Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Polit-Buro.
  • Polit-Buro.
  • : Photos et commentaires des réunions du P.B. Lutte contre le complot des tristes et la morosité ambiante. Objectif: soutien de la viticulture française et des spiritueux.
  • Contact

Texte Libre

Recherche

22 novembre 2015 7 22 /11 /novembre /2015 13:07
Leucate
Repost 0
21 novembre 2015 6 21 /11 /novembre /2015 04:23
Repost 0
Published by Blad
commenter cet article
20 novembre 2015 5 20 /11 /novembre /2015 15:13

EXTRAIT DU SITE OFFICIEL DE LA MAIRIE DE LEUCATE

Il est faux d’écrire que « Monsieur le Maire et les 26 adjoints et conseillers municipaux examinent une fois par mois ………………………. »

En 2015 le Conseil Municipal a été réuni par M. le Maire de Leucate :

- une première fois le 30 mars 2015

- une seconde fois les 26 juin et 8 juillet 2015

- une troisième fois le 6 aout 2015

- une quatrième fois le 15 novembre 2015

Si on sait bien compter, cela ressemble plus à une réunion trimestrielle qu’à une réunion mensuelle ! Et comme il n’y a plus de réunion de commissions municipales (elles ont été supprimées depuis qu’il y a des élus d’opposition), les élus d’opposition n’ont aucune information dans les intervalles.

Il est faux d’écrire que « Monsieur le Maire et les 26 adjoints et conseillers municipaux examinent ……………………… les projets qui concernent votre entité et la ville ».

En réalité, M. le Maire de Leucate use le plus largement possible de la délégation de pouvoirs que lui a concédé le Conseil Municipal lors de sa première réunion. Il prend alors, seul, sans aucune concertation, de nombreuses décisions qui engagent, parfois très lourdement, la commune.

On peut rappeler ici par exemple que, pour colmater le gouffre budgétaire qu’il avait creusé en 2014 (année électorale oblige !), M. le Maire de Leucate a, seul, sans information du Conseil, signé le 31/12/2014 pour plus de 800 000 Euros d’emprunts supplémentaires !

Il doit alors, en principe, informer le Conseil de ses décisions ……il le fait en général 3 à 4 mois plus tard. Voilà des nouvelles fraiches sur l’état de la commune ! Par exemple :

Ce n’est que lors de sa réunion du 30/03/2015, avec trois mois de retard, que le Conseil Municipal a été informé par M. le Maire de la bonne nouvelle (plus de 800 000 €uros d’emprunts supplémentaires), sans être autorisé à en discuter ni à voter !

L’ordre du jour de la dernière réunion du Conseil, le 15/11/2015, est reproduit en partie ci-dessous. Si le §A-1, compte rendu du précédent Conseil, était bien soumis au vote du Conseil, ce n’était pas le cas du § A-2, compte rendu des décisions du Maire, qui n’est qu’une simple information des élus à qui on ne va quand même pas demander leur avis !

M. le Maire a donc fixé seul les tarifs 2015 d’occupation du domaine public (terrasses des cafés par exemple), des diverses festivités, et même d’inscription à l’École de Musique. Ne venez pas reprocher les hausses de tarifs aux Conseillers : ils n’y sont pour rien et n’ont été informés que bien après !

M. le Maire a aussi ouvert une nouvelle ligne de trésorerie de 1 000 000 Euros à la Caisse d’Épargne du Languedoc Roussillon…les caisses seraient-elles vides à ce point dès l’été ?

Il est faux d’écrire que « Monsieur le Maire et les 26 adjoints et conseillers municipaux examinent ……………………… les projets qui concernent votre entité et la ville ».

Soyons honnêtes, le Conseil Municipal est parfois informé à temps pour donner un avis utile.

C’est rarement le cas lorsque le problème est d’importance.

Le plus spectaculaire exemple récent est le projet (avorté) d’éventuelle fusion des communes de Leucate, Caves, Treilles, Feuilla voire Fitou. A défaut de recueillir directement l’avis des citoyens par un référendum, ce qui n’est pas simple, l’avis du Conseil Municipal, élu par les citoyens pour les représenter, aurait pu avoir un intérêt. Ce projet n’a absolument jamais été évoqué au Conseil Municipal de Leucate !

Source : http://leucatepourtous.blogspot.fr

Repost 0
Published by Blad
commenter cet article
20 novembre 2015 5 20 /11 /novembre /2015 14:58

Après tout le merdier de la semaine dernière il me semble bon de rappeler cette nouvelle : le bojol-pif est arrivé !!!

