Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Polit-Buro.
  • Polit-Buro.
  • : Photos et commentaires des réunions du P.B. Lutte contre le complot des tristes et la morosité ambiante. Objectif: soutien de la viticulture française et des spiritueux.
  • Contact

Texte Libre

Recherche

17 février 2016 3 17 /02 /février /2016 17:06
Conseil Municipal Leucate.
Repost 0
14 février 2016 7 14 /02 /février /2016 07:00

Événement organisé du 24 au 25 février 2016

ajouter à mes articles

Le département Vins Fins & Spiritueux de la maison propose ses premières vacations parisiennes de l’année mercredi 24 et jeudi 25 février. Plus de 1.300 lots seront dispersés, dont une vingtaine de caves privées.

Après une année 2015 qui a confirmé la place d’Artcurial comme leader en France pour les ventes de vins avec près de 3,9 M€ / 4,4 M$, la maison propose le 24 et 25 février prochain plus de 1.300 lots, dont une vingtaine de caves privées.

Laurie Matheson et Luc Dabadie, à la tête du département Vins Fins & Spiritueux d’Artcurial, expliquent : "Après notre parenthèse monégasque, nous commençons l’année 2016 avec une vente parisienne proposant des grands millésimes provenant de caves de qualités."

La première partie de cette vente est consacrée aux Bordeaux rouges et blancs. Elle se poursuivra jeudi avec une très belle sélection de Bourgognes ainsi que des Vallées du Rhône rouges et blancs.

Deux caves sont particulièrement remarquables :

La première comprend un ensemble impressionnant de vénérables millésimes, des Grands Crus de Bordeaux et de Bourgogne issus d'une collection familiale constituée depuis plusieurs générations. On y trouvera entre autres une très belle série de Château Haut Brion de 1919, comme le lot 213 estimé 600 – 610 € / 670 – 680 $ ou encore le lot 233, une bouteille de 1954 estimée 450 – 460 € / 500 – 510 $, mais aussi de très belles bouteilles de Château Mouton Rothschild de 1938, les lots 541 à 543 estimés 1.200 – 1.300 € / 1.340 – 1.450 $ (cave numéro 2).

La seconde regroupe une collection de Bourgognes et de Vallées du Rhône conservée dans des caves climatisées et naturelles fraîches de la région parisienne par un amateur très averti. On y trouvera notamment des Grands Crus de Clos de Tart de 1989, le lot 862 composé de 6 bouteilles estimé 1.450 – 1.500 € / 1.620 – 1.670 $, à 2010 avec le lot 888 composé d’un magnum estimé 500 – 550 € / 560 – 570 $, ou encore des Clos des Lambrays datant de 1995 à 2012 (cave numéro 19).

Informations pratiques :

Dates : mercredi 24 février et jeudi 25 février 2016.
Dates d'exposition : mardi 23 février de 12h à 17h.
Horaires : de 11h à 14h.
Lieu : Artcurial 7, rond-point des Champs-Elysées, 75008 Paris

Découvrez dès maintenant tout les catalogues de cette vente sur Figaro Enchères :
Catalogue 1 du mercredi 24 février.
Catalogue 2 du mercredi 24 février.
Catalogue 1 du jeudi 25 février.
Catalogue 2 du jeudi 25 février.

Vous pouvez également vous inscrire pour participer à cette vente sans vous déplacer et enchérir à l’avance.



Source : lefigaro.fr

Repost 0
Published by Blad
commenter cet article
13 février 2016 6 13 /02 /février /2016 07:44
Repost 0
Published by Blad
commenter cet article
13 février 2016 6 13 /02 /février /2016 07:41
Repost 0
Published by Blad
commenter cet article
12 février 2016 5 12 /02 /février /2016 14:36

De quoi se réjouir, mais pas trop : les exportations de vins et spiritueux français ont atteint en 2015 le seuil "historique" de 11,7 milliards d'euros mais leur place ne cesse de s'étrécir face à des concurrents plus agressifs et moins chers.

