Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Polit-Buro.
  • Polit-Buro.
  • : Photos et commentaires des réunions du P.B. Lutte contre le complot des tristes et la morosité ambiante. Objectif: soutien de la viticulture française et des spiritueux.
  • Contact

Texte Libre

Recherche

15 août 2017 2 15 /08 /août /2017 19:29
Repost 0
Published by Blad - dans Musique
commenter cet article
14 août 2017 1 14 /08 /août /2017 16:48

Le Village de vacances LES CARRATS, créé dès l’origine de Port Leucate par le célèbre architecte Georges Candilis pour accueillir un tourisme social a cessé son activité en 2014, la CAF et la FAOL de l’Aude reculant devant le coût d’une nécessaire rénovation des bâtiments. L’intérêt officiel  porté à son architecture si novatrice l’a mis à l’abri d’une destruction totale, suite à son inscription en 2014 au titre des Monuments Historiques.

 
La CAF l’a vendu à un promoteur, attiré par l’excellence de sa situation en bord de plage, «les pieds dans l’eau ».  Le projet immobilier est maintenant offert à la vente et vous pouvez le consulter sur le site : www.optimhome-neuf.com. La disponibilité est promise pour 2020.
 
 
 
 
Le promoteur précise quand même que le projet n’en est qu’au stade « permis en cours », c’est prudent.
C’est même très prudent car on peut se demander si toutes les conséquences de la très prochaine révision du PLU consécutive à la promulgation du PPRL (Plan de Prévention des Risques Littoraux) ont bien été tirées ! Les Carrats sont situés en front de mer, en partie sur des terrains très bas, si bien que l’élévation prévue du niveau marin au cours des prochaines décennies les concerne au premier chef.
 
Une visite du site internet montre rapidement que les tarifs proposés aux investisseurs (de l’ordre de 4 500 Euros le m2) sont extrêmement élevés, rappelant ceux rencontrés en très proche banlieue Parisienne, ou similaires à ceux de villes de la Cote d’Azur comme Le Lavandou !
 
On est loin du social du projet de la Mission Racine et de Georges Candilis.
 
Investir autant d’argent (de 110 000 Euros pour un studio à 340 000 Euros pour un  4 pièces de 60 m2, prix affichés) devrait au moins inciter les acheteurs potentiels à bien évaluer le risque marin avant de prendre une décision !
 
Source : https://leucatepourtous.blogspot.fr/
Repost 0
Published by Blad - dans Débats.
commenter cet article
13 août 2017 7 13 /08 /août /2017 18:56
Repost 0
12 août 2017 6 12 /08 /août /2017 19:42

Les 14 et 15 août, le village célèbre le vin et donne une belle photographie de l'ensemble de son patrimoine gustatif. Deux jours de festivités ou les maîtres mots sont authenticité et convivialité.

À partir de lundi, le tintement des verres à vin va à nouveau résonner fort au cœur des vignobles du Val d'Adour. Durant deux jours, la 34e édition de la Fête du vin prendra à nouveau ses quartiers d'été dans l'enceinte du parc du Prieuré de Madiran. Le lieu se transformera en un sanctuaire dédié aux meilleurs crus de l'appellation Madiranais et Pacherenc du Vic-Bilh. «Il ne s'agit pas d'une foire aux vins, mais d'un moment exceptionnel qui met à l'honneur la qualité de notre savoir-faire», explique Pascal Savoret, ancien vice-président du syndicat interprofessionnel.

Sans se faire prier, les vignerons les feront déguster chaque après-midi à partir de 15 heures En achetant un pass de 5 €, les visiteurs auront la possibilité de découvrir, sur chaque stand, les subtilités proposées par chacun de ces producteurs de goût. Dans un espace spécifiquement aménagé et pour la première fois climatisé, ces hommes passionnés en profiteront aussi pour livrer (presque) tous les secrets du fruit de leur travail et de leurs cépages. Une trentaine de châteaux, domaines et clos, seront présents. «C'est l'occasion pour le public de pouvoir rencontrer des vignerons de maisons prestigieuses, peu disponibles le reste de l'année. Ils verront aussi qu'il y a une vraie synergie entre nous», explique-t-il. Simples curieux ou amateurs bénéficieront, dans un échange convivial, de leurs conseils et éclairages pour encore mieux apprécier toutes les notes et arômes qui se cachent sous les robes de ces vins. Lesquels sont protégés par une AOC qui fêtera l'année prochaine ses 70 ans. «Le madiran a bien évolué pour devenir un vin haut de gamme qui fait la réputation du Sud-Ouest.» Si les plus petits ne pourront goûter, que du bout des lèvres, les créations vinicoles, un espace leur sera dédié où ils pourront profiter d'une multitude d'animations.

