Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Polit-Buro.
  • Polit-Buro.
  • : Photos et commentaires des réunions du P.B. Lutte contre le complot des tristes et la morosité ambiante. Objectif: soutien de la viticulture française et des spiritueux.
  • Contact

Texte Libre

Recherche

12 octobre 2008 7 12 /10 /octobre /2008 13:39

Du jeudi 16 octobre au dimanche 19 octobre Coursan fête le vin primeur :

-16 octobre 18h, sortie officiel du vin primeur.
-18 octobre 14 h 30 présentation de Léon Douarche, premier directeur de l'Office International de la Vigne et du Vin par Claude Flanzy ; conférence sur le vin et ses dérivés par Jean-Louis Escudié. 19 h apéro sur le parvis de l'Eglise.

Pour plus de renseignements tel : 04 68 33 50 31 ou 04 68 41 86 20



Aux Halles de Narbonne, honneur aux primeurs, le 18 et 19 octobre, samedi et dimanche : dès 11 h dégustations des vins primeurs, rencontre avec les vignerons et animations dans le cadre de la Semaine du goût.
Rens. 04 68 32 63 99


du 19 au 26 octobre la ville de Lézignan-Corbière fête les primeurs :
mecredi 22 octobre de 8 h à 12 h marché aux primeurs

rens. 04 68 27 10 32

Université de la vigne de vin en Pays Corbières Minervois :

rens. 04 68 43 32 73



Source : L'Indépendant.

Cordialement le Blad.

Repost 0
12 octobre 2008 7 12 /10 /octobre /2008 13:00
L'engouement pour les vins primeurs n'est pas prêt de s'assécher ! Pour étancher la gourmandise des amateurs, cette année l'Aude produira 12 000 hectolitres. Malgré une petite récolte due à la sécheresse estivale, les vins primeurs sont donc de retour avec un bouquet de festivités, animations et dégustations.
Dans tout le département les acteurs de la filières fêteront les vins de pays fraîchement sortis des caves particulières ou coopératives. Les réjouissances débuteront jeudi et se poursuivront jusuq'en novembre.
"Cette année, les vins primeurs sont légers, acidulés et exhalent des arômes de petits fruits frais. Les viticulteurs et les oenologues ont dû travailler vite et avec sagesse pour être prêts le troisième jeudi d'octobre", a souligné Jacques Serre, président du syndicat des vins de pays.


[...]

Pierre Tournier, maire de Lézignan-Corbière à mis en place l'opération Saveurs de l'Aude menée avec la Chambre d'Agriculture et la chambre de Commerce du 16 octobre au 21 novembre.


Source : L'Indépendant.

Cordialement le Blad.
Repost 0
12 octobre 2008 7 12 /10 /octobre /2008 12:54

La vendange 2008 est la plus faible depuis ces trente dernières années. Ele devrait permettre de produire 600 000 hectolitres contre un million en moyenne. Consolation pour les viticulteurs, le vin devrait être de bonne, voire de très bonne qualité. Pour Pascal Chatelus, le millésime sera "très correct, avec des tendances de fraises et de cassis".


Source : Le Progrès.

Cordialement le Blad.

Repost 0
11 octobre 2008 6 11 /10 /octobre /2008 13:51

Le 17 septembre dernier avait lieu, à la cave coopérative, l'assemblée générale ordinaire. La quasi totalité des adhérents étant présente, le président P.Taudou a pu faire son rapport moral et financier.

Bien quela situation soit plus grave que les autres années, la bonne qualité du millésime 2007, petit rendement et état sanitaire parfait, a premis de stabiliser les ventes.

Seul bémol suite à cette crise, qui persiste avec un hausse constante des coûts de productions, la mévente du Corbières rouge générique. La gestion rigoureuse, les sélections parcellaires, l'amélioration de la vinification et l'effort fait par tous à chaque niveau de la production, permet, malgré les fluctuations de récolte, de maintenir une rémunération globale quasiment identiques aux autres années.

Dans son rapport d'orientation, le conseil d'administration, concernant ces vins génériques et face à la sécheresse persistante, propose plusieurs sujets de réflexions pour l'amélioration de ces vins (réencépagement, limitation des rendements, étude sur l'irrigation, reconversion bio).

Après l'approbation des comptes et vote pour le renouvellement des administrateurs sortants, il a été abordé le calendrier des prochaines vendanges. C'est autour d'un buffet que s'est achevée cette assemblée.

Source : L'Indépendant.

Cordialement le Blad.