"Ce beau résultat ne doit pas masquer la dégradation constante de nos parts de marché", résume Christophe Navarre, président de la Fédération des exportateurs (FEVS), qui présentait mercredi les performances 2015. Le résultat, en hausse de 8,7% tout de même - et équivalent à la vente de 126 Airbus - permet au secteur de retrouver sa place de deuxième poste à l'exportation derrière l'aéronautique, perdue l'an passé. Il s'appuie principalement sur le champagne (+12% à 2,7 milliards) et le cognac (+20%) qui totalisent à eux seuls les deux tiers de la croissance des expéditions en valeur, et sur un taux de change favorable avec la baisse de l'euro (-16% en moyenne sur l'année par rapport au dollar).

Le marché américain (+28%) redevenu le premier consommateur au monde et la première destination des flacons français en valeur (1,3 milliard d'euros, 5ème en volume) a soutenu ce dynamisme, avec le retour aux affaires de la Chine (+23%) après deux années difficiles.

La lutte anti-ostentation a bridé les achats de cognac et de vins de Bordeaux mais cette cure d'austérité fut finalement salutaire en permettant un déstockage. "Le marché chinois se normalise - les Chinois parlent de "New normal" : on sort des produits exceptionnels pour entrer dans un marché de consommateurs", comprendre moins spéculatif, remarque Philippe Casteja, propriétaire-négociant à Saint-Emilion s'exprimant pour les Bordeaux.

Le champagne, le cognac, le Bordeaux et le Bourgogne réalisent à eux quatre 67% des exportations mais seulement 28% des volumes. Or la faiblesse endémique de la production française inquiète les professionnels : pour la troisième année consécutive, les volumes de vins expédiés (138 millions de caisses, -3,6%) sont en recul. Sur trois ans, c'est moins 16 millions de caisses (1,4 million d'hectolitres) ou l'équivalent de 25% des exportations de Bordeaux insiste M. Navarre. Double peine : la hausse des prix qui en résulte pénalise la compétitivité des vins français.

On a beaucoup augmenté, mais moins que les autres

C'est ainsi par exemple que la France a perdu sa première place au Japon au détriment du Chili, faute de présenter des vins à petits prix (sous les 500 yens). La place des vins (hors champagne) ne cesse de rétrécir : depuis 2000 la valeur des ventes à l'étranger est passée de 12 à 26 milliards d'euros, mais leurs parts de marché ont fondu de 45 à 30%, insiste M. Navarre. "On augmente nos ventes, mais moins que nos concurrents", pointe-t-il en réclamant "plus de vins et davantage d'entrée de gamme pour résister à l'Espagne, au Chili ou à l'Australie".

Un créneau que remplissent par exemple les vins du pays d'Oc (19% des volumes expédiés), en hausse de près de 7%. Les cépages (Chardonnay etc..) en particulier progressent sur les marchés émergents. Mais la région a traversé deux années douloureuses (2013 et 2014) de petite production. "On a perdu 17% de parts de marché en Chine à cause de vins qu'on n'a pas pu fournir", assure Antoine Leccia, président de la maison de négoce AdVini. "Ce sont surtout sur les vins sans IG - indication géographique - qu'on perd du terrain par rapport aux Italiens ou Espagnols". Cette seule production a baissé de 18% en 2015, "or c'est sur ces vins qu'on vend la marque France".

Les vins français ne sont pas compétitifs face aux Espagnols ou aux concurrents du Nouveau Monde, affirme-t-il en demandant s'il ne faudrait pas "passer de petites productions de qualité à 50 hl/hectare qu'on vend cher, à des productions de 150 hl/ha qu'on exporte". La mutation réclame une modification des pratiques viticoles, reconnaît-il. "Les opérateurs étrangers travaillent sur le sujet", prévient-il. Mais ce n'est pas la réforme européenne des droits de plantation, qui a libéré potentiellement 8.000 ha supplémentaires au 1er janvier, qui permettra de relever le défi dans l'immédiat, prévient Nicolas Ozanam, délégué général de la Fédération.



En savoir plus : lefigaro.fr

Repost 0
Published by Blad
commenter cet article
11 février 2016 4 11 /02 /février /2016 17:48
Prochain conseil municipal : le mercredi 17 février 2016 à 18h.
Repost 0
Published by Blad
commenter cet article
11 février 2016 4 11 /02 /février /2016 17:46

Parmi les nombreux projets que LEUCATE POUR TOUS a examinés, il en est un qui concerne tous les Leucatois, dont l’actualité ne fait que se renforcer, et qui concerne L’AVENIR DE LA MÉDECINE A LEUCATE.

