Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Polit-Buro.
  • Polit-Buro.
  • : Photos et commentaires des réunions du P.B. Lutte contre le complot des tristes et la morosité ambiante. Objectif: soutien de la viticulture française et des spiritueux.
  • Contact

Texte Libre

Recherche

14 mai 2014 3 14 /05 /mai /2014 14:04
Repost 0
Published by Blad
commenter cet article
14 mai 2014 3 14 /05 /mai /2014 13:43

Ces vignerons rencontreront mardi prochain une dizaine de coopératives du Languedoc, elles aussi victimes, pour tenter ensemble de récupérer un total d'impayés de 6 à 7 millions d'euros", a indiqué à l'AFP le président de la Fédération des vignerons indépendants de l'Aude, Jean-Marie Fabre. Le négociant en question, la SDVA établie à Lézignan avait, au moment de sa liquidation, une dette totale de plus de 11 millions d'euros, et notamment des ardoises de 15.000 à 200.000 euros auprès des vignerons fournisseurs de vin, selon M. Fabre. Le préjudice subi par certaines coopératives est encore plus élevé. "On est sur des quantités bien plus importantes, de l'ordre de 1,5 million d'euros", déclare Francis Taillades, président de Néotéra, issue de la fusion des coopératives de Narbonne et d'Ouveillan. Cette coopérative était par ailleurs actionnaire minoritaire de la société liquidée. "Nous n'avions pas de pouvoir de gestion, mais nous sommes doublement pénalisés par la faillite", dit M. Taillades. Le président de Néotera se veut "très prudent quant aux responsabilités, dans l'attente de l'enquête du liquidateur", mais remarque que la faillite est allée de pair avec un chiffre d'affaires de la SDVA "en hausse spectaculaire, de 18 millions d'euros en 2012 à plus de 29 en 2013".

La progression du chiffre d'affaires serait liée à des contrats de vente à très bas prix passés avec la grande distribution, qui ne permettaient pas à la SDVA de payer ses fournisseurs, a indiqué M. Fabre sur la foi des déclarations de plusieurs vignerons concernés, dont certains n'excluent pas d'engager une action pénale. M. Fabre estime que les vignerons "n'ont pas grand espoir de récupérer leur dû" dans le cadre de la procédure de liquidation, même si certains d'entre eux, qui livraient 70% de leur récolte à ce négociant, sont menacés dans leur existence. "Devant le tribunal de commerce, les vignerons ne sont que des créanciers secondaires derrière les 12 salariés de la SDVA, le fisc et les banques", explique-t-il.

Le marché viticole du Languedoc "a connu une année plutôt porteuse et semble dans une spirale positive", estime le président des vignerons indépendants de l'Aude, tout en soulignant "qu'après 7 ou 8 années de mutations difficiles les vignerons n'ont pas de bas de laine" pour surmonter des sinistres comme celui du négociant de Lézignan.

Source : AFP



En savoir plus : http://avis-vin.lefigaro.fr/magazine-vin/o112176-languedoc-la-faillite-d-un-negociant-seme-l-inquietude-chez-les-vignerons#ixzz31hLwPFi3

Repost 0
Published by Blad
commenter cet article
13 mai 2014 2 13 /05 /mai /2014 16:28

L'interprofession du champagne a présenté lundi un nouveau document incitant à une viticulture plus écologique avec une certification spécifique, au plus haut niveau du label Haute Valeur Environnementale (HVE). Le référentiel technique destiné aux 20.000 déclarants de récolte que compte le vignoble champenois comporte 125 mesures dont 90% sont à valider pour obtenir la certification "viticulture durable de Champagne". Parmi les mesures incontournables figurent l'obligation pour les viticulteurs de limiter à 30% le poids des intrants (engrais, insecticides, désherbants, carburants...) dans leur chiffre d'affaires, de conserver et entretenir les talus, les haies et les fossés, ou encore de favoriser l'enherbement et freiner l'usage des herbicides.

