés, vivants, frais, réfrigérés, congelés, séchés, salés ou en saumure)
- Crustacés fumés (pelés ou non)


- Crustacés non pelés cuits ou cuits à la vapeur (même s’ils sont réfrigérés, congelés, séchés, salés ou en saumure)
- Farines, poudres et pellets de crustacés, propres à la consommation humaine
- Mollusques (pelés ou non, vivants, frais, réfrigérés, congelés, séchés, salés ou en saumure)
- Mollusques fumés
- Farines, poudres et pellets de mollusques, propres à la consommation humaine
- Invertébrés autres crustacés et mollusques (vivants, frais, réfrigérés, congelés, séchés, salés ou en saumure)
- Lait et crème (sans sucre ajouté ou d’autres édulcorants)
- Lait et crème (avec addition de sucre ou d’autres édulcorants)
- Babeurre, lait et crème caillés, yogourt, kéfir et autres laits fermentés ou acidifiés et de la crème (concentrés ou non concentrés ou sans addition de sucre ou d’autres édulcorants ou aromatisés ou non, avec ou sans additionnés de fruits ou de cacao)
- Lactosérum (condensé ou non, avec ou sans sucre ou des édulcorants ajoutés)
- Produits laitiers composés naturels du lait (avec ou sans sucre ou des édulcorants ajoutée)
- Beurre et autres matières grasses et les huiles à base de lait, de produits laitiers à tartiner
- Fromages et caillebotte
- Pommes de terre (fraîches ou réfrigérées)
- Tomates (fraîches ou réfrigérées)
- Oignons, échalotes, ail, poireaux et autres légumes comestibles (frais ou réfrigérés)
- Choux, choux-fleurs, choux frisés, choux-raves et autres choux comestibles (frais ou réfrigérés)
- Laitues et chicorées (frais ou réfrigérés)
- Carottes, navets, betteraves, salsifis, céleris-raves, radis et autres racines et tubercules (frais ou réfrigérés) comestibles
- Cornichons et concombres (frais ou réfrigérés)
- Légumes à cosse (pelés ou non, frais ou réfrigérés)
- Autres légumes (frais ou réfrigérés)
- Légumes crus, les légumes cuits et les légumes cuits à la vapeur (congelé)
- Légumes à longue conservation (par exemple avec adjonction de soufre, de sel ou d’autres substances), non destinées à la consommation directe
- Légumes secs (entiers, coupés ou en poudre) non préparés
- Légumes à cosse secs (nettoyés ou non traités, hachés ou déroulés)
- Manioc, arrow-root ou salep, topinambours, artichauts, patates douces et racines et tubercules similaires à haute teneur en amidon ou en inuline (frais, réfrigérés, congelés ou séchés, tranchés ou non, ou granulés)
- Noix de coco, noix du Brésil et noix de cajou (frais ou secs, écossés ou pelées)
- Autres fruits (frais ou secs, écossés ou non)
- Bananes et plantains (fraîches ou séchées)
- Dattes, figues, ananas, avocats, goyaves, mangues et mangoustans (fraîches ou séchées)
- Agrumes (frais ou séchés)
- Raisins (frais ou séchés)
- Melons (y compris les pastèques) et papayes (fraiches)
- Pommes, poires et coings (fraiches)
- Abricots, cerises, pêches (y compris les nectarines), prunes et prunelles (frais)
- Autres fruits frais
- Fruits (également cuits y compris à la vapeu, congelés, avec ou sans sucre ou d’autres édulcorants)
- Autres fruits, y compris les mélanges de noix ou de fruits secs
- Chair à saucisse (tous les types)
- Les produits conditionnés, y compris le fromage et lait caillé de matières grasses végétales
- Extrait de malt (dont 90 pour cent ou plus sec)
- Farine pour la consommation humaine (pourcentages spécifiques ingrédients)
- Alimentation (lait-produits de matières grasses végétales) (pourcentages précis d’ingrédients)
- Fondue au fromage

Source: RTBF

Repost 0
Published by Blad
commenter cet article
10 août 2014 7 10 /08 /août /2014 05:31

