Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Polit-Buro.
  • Polit-Buro.
  • : Photos et commentaires des réunions du P.B. Lutte contre le complot des tristes et la morosité ambiante. Objectif: soutien de la viticulture française et des spiritueux.
  • Contact

Texte Libre

Recherche

19 juin 2014 4 19 /06 /juin /2014 05:00

"Alors, tu pars ?" A question simple, réponse claire : "Oui !" Quand ? C'est là que les choses ont commencé à être moins précises, la semaine dernière à Bercy, lorsque le ministre de l'Economie a livré, à l'un de ses plus proches amis, le fond de sa pensée et son prochain plan de bataille par la même occasion.

Avant l'été ou à la rentrée prochaine ? Sur l'affaireAlstom, où il va jouer sa réputation, ou sur le budget de 2015, qui mesurera bientôt son influence réelle ? Pendant que les députés PS ruent dans les brancards, Arnaud Montebourg, tel qu'en lui-même, entonne "le Chant du départ".

Voilà déjà plusieurs semaines que ses visiteurs - députés, cadres de son courant ou simples conseillers - ont compris que l'aventure avec Valls, celle qui s'est nouée fin mars lors du grand remaniement voulu à l'Elysée, reposait sur des bases trop fragiles pour aller à son terme [...]

> Lire "La bombe Montebourg" dans "le Nouvel Observateur" du 19 juin.

François Bazin et Julien Martin - Le Nouvel Observateur

Repost 0
Published by Blad
commenter cet article
18 juin 2014 3 18 /06 /juin /2014 15:55

Dans le monde agricole, la transmission n’est pas un vain mot, surtout quand on est le seul garçon de la famille, une de celles qui cultivent la vigne depuis deux siècles. Richard Maby avait un avenir tout tracé, celui de l’héritier, et le poids de la succession sur les épaules. "J’étais prédestiné à reprendre la propriété. Enfant, je n’ai pas le souvenir d’une journée sans qu’on m’emmène dans les vignes. Alors, même si le vin m’intéressait, je m’en suis échappé en faisant des études. "Ce sera Sciences Po, puis une première vie professionnelle dans la banque, comme directeur du back-office chez un agent de change, du côté de la place de l’Opéra, à Paris. Mais sa passion était ailleurs, alors Richard Maby a changé de voie. "Durant toutes ces années à Paris, mon objectif a toujours été de revenir à la terre. Et puis, à 40 ans, dans le secteur de la banque, vous êtes considéré comme un vieux, alors que dans le monde viticole, vous avez à peine le droit à la parole", s’amuse-t-il. En 2005, le quadragénaire concrétise son idée de retour aux sources, du côté du village de Tavel, "à droite après la poste, puis à gauche après la mairie".

Richard Maby, fils de Roger, rejoint le domaine, 64 hectares plantés en grenache, syrah, mourvèdre, viognier, clairette, picpoul, cinsault et carignan, répartis sur les appellations Tavel, Lirac et Côtes-du-Rhône. "Mon père pensait qu’il allait me former pendant dix ans, mais je suis arrivé avec une idée très précise de ce que je voulais faire. J’ai beaucoup voyagé, et cela m’a persuadé que ce terroir de galets roulés est extraordinaire. Mais, pour produire un vin gigantesque, il faut s’en donner les moyens. J’ai tout chamboulé, vraiment tout." Richard Maby est convaincu que les amateurs ne sont pas à la recherche de goûts standardisés. Il restructure le vignoble, modernise les chais, donne à ses cuvées des noms d’airs d’opéra, entame une réflexion sur les tonneaux : "J’utilise des fûts qui ne sont pas brûlés, en chêne des Vosges, qui préservent mieux la fraîcheur de nos vins. Cela m’a pris dix ans pour déterminer quel type de fût m’irait le mieux. Ce choix a été très empirique. Généralement, j’utilise les neufs pour les blancs et après j’utilise les mêmes fûts sur les rouges." En sus, il signe un contrat d’agriculture durable. "Mon père n’a jamais bien compris cette décision", notet- il au passage. Pour mieux sublimer son terroir, depuis quatre ans il a recours aux services de Philippe Cambie, sacré oenologue de l’année en 2010 par le gourou américain Robert Parker : "Je l’ai appelé en disant que j’aimerais bien travailler avec lui. Nous nous sommes très bien entendus. Il m’a appris à travailler la clairette, un cépage que je ne comprenais pas, que ce soit en termes viticoles ou vinicoles. Philippe m’a dit : "Sur la clairette, lâche-toi, tu ramasseras le raisin à la toute fin des vendanges." Je n’aurais jamais osé, et personne ne procède ainsi dans notre région. Mais, depuis lors, nos blancs arrivent à un niveau jamais atteint auparavant. Philippe a toujours une idée à laquelle vous n’avez pas pensé et qui est géniale."

