Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Polit-Buro.
  • Polit-Buro.
  • : Photos et commentaires des réunions du P.B. Lutte contre le complot des tristes et la morosité ambiante. Objectif: soutien de la viticulture française et des spiritueux.
  • Contact

Texte Libre

Recherche

27 juillet 2015 1 27 /07 /juillet /2015 17:32

PME ruinées, grandes entreprises redéployées, entrepreneurs expatriés et jeunes qualifiés au chômage. Le constat est sans appel : des milliers de Français quittent le pays.

Je suis démographe, je sais que les Français émigrent massivement. Je suis un ancien dirigeant d'une entreprise internationale, je comprends pourquoi ils le font. Je suis un économiste libéral, je comprends encore mieux pourquoi. Mais, en dehors de quelques journaux économiques, personne n'y croit et les propos que je tiens sur ce sujet paraissent excessifs. Qu'en est-il et pourquoi ?

On ne connait pas leur nombre, parce que l'on ne recense pas les raisons des sorties du territoire (tourisme ? voyage de travail ?). En particulier, un cadre supérieur travaillant à Londres ou Bruxelles et rentrant à Paris le week-end ne sera pas pris enCOMPTE

image: http://cdncache-a.akamaihd.net/items/it/img/arrow-10x10.png

bien que ce cas soit le plus grave pour l'économie nationale comme nous le verrons plus bas.

Lire aussi :
> Comprendre les jeunes candidats à l'expatriation en 5 points
> Des pistes pour réduire le coût de l’expatriation

Les chiffres officiels ne donnent ni l'immigration ni l'émigration, mais leSOLDE

image: http://cdncache-a.akamaihd.net/items/it/img/arrow-10x10.png

migratoire (immigration moins émigration) : 45.000 personnes, selon l' Insee , en 2012. L'immigration se situant entre 200.000 et 300.000 personnes, l'émigration serait donc cette année-là de 160.000 à 260.000 personnes. C'est donc un phénomène massif. Or il semble qu'elle s'est accélérée depuis pour les raisons que nous allons voir.

Est-ce grave ? Tout dépend de qui part et par qui il est remplacé : si nous perdions trois bons informaticiens, mais que trois génies de la Silicon Valley venaient s'installer en France, il n'y aurait pas de problème. Mais les causes de départ dont nous allons parler maintenant vont nous montrer que justement ce qui fait partir les uns fait que les autres ne viennent pas.

Un sentiment anti-entreprise

Ces causes de départ et de « non-arrivée » sont à la fois psychologiques et fiscales, les deux étant bien sûr intimement liées. Les raisons psychologiques peuvent être résumées par le terme « sentiment anti-entreprise » et sont aggravées par un sentiment d'insécurité et d'incohérence. Cette hostilité a dans un premier temps facilité leur surtaxation, et freine actuellement la correction de cette erreur : les parlementaires continuant à proposer de multiples petites mesures alourdissant les impôts et les complications.

À mon avis d'ancien responsable d'une entreprise internationale, le plus grave ce sont les incohérences, car elles brouillent les messages. On constate en effet que le gouvernement français attaque "la finance", tout en demandant aux financiers de lui prêter à bas prix pour financer son déficit. Les attaques brutales contre les patrons étrangers et maintenant contre le Medef contredisent l'appel aux entreprises françaises et étrangères d'investir et d'employer en France.

Le plus maladroit a été de faire payer aux entreprises une pénalité de 75 % des salaires des cadres les plus brillants. Résultat : elles recrutent certains grands cadres à l'étranger, ainsi que toute leur équipe. Le grand cadre en question peut d'ailleurs venir de France et y rentrer chaque week-end. Comme nous l'avons dit plus haut c'est une catastrophe, sa famille bénéficiant des avantages scolaires et sociaux français tandis qu'il paye ses impôts à l'étranger.

Les grandes banques françaises délocalisent vers l'Inde des activités haut de gamme : informatique, back-office (Les Échos du 28 avril 2014), et autorisent leurs filiales, notamment à Londres, à recruter localement. Total a installé dans cette ville son service de trésorerie et la bourse de Paris ses gros ordinateurs. Le DG de Sanofi et son comité exécutif sont à Boston (Le Monde du 4 juin, qui titre « l’exode des états-majors du CAC 40 »).