Le beaujolais nouveau est arrivé.
Repost 0
Published by Blad
commenter cet article
20 novembre 2015 5 20 /11 /novembre /2015 14:50

Elle s'appelle Hasna Ait Boulahcen. C'est l'une des trois personnes retrouvées mortes dans l'appartement de Saint-Denis, a annoncé le parquet vendredi matin. La cousine du djihadiste Abdelhamid Abaaoud, le commanditaire présumé des attentats du 13 novembre, aurait déclenché son gilet d'explosifs, au cours de l'assaut. Ce qui ferait d'elle la première femme kamikaze en France. C'est la surveillance de la jeune femme, d'origine marocaine, qui a convaincu les enquêteurs qu'Abdelhamid Abaaoud, tué lors de l'assaut de mercredi, se trouvait en France, précisément à Saint-Denis.

Hasna Ait Boulahcen avait été mise sur écoute par la Direction générale de la sûreté intérieure (DGSI) pour ses liens avec l'organisateur des attentats du 13 novembre à Paris et à Saint-Denis. La police judiciaire de Seine-Saint-Denis l'avait parallèlement mise sur écoute pour trafic de stupéfiants qui «alimente les radicalisés, en armes et sur le plan financier», explique une source policière.

Née dans les Hauts-de-Seine et âgée de 26 ans, la jeune femme s'est rapidement radicalisée. «Jver biento aller en syrie inchallah biento depart pour la turkie (sic)», écrivait-elle dans un message publié sur Facebook le 11 juin dernier. Sa soudaine transformation avait surpris les voisins de sa mère, qui habite un immeuble d'Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) perquisitionné ce jeudi. Hasna Ait Boulahcen «avait commencé par porter le jilbabe (tenue recouvrant l'intégralité du corps excepté le visage, ndlr). Puis, un mois après, elle était passée au niqab: elle s'était fabriqué sa propre bulle, elle ne cherchait aucunement à étudier sa religion, je ne l'ai jamais vue ouvrir un Coran», explique un homme qui se présente comme son frère.

Placée dans une famille d'accueil

Chez sa mère, à Aulnay-sous-Bois, où la jeune femme était revenue vivre il y a six mois, elle était perçue, il y a quelques temps encore, comme un «garçon manqué», en «blue jean, casquettes, lunettes», «physique quelconque». «Parfois excentrique», raconte Sofiane, un voisin. Son surnom? «Chapeau de paille, parce qu'elle en portait souvent. Bavarde, avec la tchatche, un peu fofolle, aussi, instable: elle pouvait surgir devant toi et commencer à faire un rap.»

Même stupéfaction à Creutzwald, ville ouvrière de Moselle, où la jeune femme rendait parfois visite à son père de 74 ans. Son domicile a également fait l'objet d'une perquisition ce jeudi. Là, elle laisse le souvenir d'une fêtarde, «avec son petit chapeau de cow-boy et ses santiags», qui «fumait de temps en temps et buvait dans les soirées», raconte un ancien ami. Le père, musulman très pratiquant, qui avait quitté le foyer familial pour travailler chez PSA en Lorraine, se trouve actuellement au Maroc.

Née en août 1989, à Clichy-la-Garenne, Hasna Ait Boulahcen a eu une enfance compliquée et avait été placée dans une famille d'accueil entre 8 et 15 ans. «Au début, ça se passait bien. C'était une gamine comme les autres», mais sans jamais aucun geste de tendresse, témoigne sous couvert d'anonymat sa mère d'accueil. Puis les choses se dégradent. Elle quitte cette famille d'un coup, à 15 ans. Dernier contact en 2008. «Quand elle est partie, je me suis dit: “Elle est perdue”», raconte la mère d'accueil.

Après sa brutale radicalisation, «un lavage de cerveau» selon sa mère biologique, âgée de 58 ans, la jeune femme «passait son temps à tout critiquer, elle n'acceptait aucun conseil, elle entretenait des relations plus que douteuses», se rappelle son frère. «Elle était en permanence avec son smartphone sur Facebook et Whatsapp. “Fais ta vie, je fais la mienne”, elle disait», précise-t-il. Il y a trois semaines, elle était, selon lui, partie vivre chez une amie, à Drancy.

Par Mathilde Golla , AFP agence

Source : http://www.lefigaro.fr

Repost 0
Published by Blad
commenter cet article
19 novembre 2015 4 19 /11 /novembre /2015 18:01
Muscat de Noël.
Repost 0
19 novembre 2015 4 19 /11 /novembre /2015 15:16

Six jours après les attentats du 13 novembre, le romancier Michel Houellebecq sort de son silence. «Au lendemain des attentats du 7 janvier, j'ai passé deux jours cloué devant les chaînes d'info, sans pouvoir détourner le regard, écrit le romancier dans une tribune qu'il publie dans le quotidien italien Il Corriere della Sera.