"Nous travaillons sans filet"

Avec son oenologue, Maby pratique aussi le bâtonnage - une technique qui consiste à remettre les lies en suspension pendant l’élevage, pour que le vin gagne en onctuosité - sur les rosés. "Ce que personne d’autre ne fait, insiste Maby. Avec Cambie, nous allons très loin dans la maturité du raisin, nous allons très loin en extraction, très loin en débourbage, très loin en tout. Donc nous prenons des risques, et, jusqu’à présent, cela nous a bien réussi." Comme l’explique Philippe Cambie : "Nous sommes ici dans une démarche de progression permanente. Nous réalisons des expériences, nous adaptons des techniques de Bourgogne… Et, comme dans le monde du rugby, nous sommes investis à 100 %." Ce qui implique des pertes. Maby reconnaît perdre tous les ans une dizaine d’hectolitres sur une cuve "parce que nous travaillons sans filet et il arrive que ce soit raté". Parfois, il semble que c’est l’ancien banquier qui parle : "Un risque, ça ne se prend pas, cela se gère. Beaucoup de viticulteurs ne prennent pas de risques parce qu’ils ne savent pas les gérer. Certes, avec ma vision de la viticulture, je dors moins bien la nuit que d’autres, mais j’ai la satisfaction de réaliser de très belles choses. À mon avis, le premier risque est de ne pas faire comme les autres, de faire différemment de vos parents." Et d’insister : "Je veux produire un vin qui a de la personnalité, en limitant les rendements. Je n’ai pas fait le choix du volume. Si j’ai quitté une activité bancaire industrielle, c’est bien pour devenir un artisan."



En savoir plus : http://avis-vin.lefigaro.fr/connaitre-deguster/o112525-le-gout-du-risque-richard-maby-le-banquier-redevenu-vigneron#ixzz350US52ma

Source : Stéphane Reynaud pour le figaro.fr

Repost 0
Published by Blad
commenter cet article
17 juin 2014 2 17 /06 /juin /2014 15:34

Selon une comptabilité "secrète" de la société, 17 millions d'euros de frais de campagne de Nicolas Sarkozy ont été dissimulés aux autorités de contrôle, en 2012.

L'avocat de la société Bygmalion parlait de 11 millions d'euros, montant qui aurait été surfacturé par l'UMP à cette agence d'évènementiel tenue par des proches de Jean-François Copé. Il semblerait que cela soit 17 millions, selon Mediapart. Le site d'information, qui dit s'être procuré une comptabilité interne de la société Bygmalion récupérée par la police judiciaire, assure ainsi qu'il s'agit du montant dissimulé par l'UMP à la commission des comptes de campagne, en 2012, pendant la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy.

Une comptabilité secrète. "Les enquêteurs de l'Office central de lutte contre la corruption ont mis la main sur une clef USB contenant une double facturation établie par Event & Cie (la filiale événementielle de Bygmalion) pour les 44 meetings électoraux de Nicolas Sarkozy. Dans un premier classeur, sobrement intitulé 'Factures 2012', sont rangées les factures officielles, avec les tarifs déclarés à la commission des comptes de campagne. Dans un second, baptisé 'Balances 2012', se niche une comptabilité secrète avec les prix réels meeting par meeting, souvent trois ou quatre fois plus élevés, parfois jusqu'à sept fois (comme à Marseille)", détaille le site internet, qui publie, ici, les factures officielles et officieuses meeting par meeting.

"Fraude industrielle". Et pour éviter que l'équipe de Nicolas Sarkozy ait à déclarer ces frais, c'est l'UMP qui s'est chargée de dissimuler les comptes, en facturant à Bygmalion l'organisation d'évènements imaginaires. "La formation politique (largement subventionnée par de l'argent public) a ainsi payé rubis sur l'ongle une cinquantaine de conventions fictives, facturées par Bygmalion entre janvier et juin 2012", avance Mediapart, qui parle de "fraude industrielle majeure".