Deux fêtes en une

Au-delà des festivités qui célèbrent les vignes, c'est tout le village qui s'anime et qui vit au rythme d'une ambiance festive unique, à l'image des vins présentés. Résumée par un maître mot : la convivialité. Une grande fête foraine prendra place dans le centre-ville. Sous la grande halle, un marché gourmand fera saliver de plaisir et ravira les papilles des touristes. Les amateurs d'oenoculture pourront admirer les photos de Bernard Duguos à la Maison des vins. Il sera présent pour dédicacer son dernier ouvrage «Gers : vignes et gourmandises». En soirée, les dégustations seront agrémentées de repas du terroir spécialement concocté par les Jeunes Agriculteurs du Gers, des Hautes-Pyrénées et des Pyrénées-Atlantiques, les trois départements sur lesquels s'épanouissent les vignes du Madiran. L'animation musicale sera aussi dans les rues avec les groupes Trottoir d'en face et Bigorra Brass.

Une procession spéciale le jour de l'Assomption

Si les visiteurs ne boiront, durant les festivités, ni de vin de messe et encore moins d'eau bénite, mardi matin sera célébrée la traditionnelle messe des vignerons. Après une procession traversant les rues de la ville, les confréries et vignerons chanteurs rejoindront l'église Sainte-Marie au sein de laquelle ils rendront un hommage solennel et musical aux moines venus de Marcillac en Bourgogne qui, au Moyen-Âge, avaient mis en terre les premiers pieds de vigne sur les coteaux de Madiran. Dite par l'abbé Gidon et chantée par Michel Etcheverry, elle sera suivie par un défilé au son de la banda Los Borrachos, avant le grand chapitre de la Viguerie royale à 11 h 30. Le millésime 2017 se conclura par un grand feu d'artifice mardi soir à 23h30. Des festivités à consommer sans modération.

Informations : 05.62.31.98.09.

Programme complet : www.madiran-story.fr

Repost 0
11 août 2017 5 11 /08 /août /2017 19:11

N’arrivant pas à convaincre la Justice que la Place des Arènes à Port Leucate, le Parking du Galion à Leucate Plage, l’ancienne Station d’épuration de Port Leucate, peuvent être vendus à des promoteurs, la municipalité de Leucate, financièrement aux abois, essaie de vendre tout et n’importe quoi, dans n’importe quelles conditions.

 
III – La falaise de La Franqui
 
Lors de la même réunion du Conseil Municipal du 23 Mars 2017, le Maire a annoncé son intention de vendre, encore à La Franqui, la parcelle communale n° BL 141, qui est située à flanc de falaise, dominant la rue de la Fount d’Amand et s’élevant jusqu’au sommet de la falaise, à l’aboutissement du Chemin du Pied du Renard.
 
Accrochez-vous, le dossier est confus, en raison de l’imprécision (volontaire ?) de la description des lieux dans les documents fournis au Conseil Municipal. Malgré ses demandes, LEUCATE POUR TOUS n’a pu obtenir de la municipalité de Leucate de plans plus précis des terrains ainsi vendus, sous des prétextes tout aussi divers qu’étonnants, par exemple « que le plan d’arpentage n’était pas terminé » !
 
Le plan cadastral ci-dessus à gauche, permet de situer les lieux dans l’agglomération (encadré vert) ainsi que l’escalier du Pied du Renard (trait rouge).
 
Le plan cadastral agrandi ci-dessus à droite, permet une meilleure compréhension de ce dossier complexe. La ligne pointillée en gras est la limite de zone non constructible N qui s’étend sur tout le plateau.  La parcelle n°BL 141 apparait en vert. Le tracé manuel en marron est celui de l’escalier ancestral permettant de s’élever de La Franqui vers le Chemin du Pied du Renard et de rejoindre ainsi le Village au plus court.
 