«Au lendemain des attentats du 13 novembre, je crois ne même pas avoir allumé la télévision. Je me suis limité à appeler des amis et des connaissances qui habitent dans les quartiers touchés (et on parle de beaucoup de personnes). On s'habitue aux attentats. En 1986, Paris a été visée par une série d'attaques à la bombe, dans différents lieux publics (C'est le Hezbollah libanais, qui je crois à l'époque avait revendiqué les attentats).»

Si, en guise de préambule l'auteur de Soumission évoque et se remémore les différents coups portés à la France, c'est pour mieux louer le courage du peuple français:

«La France va résister. Le Français résiste, même sans étalage d'un héroïsme exceptionnel, sans même avoir besoin d'un «déclic» collectif de fierté nationale».

En revanche, l'écrivain blâme haut et fort la classe politique à qui incombe, selon lui, la responsabilité du contexte actuel:

«La situation déplorable dans laquelle nous nous trouvons est due à des responsabilités politiques, et ces responsabilités politiques devront, tôt ou tard, être passées au crible. Il est très improbable que l'insignifiant opportuniste qui occupe le fauteuil de chef de l'État, tout comme l'attardé congénital qui occupe la fonction de Premier ministre, sans mentionner les «ténors de l'opposition» (LOL), sortent avec les honneurs de cet examen.»

«La conclusion inévitable est malheureusement très grave: les gouvernements qui se sont succédé ces dernières années ont lamentablement échoué.»

Et Houellebecq d'étayer ses propos:

«Qui a décidé des coupes budgétaires dans les forces de police, jusqu'à les réduire à l'exaspération, les rendant presque incapables de mener à bien leurs fonctions? Qui a enseigné pendant de nombreuses années, que les frontières sont un non-sens à l'ancienne, symbole d'un nationalisme passé et nauséabond? Il est évident que ces responsabilités ont été largement partagées.»

Avant de conclure, péremptoire:

«La conclusion inévitable est malheureusement très grave: les gouvernements qui se sont succédé au cours des dix (Vingt? Trente?) dernières années ont lamentablement échoué, systématiquement et lourdement dans leur mission fondamentale, à savoir de protéger le peuple français confié à leur charge. On pourrait multiplier à l'infini les exemples de la fracture, aujourd'hui abyssale, qui subsiste entre les citoyens et ceux qui devraient les représenter. Le discrédit qui frappe aujourd'hui en France l'ensemble de la classe politique est non seulement répandu, mais aussi légitime. Il me semble que la seule solution qu'il nous reste serait celle de se diriger lentement vers l'unique forme de démocratie réelle, j'entends par là la démocratie directe.»

Source : http://www.lefigaro.fr

Repost 0
Published by Blad
commenter cet article
18 novembre 2015 3 18 /11 /novembre /2015 10:16
Repost 0
Published by Blad
commenter cet article
18 novembre 2015 3 18 /11 /novembre /2015 06:19

Abdelhamid Abaaoud, soupçonné d'être «l'inspirateur» des attentats de Paris, est un jihadiste belge de 28 ans qui vivrait en Syrie, où il est un membre très actif de l'EI et d'où il nargue les polices européennes depuis des années.

Né en 1987 dans la commune bruxelloise de Molenbeek, il se fait appeler Abou Omar Soussi, du nom de la région du sud-ouest du Maroc dont sa famille est originaire, ou Abou Omar al-Baljiki (Abou Omar «le Belge»).

«C'était un petit con», harcelant ses condisciples et ses professeurs ou se faisant attraper pour des vols de portefeuilles, a raconté, sous couvert de l'anonymat, un ex-camarade de classe au tabloïde populaire belge La Dernière Heure.

Le «petit con» est maintenant dans le viseur des enquêteurs français et belges, qui «n'excluent pas» qu'il soit «l'inspirateur» des tueries de Paris qui ont fait vendredi 129 morts et 352 blessés et ont été revendiquées par l'Etat islamique.

Le suspect-clé dans ces attaques, Salah Abdeslam, qui a de fortes attaches lui aussi à Molenbeek et qui est activement recherché, ainsi que son frère Brahim, qui s'est fait exploser dans l'Est parisien, connaissaient Abaaoud. Ils apparaissent tous les trois dans des dossiers criminels de droit commun en Belgique.

C'est loin d'être la première fois que le nom d'«Abou Omar al-Baljiki» émerge. Il avait fait la une des journaux belges début 2014 après avoir emmené en Syrie son petit frère Younes, 13 ans, surnommé «le plus jeune jihadiste du monde» par certains médias.