Voyageant en avion depuis la Namibie nous arrivons à Harare, capitale du Zimbabwe, après trois heures de vol. Dès la sortie de l’aéroport, nous sommes forcés de constater que nous venons de mettre les pieds dans la "vrai Afrique" : routes abimées, feux tricolores qui ne fonctionnent généralement pas – ce qui nous oblige à rouler au pas avec les warnings allumés –, aucune plaque indiquant le nom des rues et des panneaux de signalisation bien trop rares. Mais ceci importe peu au final et ne change rien au charme de ce pays incroyable. Ce qu’il faut retenir du Zimbabwe : des gens accueillant avec les bras grands ouverts. Un pays magnifique avec des étendues sauvages un peu partout, comme les chutes Victoria ou encore d’immenses parcs où l’on peut apprécier les joies du safari photo.

L’histoire de la viticulture au Zimbabwe remonte au XIXème siècle

Les pionniers ont apporté la vigne en "Rhodésie", l’ancien nom du Zimbabwe, en 1890, mais la viticulture n’a été entreprise commercialement qu’à partir de 1960*. Les sanctions commerciales imposées par la Grande-Bretagne – après que le gouvernement rhodésien est déclaré son indépendance en 1965 – ont contraint les agriculteurs à diversifier leurs plantations et certains d’entre eux indroduisirent la vigne avec de la clairette blanche, du pinotage, du chenin blanc et du muscat rouge. Ils se situaient dans les Cantons de l’Est, dans la vallée Hippo, à Marandellas et dans la vallée Mazoe.

Quand le Zimbabwe a obtenu son indépendance en 1980, l’industrie du vin a été intégrée sous le contrôle de trois caves : African Distillers (AFDIS), Cairns Wineries et Meadows Estate. Aujourd’hui l’industrie du vin est en baisse au Zimbabwe. D’après ce que nous avons pu voir de différentes sources d’information, deux domaines seulement semblent avoir survécu dans le pays : Mukuyu Winery et Bushman Rock Estate. Cependant, il semble que la veille de notre arrivée au Zimbabwe – incroyable mais vrai – l’un de ces deux domaines, Mukuyu Winery vienne juste de fermer ses portes ! (temporaire ou définitif ? Mystère…)

Bushman Rock Estate, où safari & vin cohabitent en parfaite harmonie

Nous avons eu la chance de passer quelques jours à Bushman Rock Safaris and Wine Estate, un domaine viticole qui a débuté dans les années 30 (avec des premiers vins commercialisés dans les années 60). La propriété de 102 hectares fut achetée par un ingénieur civil, Mr. D.C. Mullins en 1949. Sa vision était de réaliser un vignoble de style européen. Aidé de son épouse et de sa famille, il construisit un domaine de toutes pièces, mettant en place un vignoble de 12 hectares avec système d’irrigation, ce qui en fit l’un des premiers vignobles dans le pays.

En 2007, une joint-venture fut créée entre les deux familles qui possédaient des propriétés adjacentes et le concept de “Busman Rock Safaris” naquit. Les deux familles développèrent Bushman Rock en y alliant vignoble et préservation de la faune et de la flore, préservant la beauté naturelle de la vallée tout en travaillant à la production de vins de qualité. Au cours des 13 dernières années, ils replantèrent et étendirent le vignoble avec de nouveaux "cépages nobles" importés du Cap, comme le sémillon, le sauvignon blanc, le merlot, la syrah, le cabernet Sauvignon et le cabernet franc, ajoutant un système de goutte à goutte et un re-palissage des vignes.

Au nom de leur programme de préservation de la nature du Zimbabwe, ils introduisent dans le domaine 13 des plus belles espèces de la faune africaine : Girafes, Elands, Hippotragues noirs, Grand koudou, Nyala, Bubale de Liechtenstein, Tssesebes, Gnous, Zèbres, Impalas, Guib harnaché, Cobes à croissant et Cephalophinae. Des installations furent également créées pour répondre au tourisme équestre avec l’accent mis sur le polo, mais aussi le saut et le dressage en arène : création de la Polo Arena, un terrain de de polo de taille internationale, d’un restaurant et d’une salle de conférence pour les séminaires, ainsi qu’une chapelle pittoresque pour les mariages.