Source : Gaétan Supertino pour europe1.fr

Repost 0
Published by Blad
commenter cet article
17 juin 2014 2 17 /06 /juin /2014 15:00

L'ex-joueur du PSG, retraité du ballon rond depuis un an, envisagerait d'ouvrir une chaîne de bistrots aux États-Unis.

t

1/5

Beckham aux fourneaux? Un projet en cours, selon le Daily Star , qui cite des propos du célèbre milieu retraité du PSGdepuis un an. Le Britannique de 39 ans envisagerait l'ouverture d'une chaîne de restaurants - qui pourrait s'appeler Beckham's Bistro - aux États-Unis, en partenariat avec le groupe hôtelier Las Vegas Sands Corporation, dont il assure la promotion en Asie. «Je suis un foodie (amateur de gastronomie), et j'adore les bons dîners», a-t-il déclaré au tabloïd anglais. Des plats raffinés en perspective?

Alors qu'il tente parallèlement de lancer une franchise de Major League Soccer (championnat de football) à Miami, c'est en tant que businessman que l'ex-footballeur souhaite s'investir dans cette aventure gastronomique. David Beckham ne devrait donc pas revêtir de toque, mais s'imagine en patron très impliqué. «Je jouerai le rôle du propriétaire. Évidemment, je prendrai les décisions importantes pour mon équipe, parce qu'à la fin de la journée je veux une équipe qui gagne.»

Si l'affaire est menée à bout, Beckham pourrait devenir un sérieux concurrent pour son compatriote et ami Gordon Ramsay, qui compte dix restaurants outre-Atlantique. Le chef y est une véritable star, notamment grâce à son émissionCauchemar en cuisine. À l'automne dernier, les deux hommes devaient ouvrir ensemble un restaurant à Londres, l'Union Street Café, avant que le joueur ne quitte la partie à la dernière minute. Ira-t-il au bout cette fois-ci?

Repost 0
Published by Blad
commenter cet article
17 juin 2014 2 17 /06 /juin /2014 14:56

Un restaurant KFC de Jackson (Mississipi) a demandé à un de ses clients de partir. Quelqu'un de dangereux ? Non, une fillette de 3 ans. Le restaurant aurait exigé que Victoria Wilcher quitter les lieux parce que son visage effrayait les autres clients, rapporte Metronews.

"Ils nous ont juste dit 'On doit vous demander de quitter les lieux parce que son visage dérange les autres clients'. Victoria a très bien compris ce qui se passait", explique Kelly Mullins, la grand-mère de Victoria, à WAPT-TV. Selon elle, l'incident a laissé la petite en larmes.

Sur la page Facebook "Victoria's Victories" (les victoires de Victoria), la famille de l'enfant demande : "Ce visage vous fait-il peur ?".

La petite blonde aux yeux bleus a subi une attaque des trois pitbulls de son grand-père. Elle s'en est sortie avec des traces de morsure sur tout le corps, une mâchoire cassée et la perte de son oeil droit.

"Son côté droit est paralysé", raconte Kelly Mullins. "Elle a beaucoup d'opérations chirurgicales à subir et elle ne veut plus se regarder dans le miroir. Lorsque nous allons dans un magasin, elle ne veut pas sortir de la voiture. Elle a 3 ans et elle a honte de son apparence".

"KFC a lancé une enquête aussitôt que nous avons pris connaissance de cette histoire. Nous prenons cette affaire au sérieux et n'avons aucune tolérance pour tout comportement blessant ou irrespectueux vis-à-vis de nos clients", a réagi l'entreprise.

L'histoire de Victoria a largement circulé sur internet : aujourd'hui sa page Facebook compte plus de 74.000 abonnés. Une page de collecte de dons a aussi été ouverte pour aider sa famille à payer les frais médicaux. Près de 70.000 dollars (environ 51.000 euros) ont été récoltés à ce jour.

Source : lenouvelobs.fr

Repost 0
Published by Blad
commenter cet article
15 juin 2014 7 15 /06 /juin /2014 16:17

Comme un peu partout dans le Languedoc, l'activité viticole du château d'Aussières, situé près de Narbonne, remonte à la période romaine. Il entre ensuite dans le giron de la superbe abbaye de Fontfroide, comme ferme chargée d'approvisionner l'abbaye. Vendu comme Bien National à la Révolution, il est acheté par le comte Daru, ministre de Napoléon, qui lui redonne sa destinée viticole.

