Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Polit-Buro.
  • Polit-Buro.
  • : Photos et commentaires des réunions du P.B. Lutte contre le complot des tristes et la morosité ambiante. Objectif: soutien de la viticulture française et des spiritueux.
  • Contact

Texte Libre

Recherche

10 août 2009 1 10 /08 /août /2009 11:29

Passage de relais entre la Reine des vins 2008, Frédérique Baltzinger (à gauche), et la nouvelle, Christelle Risser (au centre, avec la cape). Photo V. M.
La 62 e édition de la Foire aux vins de Colmar a été inaugurée hier soir en présence du nouveau préfet du Haut-Rhin Pierre-André Peyvel.
 
 
« Un petit verre de vin d’Alsace, c’est comme une robe légère, une fleur de printemps, c’est le rayon de soleil qui vient égayer la vie. » La métaphore de Christian Dior a été reprise hier par Anne Kuntzmann, dauphine de la Reine des vins d’Alsace 2008, lors de l’inauguration de la Foire aux vins de Colmar. Quelques instants plus tôt, la Reine 2008 Frédérique Baltzinger avait, dans un discours « revendicatif », appelé à l’arrêt de la surenchère législative qui pénalise la viticulture (Lire ci-contre).

Une nouvelle équipe d’organisation, une nouvelle image, un nouveau feeling… « Pour une Foire formi, formidable… », a lancé l’animateur de la cérémonie d’inauguration, faisant référence à la chanson de Charles Aznavour. Christophe Crupi, directeur de la Foire, a rappelé l’importance de l’événement, qui attend 250 000 visiteurs cette année et dont le chiffre d’affaires a été évalué à 4,2 millions d’euros en 2008. Avec les nombreuses innovations proposées dès cette année (Nuit blanche avec le DJ David Guetta, parade américaine, soirées à thème, spectacles de music hall…), le nouveau président du Parc des expositions Bertrand Burger entend développer la Foire de Colmar. Il a souligné les gros investissements de la Ville : couverture du théâtre de plein air (1,1 million d’euros) et parking sud réhabilité (200 000 €).

Tribune politique

La foire, c’est aussi une tribune pour les personnalités politiques et économiques du Centre-Alsace. Le président de la CCI Colmar Sud-Alsace, Gérard Fellmann, s’est inquiété du dévissage du taux d’occupation des établissements hôteliers, avec une baisse de 8 % en juin par rapport à 2008. Pariant sur un rebond progressif de l’économie, il a indiqué que la fréquentation de la Foire et son chiffre d’affaires sont de bons indicateurs pour évaluer la santé économique du Haut-Rhin. Le maire de Colmar s’est fait, de son côté, le porte-parole de la filière maïs, qui « vit une catastrophe ». Gilbert Meyer s’est ensuite inquiété de la mise en œuvre du projet de suppression de la taxe professionnelle, qui « pourrait hypothéquer la capacité d’investissement des collectivités locales, hautement nécessaire aux côtés de l’État en cette période difficile ».

Enfin, c’est le nouveau préfet du Haut-Rhin, Pierre-André Peyvel, qui, pour sa première sortie officielle, a conclu en espérant que la Foire aux vins soit « le rayon de soleil » dont tout le monde a besoin en ce moment…


Source : www.lalsace.fr Patrice Barrère

Cordialement le Blad.

Repost 0
9 août 2009 7 09 /08 /août /2009 11:25


Cordialement le Blad.
Repost 0
Published by Blad - dans MHSC
commenter cet article
9 août 2009 7 09 /08 /août /2009 10:48

Nul encourageant du Montpellier Hérault, même si tout n'est pas encore parfait. Réduit à 10 lors de la 1ere mi temps, le N°7 parisien, Giuly marque à la 72e minute, 1-0. Mais grâce à Emir Spahic, Montpellier revient à égalité à la 93e minute.

Emir Spahic, auteur du but égalisateur.


Voici quelques photos du match :

Paillade 91.


