Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Polit-Buro.
  • Polit-Buro.
  • : Photos et commentaires des réunions du P.B. Lutte contre le complot des tristes et la morosité ambiante. Objectif: soutien de la viticulture française et des spiritueux.
  • Contact

Texte Libre

Recherche

24 février 2014 1 24 /02 /février /2014 16:56

 


 
Repost 0
Published by Blad - dans Musique
commenter cet article
24 février 2014 1 24 /02 /février /2014 16:54

 


 
Repost 0
Published by Blad - dans Musique
commenter cet article
24 février 2014 1 24 /02 /février /2014 16:51

 


 
Repost 0
Published by Blad - dans Musique
commenter cet article
24 février 2014 1 24 /02 /février /2014 16:14

Un viticulteur bio est jugé pour avoir refusé d'épandre des pesticides sur ses pieds de vigne. Un (mauvais) procès révélateur de pratiques agricoles délétères.

Emmanuel Giboulot privilégie des moyens alternatifs contre l'insecte responsable de la flavescence dorée.

Emmanuel Giboulot privilégie des moyens alternatifs contre l'insecte responsable de la flavescence dorée. © Marie Protet / Maxppp

Emmanuel Giboulot vient de comparaître ce lundi devant le tribunal correctionnel de Dijon pour avoir refusé d'utiliser des pesticides sur ses pieds de vigne. Fort de près de 500 000 signatures de soutien, ce viticulteur de 51 ans, dont les 10 hectares sont cultivés en bio depuis plus de trente ans, est déterminé à démontrer l'impasse du tout-pesticide et à faire valoir une approche plus préventive dans le soin des vignes. Il y a quelques jours encore, il s'inquiétait. "Si je suis condamné pour l'exemple, expliquait-il, à l'avenir, plus personne n'osera s'opposer aux décisions administratives qui obligent tout le monde à polluer la terre. Les agriculteurs bio et non bio comprendront qu'ils doivent obéir aveuglément aux autorités, y compris si cela implique d'empoisonner leurs propres terres."

Alors que le procureur requiert une amende de 1 000 euros, il risquait théoriquement jusqu'à 30 000 euros d'amende et 6 mois de prison, car, en refusant d'appliquer l'arrêté préfectoral qui imposait ce traitement, il a commis une infraction pénale. La décision de justice est attendue pour le 7 avril prochain. Au sortir du tribunal, le viticulteur se dit plutôt optimiste : "On a été entendus dans nos arguments. Je suis plutôt confiant", explique-t-il

Fougères, argile calcinée et avoine

C'est en juin 2013 que l'affaire a commencé. Devant le risque d'épidémie de flavescence dorée, une maladie mortelle et très contagieuse pour les vignes, un arrêté préfectoral impose le traitement de l'ensemble des vignobles de la Côte-d'Or au moyen d'un insecticide afin de tuer la cicadelle, l'insecte vecteur de la maladie. Cette épidémie se développe depuis une soixantaine d'années en Europe et les réglementations nationales et européennes imposent une lutte obligatoire dans les régions touchées.

Quand l'arrêté préfectoral tombe en Côte-d'Or, Emmanuel Giboulot s'interroge. Il connaît le danger de la maladie. Mais il décide de passer outre, car, d'après lui, le risque reste très hypothétique et aucun foyer n'est avéré dans le département (en fait, un à trois pieds seulement auraient été atteints en 2013 dans ce département). Le viticulteur estime qu'il est absurde de traiter en prévention des vignes saines avec des produits chimiques. "Même l'insecticide le moins polluant contre la cicadelle tue les abeilles et la faune auxiliaire", souligne-t-il.

Alors qu'il cultive depuis plus de trente ans dix hectares de vignes en biodynamie, Emmanuel Giboulot décide de lutter contre la cicadelle avec d'autres moyens : "Contrairement à ce que laissent penser les autorités, il existe plusieurs moyens de protéger les vignes contre la cicadelle, tout en respectant l'environnement : elles peuvent être protégées avec des fougères et de l'argile calcinée. Des pièges à cicadelles existent, et l'on sait, par exemple, que cet insecte est attiré par la couleur orange ou que de la paille d'avoine posée entre les pieds des vignes serait aussi efficace que l'insecticide : la forte intensité lumineuse de l'avoine empêche tout simplement l'insecte de se poser ! Enfin, c'est surtout en préservant la biodiversité qu'on lutte le mieux contre l'apparition de la maladie." Un argument balayé par le Bureau interprofessionnel des vins de Bourgogne, mécontent de cette mauvaise publicité faite aux vignerons bourguignons.

