Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Polit-Buro.
  • Polit-Buro.
  • : Photos et commentaires des réunions du P.B. Lutte contre le complot des tristes et la morosité ambiante. Objectif: soutien de la viticulture française et des spiritueux.
  • Contact

Texte Libre

Recherche

22 août 2010 7 22 /08 /août /2010 09:05

Un peu de culture, ça ne fait pas de mal :

 

 

Repost 0
Published by Blad - dans Musique
commenter cet article
22 août 2010 7 22 /08 /août /2010 08:19

LESFAITS : Le magazine "Wine Enthusiast" a nominé sa société dans un prestigieux concours

European winery of the year, que l'on pourrait traduire par "établissement vinicole européen de l'année". C'est le nom d'un concours organisé par Wine Enthusiast, l'un de des deux magazines sur le vin les plus influents au monde avec Wine Spectator. Les deux publications, américaines, tirent chacune à 2,5 millions d'exemplaires dans une soixantaine de pays.
Gérard Bertrand, P-DG du groupe éponyme, vient d'apprendre sa nomination. Aux côtés de quatre maisons prestigieuses comme le français de Bourgogne Louis Latour, l'italien Mastroberardino, le portugais Sogrape et l'espagnol Vina Sastre.
Les critères retenus par la revue spécialisée sont la qualité des vins, le dynamisme de l'entreprise et la cohérence de la gamme.
« C'est une grande satisfaction .
Le vigneron de la Clape mesure aussi le chemin qui reste à parcourir : « Notre région a encore beaucoup de choses à prouver en terme d'image. Car, désormais, nos vins peuvent rivaliser avec les plus grands et dans le monde entier » . Pour accompagner un développement exponentiel, Gérard Bertrand se restructure. Avec l'objectif de distinguer et de rationaliser l'activité oenotourisme (chai de dégustation, restaurant, hébergement, boutiques...) qui demeurent à l'Hospitalet, de la production qui s'installera sur un nouveau site.
Ainsi un chai et une cave de vinification doivent être construits non loin du giratoire de Moujan (Midi Libre du 25 mars dernier). Gérard Bertrand répond aux critiques qui dénonçaient l'implantation d'un bâtiment industriel qui défigurerait le paysage : « C'est faux ! J'ai choisi le meilleur architecte en la matière, le Suisse Jean-Frédéric Luschère. Son projet est très esthétique, très abouti, très design. Il s'inscrira dans les courbes du territoire et sera valorisant pour les vins d'ici. J'ai le soutien de la Ville de Narbonne, de la Région et des pouvoirs publics » . Superficie : 1 500 m 2 pour un coût de 3 à 4 M€. Début des travaux prévu en 2011.

et une reconnaissance internationale , confie le Saint-Andréen, ancien capitaine du Racing dans les années 90. Car c'est la première fois depuis 20 ans qu'une maison du Sud de la France est nominée parmi les cinq meilleures "wineries" européennes. Ça fait 23 ans que je travaille d'arrache-pied. Une période pendant laquelle nous sommes passés de 200 000 bouteilles à 10 millions. La moitié est exportée dans 65 pays »

 

 

Source : www.midilibre.com

 

Cordialement le Blad.

Sid MOKHTARI
Repost 0
21 août 2010 6 21 /08 /août /2010 11:08

Voici le clip ayant provoquer les foudres de notre Ministre de l'Intérieur; à vous de juger :

 

Repost 0
Published by Blad - dans Débats.
commenter cet article
21 août 2010 6 21 /08 /août /2010 11:05
Repost 0
Published by Blad - dans Débats.
commenter cet article
21 août 2010 6 21 /08 /août /2010 10:54

CONTEXTE : Sommelier de très grands chefs cuisiniers, il est arrivé des USA en 1984. Il propose des visites dans les domaines depuis 1997