Supporters parisiens, qui se sont révélés à la hauteur de leur réputation, c'est-à-dire détestable. En effet dès leur sortie des tram, ils oont trouvé rien de moins intelligent que de jeter des fumigènes sur les supporters montpelliérains...


Joueur parisien.

Coup franc montpelliérain.

Cordialement le Blad.
Repost 0
Published by Blad - dans MHSC
commenter cet article
8 août 2009 6 08 /08 /août /2009 06:57

Les vins des coteaux du Quercy seront à l'honneur aujourd'hui, à Castelnau-Montratier. Plus d'une vingtaine de producteurs seront présents pour faire déguster et promouvoir ce vin d'appellation. Le cabernet Franc sera présent en majorité (de 40 à 60 %) et suivront ensuite le Merlot, l'Auxerrois, le Tannat et le Gamay. La fête débutera à 14 heures pour se terminer dans la nuit : se succéderont dégustations, remise de prix, intronisation et pour clôturer la soirée, repas des producteurs. Une banda et des groupes musicaux seront présents dans la journée.

Durant la fête, un principe sera appliqué : les participants achèteront un verre à 2 € auprès des producteurs et se promèneront ensuite de stand en stand pour déguster les vins, tous à 2 € le verre. En espérant que le temps soit au rendez-vous, cette fête sera la meilleure occasion pour valoriser les vins de nos régions. Renseignements au 05 63 63 59 66.

Source : www.ladepeche.fr

Cordialement le Blad.

Repost 0
7 août 2009 5 07 /08 /août /2009 13:12
Le potentiel de récolte de vin en France en 2009, estimé à près de 48 millions d'hectolitres, devrait être supérieur de 13% à la récolte 2008, qui était très faible, a indiqué mercredi FranceAgriMer, l'établissement public chargé des produits agricoles et de la mer.

"Avec moins de 48 millions d'hectolitres", le potentiel de récolte pour 2009 reste cependant "toujours inférieur de 6%, soit 2,8 millions d’hectolitres, à la moyenne quinquennale 2004-2008", souligne FranceAgriMer dans sa prévision de récolte au 6 juillet.

Le potentiel de récolte s'établit à 23,5 millions d'hectolitres pour les vins d'appellation d'origine protégée (AOP) et à 16,9 millions d'hectolitres pour les vins d'indication géographique protégée (IGP, anciennement vins de pays) ou sans indication géographique. Pour les vins aptes à la production de Cognac et Armagnac, il est estimé à 7,7 millions d'hectolitres.


Source : www.lefigaro.fr

Cordialement le Blad.

Repost 0
6 août 2009 4 06 /08 /août /2009 07:22
Cela fait longtemps que les sites oenologiques anglosaxons foisonnent sur la Toile. Blogs, réseaux professionnels, achat en ligne : le phénomène n'est pas nouveau. Lancé en 1999, WineCommune est une sorte d'eBay, assorti d'un comparateur de prix et d'un forum de discussion. La niche n'a pas longtemps été ignorée : OpenBottles a été inauguré en 2005, Bottletalk en 2006 puis Snooth en 2007. C'est ce dernier qui a attiré le plus l'attention des investisseurs : son PDG, Philip James, a récolté 1 million de dollars de financement, cinq mois après son lancement. En moins de deux ans, Snooth est devenu le plus grand site d'œnologie, avec 500.000 utilisateurs.

In vino, Snooth connaît progressivement le même succès que Facebook. Même concept de base, le site Internet est avant tout un réseau social. Et il se distingue de ses pairs par son impressionnante exhaustivité. En effet, Snooth met gratuitement à la disposition des utilisateurs une base de données d'un million de vins du monde entier, commentés par des experts oenologues. Les « snoothers », pour qui une application iPhone a été créée en juin dernier, ont la possibilité de comparer les prix et d'acheter des bouteilles à quelque 10.000 négociants.