Il aurait rejoint d'autres combattants belges, rassemblés dans une brigade d'élite de l'organisation jihadiste Etat islamique. Il apparaît, fine barbe et bonnet de style afghan sur la tête, dans une vidéo de l'EI où il se vante de commettre des atrocités, s'adressant goguenard à la caméra alors qu'il conduit un véhicule qui tire des cadavres mutilés vers une fosse commune.

- 'La honte de la famille' -

«Avant, on tractait des jet-skis, des quads, des grosses remorques remplies de cadeaux, de bagages pour aller en vacances au Maroc. Maintenant, on tracte les infidèles, ceux qui nous combattent, ceux qui combattent l'islam», se vante-t-il, sourire aux lèvres, dans un mélange de français et d'arabe.

Il a le profil d'un individu de la «classe moyenne», soulignait mardi le quotidien flamand De Morgen, selon qui le jeune homme avait été envoyé par son père, commerçant, dans un collège chic de la commune résidentielle d'Uccle, dans le sud de Bruxelles.

«Nous avions une belle vie, oui, même une vie fantastique ici. Abdelhamid n’était pas un enfant difficile et c'était devenu un bon commerçant. Mais tout à coup, il est parti pour la Syrie. Je me suis demandé tous les jours pour quelle raison il s'est radicalisé à ce point. Je n'ai jamais reçu de réponse», avait déclaré en janvier son père, Omar Abaaoud, à la Dernière Heure.

«Abdelhamid a jeté la honte sur notre famille. Nos vies sont détruites», avait réagi son père: «Pourquoi, au nom de Dieu, voudrait-il tuer des Belges innocents? Notre famille doit tout à ce pays», avait expliqué Omar Abaaoud, dont la famille est arrivée en Belgique il y a 40 ans, en ajoutant qu'il ne «pardonnerait jamais» à Abdelhamid d'avoir «embrigadé» son jeune frère Younes.

Celui qui est devenu le plus connu des quelque 500 Belges partis combattre en Syrie ou en Irak est surtout lié à la «cellule de Verviers».

- Coïncidence troublante -

Le 15 janvier, une semaine après les attentats de janvier à Paris, la police belge avait donné l'assaut dans une maison de cette ville de l'est de la Belgique, tuant deux de ses occupants, qui selon les enquêteurs s'apprêtaient à commettre des attentats contre les forces de l'ordre.

Abaaoud n'est pas sur place. Mais début février, il revendique avoir «planifié» ces attentats déjoués de justesse dans une interview que lui attribue Dabiq, le magazine du groupe Etat islamique (EI).

«Nous avons finalement réussi à rejoindre la Belgique. Nous avons alors réussi à obtenir des armes et à établir une planque tout en planifiant de mener des opérations contre les +Croisés+», se flattait-il.

Selon la presse belge, Abaaoud avait été localisé en Grèce, d'où il communiquait avec les deux jihadistes tués à Verviers. Un coup de filet à Athènes n'avait pas permis de l'arrêter.

«J'ai pu partir et venir à el-Cham (qui désigne en arabe la Grande Syrie ou sa capitale Damas, ndlr) malgré la chasse menée par tant de services de renseignement», se félicitait-il dans Dabiq.

Si aucun élément matériel n'est apparu jusqu'à présent en procédure pour accréditer la thèse d'un acte commandité ou d'un mot d'ordre formels, une coïncidence est toutefois troublante. Un jeune jihadiste français interpellé le 11 août à son retour de Syrie, avait raconté en garde à vue avoir reçu comme consigne de commettre un attentat, «dans l'idéal» lors d'un concert. Il avait désigné Abaaoud comme son donneur d'ordre.

En juillet, Abdelhamid Abaaoud a été condamné à Bruxelles, en son absence, à 20 ans de prison dans un procès sur les filières de recrutement de jihadistes belges pour la Syrie.

Source : http://www.20minutes.fr

Repost 0
Published by Blad
commenter cet article
18 novembre 2015 3 18 /11 /novembre /2015 06:13

Des perquisitions et des interpellations sont actuellement menées dans le centre-ville de Perpignan, où le quartier Saint-Matthieu, notamment, est bouclé.

Il s’agit d’une opération administrative policière dans le cadre de l’état d’urgence lié aux attentats sanglants de Paris.

Des individus fichés S (atteinte à la sûreté de l’État) qui résident à Perpignan intéressent les enquêteurs, notamment ceux du SRPJ de Montpellier, qui sont engagés avec les enquêteurs de la Sécurité publique et des Renseignents intérieurs et du territoire, les ex-RG.

Source : http://roussillon-h24.fr

Repost 0
Published by Blad
commenter cet article

Articles Récents

Liens