Soutiens

Avec le soutien de près d'un demi-million de Français, de plusieurs associations environnementales et de personnalités politiques (Corinne Lepage, Sandrine Bélier députée EELV...) ainsi que d'un millier de personnes réunies aujourd'hui devant le tribunal, le procès prend une tournure politique et interroge sur les pratiques agricoles françaises, l'avenir du "tout-pesticide" et la liberté laissée aux agriculteurs.

Car, dans le même temps, une éleveuse de brebis vient, elle aussi, d'être rappelée à l'ordre par l'administration qui lui reproche l'utilisation de plantes et d'huiles essentielles pour soigner ses bêtes ! Alors que les études alarmistes se succèdent, révélant les dangers des pesticides pour la santé des agriculteurs (cancers, maladie de Parkinson...) et de la population, la France demeure toujours l'un des plus gros consommateurs de produits phytosanitaires, et certains agriculteurs craignent une augmentation de la résistance des maladies aux pesticides. À quand un slogan "les pesticides, c'est pas automatique" ?

Source :
Repost 0
24 février 2014 1 24 /02 /février /2014 16:10

PhotoCliquez pour agrandir

La liste "Leucate pour Tous" se donne pour vocation de proposer une nouvelle équipe pour un nouveau souffle pour Leucate. Présentation.

Mardi soir, à un peu plus d'un mois du premier tour des élections municipales des 23 et 30 mars prochains, la liste "Leucate pour Tous" conduite par Alain Privat a dévoilé le nom de ses vingt-sept colistiers au restaurant "La Côte Rêvée" à Leucate Plage devant une salle comble.
La liste "Leucate pour Tous", qui a pour vocation de proposer une nouvelle équipe pour un nouveau souffle pour Leucate, en rationalisant les choix, en privilégiant le bon sens et en maîtrisant les dépenses sans sacrifier les ambitions, rassemble une équipe de quatorze hommes et treize femmes, venus de divers horizons et de toute générations. Cette liste se veut représenative de la diversité leucatoise et de ses cinq entités : neufs candidats issus de Leucate Village, sept de Port Leucate, quatre de La Franqui, quatre de Leucate Plage et trois des Villages Naturistes.

Les candidats  
Voici la composition de cette liste dans l'ordre alphabétique dont le tête de liste est Alain Privat, gynécologue obstétricien; Ghita Achiri comptable en entreprise; Antoine Adamus étudiant en science économique et sociale et sportif de haut niveau; Philippe Adamus libraire; Elisabeth Albert agent immobilier retraitée; Lucie Albiges professeur de français retraitée; Jean-Claude Barone, directeur service urbanisme mairie de Leucate retraité; Monique Belfakir, infirmière retraitée; Jean-Michel Bertrand, presse écrite retraité; Christian Calgaro restaurateur et kitesurfer; Isabelle Chemin employée de restauration; Pascal Dubernet de Garros, pharmacien biologiste retraité; Robert Escarguel radiologue; Alex Fabre, patron pêcheur et membre du conseil portuaire; Marie-Annick Giraud artiste peintre; Pierre Gomez agent immobilier; Jacqueline Hann retraitée et membre d'honneur ciné-club Leucatois; Stéphane Lemoine commerçant; Nathalie Mabileau assistante de direction restauration; Alain Montagné, assureur, Serge Parnaud cadre supérieur de l'administration chargé de la mer retraité; Marylin Piotelat, préparatrice en pharmacie; Magali Ségalas infirmière centre de rééducation au Floride; René Sola, retraité du bâtiment et travaux publics; Sophie Soux commerçante; Christian Vartian restauratrice et Marie-Françoise Vrézil, cadre en entreprise retraitée.
A noter que la présentation officielle du programme se fera ce vendredi 21 février à 18h au foyer de Leucate village.

