Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Polit-Buro.
  • Polit-Buro.
  • : Photos et commentaires des réunions du P.B. Lutte contre le complot des tristes et la morosité ambiante. Objectif: soutien de la viticulture française et des spiritueux.
  • Contact

Texte Libre

Recherche

24 mai 2009 7 24 /05 /mai /2009 15:05

Le vin attire les jeunes élites. Toutes les grandes écoles affichent d'impressionnantes soirées de dégustation et leurs clubs œnologie font salle comble. En toute modération, maisavec une passion certaine.

Grande soirée organisée par le club œnologie de Télécom ParisTech, une grande école d'ingénieurs basée à Paris. À l'étude, les crus classés de sauternes 2004. Pour la circonstance, Bérénice Lurton, présidente de l'association des crus classés et propriétaire du Château Climens, ainsi que Pierre Montégut, directeur technique du Château Suduiraut, avaient fait spécialement le déplacement : « J'adore cette atmosphère studieuse et ces jeunes très concentrés qui cherchent à apprendre », souligne Bérénice Lurton, très étonnée du public très cosmopolite où des élèves étrangers de tous pays côtoient les élèves français.

Jérôme Hildenbrand, élève de 2e année et organisateur de la soirée, précise : «Nous faisons salle comble à chaque fois et nous sommes obligés de refuser du monde. Et pourtant nous multiplions les soirées !» Il est vrai qu'avec les visites des plus grands châteaux bordelais tels que le domaine de Chevalier ou encore de Pichon-Lalande, mais aussi des plus grands noms de la viticulture mondiale comme Vega Sicilia, le ténor espagnol, le programme est des plus alléchants et fait rêver tous les amateurs de vins.

 

De mémorables joutes

 

Le programme est tout aussi ­attirant à Normale Sup, qui a reçu le Château Pontet-Canet, le champagne Henriot ou le ­Château Pibarnon, ou encore à HEC Grand Cru ou Sciences Po Millésime dont les clubs ­fonctionnent déjà depuis une vingtaine d'années. Habitués des concours, tous ces brillants esprits se confrontent lors de joutes mémorables. La demi-finale de l'édition 2009 du fameux concours 20 sur Vin organisé par la Commanderie du Bontemps, de Bordeaux, à destination des grandes écoles aura lieu le 27 avril à l'ESCP-EAP (Sup de Co) à Paris. Les éliminatoires se composeront de dix questions à choix multiples, un exposé de deux minutes et une épreuve de dégustation à l'aveugle. Les ­quatre équipes sélectionnées se ­confronteront sur une nouvelle dégustation à l'aveugle. Les deux finalistes se retrouveront ensuite en juin dans le cadre grandiose de château Lafite-Rothschild où ils seront opposés à Oxford et Cambridge, de redoutables concurrents.

Les anciens de ces grandes écoles sont naturellement mis à contribution. Frédéric Brochet, normalien, auteur d'une thèse brillante sur la dégustation et par ailleurs producteur de vins dans le Poitou, est allé présenter ses vins dans son école «avec un plaisir évident». Certains élèves franchissent même le pas. Passionné et animateur du club, Axel Marchal est parti faire une thèse de doctorat en œnologie à Bordeaux après ses études à Normale Sup.

Ces soirées tournent-elles en beuverie ? Pas le moins du monde. Si les grandes écoles ont mis au point une charte pour limiter les consommations d'alcool lors des soirées étudiantes, il n'a jamais été constaté le moindre dérapage dans les clubs d'œnologie. «Une charte, pour quoi ­faire ?» tombe des nues Jérôme Hildenbrand. L'éducation est la meilleure des préventions.

Source : www.lefigaro.fr


Cordialement le Blad.

Repost 0
23 mai 2009 6 23 /05 /mai /2009 09:47

0-0 score final entre Tours et Montpellier. Le MHSC est 3e. Match décisif la semaine prochgaine où il faudra absolument gagner.

 

Source : www.mhscfoot.com

 

Cordialement le Blad.

Repost 0
Published by Blad - dans MHSC
commenter cet article
23 mai 2009 6 23 /05 /mai /2009 07:34


2eme jour de Sol y Fiesta.

Cordialement le Blad.
Repost 0
22 mai 2009 5 22 /05 /mai /2009 11:42


Première journée de Sol y Fiesta à Leucate.