Mais la réelle nouveauté est le partenariat avec Epicurious.com, le site culinaire le plus récompensé. Selon Tanya Wenman Steel, son éditeur en chef, « Snooth détient des millions de critiques de vin, ce qui fait de lui le collaborateur idéal pour recommander les vins qui s'allient parfaitement à nos plats. » Depuis quelques semaines, ils fournissent ensemble 25.000 couplages vin-recette, grâce à un algorithme maison qui tient compte des ingrédients principaux, du type de cuisine et de la méthode de cuisson. Les vins suggérés coûtent au grand maximum 20 dollars : « Snooth essaie de démocratiser le vin »,explique Philip James.

En revanche, les vins proposés sont exclusivement américains. Dommage.


Source : www.lesechos.fr , Sarah Briand

Cordialement le Blad.

Repost 0
5 août 2009 3 05 /08 /août /2009 06:57
Vous faîtes quoi les deux prochains week-ends ? Et si, vous alliez en Alsace profiter des nombreuses animations que propose la 62e Foire aux vins de Colmar… à 2 heures environ de Besançon en voiture.
 
 
De quoi s’agit-il ?
D’une des plus grandes manifestations populaires d’Alsace qui attire chaque été plus de 250 000 visiteurs. Il y a des viticulteurs venus faire découvrir leurs vins d’Alsace comme son nom l’indique (vin à consommer avec modération, cela s'entend), mais aussi de nombreux autres exposants (370 exposants en tout), des concerts avec des têtes d’affiche très diverses (dont cette année Charles Aznavour, Scorpions, Charlie Winston, The Do, Léonard Cohen….) et une kyrielle d’animations (leçons de dégustation, conférences, spectacles de danse, théâtre de plein air, défilés de mode, etc.)
 
C’est où ?
Au Parc des expositions de Colmar à 175 km de Besançon en voiture (dont 156 km d’autoroute) ou 2 heures/2 heures 15 en train.
 
Et c’est du vendredi 7 au dimanche 16 août 2009, de 13h30 (10h le 7 août ; 11h les dimanches et le 15 août) à 1h du matin (2 heures les vendredis et samedis)
Tarif variable selon le jour et l’heure, de 1 à 6 euros en tarif adulte. Tarif indépendant pour les concerts.


Source : www.macommune.info

Cordialement le Blad.
Repost 0
3 août 2009 1 03 /08 /août /2009 11:22

Un antioxydant, présent dans la peau des grains de raisins, permet d'éviter les septicémies. De nouveaux traitements contre les infections mortelles pourraient résulter de cette découverte.

L'antioxydant, nommé resveratrol, est présent dans la peau des grains de raisin et en quantité beaucoup plus importante dans le vin rouge que dans le vin blanc (Sipa)

L'antioxydant, nommé resveratrol, est présent dans la peau des grains de raisin et en quantité beaucoup plus importante dans le vin rouge que dans le vin blanc (Sipa)

Une équipe scientifique de l'université écossaise de Glasgow a déclaré dimanche 2 août avoir découvert qu'un antioxydant contenu en grande quantité dans le vin rouge permet de prévenir des infections pouvant dégénérer en septicémies.
Cet antioxydant, nommé resveratrol, est présent dans la peau des grains de raisin et en quantité beaucoup plus importante dans le vin rouge que dans le vin blanc. Plusieurs bienfaits lui étaient déjà attribués: prévenir la formation des caillots de sang et combattre le cancer.


Expériences concluantes sur des souris


En faisant des expériences sur deux groupes de souris exposées à un puissant agent infectant, l'équipe britannique s'est rendue compte que celles n'ayant pas subi de traitement préalable à base de resveratrol développaient une grave réaction similaire à une septicémie chez l'être humain, qui peut entraîner une défaillance générale des organes et la mort.
En revanche, le groupe ayant reçu du resveratrol n'a développé aucune infection.
Selon les chercheurs, le resveratrol empêche la formation de deux enzymes jouant un rôle majeur dans le déclenchement de graves inflammations, la sphingosine kinase et la phospholipase D.