 
La situation actuelle, qui semble extravagante, est la suivante : une villa ancienne est construite sur la parcelle n° BL 140, qui apparait clairement enclavée sur ce relevé cadastral. Elle dispose en réalité d’un accès voitures goudronné depuis la rue de la Fount d’Armand, empruntant la parcelle communale BL 141 et peut-être même la parcelle privée BL 198 !
 
Deux ventes distinctes ont été envisagées lors de la réunion du Conseil du 23 mars 2017 :
 
1 – Vente I : une partie de 267,60 m2 de la parcelle BL n° 141, « située à l’arrière de son bien » en zone non constructible N, vendue à M. Castex, déjà propriétaire des lots BL n°189 et BL n°198 qui en sont mitoyens. Le projet immobilier est la construction de deux maisons individuelles jouissant d’une vue imprenable sur la mer et la côte. La motivation de l’achat serait que « la bonne insertion paysagère nécessite l’agrandissement de la parcelle cadastrée BL 198 ». La vente est proposée au prix de 50 Euros/m2, soit 13 380 Euros.
Aucun plan n’étant joint au dossier il est impossible de savoir exactement quelle partie de la parcelle n° BL 141 est concernée ; de la description on peut supposer qu’il s’agit de terrains s’élevant jusqu’au bord du plateau. Ils seraient alors bien situés en zone non constructible N, selon le plan cadastral ci-joint. La motivation évoquée laisse alors rêveur puisque ces terrains ne sont pas constructibles et qu’ils sont situés au-dessus des constructions envisagées, atteignant même le rebord du plateau !
Mais, vu l’imprécision du dossier, on ne peut écarter la possibilité que ces terrains soient situés à l’Ouest de la parcelle BL 198, bordant la rue de la Fount d’Amand, auxquels cas ils auraient une toute autre valeur immobilière potentielle : il suffirait de glisser une petite modification du PLU pour les rendre constructibles, avec une énorme plus-value (valeur 66 900 Euros au lieu de 13 380).
 
On peut noter que lors de la réunion suivante du Conseil, le 30 juin 2017, cette vente a été modifiée : l’acheteur n’est plus M. Castex en tant qu’individu mais une SCI que gère M.Castex !
 
2 – Vente II : deux parties différentes de la parcelle communale BL 141 sont vendues à M. et Mme Martin, déjà propriétaires de la parcelle BL n°140.
 
Une première partie de cette vente concerne 838 m2, situés en zone constructible le long de la rue de la Fount d’Amand, qui leur est vendue « en vue de permettre un accès véhicule à leur habitation ». Rappelons que cet accès existe déjà, il est même goudronné !  Il est noté que « 92 m2 de cette parcelle serait non exploitable par la présence d’un ouvrage en béton (escalier) à démolir ». Cet escalier en béton est très probablement une partie de l’ancestral escalier du Pied du Renard et donne actuellement un accès piéton direct à la villa de M. et Mme Martin. La municipalité envisage-t-elle de faire disparaitre cette très ancienne voie de communication publique ?
La vente de cette parcelle se fait au prix de 250 €/m2 (estimation des Domaines 190 €/m2).
 
Une seconde partie de cette vente concerne 530 m2 de la parcelle n° BL 141 situés « à l’arrière de leur bien » en zone non constructible N « afin d’agrandir leur jardin et de la protéger des chutes de pierre en l’aménageant passagèrement ». Aucun plan n’étant joint au dossier il est impossible de savoir exactement quelle partie de la parcelle BL n°141 est concernée ; de la description on peut supposer qu’il s’agit de terrains s’élevant jusqu’au chemin bordant le plateau ! Ils sont selon le plan cadastral ci-joint situés en zone N, non constructible.
La vente de cette parcelle se fait au prix de 50 €/m2 (estimation des Domaines 40 €/m2).
 
Le prix de vente global est donc de 217.600 Euros.
 
COMPARAISON DES PRIX DE VENTE DES TERRAINS A LA FRANQUI
 
On ne peut s’empêcher de comparer les prix des ventes simultanées de divers terrains communaux à La Franqui.
 