Pourtant, lorsque les Domaines Barons de Rothschild et Lafite Rothschild, 1er Cru classé de Pauillac, rachètent le château en 1999, il ne reste plus de vignes en production, pas de stocks de bouteilles et les bâtiments sont à l'abandon. Tout est à refaire sur les 570 ha de la propriété. Il a fallu tout renouveler, arracher ce qu'il restait, planter des cépages peu productifs. Onze cépages sont testés. Aujourd'hui, les vignes couvrent à peu près 170 ha, ce qui est énorme, et il n'est pas question d'aller plus loin pour le moment. Les rendements, classique point d'achoppement dans la région, sont à 40 hl/ha et plutôt 35 hl/ha en 2011.

La première bonne surprise est venue du vin blanc, conçu sur le chardonnay, qui porte la dénomination Pays d'Oc, un vin sans esbroufe, joliment citronné. Le grand vin rouge, le Château d'Aussières en appellation Corbières, est composé pour les deux tiers de syrah avec en complément du grenache, du mourvèdre et du carignan. Plutôt que la richesse habituelle dans la région, le 2011 est un vin de bonne complexité, joliment équilibré, qui possède un beau potentiel de garde. Tout comme à Bordeaux, un deuxième vin a été créé, le Blason d'Aussières, qui est d'un accès plus rapide. Enfin, comme il faut aussi préserver la filiation du Lafite Rothschild, qui est élaboré avec le cabernet-sauvignon le plus élégant du monde, une cuvée simplement appelée Aussières a été créée avec un assemblage cabernet-sauvignon et syrah, un vin tout en fraîcheur et en droiture, ce qui est une belle performance. Bon sang ne saurait mentir. Même si les vignes sont encore jeunes, le pari d'élaborer un vin de grande qualité dans le Languedoc est largement gagné.



En savoir plus : http://avis-vin.lefigaro.fr/connaitre-deguster/o112433-la-belle-fraicheur-du-chateau-d-aussieres#ixzz34j2TBBEl

Source : Bernard Burtschy pour le figaro.fr

Repost 0
Published by Blad
commenter cet article
13 juin 2014 5 13 /06 /juin /2014 15:57

Une cave à vins expérimentale

Photo : Wine touch

Des grands domaines classés aux productions confidentielles ou atypiques, la cave à vins Wine Touch propose un système de dégustation inédit ! A l’aide de votre carte magnétique, dégustez le vin de votre choix dans sa version 3,6 ou 12 cl à la machine Enomatic. Un système tactile vous permet de choisir la juste dose et de découvrir de nouvelles cuvées à l’aide de fiches descriptives ou en présence du vigneron. Les cuvées, classées en fonction des régions, ont été rigoureusement sélectionnées par le gérant Philippe de Laulanié et alternent au fil des saisons. Une balade dans le vignoble français à la découverte, également, d’une jolie sélection de vins biologiques ou biodynamiques qui représentent 15 à 20% de la cave. L’occasion de se détendre autour d’un bon verre de vin avec son papa et d’un cornet de charcuteries tout en ouvrant ses horizons œnologiques. On aime aussi : la cave voûtée du XVème siècle au sous-sol où la visite se poursuit avec les concerts de jazz qui ont parfois lieu les samedis soirs.

Magnums et bouteilles personnalisées pour la fête des pères

Photo : Wine touch

Pour la fête des pères, le 15 juin prochain, Wine Touch propose une gamme de 25 magnums présentés dans des coffrets en bois mais également la possibilité de personnaliser l’étiquette de son cru ! Autre option : apportez l’un de vos flacons préférés et offrez-lui une seconde vie. Sur place, faites-le remplir d’un Château Crusquet Sabourin. Autrement, suivez les conseils de Philippe et dégustez quelques coups de cœur du moment comme : Les 4 Cerisiers, un Juliénas atypique. Ce vin issu d’une parcelle peu accessible et travaillée à la main offre une expression douce et gourmande du gamay. En prime, la cuvée a passé 24 mois en fûts. Côtés blancs, optez pour la cuvée Calnite, un Saint-Pourçain du Domaine Laurent à base de sauvignon, de chardonnay et de tressallier. Un vin marqué par les notes de fruits blancs ! Le Domaine Labranche-Laffont produit quant à lui une cuvée Préphylloxérique sur l’appellation Madiran. Ce vin d’histoire a été élaboré à partir de vignes âgées de 150 à 200 ans. Très puissant, il s’ouvre sur un nez de fruits noirs, de menthol et ses tanins sont frais.