Cordialement le Blad.
Repost 0
22 mai 2009 5 22 /05 /mai /2009 07:28

En l'espace de trois ans, la consommation de vin en France a baissé de plus d'un million d'hectolitres, selon les chiffres d'une étude Xerfi publiée mardi 12 mai. Le cabinet d'études estime néanmoins que le marché du vin pourrait sortir de l'eau la tête grâce au bio. Les offres de vins bio sont appelées à se multiplier dans les grandes surfaces. Aujourd'hui, 25 % des acheteurs de produits bio seulement se fournissent en vins biologiques dans ce secteur de distribution.

Selon Xerfi, "la croissance des ventes de vins bio en grandes surfaces apparaît donc comme un levier de croissance très important pour le marché".

Des mesures gouvernementales contribueront aussi à développer l'offre des vins bio en France. Ainsi, le plan "Agriculture bio, horizon 2012" vise à tripler les surfaces consacrées à l'agriculture biologique pour atteindre 6 %, rapportent les experts de Xerfi.

La consommation de vin en France a baissé de plus d'un million d'hectolitres entre les saisons 2005-2006 et 2007-2008. Selon les prévisions de Xerfi, la chute devrait être encore plus brutale pour les années 2008-2009, avec 31,6 millions d'hectolitres de vin consommés par les Français.

De son côté, le cabinet d'études ISWR révélait en mars dernier, dans une enquête réalisée pour le salon Vinexpo, que la consommation de vin en France avait baissé de 2,94 milliards de litres en 2007 par rapport à 2003 (- 7,58 %).

Pour les experts d'ISWR, le recul devrait ralentir entre 2008 et 2012 de 2,18 %. À l'horizon 2012, les Français devraient consommer 316,189 millions de caisses de vin, soit 55,8 litres en moyenne par an et par habitant.

Le cabinet ISWR a conclu son étude en estimant que les conséquences de la crise actuelle sur la filière vins et spiritueux seront "globalement limitées".

Source : www.lepoint.fr

Cordialement le Blad.

Repost 0
21 mai 2009 4 21 /05 /mai /2009 07:15

Dans son nouveau réglement sur la vigne et les vins de Genève, le Conseil d'Etat a adapté les dispositions viticoles cantonales au droit fédéral. Ce faisant, parmi les trois classes de vins définies au plan national, les "vins de pays" et les "vins de table" sont dorénavant régis par la Confédération. Seuls les vins d'appellation d'origine contrôlée (AOC) restent du domaine des cantons. Dans ce contexte, afin de préserver une pratique traditionnelle, l'interdiction d'utiliser des copeaux de bois de chêne dans le cadre de la vinification des vins AOC est désormais ancrée dans la réglementation genevoise. Cette pratique avait été autorisée provisoirement pour les millésimes 2007-2008.

La révision imposée par l'évolution du droit national a également été l'occasion d'une refonte de la structure des AOC genevoises. Parmi les soixante-sept appelations existant actuellement, seules vingt-quatre subsistent: vingt-trois "AOC premier cru", et une "AOC cantonale" (AOC Genève). Selon le Conseil d'Etat, ceci permettra de renforcer l'image des AOC genevoises et leur promotion.

Enfin, dans le but de promouvoir davantage la qualité des vins genevois, les exigences en matière de teneur naturelle en sucre, de rendement à l'unité de surface et de cotation à la dégustation ont été sensiblement accrues pour l'ensemble des AOC.


Source : article de Fabien Kuhn  www.tribunedegeneve.com


Cordialement le Blad.

Repost 0
21 mai 2009 4 21 /05 /mai /2009 07:09
Steaua Bucarest 1 - 2 Rapid Bucarest


Spadacio auteur des buts Bucarestiens.

Source : www.liga1.com


Cordialement le Blad.
Repost 0
20 mai 2009 3 20 /05 /mai /2009 16:08

Randonnée de Bacchus :





















Braveheart



Jojo



Le manu


Le Blad











Cordialement le Blad.
Repost 0
20 mai 2009 3 20 /05 /mai /2009 07:31

Cellier du Languedoc Vins Distribution (CLCD) a annoncé que dans un souci de transport durable du vin, il n’allait plus faire appel au « tout routier » et favoriser le transport par rail, une alternative jugée « écologique pour le transport des vins du Languedoc.

 

Dans un souci de protection de l’environnement, les Celliers du Languedoc Vins Distribution (CLVD) ont en effet décidé de revoir leur mode de livraison et de ne plus utiliser, « dans la mesure du possible », le « tout routier ».

Cordialement le Blad.

Repost 0
19 mai 2009 2 19 /05 /mai /2009 17:42

Par Jean-François Rosnoblet

MARSEILLE (Reuters) - Berceau du vin rosé en France, la Provence s'est lancée dans une croisade contre "l'hérésie" consistant à couper du vin blanc avec du vin rouge, technique à laquelle l'Union européenne s'apprête à donner son feu vert.

