Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Polit-Buro.
  • Polit-Buro.
  • : Photos et commentaires des réunions du P.B. Lutte contre le complot des tristes et la morosité ambiante. Objectif: soutien de la viticulture française et des spiritueux.
  • Contact

Texte Libre

Recherche

20 décembre 2008 6 20 /12 /décembre /2008 09:51

Attention bande de putes, pour ceux qui seraient encore intéressé par le phénomène Vendetta, si si y en a encore, ce soir sur BFM TV entre 19 h et 20 h, notre vedette internationale, que dis-je intergalactique sera sur nos écrans. Peut-être un renouveau de ce ... heu ... comment dire ? Je sais pas, de ce truc.


Je sais, c'est pas bien, c'est nul, c'est une coquille vide, mais je suis devenu, à mon corps défendant vendettaddict, c'est grave docteur?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Source : www.mickaelvendetta.skyrock.com et street reporter

 

Cordialement le Blad.

Repost 0
19 décembre 2008 5 19 /12 /décembre /2008 08:38

Les ventes de vin américain ont supplanté pour la première fois celles de vin français cette année au Royaume-Uni, en raison notamment de la popularité du rosé californien, selon la société d'études de marchés Nielsen. Le vin australien reste toutefois largementen tête des ventes outre-Manche.

 

Source : Les Echos.

 

Cordialement le Blad.

Repost 0
19 décembre 2008 5 19 /12 /décembre /2008 08:27

La coopérative de la Vigneronne et la municipalité ont convié la population des villages dont elle regroupe les récoltes à venir decouvrir les vins nouveaux 2008. Le président Escamez rappellait que malgré la crise viticole actuelle les vignerons ne cessent d'améliorer leurs vignes, leurs cépages et que l'arrachage est le cri du coeur de la profession. Le directeur annonçait les chiffres de la récote 2008 soit 100 022 hl récoltés sur 1 40 ha de vignes avec Raissac, Ville daigne, St-Nazaire, St-Marcel, Paraza et Canet. La réciolte a subi les effets de la sécheresse. Le maire revenait l'hommage  rendu à Léon Douarche, précurseur dans l'élaboration du vin. Il apportait aussi son soutien aux viticulteurs et se désolait de voir la campagne parsemée de friches et de vignes arrachées. Pierre Tournier, maire de Lézignan, félicitait la cave coopérative qui, chaque année, participe au vin prileur, soutien les viticulteurs dans leur combat et leur lutte pour produire toujours unmeilleur cru. M.Escamez proposait que chacun déguste les échantillons de vin nouveau en remerciant le club du Chêne vert pour avoir assuré la cuisson des châtaignes.


Source : L'Indépendant.

Cordialement le Blad.

Repost 0
19 décembre 2008 5 19 /12 /décembre /2008 08:14

Les adhérents de la cave coopérative "Les Celliers de l'Ausssou" étaient conviés à venir rendre compte que les efforts qu'ils ont fournis tout au long de l'année ont porté leurs fruits. Patrice Godel, le directeur de la cave, Chrisitan Boulouis, et l'oenlogue Marc Dubernet ont invité les les participants à gouter les vins nouveaux du millésime 2008. La sécheresse de cet été, la plus sévère depuis 1976, a permis aux viticulteurs d'apporter des raisins dans un excelents état sanitaire. D'autre part, ils ont bien suivi les consignes d'apport du conseild'administration, pour attendre la complète maturité, et obtenir ainsi des vins avec des arômes complexes, puissants et avec des tanins bien fondus. De plus, l'évolution du matériel de vinification de la cave, grâce à un système de flottation, a également contribué à améliorer la qualité du vin. Le fait de débarrasser le moût des matières en suspension, donne un meilleur jus avant fermentation, pour les blancs et les rosés, permettant ainsi de préserver plus d'arômes. Et c'est ce que le consommateur attend. La dégustation des vins nouveaux proposée concernait  variétés de crus en blanc,  3 en rosé et 3 en rouge.
Toute les précisions apportées par l'oenologue sur la robe, sur les couleurs et sur les saveurs de ces vins confirment l'excellente qualité de ce millésime et le savoir-faire des adhérents.

Source : L'Indépendant.


Cordialement le Blad.

Repost 0
18 décembre 2008 4 18 /12 /décembre /2008 09:57

Les vendanges 2008 devraient être les moins abondantes depuis plus de quinze ans de France, selon Vinifhor, l'office interprofessionnel du vin et de l'horticulture. En cause : le mauvais temps, les malades telles que le botrytis et l'arrachage de pieds de vigne. La récolte devrait être inférieure à 43 millions d'hectolitres, ce qui la met au plus bas niveau depuis 1991, année de gel. Elle sera en retrait de 17 % à la moyenne quinquénnale 2003-2007. Les professionnels craignent une forte pression sur les prix de la partde la grande distribution, face à une demande en berne. "Le marché est arrêté", constate Françoise Brugière, de Vinifhor. Selon elle, "les producteurs ne veulent pas vendre car ils espèrent une augmentation des prix, mais la grande distribution comme les ecportateurs ne sont pas prêts à accepter ces hausses ".