Une nouvelle thérapie potentielle


"Des maladies inflammatoires sévères comme la septicémie sont très difficiles à traiter et de nombreuses personnes décèdent par manque de traitements", a expliqué le docteur Alirio Melendez, l'un des chercheurs de l'université de Glasgow.
"De plus, de nombreuses personnes ayant survécu à une septicémie en ressortent avec une très mauvaise qualité de vie à cause des dégâts causés par l'infection aux différents organes internes. L'objectif ultime de notre étude était d'identifier une nouvelle thérapie potentielle pour aider au traitement des maladies inflammatoires sévères", a-t-il expliqué.
Cette découverte est publiée dans le journal de la Fédération des sociétés américaines de biologie expérimentale (FASEB).
"Le potentiel thérapeutique du vin rouge a été mis en bouteille pendant des milliers d'années, et maintenant les scientifiques en ont débouché les secrets, ils ont trouvé la façon dont l'action du resveratrol peut mener à de nouveaux traitements contre des infections mortelles", a déclaré le docteur Gerald Weissman, rédacteur en chef du journal.

Source : www.nouvelobs.com

Cordialement le Blad.
Repost 0
31 juillet 2009 5 31 /07 /juillet /2009 14:03

Paysage d'océan, de forêts, de montagnes, la Galice abrite aussi des vignes, des bodegas accueillantes et des personnages rares. Balade au bout de l'Europe.

C'était il y a un an. Un heureux hasard nous avait conduits à la table d'Alfredo, Casa del Navegante, à Vigo. Alfredo était cofondateur de l'association des sommeliers d'Espagne et fondateur de l'association des sommeliers de Galice, dont il avait été le président durant douze ans. Pour accompagner le poulpe et les couteaux que nous avions commandés, il nous avait servi, en carafe, un vin blanc. S'agissait-il d'un bourgogne ? D'un pouilly, peut-être ? Non. C'était un Triskel Ovo. Son cépage : l'albariño, une espèce de raisin autochtone. Alfredo nous apprit que c'était lui qui fabriquait ce vin. Il ajouta que la Galice comptait cinq appellations (Rias Baixas, Ribeiro, Monterrei, Valdeorras, Ribeira Sacra), puis, la langue soudain déliée, nous raconta cette terre d'histoire, la générosité des vignes, les notes florales... A la fin du repas, nous promîmes de revenir pour suivre la route des vins qu'il nous avait si bien contée.

1er juillet 2009. Alfredo nous attend au vignoble, à Arbo. La route pour arriver jusqu'à lui depuis Vigo tient ses promesses. L'océan d'abord, les plages, puis les rochers, gardiens aux formes sculptées par le vent et les embruns. Passé l'embouchure du fleuve Miño, frontière naturelle avec le Portugal, on se tourne vers le ventre de la Galice. Les vignes s'étirent désormais de part et d'autre de la route et des lacets verts du fleuve. Nous arrivons Casa La Almuiña, dans une bastide du XVIIe siècle, où l'on propose des chambres pour la nuit. Comme dans un château viticole français, la maison est encerclée par les 6 hectares de vignes que cultive Alfredo - en Galice, rares sont les grands domaines. Nous sommes accueillis par le cri des paons. Puis par le calme, qui gagne en nous, comme injecté en intraveineuse.

Alfredo surgit. Nous découvrons, dans le soleil de cette fin d'après-midi, une vigne lestée de grappes encore vertes. Le temps s'est arrêté. Nous nous promenons en silence au paradis... jusqu'à la cave. Dans son cellier, Alfredo élève ses vins en fûts de chêne français, dans un réservoir de ciment en forme d'œuf (qui donne son nom et une part de son goût au Triskel Ovo) et dans des réservoirs en acier inoxydable. Il dispose d'une chaîne pour les mettre en bouteilles (44 000 par an). Dégustation : le Triskel offre des arômes floraux ; le Triskel Ovo, assagi par les fûts, révèle de l'abricot. Paris semble si loin.

Nous quittons Alfredo au matin. Direction le Ribeiro. Petit à petit, les vignes se transforment. L'albariño cède la place au treixadura, local aussi, aux pieds plus courts.