Au pied des ruines du château de Châteauneuf-du-Pape, Kelly M c Auliffe commence tout juste sa leçon. L'Américain propose de ce haut lieu stratégique un tour d'horizon à 360° sur la richesse des vignobles du Gard, du Vaucluse, de la Drôme ou encore des Bouches-du-Rhône.
Lirac, tavel, côtes-du-rhône, châteauneuf-du-pape, vacqueyras, condrieux, gigondas... ne lui réservent plus beaucoup de surprises. Il les connaît toutes, ces appellations qui font la richesse viticole d'une région. En ce jour de mistral, Kelly M c Auliffe, directeur des vins des célèbres chefs français Alain Ducasse et Christian Étienne, offre une découverte du fabuleux vignoble de Châteauneuf-du-Pape : « C'est un terroir d'exception. Il ressemble à celui des Costières de Nîmes et de Lirac par exemple, mais

il a quelque chose en plus », commente, Kelly, l'Américain.
Arrivé en France en 1984, il rencontre sa femme en 1986 à Avignon. Il s'installe aux Angles et, depuis 1997, il guide les oenophiles et les professionnels du vin dans les plus célèbres domaines, au volant de son 4x4 très confortable, avec l'air conditionné.
« J'ai rarement vu un vin aussi puissant que le châteauneuf-du-pape », raconte Kelly M c Auliffe, présentant les fameux galets roulés et les étonnantes lauzes. À chacune de ses venues sur ces terres où le vin est cultivé depuis des siècles, il reste bouche bée devant les sols : « Je me demande comment une plante peut pousser dans de telles conditions. » Ici, les rendements sont limités - ils doivent être inférieurs à 35 hectolitres / hectare -, l'arrosage goutte à goutte est toléré et la vendange est obligatoirement ramassée à la main : « Cela donne des vins généreux, qui explosent dans le nez et qui restent longs en bouche », raconte Kelly, avec un accent inimitable.
Côté parmi les meilleurs vins de la planète, le châteauneuf-du-pape, et plus exactement ses vignerons, savent vivre avec leur temps. Ils se remettent en question, avec le souci permanent de l'excellence. « De plus en plus de domaines travaillent sérieusement. Ils consentent tous des efforts pour la vinification et le travail dans les vignes. Certains sont ou se convertissent en bio, d'autres en biodynamie », constate Kelly, passionné par son métier. Le guide se montre séduisant et son discours s'avale avec autant de plaisir qu'un bon verre de châteauneuf-du-pape.
Mais quels conseils donneraient-ils aux consommateurs, tentés de s'offrir une bouteille de ce si précieux breuvage ? « Je vais vous donner une réponse la plus honnête possible. Suivez votre palais. Si vous aimez ce vin, achetez-le. » Kelly M c Auliffe délivre également de précieux indices pour le choix des millésimes : « 1998, 1999 et 2000 sont des années superbes, 2005 et 2006 très bonnes et 2007 et 2009 extras. Mais, à Châteauneuf-du-Pape, contrairement au bordeaux et au bourgogne, même lors d'une année moyenne, on peut faire un bon vin. » C'est un Américain - aujourd'hui le plus Français de tous - qui vous le dit.


Jean NOTÉ

www.kmcaukliffe@hotmail.fr.

 

 

Source : www.midilibre.com

 

Cordialement le Blad.

Repost 0
20 août 2010 5 20 /08 /août /2010 06:58

Tous les compteurs ont sauté lors de la 26e Foire aux vins et eaux-de-vie gersois qui s'est déroulée samedi dernier. Avec tout d'abord en matinée la Rando du vin organisée par les Mousquetaires jégunois qui ont accueilli 166 cyclotouristes et 56 randonneurs répartis sur 32 clubs, dont celui de Masseube avec 30 cyclotouristes. Puis, lors de l'inauguration, toutes les personnalités politiques du département étaient présentes ainsi que le secrétaire général de la préfecture, Serge Gonzalez, le président de la CCI, Michel Doligé, et les autorités militaires.

Sur le coup de midi, 800 repas au magret ont été servis et quelque 700 autres dans la soirée. Pas étonnant qu'il y ait eu quelques embouteillages lors du service, mais tout se déroula dans le calme et la bonne humeur.

« Un sacré savoir-faire »

Au total, quelque 2 000 visiteurs ont parcouru les 26 stands tenus exclusivement par des Gersois qui ont présenté et fait déguster leurs produits, vins rouges, rosés, blancs, armagnac, pousse-rapière, floc et liqueurs diverses.