Midi Libre - Indépendant 22 février 2014
Repost 0
Published by Blad - dans Débats.
commenter cet article
24 février 2014 1 24 /02 /février /2014 16:08

Photo

Cliquez pour agrandir

Après Bruno Constantin et Frédéric Pinet à Narbonne, Alain Privat surprend lui aussi depuis quelque temps les Leucatois avec cet insolite véhicule de campagne.
Mobilisée au quatre coins de la station, la "Privatmobile" abrite dans les faits un bureau itinérant, doté d'un étonnant toit réhaussable...

Midi Libre - Indépendant 21 février 2014
Repost 0
Published by Blad - dans Débats.
commenter cet article
24 février 2014 1 24 /02 /février /2014 07:08
Repost 0
Published by Blad - dans Débats.
commenter cet article
24 février 2014 1 24 /02 /février /2014 06:51

La maison Krug aime cultiver son particularisme. Lorsque vous avez la chance d'assister à une dégustation de ses champagnes - comme ce fut le cas, par exemple, chez Artcurial en décembre dernier sous l'égide du Figaro -, cela commence systématiquement par les cuvées de prestige (Clos du Mesnil, un pur chardonnay ; Clos d'Ambonnay, un pur pinot noir), puis passe à la cuvée no 2, millésimée, élaborée, comme le souhaitait Joseph Krug, son fondateur, " d'après les circonstances ", pour terminer avec la cuvée no 1, dite " Grande Cuvée ". " Cette cuvée, comme l'avait définie mon ancêtre Joseph Krug, doit être l'expression de tout ce que la Champagne peut offrir dans un verre ", explique Olivier Krug, le directeur de la maison. Chez Krug, on déguste donc à l'envers des autres. De même, ici, on élabore parfois des cuvées no 2, celles qui sont millésimées, dans des années sur lesquelles on n'aurait rien parié. Rappelez-vous, notamment, 2003...

Cela démarrait mal. D'abord deux gelées au printemps détruisirent 43 % du vignoble, essentiellement le chardonnay, plus précoce cette année-là. Puis ce fut au tour de la grêle de ravager 2 % du vignoble le 10 juin. Enfin, durant le mois d'août, la canicule finit de faire des misères aux grappes rescapées. Au final, la Champagne connut les vendanges les plus précoces depuis plus d'un siècle, les rendements les plus faibles depuis plus de vingt ans, et la plus faible acidité depuis 1976. Dans ces conditions extrêmes, rares furent les maisons à oser produire une cuvée millésimée, à l'exception notable de Bollinger, Moët & Chandon et Dom Pérignon.

Lumineux, précis et droit

C'était compter sans Krug, qui - comme souvent - vient de créer la surprise en sortant à son tour son millésime 2003, après l'avoir laissé reposer près de onze ans dans ses caves. " Cette cuvée a pu naître grâce à des pinots meuniers de très belle qualité et d'une grande fraîcheur ", explique Éric Lebel, le chef de caves de la maison. Le résultat est à la hauteur de sa réputation. Le vin est riche, démonstratif, avec des notes de citronnelle, de pomélos, d'ananas frais et de miel. Mais il fait preuve, étonnamment, d'une belle vivacité et d'une grande fraîcheur. En trois mots, ce 2003 se révèle lumineux, précis et droit. Son prix (225 euros) en fait une cuvée d'exception. N'espérez toutefois pas goûter dans dix ans un Krug 2012. Éric Lebel l'a d'ores et déjà annoncé, il ne produira pas de millésime dans cette année que toute la Champagne a pourtant plébiscitée. " En raison des faibles rendements de l'année, nous conserverons tous les vins pour élaborer la Grande Cuvée ", a-t-il justifié. Quand on vous disait que chez Krug, on ne faisait rien comme les autres.



En savoir plus : http://avis-vin.lefigaro.fr/connaitre-deguster/o110870-le-krug-2003-un-champagne-vif-et-solaire#ixzz2uDhpFfKE


Source :

Repost 0
23 février 2014 7 23 /02 /février /2014 16:31

Une fois encore, votre présence nous encourage ! Les photos me dispensent de commentaires. Merci à vous tous !
Alain Privat

Repost 0
Published by Blad - dans Débats.
commenter cet article
23 février 2014 7 23 /02 /février /2014 09:45

Photo de Port Leucate.

 

Photo de Port Leucate.

 

Source : leucate pour tous.

Repost 0
Published by Blad - dans Débats.
commenter cet article

Articles Récents

Liens