 

Source : Les Echos.

 

Cordialement le Blad.

Repost 0
18 décembre 2008 4 18 /12 /décembre /2008 09:33
C'est parce qu'on la dirait peinte, avec sa robe à pois blancs, qu'elle a été baptisée pintada, par les Portugais qui l'ont raportée dAfrique ! La chair ferme, parfunée, légèrement musquée de la pintade, cette volaille pharaonne comme disent les Italiens, mérite la finesse des vins de ce château à la sobre élégance classique. Le château de Saü, au pied des Aspres, dans la famille Passama depuis 1846, produit des vins qui lui ressemble, élégants et classiques. Avec son épouse Béatrice, Hervé Passama qui s'est engagé depuis plusieurs années dans une démarche de qualité totale, de la vigne à la bouteille, réalise ces vins, ceux du château et ceux du Mas dela Ville voisin, qui s'accorderont à la volaille : aussibien un côtes-du-roussillon - une cuvée réservée très expressive - que la gamme de Sao, particulièrement son merlot. Un vin ample, aux arômes de fruits rouges, dont la puissance s'adoucit quelque peu en bouche. Avec une pintade aux citrons confits on restera sur le rouge, mais on pourra apprécier aussi le blanc de Sao, issu de vielles vignes degrenache gris, sur des rendements faibles de l'ordre de 25 hl/ha, vinifié et élevé en barriques de chêne : un nez d'agrumes avec des notes subtilement miellées, de la rondeur etune jolie charpente. Juste par gourmandise, on dégustera encore le rivesaltes ambré hors d'âge du domaine : une bouteille par souche !

AOC côtes-du-roussillon : cuvée réservée 2005, 6,50 euros
Vins de pays des côtes-catalanes : Sao merlot 2003, 4,80 euro, blanc 2006, 5,00 euros
AOC rivesaltes ambré 17,50 euros
Hervé et Béatrice Passama -Château de Saü à Thuir (PO)
Tel : 04 68 53 21 74 - chateaudesau@aol.com

Source : L'Indépendant.

Cordialement le Blad.
Repost 0
17 décembre 2008 3 17 /12 /décembre /2008 09:45
Un marché aux vins tel que celui de Chavanay, c'est tout à la fois un énorme enjeu commercial )à l'approche des fêtes de fin d'année. Et un salon oùest décliné toute la gamme des cuvées qui expriment les singularités du terroir. En tout une cinquantaine de vignerons expriment ici, chaque année leur amour et leur sensibilité, le sens qu'ils donnent à leur travail de la vigne. De la cuvée très familiale àcelle plus internationale des conquérants, les vins de terroir sont un regard nouveau sur la vie et le monde. Un regard qui pétille d'intelligence à déguster toute la subtilité des arômes. Qu'ils soient de violette -et même dit-on de verveine - pour le condrieu qui exhale aussi le chevrefeuille et l'abricot. Qu'ils soient de cassis et de fruits sauvages pour le saint joseph rouge ou de fleurs blanches pour le saint-joseph blanc, ils déroulent les paysages, du Pilat rhodanien. Comme ces deux cotes que l'on dit roties, l'une brune et l'autre blonde, qui sont très àla mode et retiennent à merveille les reflets dorés du soleil. Ou ces crozes-hermitage que l'on va chercher un peu plus au sud. Vendredi dernier, le marché a été ouvert par de nombreuses personnalités qui chaque année, célèbrent la qualité du travail des vignerons. Tous ont relevé le goût de la pasion révélé en bouche par ces grands crus. Une passion ô combien conciliable avec des fêtes defin d'année qui célèbrent la joie des retrouvailles et les espoirs nouveaux.
Que les tanins et les robes, les bouquets, la puissance etla délicatesse accompagnent merveilleusement ces fêtes ! C'est le voeu unique et commun de tous les viticulteurs rassemblés en cette fête, qui nous invitent à faire une coupure de convivialité. Pour mieux rebondir sur une ouvelle année pleine de vitalité.


Source : Le Progrès, article de Nicole Dupain.