"Nous voulons montrer aux amateurs de champagne que ce produit d'exception est hautement respectueux de son terroir en accompagnant les viticulteurs vers une démarche écologique qui va au-delà des recommandations actuellement en vigueur", a expliqué à l'AFP Thibaut Le Mailloux, le porte-parole du Comité interprofessionnel du vin de champagne (CIVC). Selon lui, cette certification "viticulture durable" prend en compte des critères spécifiques à la Champagne comme la préservation des paysages, le recyclage des matériels, le traitement des effluents viti-vinicoles et le bilan carbone des exploitations. "Un viticulteur certifié obtiendra simultanément le label HVE", a-t-il précisé.

"La Champagne était déjà à la pointe en 2001 avec le premier référentiel que nous avons actualisé avec l'ambition à terme d'obtenir une viticulture 100% écologique", a ajouté M. Le Mailloux. "C'est dans notre vignoble que s'est le plus développé la technique de la confusion sexuelle (usage de phéromones pour perturber l'accouplement des insectes nuisibles ndlr) qui permet de lutter contre les ravageurs sans produit phytosanitaire", a-t-il rappelé.Selon les chiffre du CIVC, depuis une dizaine d'années la Champagne a réduit de 15% l'empreinte carbone de chaque bouteille et divisé par deux l'usage des produits de protection de la vigne.

Source AFP



En savoir plus : http://avis-vin.lefigaro.fr/magazine-vin/o112100-la-champagne-se-mobilise-pour-une-viticulture-plus-ecologique#ixzz31c7iGwr6

Source : AFP.

Repost 0
Published by Blad
commenter cet article
12 mai 2014 1 12 /05 /mai /2014 08:40

C'était son dernier combat et elle l'a perdu. Il y a un an, Catherine Péré-Vergé disparaissait. Ses enfants ont choisi l'humour pour lui rendre hommage. Henri Parent, le fils aîné, a imaginé de réaliser une bande dessinée retraçant les aventures viticoles de sa mère à travers les témoignages des proches et collaborateurs. Il confie le projet aux talentueux Benoist Simmat et Philippe Bercovici, auteurs à succès d'albums satiriques sur le vin. Pari gagné pour cette biographie dessinée mêlant émotion et dérision : on retrouve le ton franc, la nature intrépide et perfectionniste de Catherine Péré-Vergé. Aucune affectation chez cette femme à poigne qui exécrait les chevilles enflées, mais qui gardait ses tendresses d'esprit pour sa famille élargie, ses amis et employés.

Photo : Vignobles Péré-Vergé

Héritière des cristalleries d'Arques, l'intranquille avait trouvé dans la viticulture d'autres défis. En une poignée d'années, Catherine Péré-Vergé est devenue un personnage majeur dans le cercle fermé des vignerons. En 1985, elle acquiert le château Montviel à Pomerol. En 2000, elle se lance dans l'aventure Clos de los Siete en Argentine, aux côtés de Jean-Michel Arcaute et de Michel Rolland. Dans la foulée, elle fait l'acquisition des châteaux Le Gay et La Violette, petit joyau de Pomerol, aujourd'hui l'un des plus courtisés de l'appellation (noté 100 points par Robert Parker en 2010).

Aujourd'hui ses enfants - Hélène, Anne-Catherine, Henri - ont repris le flambeau, déterminés à poursuivre l'oeuvre de leur mère. Henri Parent, aux commandes des Vignobles Péré-Vergé, s'explique : "Une transmission plus qu'un héritage. Avec mes soeurs, nous sommes animés par une même volonté : tirer le meilleur de la vigne chaque année. Ma mère nous a inculqué la valeur du travail. Chez nous, c'est l'entreprise qui soude la famille."

Dès novembre 2013, ils entreprennent d'agrandir le chai du château Le Gay pour systématiser les microvinifications à l'ensemble des domaines, puis de restructurer le vignoble avec un plan d'arrachage des vieilles vignes. D'autres initiatives suivront : un nouveau site internet et une nouvelle étiquette avec pour blason "la petite fleur", qui est aussi désormais le nom de la société : "En souvenir de notre mère, nous avons développé l'histoire de Petite Fleur. Cette musique de Sidney Bechet, qu'elle écoutait en boucle, a inspiré la sculpture reprenant les contours d'une fleur, en bois à Le Gay, en bronze à la bodega Monteviejo en Argentine. Cette oeuvre, réalisée par l'artiste basque Zigor, scelle l'union des différents vignobles Péré-Vergé." L'aventure continue... Dans cette famille, on se passe le relais comme d'autres se donnent la main.