Un jeune sur deux souhaite partir

Et le mouvement s'étend aux sièges sociaux dans leur ensemble : Lafarge ira à Zurich après s'être réfugié dans les bras de son collègue suisse Holcim, Rhodia ira en Belgique chez Solvay. C'est autant d'emplois de moins en France qui pèsent sur les recettes fiscales, tant directement qu’indirectement du fait de la consommation qui disparaît. Pourquoi rester en France si on y paye plus d'impôts, qu'il est plus difficile d'y gérer son personnel et qu'en plus on se fait insulter ?

Donc on « vote avec ses pieds » en émigrant. André Bercoff et Déborah Kulbach publient chez Michalon Je suis venu te dire que je m'en vais, Julien Gonzalez publie chez la Fondation pour l'innovation politique Trop d'émigrés ? Regard sur ceux qui partent de France, où est notamment repris ce sondage de 2013 selon lequel 51 % des 25-35 ans quitteraient la France s'ils le pouvaient. Or le monde entier recherche non seulement les plus qualifiés, mais aussi tous ceux "qui en veulent". Quand je demande des nouvelles de leurs enfants à mes amis, ils me disent qu'ils sont au bout du monde.

Cela dépasse de très loin les exilés fiscaux recensés par Bercy (3 % des départs, d'après André Bercoff) : un entrepreneur qui se lance butte sur le coût des charges et la complication de la gestion du personnel, et se verra taxer à l'ISF et sur les plus-values s'il réussit. En attendant, comme il se rémunère peu ou pas du tout, sa fuite est ignorée par Bercy.

Londres est la grande gagnante de ces maladresses et incohérences, (décompte très partiel puisqu'il ne s'agit que des investissements directs, et non des opérations signalées ci-dessus). Cela pour des raisons fiscales, mais surtout par la considération dont bénéficient les entrepreneurs et les entreprises, et par la liberté du marché de l'emploi (liberté qui ne crée pas de chômage puisque l'Angleterre crée 100.000 emplois par mois) ! « Nation de boutiquiers » disait Napoléon, sans voir que c'était justement sa force.

En résumé, l'émigration est un phénomène très grave, en nombre comme en qualité puisqu'il s'agit soit d'employeurs actuels ou potentiels, soit de futurs employés qui auraient dépensé et cotisé. On ne peut s'empêcher de penser à l'exode des huguenots poussés à quitter la France par Louis XIV. C'était pour des raisons religieuses dira-t-on, mais à l'époque le religieux était idéologique. L'État était catholique, les catholiques étaient traditionalistes et leur élite rentière, les protestants étaient entrepreneurs ou artisans qualifiés. Le résultat a été une catastrophe pour la France, et une bénédiction surtout pour la Prusse, mais aussi pour l'Angleterre, les États-Unis et même l'Afrique du Sud !

Le trop d'impôt néfaste pour la compétitivité et l'emploi

Pour des raisons idéologiques en parler serait un aveu d'échec et remettrait en cause les convictions du petit monde qui nous gouverne. Je risque une hypothèse : la plupart de nos décideurs, de leurs inspirateurs et de leurs exécutants, y compris à des niveaux modestes, ont des postes stables et des revenus fixes. En cas de problème, on recase les "grands" à la tête de tel organisme ou à Bruxelles. Au pire, ils retournent "dans leur corps d'origine", tandis que les plus modestes sont inamovibles.

Cela se répercute sur leur vision du monde. Par exemple, ayant des revenus fixes et assurés, il leur paraît évident qu'augmenter la pression fiscale augmente recettes de l'État. Ils s'étonnent que ça ne marche pas. On trouve dans Le Monde du 2 juin 2014, deux articles sidérants sur ce sujet, que l'on pourrait résumer par : « sur les 28 milliards d'impôts attendus du fait des majorations, seuls 12 sont rentrés, donc Bercy a fait une erreur de calcul ».

Or l'erreur n'est pas de calcul, mais d'ignorance : ils ne "réalisent" pas qu'en dehors de leur milieu, les revenus sont variables et les emplois non garantis, et qu'augmenter l'impôt aura des conséquences qui vont en réduire l'assiette : l'émigration justement, mais aussi l'assèchement faute d'argent des investissements de compétitivité, et donc la création d'emplois et bien d'autres ajustements, notamment le retour au travail au noir dans le bâtiment et les services à la personne (voir les nombreux articles des Échos sur ce sujet).

Un manque de culture économique

Au-delà de cet exemple fiscal, il y a l'ignorance des réactions et contreparties à toute décision économique. Et cette ignorance est parfois cultivée : un de mes interlocuteurs se félicitait récemment qu'un avocat d'affaires ne pourrait devenir ministre, pensant probablement à d'éventuels conflits d'intérêts. Alors que l'évidence, à mon avis, est que la nomination d'un familier des entreprises aurait évité bien des maladresses psychologiques et fiscales, et donc sauvé énormément d'emplois.