La gamme Bushman Rock se compose de 9 vins; 4 d’entre eux ont particulièrement retenu notre attention :

1 - Dry White 2010, un assemblage de sémillon, sauvignon blanc et Perel (un cépage blanc d’Israël), élevé 6 mois dans des barriques françaises de 3 vins. Un nez d’agrumes, de poire et de menthe fraiche. Frais et fruité en bouche avec une amertume délicate en finale. Structuré avec 12,5 % d’alcool. Un très joli marriage avec des asperges, par exemple. Prix caveau : $4,5 (environ 3.30€)

2 - Charlevale 2010, un assemblage de sémillon (60%), sauvignon blanc (35%) et moscatel (5%), élevé 12 mois dans des barriques françaises et américaines de 3 vins. Nez d’acacia, de miel et de fleurs blanches. Frais et équilibré en bouche avec une finale sur les agrumes. 13% d’alcool. Accompagne très bien un fromage de chèvre. Prix caveau : $7 (environ 5.10€)

3 - Alicante Bouschet 2008, un vin rouge élaboré avec de l’Alicante Bouschet, un ancien cépage dit "tinturier" (dont le rôle premier était d’apporter de la couleur au vin final) et que l’on trouve dans le sud de la France. Elevé 24 mois dans des barriques françaises de 3 vins. Nez de fraise. Léger en bouche, tend vers la groseille à maquereau. Frais et équilibré. S’accordera bien avec un poulet rôti. Prix caveau : $6 (environ 4.40€)

4 - Merlot 2010, un 100% merlot élevé 24 mois dans des barriques françaises de 3 vins. Nez de prune et de myrtille. Tannins souples et soyeux en bouche avec une finale sur les fruits noirs. Parfait avec un steak juteux sauce au poivre et des frites maison. Prix caveau : $6 (environ 4.40€)


En savoir plus : http://avis-vin.lefigaro.fr/vins-du-monde/o112979-vin-et-safari-en-route-pour-le-zimbabwe#ixzz39xrszmrq

Source : Jean-Baptiste Ancelot - exploreur vin

Repost 0
Published by Blad
commenter cet article
9 août 2014 6 09 /08 /août /2014 10:55

Beaujolais, chablis et côte-de-nuits… autant de vins deBourgogne que l'homme d'affaires Rudy Kurniawan disait connaître sur le bout des papilles. Considéré comme l'un des cinq plus grands collectionneurs de vins au monde, il a été condamné jeudi à dix ans de prison ferme par un tribunal fédéral de Manhattan pour avoir vendu des contrefaçons de vins de Bourgogne. Une première dans le monde du vin et qui pourrait avoir un effet dissuasif sur les faussaires: les vins contrefaits représenteraient près de 20% du commerce mondial selon les experts.

Rudy Kurniawan a écouté la sentence sans broncher. «Je suis désolé pour ce que j'ai fait», s'est-il contenté de déclarer d'une voix presque inaudible. En raison des cinq chefs d'accusation qui pesaient contre lui, Il encourait jusqu'à 40 ans de prison. Les procureurs avaient réclamé entre 11 et 14 ans de réclusion.

Ces derniers ont en effet découvert que le collectionneur assemblait des vins de moindre qualité et les revendait ensuite comme des grands crus, dans son laboratoire californien, aussi appelé «cave magique». 19.000 fausses étiquettes, des bouchons, de la cire, des capsules et des cahiers de notes venaient alors maquiller les bouteilles que l'escroc avait récupérées lors de soirées arrosées. «Sa cave magique, c'est là que Rudy Kurniawan disait dénicher sans fin les vins rares qu'il a vendus pendant des années. Il n'y avait qu'un problème: il n'y a jamais eu de magie dans cette cave, seulement des mensonges», a déclaré lors de son procès le procureur adjoint Joseph Facciponti.