Le président de la foire, Lionel Saint-Martin, est évidemment ravi du succès de cette 26e édition : « C'est l'année des records. Mais ceux-ci n'ont pu se réaliser que grâce à des bénévoles capables qui ont un sacré savoir-faire. C'est une équipe remarquable qui a accompli un travail fabuleux. Maintenant sur la foire elle-même, l'animation musicale par les bandas a donné un air de fête et pour la nocturne, dont c'était une première, les viticulteurs ont globalement bien vendu. Pour l'année prochaine, nous devons revoir certains points comme convaincre les visiteurs d'aller vers la halle où se tiennent des expositions et aussi améliorer la chaîne de distribution des repas afin de diminuer le temps d'attente. »

Et Lionel Saint-Martin de conclure : « Cette Foire aux vins et eaux-de-vie gersois est un petit bijou qui se déroule dans un cadre merveilleux. Nous devons veiller à ce qu'elle reste modeste, nous nous y emploierons. »

 

 

Source : www.sudouest.fr

 

Cordialement le Blad.

Repost 0
19 août 2010 4 19 /08 /août /2010 05:58

Tout était réuni pour faire de cette journée "Vin, rugby et Occitan en Corbières", du samedi 14 août, un très, très grand succès. L'organisation a été parfaite avec les Mélomanes, l'Acca, la MJC, l'Oustalet, le comité des fêtes, l'ESSAB, Somos latinos, le Cercle occitan de Narbonne et les producteurs Celliers de l'Aussou, Domaine Saint-Jean de la Gineste, Domaine Calvel, vins Gérard Bertrand. Les participants, très nombreux tout au long de la journée, ont été ravis. On n'avait jamais vu autant de participants au repas du soir. La journée a commencé dès 8 h 30, avec la visite du village , commentée par Jean Cabaussel, en tenue d'époque en attendant la conférence sur l'Occitan, présentée par Alan Roch. A 12 h 30, un apéritif était offert par la municipalité et, à 13 h, se déroulait le repas.

Ensuite, on pouvait apprécier le talent de S. Devin, champion de France de tir à l'arc, dans le marché couvert. Puis, ce fut le concours de tir au but, au stade Georges-Bertrand, et la pose de la plaque Léo-Servole. Sur la place de l'église, les producteurs ont présenté les différents terroirs et les gagnants des tirs au but ont reçu médailles et récompenses. Los Romegaïres ont poursuivi l'animation de rue jusqu'au foyer municipal pour l'apéritif sangria. A 20 h, les Melomanes, l'Oustalet, la section gym et Somos latinos ont fait une démonstration de danse et de chant sous de chaleureux applaudissements. Puis ce fut le repas campagnard qui a réuni un très grand nombre de participants. Chacun pouvait se procurer ensuite la cuvée communale (rouge, rosé, blanc) des producteurs. L'orchestre Equateur prenait part à la fête avec des danses variées qu'ont appréciées les nombreux danseurs. Tout s'est terminé très tard, pour le plus grand plaisir de tous. Félicitations à tous les bénévoles qui ont oeuvré toute la journée.

Source : www.midilibre.com

 

 

Cordialment le Blad.

Repost 0
18 août 2010 3 18 /08 /août /2010 07:16
Repost 0
18 août 2010 3 18 /08 /août /2010 07:10

Premier été à la Maison des vins et premier bilan pour le directeur du syndicat des vignerons, Nicolas Garcia qui remarque sans détour l'intérêt des touristes pour le cépage frontonnais.

l'essentiel t

La Maison des vins de Fronton accueille un office de Tourisme et le syndicat des vins de Fronton. Directeur de l'interprofession, Nicolas Garcia a pris possession des lieux dès l'ouverture. Aux côtés d'Hélène Pradier, chargée de mission à l'office de tourisme, il accueille les visiteurs et notamment, cet été... les touristes. Alors que le mois d'août entre dans sa deuxième quinzaine, Nicolas Garcia fait un premier bilan de la fréquentation du château Capdeville (Maison des vins) en répondant à nos questions.

Quel premier bilan peut-on tirer de la fréquentation estivale de la Maison des vins?

La Maison des vins attire beaucoup de personne habitant dans un rayon de 50km ou des tourismes de passages qui viennent s'informer de la région et des activités à faire dans le secteur. Mais aussi s'informer sur nos vins.

Que réclament les touristes en priorité?