Il y a tout un écosystème idéologique, en France comme ailleurs, qui ignore les mécanismes basiques de l'économie que sont la table de soustraction et la contrepartie : si on produit moins que ce que l'on consomme, on s'endette et l'expérience grecque hier et argentine aujourd'hui en montre les limites ; si on augmente le coût et complique la réglementation de la construction, de la location ou du travail, on voit disparaître les logements neufs, les logements à louer et les emplois.

Cet écosystème a ses clubs, ses publications, ses enseignants, ses militants ; tous se documentent les uns chez les autres. Il s'agit souvent d'idéalistes pleins de bonnes intentions - et de quelques cyniques jouant la comédie pour être élus -, qui pensent que l'Histoire est injuste et donc en nient les leçons. Mais le problème est que ce groupe est au pouvoir en France, ce qui est une exception dans les pays développés, où l'on nous regarde avec commisération, comme je le constate souvent lors de mes activités à l'étranger.

Espérons que leur échec amènera nos décideurs à se renseigner : quelques visites à des experts-comptables leur montreraient la ruine de nos PME, nos principaux créateurs d'emplois, de façon plus parlante que les rapports de l'Insee qui les ignorent largement !

PME ruinées, grandes entreprises se redéployant l'étranger, entrepreneurs allant créer ailleurs, étudiants qualifiés et chômeurs dynamiques allant travailler aux quatre coins du monde : la France se vide. Si nos gouvernants continuent ainsi, il ne restera à terme que des services publics tournant à vide. Par exemple, il y aura beaucoup moins d'élèves par classe. Le bonheur, vous diront les enseignants. Oui... à condition de se passer deSALAIRE

image: http://cdncache-a.akamaihd.net/items/it/img/arrow-10x10.png

.

Par Yves Montenay, président de l'Institut culture, économie et géopolitique (ICEG)

Repost 0
Published by Blad
commenter cet article
25 juillet 2015 6 25 /07 /juillet /2015 18:13
Repost 0
Published by Blad
commenter cet article
21 juillet 2015 2 21 /07 /juillet /2015 05:10

L’incendie a débuté à 16h30DANS les bois, sur le plateau de Chenôve, à la frontière avec la commune de Marsannay. Des flammes de plus de 10 mètres étaient alors visibles de très loin, au plus fort de l’incendie. Une cinquantaine de pompiers venus de Dijon, Gevrey, Sombernon, Nuits-Saint-Georges, étaient aussitôt mobilisés pour attaquer les flammes, soutenus par une quinzaine de véhicules.

L’incendie spectaculaire sur le plateau de Chenôve, au sud de Dijon © Eric Betsch

A 18 heures, aucune évacuation n’était envisagée, le vent d’ouest étant plutôt favorable. A 18h30, l’incendie était en passe d’être maîtrisé par les pompiers. Le feu s’étendait sur 2,5 kilomètresCARRÉS, mais il n’y avait pas de risque humain. La raison de cet incendie demeurait à cette heure inconnue. Au total, au moins une vingtaine d’hectares de pinède ont brûlé.

A 20 heures, l’incendie était considéré comme circonscrit. 80 sapeurs-pompiers et une vingtaine d’engins venus de toute la Côte-d’OrCONTINUAIENT d’opérer sur place. La surveillance de l’incendie et le noyage devraient se poursuivre tard dans la nuit.

AvecFRANCE 3 Bourgogne.

Source : http://france3-regions.blog.francetvinfo.fr/ et Pierre Stahl.

Repost 0
Published by Blad
commenter cet article
20 juillet 2015 1 20 /07 /juillet /2015 08:02

inan, samedi, une bande de 30 jeunes (vous aurez compris de qui il s’agit, même au cœur de la Bretagne) a pris d’assaut la gendarmerie transformée en camp retranché. Rien queDANS les 15 premiers jours de juillet, ce sont 17 commissariats et gendarmeries qui ont subi les attaques de sauvageons. À coups de mortiers, de cocktails Molotov, de fusils à plomb, de pierres. Rien qu’aux Ulis, le commissariat a été assailli trois fois. À Neuilly-Plaisance, cent jeunes ont assiégé le local de la police municipale.