Du petit producteur aux hommes politiques, tous partis confondus, la mobilisation est totale avant la décision finale des experts des Vingt-Sept sur ces nouvelles pratiques oenologiques, attendue le 19 juin à Bruxelles.

Sur le fronton du conseil régional de Provence-Alpes-Côte d'Azur (PACA), dirigé par le socialiste Michel Vauzelle, une immense banderole a été déployée pour la défense du terroir.

De son côté, le conseil de la communauté du pays d'Aix présidé par Maryse Joissains (UMP), qui regroupe 34 communes, a voté à l'unanimité le principe d'une plainte pour "contrefaçon" au cas où l'UE confirmait l'autorisation du coupage.

Ironie de l'histoire, la France avait voté en faveur de cette autorisation du coupage le 27 janvier dernier lors d'un vote indicatif avant de changer son fusil d'épaule devant l'émotion suscitée dans l'Hexagone par cette proposition.

La décision a été reportée après les élections européennes du 7 juin pour ne pas "polluer" la campagne.

En France, le vin rosé s'obtient par une brève macération de la pulpe et de la peau de raisins rouges. Les trois quarts de la production française viennent de Provence. La Loire, le Bordelais, la Corse et le Sud-Ouest en produisent aussi.

De son côté, le vin rosé de coupage serait issu du mélange de 98% de vin blanc et 2% de vin rouge, pratique aujourd'hui utilisée en Afrique du Sud, aux Etats-Unis ou en Australie.

L'IMAGE DE LA PROVENCE EN JEU?

Avec le soutien de la Hongrie et, tardivement de la Grèce, la France est isolée dans son combat contre le "rosé coupé" et, même si elle entend se battre, le combat paraît perdu d'avance.

Elle devrait néanmoins obtenir le droit d'étiqueter ses flacons "vin rosé traditionnel" ou "vin rosé véritable".

L'objectif recherché par la Commission européenne, à l'origine de la proposition, est de permettre aux viticulteurs européens de concurrencer l'Afrique du Sud, l'Australie ou encore le Chili sur les marchés d'exportation, comme en Asie.

Même si la couleur du vin coupé se rapprochera "de très près" de celle des vins traditionnels, "nous n'aurons pas les arômes spécifiques du rosé qui sont obtenus par des cépages noirs et par une vinification particulière", assure Gilles Masson, directeur du centre de recherches et d'expérimentation sur le rosé, le seul au monde à être consacré au breuvage.

Il s'agira tout simplement "d'un vin colorié", dit-il.

François Millo, directeur du Conseil interprofessionnel des vins de Provence (CIVP), redoute des conséquences graves pour la filière et la "dénaturation de l'image de la Provence".

"Au-delà du déséquilibre du marché, on craint la perte de confiance du consommateur qui, abusé par la couleur du rosé de coupage, va acheter un vin blanc tâché de rouge", estime-t-il sans perdre espoir. "On peut concurrencer le rosé de coupage en faisant de la qualité. On n'est pas obligé de céder au lobby du négoce international", lâche-t-il.

"SÉISME" ÉCONOMIQUE

A ses yeux, le projet n'est qu'un paravent "pour permettre à certains opérateurs de profiter de la montée du rosé pour caser des stocks de vin blanc difficilement vendables".

Le 26 mai à Bruxelles, les viticulteurs français tiendront une conférence de presse commune avec leurs homologues espagnols, italiens, allemands et suisses.

En attendant, ils investissent internet. Sur le site coupernestpasrose.com, une pétition a déjà recueilli près de 30.000 signatures.

Sur le plan économique, l'enjeu est de taille car le marché du vin rosé est en pleine expansion à l'inverse des vins rouges et blancs qui se vendent mal.

Le vignoble provençal représente 12% du vignoble français. La région consacre 85% de sa production au rosé, qui pèse 10% de la production mondiale.

Michel Vauzelle, président de la région PACA, parle même d'un "séisme" à venir à cause de cette "hérésie". "Une telle décision mettrait en péril des milliers d'emplois", estime-t-il.

Selon François Millo, "6.000 emplois seraient directement impactés par cette mesure, 25.000 de manière indirecte".

Si elles sont approuvées le 19 juin, les nouvelles règles européennes entreraient en vigueur le 1er août.

Avec Julien Toyer, Laure Bretton, Noemie Olive, édité par Yves Clarisse


Source : www.reuter.com

Cordialement le Blad.

Repost 0

Articles Récents

Liens