Les vins d'une façon générale, ils souhaitent connaître les châteaux à visiter et les lieux ou il est possible de déguster.

Quelle perception ont-ils du vignoble, du vin et de sa spécificité?

Ils ont souvent une image positive de Fronton, ce sont souvent des curieux qui veulent approfondir ou découvrir les vins. Les étrangers sont également très curieux, et veulent découvrir la negrette qui interpelle et pas forcément connue de tous. Le résultat est très agréable , la négrette séduit tous les touristes !

Comment se déroulent les dégustations?

Nous présentons en général cinq ou six vins à la dégustation chaque semaine, qui proviennent de domaines différents de manière à montrer un joli panel de ce qui se fait dans le vignoble. Les clients sont ensuite libres d'aller visiter un château et d'acheter directement au domaine ou bien à la Maison des vins.

Saveurs et senteurs se déroule dès vendredi. Comment envisage-t-on cette participation de la Maison des vins, une nouveauté dans cette manifestation?

Nous avons souhaité intégrer la Maison des vins dans les festivités. Nous proposerons ainsi des dégustations théâtralisées ou initiation à la dégustation afin que les visiteurs qui le souhaitent puissent aller plus loin dans la dégustation.Et ainsi mieux découvrir les vins avec des interlocuteurs de qualité.

La Maison des vins est-elle complètement achevée ou d'autres projets doivent-ils voir le jour?

Pour le moment, toute l'équipe n'est pas encore recrutée. L'hiver prochain sera consacré à la mise en place et réflexions portant sur différents produits de tourisme d'affaire.

La route des vins, associée directement à la Maison des vins, est-elle aussi fréquentée que l'année dernière?

C'est toujours délicat à affirmer car nous n'avons pas encore les chiffres. Mais La progression est très variable en fonction des domaines et de leur stratégie sur la vente à la propriété. L'impact de la multiplication des panneaux a eu l'an dernier pour effet d'avoir une augmentation du chiffre d'affaire de 5%.

 
Source : www.ladepeche.fr
Cordialement le Blad.
Repost 0
17 août 2010 2 17 /08 /août /2010 07:18

Libération publie un appel d'intellectuels pour sauver cette femme iranienne condamnée à la peine capitale par lapidation par le régime. A lire aussi dans Libération en kiosque et dans notre zone abonnés lundi trois pages sur le sujet.

«Sakineh Mohammadi Ashtiani attendait dans la prison de Tabriz, dans l’ouest de l’Iran, où elle croupit depuis cinq ans, la réponse à une demande de réexamen de son cas –prévue, initialement, pour le 15 août.

Son “crime” (qu’elle n’a avoué, rappelons-le, que sous la torture et qui consisterait, selon ses accusateurs, à avoir eu deux relations amoureuses hors mariage) avait déjà été puni par 99 coups de fouet administrés en présence de l’un de ses deux enfants. Mais voilà qu’une nouvelle et nébuleuse accusation a débouché, il y a quelques mois, sur une condamnation à mort –et pas n’importe quelle mort puisqu’il devrait s’agir d’une mort par lapidation!

«L’opinion internationale, touchée par l’horreur de cette menace qui pèse sur Sakineh, attendait avec elle la révision d’un verdict aussi inique que barbare quand, le 11 août au soir, se produisit l’un de ces coups de théâtre dont l’Iran commence à être coutumière: le régime diffusait à la télévision, dans une émission de grande écoute, les prétendus “aveux” de la jeune femme qui, couverte par un tchador noir qui ne laissait voir que son nez et l’un de ses yeux, tenant une feuille de papier entre les doigts comme si elle récitait une leçon mal apprise, une voix off en farsi couvrant sa propre voix qui s’exprimait dans sa langue maternelle, l’azéri, confessait sa supposée “complicité” dans le meurtre de son mari.