Repost 0
11 octobre 2008 6 11 /10 /octobre /2008 13:47

Dans sa traditionnelle tournée des caves coopératives, le maire Pierre Tournier ( de Lézignan ) ne pouvait éviter de se rendre à Complong, Homps, Tourouzelle, Fabrezan, Ornaisons et bien-sûr, Montbrun. Cette commune de 305 âmes abrite un cellier où les vignerons cultivent non seulement le raisin, mais aussi la solidarité. C'est ainsi que la cave coopérative d'environ 60 adhérents résiste aux aléas de la filière viticole. Présentations.

"La volonté de se battre".

Dès lors, leur cuvée de prestie "Dame de Colombier" a obtenu la médaille d'or du syndicat du cru Corbières. Quant à la cuvée coquine baptisée "Le point G", elle ne laisse aucun amateur indifférent... Nul doute que la sécheresse de 2008 ne viendra pas à bout d'un tel dynamisme, et que les vignerons de Montbrun continueront à récolter le fruit de leur travail qualitatif.

Source : L'Indépendant.

Cordialement le Blad.

Certes, la récolte n'est pas miraculeuse. Entre 30 et 50 % de raisin en moins cette année. "En revanche, la qualité est exceptionnelle, l'état sanitaire et le degré sont là. Nous espérons que les cours augmenterons entre 15 et 20 euros", confient les vignerons de la cave coopérative présidée par Robert Broto. Depuis cinq ans, la production est stabilisée, autour de 24 500 hectolitres. Le millésime 2008 sera revu à la baisse, mais le cellier entend sortir son épingle du jeu. Car ici, résister coûte que coûte à la crise viticole, c'est une tradition : "Nous avons la volonté de nous battre ! Nous n'adhérons à aucune structure commerciale : c'est notre particularité, notre façon d'être indépendants. Notre unité nous permet de faire face et en 10 ans de direction, Pierre Guitard a accompli un travail exceptionnel. L'arrivée des jeunes, ainsi qu'une gestion intelligente et rigoureuse nous ont évité de sombrer : un million d'euros ont été investis dans divers équipements comme l'achat de cuves neuves ou encore la rénovation de 30 à 40 % du vignoble. Aujourd'hui, nous parvenons à l'amortissement ". Bien sûr, la qualité des vins de Montbrun contribue largement à cette réussite. "Sur les 350 hectares cultivés, 40% sont récoltés en vendanges manuelles dans le but d'élaborer des AOC ".
Repost 0
11 octobre 2008 6 11 /10 /octobre /2008 13:46

Un grand ouf de soulagement s'est entendu dans tout le vignoble bourguignon (environ 25 000 hectares) depuis que le samedi 13 septembre dernier un temps beau et frais a permis d'attein dre progressivement la maturité souhaité des baies. [...]

La climatologie de type acéanique n'épargne pas les professionnels de la vigne depuis le début de l'année. La pluviométrie abondante a offert son lot de prédateurs en tout genre, surtout pendant la floraison de juin : le mildiou, pousse en vert trop abondante, floraison difficile, biotrytis (pourriture)... "Un vigneron doit être aujourd'hui un véritable technicien, capable d'une agriculture raisonnée en anticipant les problèmes et en dosant les solutions", explique Jean-Philippe Gervais, directeur technique et qualité au Bureau interprofessionnel des vins de Bourgogne (BIVB). L'interprofession justement l'a bien compris, se dotant d'un pôle technique d'une dizaine de personnes et renforçant son observatoire du millésime. Ce dernier ne peut toutefois rien face aux orages d'une rare violence qui ont durement touché 2.000 hectares dans le Mâconnais sur le vignoble de Saint-Véran.

Côté commercialisation, l'euphorie des dernières années laisse place à plus de scepticisme. Les baisses du dollar, du yen et surtout de la livre pénalisent les exportations surles principaux marchés du bourgogne. Seules 46 millions de bouteilles ont été vendues au cours du premier semestre, pour un montant de 317,2 millions d'euros, soit une baisse en volume de 9% et de 2 % en valeur. "N'exagérons rien car les Bourguignons s'en sortent plutôt bien depuis le début de l'année ", tempère Louis-Fabrice Latour, président de l'Union des maisons de vins de Bourgogne et grand nom du vignoble. Cet optimiste de nature craint plutôt la période à venir, où les acheteurs étrangers attendent une baisse des cours et retardent au maximum leurs commandes. Les raisons d'espérer proviennent de marché en fort développement comme la Suède et l'Irlande (+12 %), le Brésil (+20 %), l'Australie (+65%) ou encore les pays asiatiques hors Japon (de 20 à 50 %).