Certes, on ne voit plus la longue silhouette de la dame de Pomerol arpenter ses vignes, sécateur à la main, mais son esprit demeure en ses vins.



En savoir plus : http://avis-vin.lefigaro.fr/magazine-vin/o112062-des-joyaux-en-heritage#ixzz31UNDhUYQ

Source : lefigaro.fr

Repost 0
Published by Blad
commenter cet article
10 mai 2014 6 10 /05 /mai /2014 19:03
La Mosson.
Repost 0
10 mai 2014 6 10 /05 /mai /2014 08:59

"Un laquais effronté m'apporte un rouge bord/ D'un Auvergnat fumeux qui, mêlé de lignage,/ Se vendait, chez Grenet, pour vin de l'Hermitage/ Et qui rouge et vermeille, mais fade et doucereux,/ N'avait rien qu'un goût plat et qu'un déboire affreux." Boileau mentionnait déjà le vin de l'Hermitage, fameux en 1663, dans Le Repas ridicule. Mais le vignoble est beaucoup plus ancien.
Dans son Histoire naturelle, l'auteur romain Pline l'Ancien le cite avec déférence sous le nom de " vin de Vienne ", tout comme Martial dans ses Épigrammes. Il ne prend le nom d'Hermitage (ou Ermitage, les deux sont autorisés) que beaucoup plus tard, en souvenir du chevalier de Sterimberg, un croisé de Blanche de Castille qui, au retour de la croisade des Albigeois, se retire du monde, en 1223, au sommet de la colline où se dressait, et se dresse toujours, une chapelle dédiée à saint Christophe.
Pendant longtemps, la légende raconte que le cépage des vins rouges, la syrah, venait de Perse, ramené par les croisades. Le nom de syrah serait d'ailleurs dérivé de Syracuse et les Australiens nomment le même cépage Shiraz, en l'honneur de Chiraz, capitale de la Perse. Mais, récemment, cette légende a volé en éclats avec l'analyse ADN des cépages : les parents de la syrah sont la dureza, que l'on trouve toujours un peu en Ardèche, et la mondeuse blanche, présente en Savoie. La syrah est donc un cépage originaire de cette région de la Drôme et elle prend sa plus grande expression sur l'Hermitage.

Apte à donner des grands vins

L'impressionnante colline et ses trois mamelons dominent majestueusement la rive gauche du Rhône sur 2,5 kilomètres, d'est en ouest, et à peine sur 1 kilomètre dans le sens nord-sud. L'ensemble s'étend sur 136 hectares, dont une petite centaine d'hectares de vins rouges, soit l'équivalent d'un grand château bordelais, mais avec une différence majeure puisque l'appellation dénombre une quarantaine de propriétaires, voire plus avec les héritages. Néanmoins, cinq propriétaires contrôlent les trois quarts de l'appellation : Chapoutier (34 hectares), Jaboulet (25 hectares), la cave coopérative de Tain (21 hectares), Gérard et Jean-Louis Chave (14 hectares) ainsi que Delas (10 hectares).
La grande originalité de l'appellation est son terroir, réellement apte à produire des grands vins tant en rouge qu'en blanc, mais celui-ci est loin d'être homogène. La partie la plus impressionnante, située à l'ouest, est une encoignure du Massif central avec un socle de granite très dur. La partie haute est recouverte de poudingue (cailloux compactés par calcification), la partie centrale de galets calcaires et la partie basse de sols calcaires bruns.
En raison de cette diversité, il est d'usage de raisonner en "quartiers" qui possèdent chacun un style et un nom. Les Bessards ne ressemblant pas au Méal, les Greffieux ne sont pas l'Hermite... Dans ces conditions, certains producteurs sont tentés de séparer les cuvées, comme Delas avec les Bessards, Ferraton avec les Dionnières ou Chapoutier avec son Méal, les Greffieux et son Pavillon (100 % Bessards). D'autres comme Chave considèrent au contraire qu'il faut assembler les divers quartiers pour élaborer le plus grand vin possible.
Entre ces deux positions extrêmes, monocru ou vin d'assemblage, un grand classique des grands vins, d'autres producteurs encore procèdent à des assemblages autour d'une colonne vertébrale, à l'instar de La Chapelle de Jaboulet et son coeur de Bessard et de Méal, le Gréal de Marc Sorrel (90 % Méal et 10 % Greffieux), Epsilon de la cave de Tain (Méal et Hermite).