Cordialement le Blad.
Repost 0
17 décembre 2008 3 17 /12 /décembre /2008 09:35

La cuvée prestige R. Lalou Mumm 1998 permet de faire revivre les menus de légende d'hier, grâce àdes chefs d'aujourd'hui, "en l'associant à tous les plats" soulignait Christophe Regi directeur France/Europe des Champagne Mumm lors d'un déjeuner chez Christophe Marguin. Le chef des Echets - un des douze "ambassadeurs" choisis par la prestigieuse maison champenoise dans toute la France - avait pour l'occasion un menu servi à l'Elysée le 7 avril 1967 : filet de soie de sole Colbert et selle d'agneau de Pauillac rôtie, bouquetière de légumes, pire pochée aux morilles.
Ce premier millésime R.Lalou est une sélection parcellaire (sept parceles de grands crus, fruit d'un assemblage réunissant à égalité inot noir et chardonnay et d'un vieillissement de dix ans. De quoi combler les amateurs et fins gastronomes.

Source : Le Progrès.


Cordialement le Blad.

Repost 0
16 décembre 2008 2 16 /12 /décembre /2008 10:19
Une bonne partie du grupe de la section oenologie de l'association des Amis du vieux Brignais se sont retrouvés autour d'une bonne table pour terminer l'année en beauté au champvalon. Sélectionnés par "Maître oenologue" Médéric Béniat, qui a animé toutes les rencontres mensuelles, les vins accompagnaient savamment les mets choisis.
Accompagnés souvent de leurs conjoints ou conjointes, les élèves ont beaucoup parlé de leurs nouvelles connaissances en oenologie et la plupart sont prêts à recommencer une nouvelle session.
Une bonne ambiance à régné autour de la table et les responsbles, Jeanine Gilardone, présidente et Michel Crozier, vice-président, pensent à une poursuite de cette nouvelle section qui à dès cete première année très bien fonctionné.
A noter deux dates : l'assemblée générale des Amis du Vieux Brignais le 17 janvier 2009 au Briscope et  les repas de la Saint-Vincent début février.

Source : Le Progrès.

Cordialement le Blad.
Repost 0
16 décembre 2008 2 16 /12 /décembre /2008 09:39

Le site de l'INRA-Pech Rouge a deux visges. Le plus connu, celui que des milliers de visiteurs découvrent chaque année, c'est la Cité de la Vigne et du Vin. Mais au côté de ce formidable outil pédagogique, le site héberge pas moins de 40 scientifiques travaillant dans des conditions optimales. "Nous laboratoires sont d'un haut niveau européen", affirme Thierry Sfiggia, directeur de Pech Rouge. C'est cet univers habituellement fermé que les visiteurs ont été invités à découvrir tout long de la semaine du 19 novembre, à l'occasion de la Fête de la Science.


Expérience de terrain.

 

Le concept est simple : chaque matin et chauqe après-midi, un chercheur acceuille le public  sur son lieu de travail et explique en  direct son sujet d'étude.
"Nous voulons que les gens soient dans le vrai ", insiste Thierry Sfoggia. "Mais nous voulons aussi qu'ils aient une image moins floue des scientifique. Ici, il n'y a  pas que des ingénieurs ou des doctorants ! Pas besoin d'avoir 25 ans recherche ! " Uneinformation à même, peut-être, de relancer quelques vocations...
Le 17 novembre les viteurs ont pu ainsi faire la connaissance de Flor-Etchebarne. Jeune biologiste péruvienne, elle soutiendra sa thèse le 9 décembre à Montpellier. Ce sera pour elle l'aboutissement de trois années d'études et de recherches... ralisées dans leur totalité sur le site de Pech Rouge. C'est d'ailleurs sur les collines surplombant les bâtiments, au milieu des vignes, qu'elle a expliqué à l'assitance (dont une classe du lycée hôtelier Léon Blulm de Perpignan) le fruit de son traval. "Ma thèse porte sur  l'écophysiologie de la vigne ", explique Flor Echebarne. "Concrètement, il s'agit d'analyser l'influence de l'irrigation et du couvert végétal sur la baie de raisin. Plusieurs articles scientifiques avancent quela surface foliaire favorise une meilleure concentration du sucre : j'ai voulu vérifer cette hypothèse. " Une théorie confrontée à la pratique dans les rangées de vigne de l'INRA, via une stricte méthodologie.

"J'ai travaillé sur des ceps totalement équilibrés ", précise la chercheuse. "De l'un à l'autre, j'ai fait varier le degré d'irrigation et la hauteur de couvert  végétal." Les résultats surprennent : "Les analyses des grappes prélevées montrent des taux de sucre similaires, même quand le nombre de feuilles limité ne permet pas une photosynthèse importante." Des recherches complémentaires réveleront que la vigne puise alors dans ses reserves pour alimenter son fruit.
"D'où l'importance des rameaux secondaires ", insiste Flor Etchebarne. "Ils jouent un rôle majeur pour l'alimentation de la grappe, mais aussi pour la constitution de ces fameuses réserves ".
Un exposé certes synthétique, mais qui démontre déjà à quelpoint la science et la recherche peuvent optimiser le travail du vigneron et la qualité du sang de la terre.

Source : L'Indépendant.

Cordialement le Blad.
 

Repost 0

Articles Récents

Liens