Le «Docteur Conti» trahi par sa méconnaissance

Surnommé «Docteur Conti» en raison de sa passion pour le romanée-conti, l'homme de 37 ans se servait de sa réputation de «petit génie» pour vendre une bouteille, comme un jéroboam (bouteille de 3 litres) Domaine de la Romanée-Conti La Tache, pour 48.000 dollars… Mais aussi pour berner les grands spécialistes comme Robert Parker, célèbre dégustateur de vin et critique de référence avec ses «Guides Parker», qu'il invitait à des dîners et dégustations. La supercherie a tout de même duré huit ans et rapporté plusieurs dizaines de millions d'euros! Le faussaire doit aujourd'hui rembourser 21 millions d'euros aux sept victimes qu'il a trompées.

Pourtant, l'identité de Rudy Kurniawan a toujours été douteuse. Il se disait parfois indonésien ou chinois d'Indonésie. Dans une interview au Los Angeles Times, en 2006, il évoque une fortune familiale alimentée par la distribution de bière en Indonésie et en Chine, et qui lui rapporterait de 1 à 2 millions de dollars par mois. Rudy Kurniawan menait la grande vie, dépensant des millions de dollars par an, collectionnant les montres, les voitures et les œuvres d'art. Il accumule surtout les dettes pour rester dans le cercle de privilégiés qu'il côtoie depuis ses 24 ans.

«Il avait forcément un associé en Bourgogne»

Les premiers soupçons remontent à 2006 où, après une vente aux enchères historique qui atteint les 24 millions de dollars, certains acheteurs sont sceptiques sur la qualité des crus proposés. Mais c'est en 2008 que le faussaire indonésien sera rattrapé par ses mensonges. Rudy Kurniawan a alors essayé de vendre aux enchères un lot de près de 84 bouteilles de Clos Saint-Denis du Domaine Ponsot, en Côte-d'Or, datées de 1945 à 1972. Une grave erreur puisque le domaine n'a commencé à mettre en bouteille ce vin qu'à partir de 1982. Alerté par un spécialiste viticole, le propriétaire du domaine, Laurent Ponsot, débarque à New York pour la vente et obtient que les bouteilles soient retirées des enchères.

Déterminé à mettre en lumière un réseau de vins contrefaits mondial, Laurent Ponsot mène alors sa propre enquête sur l'homme d'affaires indonésien. Il travaille en direct avec le FBI qui boucle le dossier en 2012. «Pénétrer dans les domaines viticoles bourguignons est une chose très difficile. C'est impossible de capter toutes les subtilités de la Bourgogne sans y avoir baigné un temps. Je suis persuadé qu'il avait un associé en Bourgogne», avait déclaré Laurent Ponsot, dans un entretien accordé au journal Le Monde en 2013. Ce dernier a même déclaré à France 3 Bourgogne vendredi qu'il écrirait un livre sur cette histoire.

Source :

Repost 0
Published by Blad
commenter cet article
8 août 2014 5 08 /08 /août /2014 07:47

Dans le Nord Ardèche, à Saint Alban d'Ay, le sous-préfet de Tournon sur Rhône met tout en œuvre pour favoriser l'implantation rapide d'un centre de formation Islamiste, avec projet de "parcours du combattant" sur des terres agricoles. L'administration préfectorale semble même pressée, en plein été, d'expulser un agriculteur pour favoriser l'ouverture rapide d'un centre d'éducation Islamique.
Dans un courrier que j'ai adressé au sous-préfet de Tournon, au Préfet de l'Ardèche, avec copie au ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve, je fustige le comportement de l'administration, en soulignant "... vous aurez sans doute à gérer la partie la plus délicate du dossier. Le couple Erkat Gettliffe a prévu de transformer les bâtiments et les terres agricoles en "centre cultuel de formation pour jeunes musulmans" et les annonces légales très anodines, parues voici plusieurs mois dans les colonnes du Reveil du Vivarais (hebdomadaire local tirant à 3000 exemplaires), annonçaient la constitution d'une structure "éducation-training".

