Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Polit-Buro.
  • Polit-Buro.
  • : Photos et commentaires des réunions du P.B. Lutte contre le complot des tristes et la morosité ambiante. Objectif: soutien de la viticulture française et des spiritueux.
  • Contact

Texte Libre

Recherche

11 janvier 2016 1 11 /01 /janvier /2016 17:35

Non, la Suisse ce n’est pas uniquement des montres, des banques et du chocolat. La Suisse c’est aussi le vin ! Il est vrai que le vin Suisse n’est pas très présent en France et ce pour une raison évidente: les Suisses en consomment la quasi totalité. Seulement 1% de la production est exportée. Mais nos amis suisses adorent le vin et pour assouvir la demande, 60% de la consommation est importée.

La Carte des Terroirs

Je commence par découvrir l’école de Changins à Nyon où j’apprends qu’il existe 5 grandes régions viticoles. La région de Genève plantée majoritairement en Gamay est constituée par de grandes surfaces de 4,7ha en moyenne. Dans le Canton de Vaud aux terroirs morcelés, le Chasselas est roi. André Bélard, œnologue, m’expose le micro-climat unique qui règne dans le célèbre vignoble du Lavaux par le “phénomène des 3 soleils” : celui qui se réverbère sur les murs, le rayonnement renvoyé par le lac, et son rayonnement direct. Ces trois rayonnements favorisent une bonne maturité du raisin, tout un programme ! En remontant la vallée du Rhône (eh oui !), me voilà dans le Valais qui constitue la plus grande surface viticole en Suisse, au climat sec et ensoleillé : 120 000 parcelles plantées en Pinot noir, Gamay, Chasselas (appelé Fendant dans ce Canton) et en Petite Arvine. Il y a aussi la Région des 3 lacs, là où s’expriment au mieux le Pinot Noir et le Chasselas ainsi que le Tessin, une région plus humide à la frontière italienne plantée en Merlot.

Mes conseils

Marie Linder, fine dégustatrice, m’explique que l’on retrouve une grande quantité de cépages internationaux d’origine française tels que la Syrah, le Merlot, le Pinot Noir ou encore le Chardonnay. Je pense personnellement qu’ils ne sont pas les plus intéressants mais bel et bien, de part leur réputation, les plus vendeurs. Intéressez-vous de préférence aux cépages locaux, ceux qui mettent le mieux en valeur les terroirs de ce beau pays et qui font la fierté des vignerons. Goûtez par exemple la Petite Arvine, le Cornalin, l’Humagne Blanche, l’Humagne Rouge ou encore le Garanoir. Certes, les vins suisses sont chers mais la qualité est de plus en plus au rendez-vous, l’image du Chasselas gras et mou périclite au profit de la fraîcheur et de la minéralité de la Petite Arvine. Et c’est une bonne chose…

Une bonne raclette dans le ventre, en route pour l’Italie et la Vallée d’Aoste !

Mes coups de coeur

Caves du Paradis – Sierre
Humagne Blanche 2014
Garanoir 2013

Philippe Varone – Sion
Petite Arvine 2014
Humagne Blanche 2014

Louis Bovard – Cully
Epesses 2014

Benjamin Gras (Les Grappes)

Source :

Repost 0
Published by Blad
commenter cet article
11 janvier 2016 1 11 /01 /janvier /2016 10:29
Repost 0
Published by Blad
commenter cet article
10 janvier 2016 7 10 /01 /janvier /2016 15:37

Leucate Pour Tous ne dispose évidemment pas des moyens de la commune de Leucate pour vous présenter ses vœux. Les élus d’opposition n’ont même pas été invités à glisser un mot dans la plaquette 4 pages de propagande de M. Michel Py, distribuée à tous, et que vos impôts ont financée !

La communication du Maire en ce début d'année est faite de papier glacé...et ce, à nos frais bien sûr !

- Une plaquette digne d’une campagne électorale !

- Un inventaire à la Prévert de réalisations …………. dont certaines sont ajournées (comme l'extension du Port avec la SEMOP, opération que Leucate Pour Tous avait dénoncée dès le début),

- Des échecs retentissants passés sous silence (telle la liquidation judiciaire du restaurant gastronomique « GRAND CAP ») avec une créance de plusieurs centaines de milliers d'Euros pour la Commune,

- Une mise en cause de l'action démocratique de l'opposition (Leucate Pour Tous et Rassemblement Bleu Marine) au sein du Conseil Municipal.