 

Source : Les Echos, article de Didier Hugue.

Cordialement le Blad.

Repost 0
11 octobre 2008 6 11 /10 /octobre /2008 13:45

Une cave, quelle que sa taille, constitue un ensemble original qui en dit long sur les goûts, l'esprit et la curiosité du propriétaire. On ne peut que donner à chacun le conseil de suivre ses envies et pour cela de déguster, autant que faire se peut, chez les vignerons.

Les foires aux vins peuvent tout au plus permettre, par le large choix de vins proposés, d'amorcer une cave ou de la compléter. Encore faut-il disposer d'un lieu de stockage adéquat pour conserver les vins dans les meilleurs conditions de température et d'hygrométrie. Les particuliers n'ont eu longtemps que le choix d'un produit électroménager grand public produisant du froid, baptisé "cave à vin". C'est un circuit fermé dans lequel circule un gaz comprimé et dont la décompréssion absorbe les calories. C'est le principe du réfrigérateur. La maîtrise de l'hygrométrie dans ces armoires à vin (plutôt que cave) n'est intervenue qu'assez récemment. Mais il reste des inconvénients : bruits de moteur entraînant des vibrations ou consommation électrique excessive... Certains fabricants proposent un système à absorption, soit une solution chauffée au moyen d'une résistance électique, dont les vapeurs traversent un condenseur puis l'évaporateur, subissant ainsi deux changements d'état. En s'évaporisant, le liquide absorbe des calories et produit du froid, sans l'intervention d'un moteur ni d'un compresseur. Absence de vibration et silence total, ce système est en principe le meilleur ami du vin, si l'on prend soin de bien négocier son tarif EDF. Coût de cette armoire à absorption : entre 1 500 euros (116 bouteilles) et 2 000 euros (200 bouteilles).

La plupart des armoires à vin classiques (type Eurocave, lideur européen) sont maintenant équipées de régulateurs de toute nature, de patins antivibratoires, de filtres à charbons acitfs, de serrures. L'important, c'est l'assurance donnée par le fabricant de garantir les écarts de température entre 10 ° C et 14° C.

Source : Lyon Plus

Cordialement le Blad.

Repost 0
11 octobre 2008 6 11 /10 /octobre /2008 13:44

Septembre et octobre sont désormais les mois fétiches de la vente des vins dans notre pays. Les foires aux vins se multiplient dans les hypermarchés et les réseaux de dsitribution qui assurent près de 75 % de la vente aux particuliers. Les sites internet eux-mêmes tentent de prendre position sur ce marché saisonnier. Alors, faut-il acheter dans les foires aux vins ? A l'évidence oui, puisque l'offre est considérable. Mais, comme pour les soldes, il est plus utile de se demander si on peut y trouver de "bonnes affaires". Il faut d'abord déjouer les arnaques. Depuis 20 ans, le formidable développement de cette forme de vente a mis en évidence de sérieux problèmes, régulièrement relevés pazr la DGCCRF (Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes) qui multiplie les contrôles. Chaque année, la disponibilité réele des vins annoncés, la concorde entre les prix affichés et ceux pratiqués, la qualification des bouteilles les plus vue sont sources de litiges.

C'est fâcheux lorsqu'une enseigne, par ailleurs respectable, annonce tel ou tel grand cru classé réputé introuvable est disponible à prix écrasé. Or, sur le stand, les caisses ou les cartons sont vides. Les raisons avancées sont toujours les mêmes : livraisons non parvenues, rayons en cours de réapprovisionnement. Mais il faudra le démontrer aux inspecteurs des fraudes, sinon gare aux poursuites pour publicité mensongère ! Un autre cause, plus sournoise, est l'organisation de dégustation réservées à quelques privilégiés la veille du démarrage de l'opération, avec priorité d'achat, qui peut être à l'origine de l'indisponibilité de certaines bouteilles. Presque banale est l'indication sur le catalogue d'un millésime qui ne correspond pas à celui du vin proposé sur le linéaire. Or, d'une année sur l'autre, à cause des intempéries ou pour toute autre raison, un millésime peut être totalement différent des années précédentes.