Le village de San Clodio est microscopique avec, tout de même, un monastère cistercien du XIIe siècle proposant des chambres luxueuses, des jardins calmes, une piscine. Nous avons rendez-vous pour visiter la Viña Mein, en contrebas de la place centrale. Ce sont les moines venus pour élever le monastère qui apportèrent ici la vigne. Quelque 16 hectares entourent la maison de pierre chaude, où l'on peut faire escale pour la nuit. Nous les observons depuis la terrasse, installés dans des fauteuils douillets, giflés par la beauté du lieu. Le vin d'ici est sec et léger, fleuri encore.

A quelques kilomètres, nous trouvons le domaine de José Luis Cuerda, réalisateur de renom en Espagne. Il nous reçoit, visage bonhomme éclairé d'un large sourire. Sa maison a été construite au XVe siècle, sa vigne grandit autour sur 6 hectares. Nous goû tons son vin, le San Clodio, un mélange de treixadura, godello et albariño. Il parle avec admiration du viticulteur qui soigne sa terre, dit de son vin - qui a reçu un 91 sur 100 au Guide Parker - qu'il est «divertissant pour le palais». A la nuit tombée, un nuage transformiste éclairé par la lune offre un spectacle céleste. Le silence nous enveloppe. Heureux.

Au lendemain, nous accélérons notre course. Nous passons Monterrei, après une halte rapide dans la bodega du styliste Roberto Verino, Terra do Gargalo, dont les murs couverts de photos de mode proposent un curieux mélange des genres.

Pour atteindre O Barco de Valdeorras, nous passons dans la vallée du Sil, un affluent du Miño, traversons par les sous-bois de vastes forêts de chênes et de marronniers. A la bodega Godeval, José Luis, l'œnologue, nous offre une longue promenade dans le vert pâle des vignes. Ici, on produit 60 % de vin blanc et 40 % de vin rouge, composés respectivement de godello et de mencia, des variétés ancestrales réhabilitées grâce à la mise en place, par le ministère de l'Agriculture, d'un programme de réintroduction des vignes locales. Au cœur du domaine, la cave jouxte une église du XIIIe siècle, construite par des moines de l'ordre souverain militaire hospitalier de Saint-Jean de Jérusalem. Ancrées dans un sol d'ardoise, les vignes plongent loin leurs racines pour trouver les nutriments. Les vins sont plus minéraux, ont plus de corps. Le Cepas Vellas 2007 a été récompensé par une médaille d'or au concours de Bruxelles et obtient chaque année un 92 dans le Guide Parker. Nous déjeunons à la Casa Galaica, dans le village d'O Barco. De loin la meilleure table que nous ayons trouvée : poulpe à la plancha, riz noir aux cèpes, foie gras mi-cuit, glace aux châtaignes... Admirable.

Dernière étape : la Ribeira Sacra. Les vignes, plantées par les Romains en escaliers serrés sur les flancs des montagnes, dégringolent jusqu'au Sil. Vertige. Un rapace survole le vide. Fernando, le propriétaire de la Bodega Algueira, raconte sa rencontre avec cet endroit unique, les vingt-sept ans qu'il a consacrés à la vigne qu'il y a plantée, son vin, façonné chaque année sans concessions, sa recherche de fraîcheur. Deux de ses vins ont obtenu un 95 dans le Guide Parker : son Merenzao 2007, aux notes de noisette et de figue séchée, et son Pizarra de la même année, foulé aux pieds et embouteillé en magnums.


Source : www.lefigaro.fr

Cordialement le Blad.

Repost 0
30 juillet 2009 4 30 /07 /juillet /2009 14:04

Aux Etats-Unis, où se produisent d’excellents vins comme les Chardonnay de la Napa Valley, les Rieslings de Washington ou encore les Cabernets de Long Island, faire transiter du vin d’un Etat à un autre peut dans certains cas être considéré comme un crime. Les lois concernant le transit des vins sont différentes pour chaque Etat ce qui pénalise grandement le commerce intérieur.