Le Maire affirme par là-même son regret de l'époque bénie où, pendant 18 ans, le Conseil Municipal tout acquis à sa cause votait toujours à l'unanimité ses propositions. Ah ! Qu'elle belle commune que celle qui, durant deux décennies, s'est vue dirigée par un jeune roitelet qui, au fil des ans, s'est pris pour l'unique défenseur de sa commune...et de ses intérêts !

Malheureusement pour lui, les listes électorales ont grossi, le Conseil Municipal est devenu multicolore, le débat démocratique a fait une petite entrée à ce Conseil où les groupes de l'opposition font maintenant entendre leurs voix.

Et cela, chers concitoyens, constitue la meilleure chose qui pouvait vous arriver !

A titre d'exemple, grâce au travail de fond acharné de Leucate Pour Tous, publié dans ce blog il y a quelques mois, la Loi Française va être enfin mise en œuvre à Leucate en ce qui concerne les frais de représentation du Maire et les frais de déplacement des élus ! Le dernier Conseil Municipal a « approuvé », le 18 Novembre 2015, les « bonnes pratiques » qui vont permettre à la Commune de diminuer, de façon spectaculaire, certaines dépenses de fonctionnement.

Autre exemple, le parc automobile municipal va être mieux contrôlé (géo localisé) voire réduit.

Voici deux bonnes nouvelles, il y en a d'autres, par exemple l’abandon du projet d'hôtel à Leucate Plage, non-sens urbanistique puisqu’il faisait disparaître l’unique parking de la plage et aussi non-sens environnemental puisqu’on se demande comment des « enfants de Leucate » pouvaient soutenir l'inverse de ce que notre environnement maritime démontre. Après des années de procédures il aura fallu l'arbitrage de la Préfecture pour contraindre le Maire à la raison !

En ce qui concerne la Place des Arènes, à Port Leucate, la « victoire » annoncée par le Maire dans ses vœux semble bien relever de la méthode Coué puisque l’instruction de deux recours de riverains est toujours en cours ! On peut encore espérer sauver cette Place de la destruction.

Il y a aussi beaucoup à dire sur l’énumération des projets « réalistes » pour 2016 ; si certains font, dans leurs grandes lignes, l’unanimité (Maison de Retraite, Hôtel au Village) d’autres sont fortement contestés.

Un exemple ? C’est le cas du projet de Centre Commercial à Port Leucate, en panne depuis des années en raison de recours juridiques et de l’absence de candidats réellement motivés. L’argumentation du Maire est dérisoire. Il écrit : « L’exemple de Leucate Village est parlant : depuis l’ouverture du supermarché, le village compte aujourd’hui bien plus de commerces qu’avant, ouverts à l’année dans leur grande majorité. » Croit-il honnêtement que l’ouverture de magasins de matériel de surf sur la zone commerciale compense, pour les nombreuses personnes âgées qui y vivent, la fermeture de tout commerce d’épicerie au centre du Village? Tout urbaniste sait que l’ouverture de grandes surfaces entraîne toujours la fermeture de petits commerces de centre-ville. Et s’il n’y a plus de station d’essence à Port Leucate, c’est bien parce qu’il a laissé fermer celle qui existait !

Par contre le Maire ne parle pas dans ses vœux de sa gestion de la commune ; il faut dire qu’elle prête à de sérieuses critiques. Quelques exemples :

- Le budget 2015 voté par le Conseil était en équilibre.

Quelques mois plus tard, la commune de Leucate a dû ouvrir en catastrophe un emprunt de 800 000 Euros pour régler le solde d’un investissement.

Cerise sur le gâteau, en Novembre 2015 il a fallu ouvrir une ligne de trésorerie de 1 million d’Euros pour boucler les fins de mois difficiles, la commune n’ayant pas les capacités d’autofinancement suffisantes !

- En Mars 2015 a été créé un poste de Directeur du Port, en charge de la mise en place de la SEMOP, au salaire plus que conséquent.