Ainsi, en France, gendarmes et policiers sont régulièrement insultés, pris à partie, agressés par des jeunes, souvent très jeunes, sans réaction et en toute impunité puisqu’ils savent qu’en cas d’interpellations, la justice s’empressera de les remettreDANS la rue. Même nos valeureux pompiers qui ont choisi de mettre leur vie en danger pour en sauver d’autres sont l’objet d’attaques commandos, souvent même d’embuscades. Il arrive fréquemmentDANS nos cités que des jeunes incendient qui une poubelle, qui la voiture d’un voisin, appellent le « 18 » pour caillasser, dès leur arrivée, les soldats du feu. Aux États-Unis, de tels actes sont considérés comme criminels et conduisent leurs auteurs tout droit en prison pour quelques années de réflexion, histoire de leur apprendre qu’on ne s’attaque pas impunément à ceux dont la devise est « sauver ou périr ». Il leur faut du cran pour respecter leur autreDEVISE, « courage et dévouement », car ils savent qu’appelés dans ces cités, ils auront à faire face à la haine brutale de ces jeunes Français de papier que la justice excuse sous prétexte que l’État ne leur a offert ni travail, ni éducation.

Car ces jeunes sont souvent issus d’une immigration de deux ou trois générations, parfois de double nationalité, qui n’ont pas spécialement demandé à être Français et dont ils n’ont pas adopté mais adapté la langue à leur culture. Se glissent parmi eux quelques poignées de Français de souche dont les parents ont eu le malheur de devoir rester dans ce qui, désormais, porte le nom faussement rassurant de « quartier ».

Et que je t’insulte, que je te caillasse, que je te menace, que je brûle ta voiture de police.

Rien que de très normal, puisque les juges appliquent trop souvent avec beaucoup de rigueur les recommandations du ministère de la Justice et du syndicat du mur des cons. Une rigueur qui permet à ces petits délinquants de recommencer, aussitôt libres de leur garde à vue, si par malheur passait par là le panier à salade, un vieux bus de la RATP recyclé GAV. Les policiers sont furieux, mais peuvent-ils se rebeller ?

Ce laxisme officiel explique en grande partie pourquoi nos forces de police sont si peu considérées par ceux qui ont la haine de la France. En s’en prenant aux représentants de l’ordre, au moindre uniforme (il y a, eu depuis janvier, 200 agressions répertoriées contre des soldats sur le territoire. Merci, Vigipirate !), c’est à la France que ces jeunes de 7 à 77 ans s’attaquent. Et c’est bel et bien la faute de l’État – n’est-ce pas, MM. Hollande, Valls, Cazeneuve, et vous, Mme Taubira ? – qui oublie d’exercer ses fonctions régaliennes dans le seul souci d’éviter de provoquer les banlieues.

Mieux vaut, en effet, interdire à nos forces de l’ordre, nos pompiers, nos soldats d’affronter ces sauvageons, ce qui serait mal perçu de leurs parents, futurs électeurs d’un certain Hollande…

Floris de Bonneville

Source : http://www.bvoltaire.fr/

Repost 0
Published by Blad
commenter cet article
19 juillet 2015 7 19 /07 /juillet /2015 12:22

Entre les vignes, sur la route allant d’Avize à Cramant, le sol est jonché de morceaux de bois découpés quatre ou cinq fois, avec des branches de vigne restées accrochées. « On a passé tout le week-end à cinq àINSTALLER les 400 tuteurs et pendant la nuit, des personnes sont venues les détruire. C’est du sabotage ! », affirme Gaëtan Gillet, 26 ans, négociant à Avize. « On met des choses en place et on saccage toutDANS notre dos. C’est vraiment frustrant… », renchérit Jean-Philippe Waris, 26 ans,DE LA MAISON de Champagne Waris-Larmandier.

Depuis quelques années, les deux amis mettent en place une expérimentation biodynamique sur des petites parcelles de vigne. Ils installent des tuteurs sur des vieilles vignes pour les redynamiser. Cela dérangerait certains vignerons, qui craignent de devoir s’y mettre un jour. « Cela les em*****, ils ont peur que l’on apporte plus de boulot en imposant ce genre de technique », assure Gaëtan Gillet Ils sont d’ailleurs persuadés que le sabotage a été réalisé par des professionnels de la vigne. « Les plants n’ont pas été ravagés par des vandales. Ils se sont juste concentrés sur les tuteurs et ont égalementRABOTÉ le haut des vignes », explique le jeune négociant.

Pour le moment, les deux amis n’ont pas décidé de porter plainte. Ils préfèrent poursuivre leur démarche, espérant prouver à tous le bien-fondé de leur action.