Dans notre article du 11 mai 2017 concernant « un lotissement communal « ayant vocation à attirer une population sédentaire et jeune » nous avons pu évaluer un prix de vente aux particuliers de l’ordre de 200 €/m2 pour de petites surfaces de 300 à 320 m2. Ces terrains très proches du grau ne sont pas à l’abri de risques de submersion marine "aléa fort 2100". La zone est également classée "zone urbanisée" par le PPRL. Les parcelles BN 19, 227, 255, 266 et 394 sur lesquelles la mairie envisage de réaliser cette opération vont faire l'objet de prescriptions très sévères en matière de hauteur de plancher, par exemple, car elles ne pourront être  classées que RL2 (constructible avec restrictions et prescriptions) ou RL3 (inconstructible) au pire des cas.
 
Le présent article décrit la vente d’un vaste et exceptionnel terrain constructible de la parcelle communale BL 140, avec vue imprenable sur la mer, à flanc de falaise, vendu à 250 €/m2 ; la comparaison des prix de vente apparait pour le moins surprenante.
 
 
Source : https://leucatepourtous.blogspot.fr/
Repost 0
Published by Blad - dans Débats.
commenter cet article
10 août 2017 4 10 /08 /août /2017 19:25
Repost 0
Published by Blad - dans Musique
commenter cet article
10 août 2017 4 10 /08 /août /2017 18:51

Il serait bon de rappeler ceci aux porteuses de Burqa actuelles, peut-être qu'elles se vêtiraient autrement.
La Burqa vient du Culte d'...Astarté dans la Mésopotamie antique.
Pour honorer la déesse de l'Amour Physique, toutes les femmes sans exception devaient se prostituer une fois l'an dans les bois sacrés qui entouraient les temples de la déesse.
Pour ne pas être reconnues, les femmes de la haute société prirent l'habitude de se voiler totalement.
Et n'oubliez pas ceci : Mustapha Kemal, alias Atatürk, 1er président de la Turquie, de 1923 à 1938, avait trouvé la bonne astuce pour clouer le bec aux intégristes de l'époque.
Il avait mis un terme au port de la burqa, en faisant une loi toute simple, avec effet immédiat, toutes les femmes turques ont le droit de se vêtir comme elles le désirent.
Toutefois, toutes les prostituées doivent porter la burqa.
Dès le lendemain, on ne voyait plus de burqa en Turquie.
Et c'est toujours en vigueur...! ! !

Repost 0
Published by Blad - dans Débats.
commenter cet article
10 août 2017 4 10 /08 /août /2017 18:38
Repost 0
Published by Blad - dans Débats.
commenter cet article
9 août 2017 3 09 /08 /août /2017 06:37
Repost 0
Published by Blad - dans MHSC
commenter cet article
8 août 2017 2 08 /08 /août /2017 19:00

Lérins, comme une promesse de paradis. Quand le bateau débarque son contingent de touristes sur la petite île, à un quart d’heure de Cannes, dans les Alpes-Maritimes, les cigales, l’azur de la Méditerranée souligné par le soleil d’été qu’encadre la palette des verts des pins, des eucalyptus et des vignes, emplit le cœur de joie et de sérénité. Avec la promesse de goûter des vins superbes.

 

Au contraire des milliers de visiteurs qui assaillent son encombrante et non moins séduisante voisine, l’île de Sainte-Marguerite, Saint-Honorat – du nom du patricien gallo-romain, qui, au début du Ve siècle, s’est fixé sur l’île de ­Lerina – n’accueille que quelques centaines de bienheureux. A condition de rester corrects, « par respect pour les moines qui vivent sur l’île depuis seize siècles, merci de respecter le silence et une tenue décente (tee-shirt et short obligatoires) », ils pourront découvrir les criques de l’île, visiter aussi la ­partie ouverte de l’abbaye.

 

« La règle de saint Benoît dit que “le vin ne convient pas au moine”, mais il n’est pas facile de l’en persuader »

Certains portails s’ornent de panonceaux décorés d’une silhouette de moine encapuchonné interdisant l’entrée aux touristes. Qui se consolent en déjeunant aux Tonnelles, le restaurant de l’île, avec les vins îliens. D’autres flacons y sont proposés, car l’abbaye ne vinifie qu’en rouge et en blanc et, au cœur de la saison estivale, nombreux sont les clients tentés par un rosé provençal.

 

Source  : http://www.lemonde.fr

Repost 0

Articles Récents

Liens