Il y a peu de temps, des mentions valorisantes ont été relevées, telles que la représentation d'un vin AOC Fitou comme "grand vin strictment naturel" alors que ce vin ne provenait pas de raisins produits selon la méthode de l'agriculture biologique ; autre anomalie, l'indécision "raisin issu de l'agriculture biologique" figurant sur un étiquette qui précisait "vin issu de raisin en deuxième année de conservation vers l'agriculture biologique" ; et encore un nom de domaine fictif sur l'étiquette d'un vin AOC Pouilly-Fuissé. Fraude manifeste, les catalogues de deux enseignes proposaient des vins avec médailles sans indication de l'année d'obtention ni du concours correspondant à la distinction, alors que ces indices sont strictements réglementées. Dans un enseigne réputée, la publicité faisait référence à une médaille d'or du Concours général agricole alors que la distinction obtenue par une bouteille était une médaille du meilleur rieslings du monde, distinction assez mal définie.

[...]

Source : Lyon Plus, article de Jean-Claude Ribaut.

Cordialement le Blad.

Repost 0
11 octobre 2008 6 11 /10 /octobre /2008 13:43

A quelques pas du Grand-Saint-Charles, entre la Ville et la Cité de Toulouse, le silence peut paraître irréel. Nous sommes dans les vignes de ce clos joliment nommé Orline : parce qu'il est situé à Orle, aujourd'hui un quartier de Parpignan, pourtant ancien village et site archéologique riche d'histoire. Un vieux mas catalan, sur terroir graveleux et de galets roulés. Les vins blancs - dépourvus de tanins - en apportant une note de fraîcheur subliment les fromages, alors que les tanins des vins rouges les écrasent pour la plupart. L'acidité des blancs secs, à condition qu'ils soient frais et fruité, avec une belle expression s'opposera au gras du crottin de chavignol, à sa texture souple et crémeuse. Ce fromage se mariue idéalement avec un cru de son terroir d'origine, un sancerre blanc, un sauvignon. Mais il trouvera aussi son bonheur dans la gamme du clos Orline où, depuis une dizaine d'années, Jean-Marie Soulage souvent récompensé pour son côtes-du-Rousillon rosé (il vient d'obtenir le Bacchus 2008), élabore un muscat sec aromatique qui composera une harmonie intéressante avec les saveurs caprines du chavignol, légères au printemps plus prononcées en automne. Sur un fromage un peu plus affiné, quand la croûter devient bleutée, la pâte plus sèche, on tentera un rouge du domaine, un vin de pays, sur le fruit fraîcheur, qui apportera une note épicée.

Vins de pays des côtes catalanes : muscat sec, 4 €. Jean-Marie Soulage, Clos Orline 3202, chemein de Mailloles à Perpignan Tel : 04 68 85 01 42 - 06 07 11 52 24

Source : L'Indépendant, Article de Daniel Bailbé.

Cordialement le Blad.

Repost 0
11 octobre 2008 6 11 /10 /octobre /2008 13:41

Le vin bio : Mythe ou Réalité.

Ce livre explique les origines ésotériques de l'agriculture bio et montre l'évolution depuis un siècle des différents courants du mouvement, de la biodynamie la plus absolue jusqu'au retour du bon sens agronomique. Des témoignages montrent la diversité des sensibilités et des pratiques. Jean-François Bazin a présidé la région Bourgogne. On lui doit de nombreux ouvrages sur le vin. Editions Dunod - 19 €

Le guide des vins bio : Connaître, choisir et déguster.

Un ouvrage conçu de façon simple pour répondre à toutes les interogations concernant la viticulture biologique : qu'est-ce qui caractérise un bio ? Comment travaillent les viticulteurs ? Les auteurs ont sélectionné et mis en fiches près de 250 crus dans les régions viticoles. Editions du Rouerge - 21 €

 

Guide Solar des vins bio.

Pour sa deuxième édition, ce guide présente 600 vins bio français dégusté à l'aveugle et notés par un jury de pro. Les vins dégustés proviennent de 250 domaines, classés par région et par appellation. Cet ouvrage est dirigé par Evelyne Malnic, auteur de nombreux ouvrages sur le vin, avec Georges Lepré, sommelier et Valérie de Lescure, dégustatrice. Ed. Solar - 25 €

Vin bio mode d'emploi - du vin bio au vin naturel.

Qu'est-ce que le vin bio aujourd'hui ? L'auteur répond d'une part en plaçant le vin bio par rapport à la règlementation se rapportant au mode de production biollogique et en présentant d'autre part les façons de bien différentes de faire le vin, selon une philosophie bio ou non, en fonction du résultat recherché. Jérôme van der Putt anime un cours de vin bio de vin bio depuis plusieurs années. Ed. Jean-Paul Rocher - 15 €

Source : L'Indépendant.

Cordialement le Blad.

Repost 0

Articles Récents

Liens