On pourrait penser qu’une commune comme Leucate, à la population en pleine expansion, hébergeant beaucoup de seniors, recevant en saison des dizaines de milliers de vacanciers, ne manquant pas d’attraits touristiques, reliée par autoroute à deux agglomérations importantes proches comme Perpignan et Narbonne, n’a aucune raison de devenir un désert médical ……. Et pourtant la situation de la médecine à Leucate est inquiétante !

LA SITUATION ACTUELLE : UN DÉFICIT CRIANT

Les médecins en place (selon http://annuairesante.ameli.fr)

La commune de Leucate héberge actuellement 6 médecins (2 au Village et 4 à Port Leucate). Les communes voisines (Caves, Treilles, Feuilla, Fitou) ne disposent actuellement plus d’aucun médecin.

Ce sont donc actuellement environ près de 6 000 personnes en hiver et jusqu’à 80 000 en été qui relèvent de ces 6 médecins.

L’ouverture très prochaine de l’EHPAD ne pourra qu’accroitre encore la demande médicale à Leucate.

La commune de La Palme (1 600 habitants) s’est trouvée récemment totalement démunie de médecin ; sa municipalité a réussi à trouver en 2015 un médecin Cubain qui partage son temps avec Port la Nouvelle.

Le besoin en médecins généralistes

Les documents officiels (http://www.aude.fr) indiquent que « La densité des médecins dans l'Aude est exactement égale à la moyenne nationale pour la province : 162 généralistes pour 100 000 habitants », soit 1,62 généraliste pour 1 000 habitants.

Sur ces bases, les 4 500 habitants permanents de Leucate justifieraient donc la présence de 7,3 généralistes ; en prenant en compte les 6 000 habitants de la zone d’influence on arriverait à justifier 10 médecins généralistes ! Si on englobe La Palme on arrive à un besoin normal de 13 généralistes alors que 6 ½ seulement sont présents.

Le déficit est criant : on pourrait doubler l’effectif !

Et la présence de dizaines de milliers d’estivants en saison estivale ne fait qu’accroitre à un point souvent insupportable la pénurie, comme tous les Leucatois ont pu le constater lors d’attentes interminables.

UN AVENIR INQUIÉTANT

La totalité des 6 médecins répertoriés à Leucate a entre 53 et 62 ans, avec une moyenne d’âge de 59 ans.

L’effectif Leucatois est donc plus âgé que la moyenne relevée dans le Département de l’Aude selon la même source officielle: « Près de la moitié des médecins audois ont plus de 55 ans. La population augmente fortement et vieillit (le tiers à plus de 60 ans) ».

Ce même document officiel prévoit, à l’échelle du Département un avenir difficile : «La désertification touchera aussi bien les villes que les campagnes……….. Bien qu'au sud et en bord de mer, l'Aude accueille moins de 20 nouveaux médecins par an et 3 d'entre eux seulement s'installeront en cabinet. »

On doit bien constater que l’avenir de la médecine à Leucate et ses environs est plus que préoccupant : trop peu de médecins généralistes, une population de médecins encore plus âgée que la moyenne et des perspectives de recrutement très faibles.

Et ces difficultés ne sont pas pour un avenir lointain, mais pour demain: l’un au moins des médecins en place, désireux de réduire voire cesser son activité, ne parvient pas à trouver un successeur, au point qu’on a pu voir récemment sur Facebook l’appel ci-contre.

UN PROJET D’AVENIR ?

Le même document officiel (http://www.aude.fr) analyse ainsi la situation « Les étudiants en médecine sont formés à travailler en groupe, en hôpital, en ville. Aucun d'entre eux ne connaît le travail parfois solitaire d'un médecin de campagne, d'autant que 90% des étudiants ont toujours vécu dans des grandes villes. Près des 2/3 de ces étudiants sont des femmes, dont les maris, souvent également très diplômés, demandent un travail correspondant à leur parcours. »

Comment donc attirer de jeunes médecins à Leucate malgré tout ? En leur proposant des conditions de travail conformes à leurs aspirations ! Un certain nombre de communes ont déjà mis en pratique la création d’une structure de type « CENTRE DE SANTÉ » ou une « MAISON MÉDICALE ». De telles structures peuvent comporter des équipements communs, tels un studio de garde, un cabinet d’accueil de médecins spécialistes ….. par exemple.