Leucate Pour Tous a, dès le lancement du projet de SEMOP, attiré l’attention sur le fait que cette opération était mal structurée. Cette SEMOP n’a toujours pas vu le jour, faute de partenaire financier privé. Perte sèche donc pour la commune.

- Le restaurant Klim & Ko (alias Cap Leucate), dont la réalisation très contestée avait coûté à la commune plus de 1 million d’Euros avec un retour sur investissement prévu en 8 ans, a été mis en liquidation judiciaire en 2015. Les loyers restent impayés ; qui plus est, le Maire demande au Conseil Municipal de racheter le fonds de commerce pour 115 000 Euros supplémentaires pour pouvoir le proposer à un autre restaurateur ! Quant à la réalisation de la Maison de la Nature, alibi officiel de la construction …..plus personne n’ose en parler !

Les vœux de Leucate Pour Tous portent donc avant tout sur la vigilance dont vous et nous devons faire preuve pour ne pas voir cette commune dériver au fil de sa dette, six fois plus élevée que celle de la moyenne des communes françaises de même taille quoi qu’en prétende notre Maire !

Nous pensons tout particulièrement aux jeunes Leucatois confrontés à une double difficulté liée au trop faible bassin d'emplois durables et au prix de l'immobilier et des impôts fonciers. Tous, quels que soient leurs mérites n'auront pas la possibilité de faire construire sur le flanc de la falaise, face à la mer !

Garder le cap pour permettre un meilleur respect de la Loi et des valeurs démocratiques, voilà ce que nous souhaitons pour 2016 à tous les Leucatoises et Leucatois.

...

Post Scriptum ……. qui n’a rien à voir, comme dirait certain chroniqueur très connu.

Sur la forme nous aurions bien aussi quelques remarques à formuler :

- Nous savons tous que notre Maire n’est pas un littéraire, mais ne dispose-t-il pas de collaborateurs attentifs ? Ses anciens instituteurs ont dû grincer des dents, comme tous les ans d’ailleurs, dès les premiers mots :

« En vous souhaitant mes vœux l’an passé…. »

Cette expression a récemment encore fait hurler l’Académie Française : « Souhaiter des vœux », c’est désirer d’en recevoir et non pas les adresser aux autres, c’est ce que rappelle encore la chronique de Pierre Bénard dans « CANAL ACADÉMIE » ! Alors pitié, Monsieur le Maire, l’année prochaine présentez vos vœux comme tout le monde !

- Et, tant que nous y sommes, chers concitoyens, ne trouvez-vous pas symptomatique l’abus de la première personne du singulier dans ce texte, du genre « que je puisse mettre en œuvre avec mon équipe » ? Ce n’est que bien épisodiquement que Monsieur le Maire se souvient que l’action communale est menée par le Conseil Municipal et non par lui-même qui n’en est que l’émanation. Laissons donc le culte de la personnalité aux dictatures aussi bien connues que mal famées.

- See more at: http://leucatepourtous.blogspot.fr/#sthash.3NiVNKIS.dpuf

Repost 0
Published by Blad
commenter cet article
9 janvier 2016 6 09 /01 /janvier /2016 19:34
Repost 0
Published by Blad
commenter cet article
9 janvier 2016 6 09 /01 /janvier /2016 19:32
Repost 0
Published by Blad
commenter cet article
7 janvier 2016 4 07 /01 /janvier /2016 16:18
Repost 0
Published by Blad
commenter cet article
7 janvier 2016 4 07 /01 /janvier /2016 15:40
Repost 0
Published by Blad
commenter cet article
7 janvier 2016 4 07 /01 /janvier /2016 09:39
Repost 0
Published by Blad
commenter cet article
7 janvier 2016 4 07 /01 /janvier /2016 06:15

En France, la loi Evin, assouplie le mois dernier par le Parlement, a beau interdire toute transaction financière visant à faire apparaître une bouteille d'alcool dans un film, vin et champagne n'ont pas pour autant déserté les écrans.