Une production réduite

Géologiquement, la partie est de la colline est d'une nature complètement différente de la partie ouest : le granite fait la place à des cailloutis argilo-calcaires et du loess, plus aptes aux blancs.
Les deux cépages de blanc sont la marsanne, largement majoritaire, et la roussanne, plus aristocratique mais beaucoup plus fantasque. Si les rouges possèdent une forte réputation, les blancs (20 % de la production) sont aussi de très grande classe. Seul inconvénient, mais majeur à notre époque, ils ne prennent vraiment leur grandeur qu'au bout de dix ans de bouteille. Petit fait méconnu, comme la transition entre les rouges et les blancs n'est pas aussi tranchée dans la pratique, il est tout à fait possible de mettre jusqu'à 15 % de raisins blancs dans les vins rouges.
Le choc entre une réputation au sommet et un vignoble en coteaux, petit par la taille et difficile à exploiter, ne peut qu'engendrer des vins coûteux et difficiles à dénicher, d'autant que le marché mondial en raffole. Il est inutile de rechercher les grandes cuvées à la production réduite, comme celles des Chave ou de Marc Sorrel. Il n'existe que deux solutions : soit s'adresser aux " grands " producteurs tels que Chapoutier, Jaboulet ou la cave de Tain, qui heureusement sont de qualité et possèdent un peu de volume ; soit dénicher un petit producteur de confiance. Le problème de la rareté n'a guère évolué depuis Boileau.

La sélection de vins de l'Hermitage

Domaine du Colombier Hermitage rouge 2011
Le domaine dispose de 1,6 hectare de syrah (âge moyen de 40 ans) sur Beaume, Diognères et quelques autres quartiers. L’élevage s’effectue en demi-muid de un et deux vins pendant douze mois. Le nez est superbe et le vin est dense, serré, long, joliment épicé, très bien travaillé, un peu austère aujourd’hui, mais la finale est splendide. Le 2008 est en vente à 45,60€ sur www.votresommelier.com

Chapoutier Hermitage blanc Chante-Alouette 2012
Les raisins (pure marsanne) viennent du Méal, des Murets et de Chante-Alouette. Les arômes sont superbes et le vin, qui possède un peu de gaz carbonique, est élégant, très miel mais sans lourdeur, avec une belle finale. Parfait représentant des grands hermitages blancs, il vieillira bien en prenant de l’ampleur et de la complexité. 51,65 € sur www.chapoutier.com

Cave de Tain Hermitage rouge Gambert de Loche 2011
Après quelques errements, depuis le millésime 2010, la cave coopérative de Tain revient au plus haut niveau avec cette cuvée dédiée à son fondateur. Le nez est superbe, épices, cuir. La bouche est dense, serrée, très aromatique, d’une belle longueur, les tanins sont fins. Ce vin de grande garde est d’un beau rapport qualité-prix. Le 2011 n’est pas encore en vente. Le 2010 à 53 € surwww.cavedetain.com

Delas Hermitage rouge Domaine des Tourettes 2011
Le vin a été élaboré avec des vignes de 50 ans sur terroirs granitiques et un élevage de 18 mois en pièce. Le nez est joliment dessiné et la bouche est élégante avec des tanins fins. L’ensemble est d’une belle longueur, la finale est à la fois suave et tannique, de grande classe. Patientez trois ans minimum. 53 € sur www.millesima.com