Un exemple, destiné a priori à des zones rurales en voie de désertification, est proposé par le Professeur Méric dans le document : www.mmgnarbonne.org

Un autre exemple, tout proche, a été mis en place par la municipalité à Port la Nouvelle et y fonctionne depuis 2012: www.portlanouvelle.fr

Cette MAISON DE SANTÉ réunit tout un ensemble de services de santé, regroupant des activités médicales et paramédicales (4-5 médecins permanents, des consultations de médecins spécialistes, 1 sage-femme, des infirmiers, des kinésithérapeutes, etc, etc) sur un même lieu. Les locaux sont entièrement équipés et organisés autour d'un accueil personnalisé permettant l'accès aux différents professionnels de santé.

Port la Nouvelle a ainsi su attirer une nouvelle offre médicale à hauteur de ses besoins, ce qui n’est pas le cas de Leucate.

LEUCATE POUR TOUS propose que la municipalité de Leucate prenne d’extrême urgence en considération les besoins médicaux actuels et futurs de sa population et pilote par concertation ou, à défaut d’investissement du corps médical en place, prenne carrément en charge la création d’une telle structure.

C’est le seul moyen d’attirer à Leucate de jeunes médecins en leur fournissant les moyens d’exercer dans les conditions qu’ils recherchent, en un lieu dont les attraits touristiques sont indéniables.

- Source : http://leucatepourtous.blogspot.fr

Repost 0
Published by Blad
commenter cet article
11 février 2016 4 11 /02 /février /2016 10:56
Repost 0
Published by Blad
commenter cet article
11 février 2016 4 11 /02 /février /2016 10:40
Repost 0
Published by Blad
commenter cet article
11 février 2016 4 11 /02 /février /2016 06:46

Le chef de la diplomatie Laurent Fabius a lancé aujourd'hui un portail internet pour promouvoir l'oenotourisme français et doper les visites de vignobles et de caves par les touristes, un marché de plus en plus concurrentiel.

Pour "montrer l'importance considérable du secteur", le ministre des Affaires étrangères a souligné que "les exportations de vins français (7,6 milliards d'euros en 2014) sont équivalentes à la vente de 114 Rafale", avion militaire français, lors d'une conférence de presse.

Le site bilingue anglais-français www.visitfrenchwine.com, activé ce jour, permet de naviguer entre différentes offres de séjours dans les vignobles, de consulter des fiches d'identité des grandes régions viticoles ou des portraits de vignerons. "Plus qu'un produit, le vin est de plus en plus une culture. Les touristes recherchent des histoires, des produits d'excellence, et à donner un sens à ce qu'ils mangent et boivent. Ce site va contribuer au rayonnement de nos vins et à l'ouverture de nos territoires, et l'objectif est qu'un maximum de personnes, françaises et étrangères, puissent avoir accès à nos produits", a souligné M. Fabius.

En 2010, quelque 3 millions de touristes étrangers ont visité un site français d'oenotourisme, et Laurent Fabius a proposé de "se fixer comme objectif 4 millions pour 2020". Ce sont les clientèles asiatiques et américaines qui enregistrent la plus forte croissance concernant la visite de caves et de vignobles français, de l'ordre "de 10% par an", a indiqué Christian Mantéi, le directeur général d'Atout France, qui souligne également l'importance de la fréquentation "d'une clientèle européenne plus proche, comme les Belges, les Britanniques ou les Allemands.

"Au fil des mois, le site va s'enrichir" pour permettre de partir encore plus à la découverte de "ces beaux paysages de vignes et de ceux qui les façonnent", a résumé Florence Cathiard, présidente du conseil supérieur de l'oenotourisme. Le site a bénéficié du soutien d'une quinzaine de partenaires privés, dont Relais & Châteaux, Möet Hennessy, ou encore les grandes propriétés Château Smith Haut Lafitte ou Château du Clos de Vougeot.

Actuellement, 61% des oenotouristes sont des Français, et 39% des visiteurs internationaux. Leur profil type dressé par Atout France évoque "un public majoritairement de sexe masculin âgé en moyenne de 46 ans et constitué principalement de CSP+. Consommateur régulier de vin (au moins une fois par semaine) à 75%, ce qui est supérieur à la moyenne des Français qui est de 64%".

Source : lefigaro.fr avec AFP.

Repost 0
Published by Blad
commenter cet article

Articles Récents

Liens