Source : http://www.lunion.com/

Repost 0
Published by Blad
commenter cet article
18 juillet 2015 6 18 /07 /juillet /2015 06:12
Islam en France.
Repost 0
Published by Blad
commenter cet article
17 juillet 2015 5 17 /07 /juillet /2015 06:50

Robespierre; Danton, Marat et tous les autres revenaient on a besoin de vous !!!!

Repost 0
Published by Blad
commenter cet article
17 juillet 2015 5 17 /07 /juillet /2015 06:35

L

es vacanciers ne sont pas au goût de la famille royale saoudienne! DesTRAVAUX de clôture sur une plage publique de Vallauris (Alpes-Maritimes), réalisés à la demande de famille royale saoudienne qui possède une propriété le long de cette plage, ont été interrompus mercredi à la demande de la préfecture, a indiqué cette dernière. La plage publique de Vallauris, dite de la Mirandole et où se situe la villa de la famille saoudienne, est uniquement accessible par un tunnel passant sous la voie ferrée. Celui-ci a été condamné par la famille royale, avant intervention de la police.

Tout commence enFIN DE SEMAINE dernière lorsque des ouvriers, employés par la famille saoudienne, coulent une dalle en béton sur la plage. «A priori cet aménagement a été réalisé afin d'installer un ascenseur permettant d'accéder directement à la plage depuis la villa», explique au Figaro la maire de Vallauris, Michelle Salucki. «Mais sans autorisation cet aménagement est complètement interdit. Nous avons alors envoyé le service urbanisme pour tirer au clair cette histoire bien que sur le domaine maritime ces questions relèvent de la compétence du préfet», ajoute-t-elle.

Mais deux jours plus tard c'est au tour d'une clôture d'être posée par les ouvriers employés par la famille royale. «Hier matin, nous avons été avertis de la pose d'une clôture. Celle-ci a été placée à la sortie de l'unique chemin, hormis l'accès par la mer, permettant de rallier cette plage. Une nouvelle fois aucun accord n'avait été conclu au préalable. J'ai donc saisi la préfecture et la police afin d'empêcher le scellement de cette grille et afin d'arrêter lesTRAVAUX», raconte la maire deVALLAURIS. «Evidemment, les riverains sont mécontents et n'acceptent pas d'être privés de ce confort», précise-t-elle.

La plage condamnée pour le séjour du roi

«Ces aménagements ont été entrepris prématurément sans attendre la fin des discussions en cours entre la France et les autorités saoudiennes concernant les conditions de sécurisation du séjour que la famille royale saoudienne envisage de faire bientôt à Vallauris», a indiqué Philippe Castanet, sous-préfet de Grasse. Une réunion de travail doit se tenir jeudi entre les autorités françaises et des émissaires du roi d'Arabie saoudite pour déterminer quel dispositif de sécurisation va être mis en place autour de la propriété. Toutefois, «la plage publique devrait être totalement interdite au public le temps du séjour de la famille royale», a expliqué le sous-préfet de Grasse.

«Il reste à déterminer comment la sécurité aux alentours de la villa sera assurée, par des vigiles privés ou des policiers, des grillages ou non, et à quel moment nous pourrons restituer au public, le plus vite possible, cet espace», a par ailleurs souligné M. Castanet. Autre complication dans le dossier, le lieu où la grille devait être posée appartient à la SNCF, propriétaire de la voie ferrée, qui n'a pas non plus, selon l'élue de Vallauris, été prévenue de cesTRAVAUX par le propriétaire de la villa. Ce n'est d'ailleurs pas la première fois qu'un tel acte est entrepris par la famille royale saoudienne. Comme le révèle Nice matin, un sentier avait illégalement été fermé par le roi Fahd.

Source : http://www.lefigaro.fr/

Repost 0
Published by Blad
commenter cet article
16 juillet 2015 4 16 /07 /juillet /2015 11:41
Dettes.
Repost 0
Published by Blad
commenter cet article
16 juillet 2015 4 16 /07 /juillet /2015 10:48

Après des années et des années de belles promesses électorales et de poses de premières pierres à grand tintouin la construction de l’Établissement d’Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes (EHPAD) de Leucate est enfin en route. On ne dira pas que la municipalité n’a pas eu le temps de réfléchir au projet !

Cet EHPAD est implanté à proximité du Village, tout près du Centre Commercial, sur le flanc Ouest du vallon du Rec de la Fontaine.