3 cl de 1 à 7 euros, 12 cl de 4 à 27 euros. Ouvert du mardi au jeudi de 11h à 21h et le samedi jusqu’à 22h30 Wine Touch 61, rue Quincampoix 75004 Paris www.winetouch.fr



En savoir plus : http://avis-vin.lefigaro.fr/magazine-vin/o112414-wine-touch-une-cave-pour-entre-autres-celebrer-la-fete-des-peres#ixzz34XGnVztG

Source : Romy Ducoulombier pour le figaro.fr

Repost 0
Published by Blad
commenter cet article
12 juin 2014 4 12 /06 /juin /2014 08:03

Collègues de la C.R.S.29,
Salut à tous
et aussi à vous braves gens crédules qui ne croyez que ce que vous voyez ou entendez aux infos.
J’étais sur les "Tarterets", hier soir, pris à partie.
Pour résumer, les collègues ont contrôlé une camionnette pourrie
et ont vu une vingtaine d’e*****és cagoulés (barre de fer, batte de base ball et surtout pavés)
fondre sur eux depuis une butte juste au-dessus d’eux.

Les 4 collègues qui étaient en contrôle ont juste eu le temps de se jeter à l’intérieur du véhicule

tandis que Régis (le conducteur) prenait un pavé en plein visage.
Et là, déferlement de violence, les mecs ont essayé de rentrer à l’intérieur,
les collègues qui étaient derrière tenaient les portes pendant que Régis se faisait éclater la tête à bout portant par des pavés
(17 pavés à l’intérieur du véhicule entre 500 g et 1 kilo, du sang partout, radio explosée),
j’ai vu le véhicule : c’est un truc de fou.
UN a réussi à rentrer par derrière (en ouvrant la porte par pesée !!! AVEC UN PIED DE BICHE)
et a tiré la caisse munition qui, heureusement, était quasiment vide car les potes s’étaient bien équipés.
Par chance, Régis n’a pas perdu connaissance, malgré la rafale qu’il a pris
et a réussi à desserrer le frein à main pour partir malgré 2 pavés coincés sous les pédales.
C’est juste un miracle que Régis soit en vie aujourd’hui (nez fracturé, plancher orbital enfoncé et plaies diverses),
parfois on a des réflexes de survie insoupçonnables, car s’il perd connaissance,
les mecs rentrent dans le boxer et, là, je pense qu’il y a mort d’un côté ou de l’autre.
Les autres potes sont choqués par la violence de l’agression.
Ils ont la haine de ne rien avoir pu faire pendant que Régis ramassait
mais, malheureusement, ils n’ont pas eu le choix.
Nous, on est arrivé quelques minutes après,
on a progressé à pied dans la cité mais évidemment plus personne.
Pendant ce temps là, à Grigny, l’autre demie compagnie prenait des fusées de détresse en tir tendu
et 1 pavé de 10 kgs lancé du 10ème étage qui sest éclaté à 2 mètres d’eux.
DE MEME SUITE, ENCORE SUR GRIGNY, A LA GRANDE BORNE ,
UNE PATROUILLE CRS A ETE PRISE A PARTIE
PAR UNE DIZAINE D’INDIVIDUS CAGOULES LEUR JETANT DES COCKTAILS MOLOTOV.
BILAN : 3 BLESSES DONT UN COLLEGUE AYANT RECU LE COCKTAIL SUR LUI ET AYANT PRIS FEU.
HEUREUSEMENT, NOS TENUES SONT BONNES ; IL S’EN SORT AVEC BRULURES ET COUP DE CHAUD…..

MERCI LES MEDIAS DE PARLER DE TOUT CELA A VOS CITOYENS.
Service Technique de Recherches judiciaires et Documentation
Division des Applications Judiciaires
Groupe Administration JUDEX
01, Boulevard Théophile Sueur
93111 ROSNY SOUS BOIS

Français dormez tranquilles,
tout est en ordre,
continuez à croire les médias et à ne pas soutenir la police contre les voyous qui les agressent,
la violence se rapproche de vous peu à peu,
Mais ne pleurez pas demain sur votre sort quand elle sera à votre porte et que vous en serez victime.
Si vous pensez comme moi, diffusez ce mail, sinon acceptez la situation bien assis sur votre séant mais ne venez pas vous plaindre le jour ou vous serez victime d’une telle violence….