Cette situation date de la période de l’immédiate après-Prohibition, lorsque chaque Etat était responsable de légiférer sur le commerce du vin à l’intérieur de sa circonscription. Un certain nombre d’Etats ont tout simplement interdit l’expédition de vin depuis et vers eux, sans aucun autre critère complémentaire. Pendant longtemps, cette situation est restée inchangée malgré les problèmes majeurs qu’elle fait supporter au commerce intérieur de vins.
Conséquence : si un touriste texan se rend en Californie et qu’il craque pour une bouteille précise dans une winery locale, sa seule chance de pouvoir ré-apprécier ce vin est qu’il la retrouve dans un point de vente au Texas…où alors de refaire le voyage.

Les deux principales raisons mises en avant par les Etats qui appliquent cette restriction tiennent aux problèmes de taxes qu’impliqueraient la libre circulation des vins et spiritueux et à la vente d’alcool aux mineurs.
Cela dit, ces raisons sont très fortement critiquées par les professionnels du secteur et notamment par le lobby “Speciality Wine Retailers Association”. Ils insistent sur le fait que le système fonctionnerait exactement comme pour les autres produits qui peuvent être livrés à domicile. Par ailleurs, ils soulignent les conclusions d’une récente étude affirmant que par le passé tous les Etats s’étant converti au libre commerce des vins et spiritueux ont connu une augmentation de leurs recettes fiscales, et non une baisse comme le font souvent figurer les sénateurs dans leur argumentaire.

usmap.gif

Les Etats qui se sont ouverts le font en général à travers l’émission de permis de vente à des grossistes situés en dehors de ceux-ci. Or, cette même étude remarque que dans les Etats ouverts, seuls 20% des permis de vente sont destinés à des grossistes qui vendent de la bière, les autres s’adressent aux wineries.
Ce n’est donc manifestement pas le genre de mesure qui intéressent les jeunes en mal d’expériences alcoolisées. Il est en effet peu probable qu’un mineur souhaitant la biture express fasse une commande de vin sur Internet, attende une à deux semaines le temps de recevoir le colis, se fasse faire une fausse carte d’identité nationale et imite parfaitement une fausse signature et que le livreur n’y voit rien.

Suite à une décision favorable de la Cour Suprême datant de 2005 (Granholm v. Heald), le Wine Institute estime que 80% de la population américaine bénéficie de la libre circulation des vins. Regardons de plus près quel est la législation Etat par Etat.

Il y a actuellement 13 Etats qui ont un statut “réciproque” (pour reprendre la terminologie exacte), c’est à dire qu’entre ceux-là il est possible d’acheter et de vendre de l’alcool à volonté. Ces Etats sont la Californie, le Colorado, l’Idaho, l’Illinois, l’Iowa, le Minnesota, le Missouri, le Nouveau-Mexique, l’Oregon, Washington, la Virginie Occidentale et le Wisconsin.

Il y a ensuite les Etats où l’expédition d’alcool en dehors de leur circonscription n’est pas “totalement” illégale mais où il existe un certain nombre de restrictions : l’Alabama, l’Alaska, le Connecticut, la Floride, Hawaï, la Louisiane, le Massachusetts, le Michigan, le Nebraska, le Nevada, le New Hampshire, le New Jersey, le Dakota du Nord, l’Ohio, l’Oklahoma, la Pennsylvanie, Rhode Island, la Caroline du Sud, le Vermont et le Wyoming.

Nous arrivons à présent aux Etats où l’expédition d’alcool est interdite, dans un sens comme dans l’autre : l’Arizona, l’Arkansas, le Delaware, la Géorgie, l’Indiana, le Kansas, le Kentucky, le Maine, le Maryland, le Mississipi, le Montana, New York, la Caroline du Nord, le Dakota du Sud, le Tennesse, le Texas, l’Utah et la Virginie.

Puisqu’on garde toujours le meilleur pour la fin, les Etats où l’expédition de vin est non seulement illégale mais aussi considérée comme un crime : la Floride, la Géorgie, l’Indiana, le Kentucky, la Caroline du Nord et enfin le Tenessee.

La question de la libéralisation de la circulation du vin fait donc débat dans la plupart des Etats n’ayant pas encore le statut “réciproque”.


Source : www.findwine.com

Cordialement le Blad.

Repost 0

Articles Récents

Liens