Le Rec de la Fontaine est un ruisselet temporaire issu de l’ancestrale « Fontaine de Loin » qui fut si longtemps la seule ressource en eau du Village; il est à sec la plupart du temps au point que seuls les anciens l’ont vu en eau. Mais en de rares occasions ce Rec se rappelle qu’il constitue l’exutoire des eaux de pluie ruisselant depuis une vaste portion du plateau de Leucate. Son bassin versant (voir la carte ci-jointe) couvre plus d’une centaine d’hectares.

Le 26 septembre 1992, pour la dernière fois, un violent orage, du genre bien connu en Languedoc sous le nom d’« épisode Cévenol », a noyé le plateau de Leucate sous un déluge tel que le Rec de la Fontaine s’est transformé en quelques minutes en un torrent dévastateur. Selon les archives Météo il est tombé ce jour-là en 3 à 4 heures un peu plus de 200 litres d’eau au mètre carré à Leucate (mais on peut faire mieux : ce même jour près de 300 litres au mètre carré sont tombés à Narbonne). Sur un bassin versant d’une centaine d’hectares, cela représente environ 200 000 000 litres d’eau qui vont devoir ruisseler vers l’étang en quelques heures. Ces chiffres donnent le vertige ; imaginons, pour fixer les idées, que toute cette eau (tombée en 3 heures) rejoigne l’étang en 5 heures à flux constant, le débit du Rec- unique exutoire- pendant ces 5 heures serait alors de 11 m3/s. Qu’est-ce que cette approximation -qui n’a qu’un sens d’ordre de grandeur- représente en pratique? Le dixième du débit de la Seine en été, et ça dans le lit d’un ruisselet qu’on peut sauter à cloche pied !

L’inondation provoquée en 1992 par cette crue qui a causé de nombreux dégâts aux habitations et commerces a été reconnue officiellement comme « Catastrophe Naturelle ». C’est un phénomène de fréquence « décennale » selon les spécialistes, on peut donc s’attendre à le voir se reproduire d’une année à l’autre puisqu’on l’attend depuis 23 ans à Leucate ! D’autres « épisodes cévenols » ont concerné le département de l’Aude depuis (1999 ou 2014 par exemple sont restés dans les mémoires) mais Leucate a alors été épargné.

A la suite de cet épisode de 1992 des travaux destinés à protéger le Centre Commercial ont été réalisés : un avaloir bétonné qui a été creusé dans le lit du Rec juste en amont du Centre Commercial est censé absorber la crue éventuelle et l’acheminer en souterrain jusqu’à l’étang, limitant ainsi les dégâts.

Nombre d’anciens Leucatois, voyant se construire l’EHPAD s’inquiètent énormément : les sols ont été très copieusement excavés si bien que toute la partie Nord du bâtiment est manifestement construite EN DESSOUS du niveau du sol naturel et du lit du Rec ! Les photos ci-jointes prises depuis la rue le démontrent sans ambigüité : la présence de l’avaloir, situé tout à côté de l'angle Nord de la construction, rappelle, s'il le fallait, la probabilité du risque d'inondation de ce lieu.

Comment le maire et les services techniques de Leucate ont-ils pu fermer les yeux sur les conséquences dramatiques à craindre lors d'un événement pluvieux dont la probabilité de survenance est décrite par les experts géologues du cabinet narbonnais comme « décennale » ?

Le terrain affecté à la construction de l’EHPAD était pour sa plus grande partie hors d’atteinte de l’eau ; pourquoi en avoir abaissé le niveau de un à plusieurs mètres au prix de coûteux terrassements ?

Serait-ce pour disposer de terres de remblai en quantité suffisante pour réaliser le terrain de football ? Où le futur chantier de l’éventuel Supermarché de Port Leucate ?

Serait-ce pour ménager certains privilégiés dont la vue sur l’étang et la mer aurait pu être gênée par une nouvelle construction un peu trop élevée?

Encore une fois faudra-t-il attendre la démonstration de Dame Nature et devoir évacuer d’extrême urgence (en quelques minutes, vue la rapidité de montée des eaux dans ce vallon du Rec) quelques dizaines de personnes dépendantes et à mobilité restreinte ?

Faut-il admettre le risque de perte de vies humaines au motif d'une exigence urbanistique complaisante ?

Source : http://leucatepourtous.blogspot.fr/

UN EHPAD LES PIEDS DANS L’EAU ?
UN EHPAD LES PIEDS DANS L’EAU ?
Repost 0
Published by Blad
commenter cet article

Articles Récents

Liens