«Son actuel avocat, Hutan Kian, a affirmé que cette déclaration, contraire à toute vraisemblance, a été arrachée à nouveau sous la torture, et rapporte que les enfants de Sakineh sont, quant à eux, “complètement traumatisés” par l’émission. Outre le fait que l’on peut avoir des doutes sur l’identité de la femme qui est apparue ce soir-là sur les écrans, dissimulée sous un tchador étonnamment couvrant, ces propos vont par ailleurs clairement à l’encontre de ceux rapportés par le Guardian, la semaine dernière, et où Sakineh expliquait que les autorités iraniennes l’avaient déjà, en 2006, lavée de cette accusation infâme; qu’elles mentaient donc sciemment en ­revenant ainsi sur une charge abandonnée depuis longtemps et ce dans le seul but de semer la confusion dans les médias et de les préparer à une exécution à la sauvette; et que la “justice” ne s’obstinait sur son cas que “parce qu’elle est une femme” et qu’elle vit “dans un pays où les femmes sont privées de leurs droits les plus élémentaires”.

 

«Ne pas fermer les yeux sur une mise en scène aussi grossière»

«Que Sakineh soit privée de ses droits les plus élémentaires, cela ressort du fait qu’elle n’a même pas eu droit, dans cette affaire, à un jugement limpide, dans une langue qu’elle puisse comprendre: “Quand le juge a prononcé la sentence, a-t-elle déclaré au Guardian, je n’ai même pas réalisé que j’allais être lapidée à mort car j’ignorais ce que signifiait le mot “rajam”; ils m’ont demandé de signer la sentence, ce que j’ai fait, et quand je suis retournée en prison et que mes codétenues m’ont avertie que j’allais être lapidée, je me suis immédiatement évanouie.” Cela est confirmé par les mésaventures de son ancien avocat, Mohammad Mostafaei, qui avait attiré l’attention internationale sur son cas et qui s’est vu, pour cela, menacé d’emprisonnement (il n’a dû son salut qu’à la fuite en Turquie où il attend un visa pour la Norvège –mais non sans que son épouse, Fereshteh Halimi, ait été retenue en otage et emprisonnée). Cela est enfin attesté par le fait que, nonobstant l’horreur de la chose même, et quitte à entrer dans les détails les plus scabreux, une mise à mort par lapidation n’est possible en “droit” iranien que lorsque la famille de la victime en fait la demande (ce qui, dans le cas de Sakineh et de sa famille, n’est pas le cas).

«Mais par-delà ces considérations dans lesquelles nous n’avons ni le goût ni peut-être, désormais, vraiment le temps d’entrer, il est urgent d’intervenir pour empêcher une mise à mort dont les observateurs de la scène iranienne ont tout lieu de redouter l’imminence. Il est urgent de répondre à l’appel des enfants de Sakineh, Fasride et Sajjad Mohammadi Ashtiani, nous adjurant de ne pas fermer les yeux sur une mise en scène aussi grossière et de ne pas laisser leur “cauchemar devenir réalité”. Il est urgent d’exiger des autorités, pour Sakineh, le renoncement à toute forme d’exécution, une remise en liberté sans délai et la reconnaissance de son innocence. Des dizaines de femmes sont, chaque année, en Iran, condamnées au fouet, à la lapidation ou à d’autres peines dont la barbarie glace, tout autant, les sangs: il est urgent, au-delà même du cas de Sakineh, que l’ONU rappelle au régime des mollahs les promesses faites, en 2002 et en 2008, quant à l’abolition de ce type de châtiments. La vie d’une femme est jeu. La liberté et la dignité de milliers d’autres se jouent également là. Et il s’agit enfin de l’honneur d’un grand pays, doté d’une culture aussi magnifique qu’immémoriale, et qui ne peut se voir résumer, sous les yeux du monde, au visage ensanglanté, réduit en bouillie, d’une femme lapidée. Pitié pour Sakineh. Pitié pour l’Iran.



Les premiers signataires
Wole Soyinka, Bernard-Henri Lévy, Patrick Modiano, Milan Kundera, Jorge Semprún, Ségolène Royal, Rachida Dati, Simone Veil, Marjane Satrapi, Juliette Binoche, Mia Farrow Bob Geldof, Taslima Nasrin, Ayaan Hirsi Ali, Jody Williams, Sussan Deyhim, Yann Richard, Elisabeth Badinter, Lionel Jospin, Sylviane Agacinski, Martine Aubry...

Le site de BHL est ici.

 

 

Source : www.liberation.fr

 

Cordialement le Blad.

Repost 0
Published by Blad - dans Débats.
commenter cet article

Articles Récents

Liens