"Le vin est un symbole social, un signe distinctif de comportement" : faire boire une bouteille de prestige à leurs personnages permet aux réalisateurs "de leur donner corps", explique Olivier Bouthillier, fondateur de Marques & Films, agence spécialisée dans le placement de produits sur les écrans. "Aucun réalisateur ne va mettre un vin que personne ne connaît", poursuit-il. Les châteaux les plus prestigieux, notamment du Bordelais, sont donc les plus sollicités. Et c'est la production qui contacte le château pour obtenir les droits de diffusion et faire des économies en récupérant quelques bouteilles pour le tournage.

Château d'Yquem, 1er cru supérieur 1855, a ainsi fait plusieurs apparitions dans des films de Claude Chabrol, "qui adorait nos vins", précise-t-on au domaine du célèbre Sauternes.

"Si la demande est motivée par une envie sincère de mettre notre vin en valeur, nous sommes ravis de fournir un flacon", renchérit Arnaud de Laforcade, directeur financier de Cheval Blanc. Cette célèbre propriété du Saint-Emilion a même eu les honneurs de Walt Disney dans le dessin animé "Ratatouille" (2007), aux côtés du célèbre Château Latour.

Les illustres Mouton-Rothschild, Lafite-Rothschild, Haut-Brion ou Margaux, tous 1er grand cru classé 1855, peuvent aussi être aperçus ou cités au détour d'une scène d'apparence anodine. Tous ces domaines disent être "très sollicités", mais assurent ne pas répondre à ces demandes en dehors "d'amitiés" avec des acteurs ou réalisateurs.

Pour ces crus prestigieux, figurer furtivement dans un film ne suffit pas à doper les ventes, qui n'ont d'ailleurs généralement pas besoin de l'être. Mais apparaître comme une marque de référence, conforme à leur statut de prestige, peut justifier de tels partenariats "gagnant-gagnant".

Combler un manque de notoriété

Pour d'autres, en revanche, apparaître au cinéma est un moyen de conquérir une notoriété déficiente. Le Château Angélus, cru de Saint-Emilion (Gironde), élevé au rang des très grands bordeaux seulement en 2012, s'est fait une spécialité de ces apparitions cinématographiques, avec une soixantaine de tournages initiés en 20 ans par son propriétaire, Hubert de Boüard. Angélus était ainsi fier de son coup mi-novembre lors de la sortie de "Spectre", le dernier James Bond : dans une scène, sur la table d'un wagon-restaurant, apparaît fugacement l'étiquette du domaine ornée de sa célèbre cloche, après une première dans "Casino Royal" (2006).

Un énorme coup de pub ? "Dans cette scène, la bouteille est en second plan et l'étiquette à moitié cachée", relativise Olivier Bouthillier. "Personne ne la voit, il n'y a qu'Angélus qui le sait", estime ce professionnel.

Peu importe pour Angélus, qui n'a pas déboursé un centime car "ce sont les producteurs qui souhaitaient associer au film notre vin, qu'ils ont dans leur cave", répond Stéphanie de Boüard, directrice générale adjointe.

Le champagne Bollinger, qui a remplacé Dom Pérignon dans les flûtes du très chic agent secret depuis 1973, pourrait certes payer son ticket d'entrée dans les James Bond. Mais le "fournisseur officiel" de la couronne britannique "depuis la Reine Victoria en 1884" affirme ne pas en avoir besoin : "Cette forme de "britishness" chez Bollinger faisait sens dans l'esprit des producteurs", résume le directeur marketing de la marque, Clément Ganier.

Parfois aussi, les châteaux ont la surprise de voir leurs bouteilles figurer à l'écran sans avoir rien demandé. Pour le Saint-Julien Léoville las Cases, grand cru classé 1855, rendu célèbre par le film multi-rediffusé "L'aile ou la cuisse" (1976) avec Louis de Funès et Coluche, "on l'a découvert comme tout le monde lors de la projection", révèle le directeur du château, Pierre Graffeuille. Le réalisateur Claude Zidi et Louis de Funès "étaient des amateurs" du cru et "le hasard a généré une remarquable publicité, bien meilleure que si cela avait été préparé", explique-t-il.

Source : AFP


Repost 0
Published by Blad
commenter cet article
6 janvier 2016 3 06 /01 /janvier /2016 16:54
Repost 0
Published by Blad
commenter cet article

Articles Récents

Liens