source: http://policeetrealites.wordpress.com/

LES MÉDIAS N’EN PARLENT PAS !ALORS JE LE DIFFUSE !!
Repost 0
Published by Blad
commenter cet article
10 juin 2014 2 10 /06 /juin /2014 14:01

C'est l'heure du bilan. Si l'alerte orange pour les orages a été levée dans la nuit de lundi à mardi pour les 41 départements concernés, les propriétaites d'exploitations agricoles dressent désormais l'état des lieux et évaluent les dégâts. Et ils ont fortement souffert de ces intempéries. Près de 7000 hectares de vignes, soit un dixième de la surface de production de l'AOC Cognac, auraient été touchés par les orages, rapporte Sud Ouest . Cognac et Courbillac restent les deux zones les plus touchées.

Environ 10% du vignoble Cognaçais dévasté par la grêle

Le Cognaçais semble en effet avoir subi les plus importants dommages. Météo France a parlé d'un front de rafale de 130 km/h balayant tout sur son passage dans un rayon de 20 km vers 3 heures du matin, touchant de plein fouet le vignoble avec des grêlons gros comme des balles de golf. Les dégâts par endroits sont terribles. En 10 minutes le mal était fait. «Le phénomène a touché une bande d'environ 5 kilomètres de large, de Pons (17) jusqu'à Aigre et Ruffec. J'ai reçu des images de Pons, la vigne y est laminée! Dans le Rouillacais (appellation fin de bois), c'est terrible», témoigne Jean-Marc Morel, le président du Bureau national interprofessionnel du cognac (BNIC). Ce lundi dans l'après-midi le maire de Châteaubernard (16) a reçu des viticulteurs lui assurant que 90 à 95% de leurs parcelles avaient été endommagés.

Les vignes portent les stigmates de cette violente tempête. Les feuilles ont été déchiquetées, le bois martelé, lacéré. Et c'est un sol jonché de raisins tombés que les viticulteurs ont découvert au petit matin. Au lieu-dit Loret, commune de Rouillac, Guillaume Boutin, 28 ans, a été réveillé par les éclairs et la bourrasque. Son témoignage dans Sud-Ouest (Mardi 10 Juin 2014): «Les grêlons avaient la taille d'œufs de pigeon! Vers 4 heures, quand ça s'est calmé, j'ai pris une lampe torche et j'ai été voir mes vignes les plus proches. Un désastre. Le feuillage a été haché menu. Même le bois a été attaqué!»

Pas très loin, à Nercillac, Marie-Christine Migaud, 50 ans, considère que le tiers de sa récolte est fichu. «Je n'ai pas évalué la surface affectée, je suis dépitée. J'attends l'expert», dit-elle, en espérant que le beau temps aide la vigne à se refaire une santé. «Certains utilisent un peu de cuivre pour aider le bois à cicatriser. Pas moi. Quand la vigne est trop stressée, il n'y a pas grand-chose à faire.» Si le bois est trop touché, deux récoltes sont compromises: celle à venir mais aussi la suivante.

À l'heure où la filière cognac misait sur une production 2014 record pour satisfaire la soif de matière première des grands négociants, l'ambitieux objectif de 11,7 hectolitres d'alcool pur par hectare sera bien difficile à atteindre. «Il est en tous les cas encore trop tôt pour déterminer l'ampleur des dégâts», selon Ludovic Pacaud, directeur de cabinet du préfet de Charentes. Un bilan va être fait ce mardi en fin d'après-midi afin d'avoir une vue d'ensemble des conséquences.

La Gironde, elle n'ont plus, n'est pas en reste. La préfécture a estimé que près d'un millier d'hectares de vignes étaient touchés par la grêle dans la nuit de dimanche à lundi dans le vignoble de Bordeaux. «Il y a des parcelles où il n'y a plus de feuilles sur les branches», rapporte un conseiller viticole de propriétés du Médoc. «Près de 50% du vignoble a été touché, 25% pour les uns et quasiment 100% pour d'autres», précise-t-il.

Source : le figaro.fr

Repost 0
Published by Blad
commenter cet article
9 juin 2014 1 09 /06 /juin /2014 16:00

"Si vous voulez vraiment lui faire du mal, ne parlez pas de lui." Pierre Poujade.

Au sujet de Le Pen.
Repost 0
Published by Blad
commenter cet article

Articles Récents

Liens