"....Il ressort de certains dossiers, émanant du 7 rue Krontal à Strasbourg, destinés aux investisseurs, rédigés en arabe et en anglais, qu'il est prévu une sorte de parcours du combattant... Il manque juste les kalachs, famas et M16.... "

Repost 0
Published by Blad
commenter cet article
7 août 2014 4 07 /08 /août /2014 12:43
Bien dit.
Repost 0
Published by Blad
commenter cet article
6 août 2014 3 06 /08 /août /2014 13:26
Satire.
Repost 0
Published by Blad
commenter cet article
6 août 2014 3 06 /08 /août /2014 07:54

Qu’est-ce que le Floc de Gascogne ?

Cet apéritif doux et frais, qui signifie "bouquet de fleurs" en occitan ou "Lou Floc de Noust" : "Le bouquet de fleurs de chez nous" a été baptisé Floc de Gascogne en 1954. C’est un vin de liqueur fruité composé de 2/3 de jus de raisins et d’1/3 de jeune Armagnac issu de la propriété sur laquelle il est fabriqué. Produit en rouge ou en blanc, on le déguste frais à l’apéritif, entre 5 et 7°C, ou tout au long du repas avec du foie gras, des fromages de caractère et des desserts à base de fruits.

Comment est-il produit ?

Une fois les raisins récolté et pressés, le moût est muté avec l’Armagnac distillé l’année précédente sur la même propriété. L’ajout de l’Armagnac permet de stopper la fermentation des jus pour conserver toute leur fraîcheur. Le colombard, l’ugni blanc et les gros manseng sont les trois cépages utilisés pour la fabrication du Floc de Gascogne blanc. Ils lui donnent ses notes d’agrumes, de fruits jaunes, de litchis, de fruits secs, de violette, rose et miel. Le Floc de Gascogne rosé (ou rouge), issu de merlot, tannat, cabernet franc, cabernet sauvignon est obtenu à partir d’une macération pelliculaire, suivie d’une saignée. Les moûts sont ensuite mutés à l’Armagnac comme pour le Floc de Gascogne blanc. On apprécie ses notes de framboises, de fruits rouges, des cassis et de fraise.

Où est-il produit ?

Appellation d’origine contrôlée (AOC) depuis 1990, le Floc de Gascogne est produit sur 780 hectares de vignes réparties sur les départements du Gers, des Landes et du Lot-et-Garonne et sur les régions de production du Bas Armagnac, Armagnac Tenarèze et Haut Armagnac aux sols sableux et argilo-calcaires.

Une recette de cocktail ? Moji’Floc : Mélangez 6 cl de Floc de Gascogne, ¼ de citron vert, 1 fraise, 5 feuilles de menthe, 5 cl de Perrier et 2 gouttes d’Angostura. Ne manquez pas : Jusqu’au 10 août, dégustez le Floc de Gascogne dans les bars de vos vacances, dans le Sud-Ouest. Le Sunflower, un cocktail à base de Floc de Gascogne blanc, de sirop d’orgeat, de jus d’ananas et de citron vert se sirote de Biarritz à Mont-de-Marsan. www.floc-de-gascogne.fr

Où en trouver ?

  • Domaine de Bilé
    32 320 Bassoues d’Armagnac
    domaine-de-bile.com
    Tel. 05 62 70 93 59
  • Organise des visites de sa propriété et un marché à la ferme le 19 août.
  • Château Garreau
    40 240 Labastide d’Armagnac
    Tel. 05 58 44 84 35
    www.chateau-garreau.fr
  • Son écomusée de l’Armagnac comprend la visite du musée des vignerons et des outils anciens dans une grange du 17ème siècle, le musée des alambics, un parcours nature et un jeux des senteurs autour des arômes de l’Armagnac.



En savoir plus : http://avis-vin.lefigaro.fr/magazine-vin/o112971-le-floc-de-gascogne-un-aperitif-frais-et-fleuri-pour-vos-vacances#ixzz39b6yBk5z

Source : Romy Ducoulombier.

Repost 0
Published by Blad
commenter cet article
5 août 2014 2 05 /08 /août /2014 14:40
Repost 0
Published by Blad
commenter cet article

Articles Récents

Liens