Yann Chave Hermitage rouge 2011
Yann Chave est un des jeunes producteurs les plus doués de sa génération. Il dispose de 1,5 hectare essentiellement sur Beaume, avec un peu de Péléat. Issu d’un terroir de lœss planté dans les années 1980, le vin est dense, compact, serré, concentré. Les tanins sont très présents, un peu rustiques mais avec une belle matière. Donnez-lui cinq ans pour un complet épanouissement. Le 2010 est en vente à 59,40 € sur www.e-winery.fr

Paul Jaboulet Aîné Hermitage rouge La Chapelle 2011
Le 2011 n’a été élaboré qu’avec les Bessards, le Méal et quelques autres cœurs des coteaux, d’où une réduction drastique de la production. C’est une Chapelle élégante, raffinée, d’une belle longueur sans la puissance d’autrefois mais avec un joli fruit et des tanins fins. Le cru, qui a produit des vins de légende dans le passé, a eu un petit creux au milieu des années 1990. Depuis 2009, La Chapelle est revenue en grande forme. Le 2010 est à 198€ sur www.millesima.fr



En savoir plus : http://avis-vin.lefigaro.fr/magazine-vin/o112064-la-colline-enchantee#ixzz31IkyhgRU

Source : Bernard Burtschy pour lefigaro.fr

Repost 0
Published by Blad
commenter cet article
10 mai 2014 6 10 /05 /mai /2014 08:57
Ayons une pensée pour elles.
Repost 0
Published by Blad
commenter cet article
9 mai 2014 5 09 /05 /mai /2014 09:18
Repost 0
Published by Blad
commenter cet article
8 mai 2014 4 08 /05 /mai /2014 08:04

La Maison Taillevent cultive depuis 1946 son amour de la vigne et de la table à travers ses accords mets et vins, avec sa large gamme de 3.000 références de vins et quelques 300.000 bouteilles. Afin de transmettre sa passion et d’offrir la possibilité de déguster au verre ses vins, ils créent en 2012 la brasserie œnologique - les 110 de Taillevent - proposant 110 vins disponibles au verre tous coordonnés aux plats de la carte. Pour célébrer l’été, Les 110 de Taillevent vous invitent à un voyage gastronomique made in USA, avec à la carte, spécialités et vins américains. Pour chacune des recettes, quatre vins de différentes gammes de prix sont proposés au verre. 16 vins sont ainsi à la dégustation provenant des plus grands terroirs américains : Napa Valley, Oregon, Etat de Washington… Vous aurez par exemple la chance de déguster une Caesar Salad accompagnée d’un "White Zinfandel", vin blanc de la région Modesto en Californie, mettant en avant la fraîcheur et la gourmandise de cette entrée. En plat, vous trouverez à la carte l’incontournable Cheeseburger qui se mariera à merveille avec le "Black and Blue"du domaine Red Hook dans la région de Long Island, un cabernet, pur et intense, doté d’un fruit éclatant. Pour finir sur une note sucrée, la légèreté et le croustillant du cheesecake s’alliera aux fruité intense d’un viognier de Californie du Nord.

Vins américains à la dégustation :

  • Californie, White Zinfandel 2011, Crane Lake
  • Californie , North Coast, Pinot Grigio 2012, F.F Coppola
  • Californie, Central Coast, Zinfandel 2010, Cycles Gladiator
  • Californie, North Coast, Viognier 2012, Cline Cellars
  • Californie, Central Coast, Chardonnay 2011, Au Bon Climat
  • Oregon, Willamette Valley Mount Jefferson 2010, Cristom
  • New York, Long Island, Black & Blue 2009, Red Hook
  • Washington, Columbia Valley, Eroica Riesling 2011, Château Sainte Michelle
  • Oregon, Willamette Valley Laurène 2009, Drouhin
  • New York, Long Island, Chardonnay 2010, Red Hook
  • Californie, Central Coast Le Cigare Volant 2008, Bonny Doon
  • Californie, North Coast, Blanc de Blancs 2010, Schramsberg
  • Californie, Sonoma, L’Après-Midi 2012, Peter Michael
  • Californie, Central Coast, Monte Bello Chardonnay 2010, Ridge
  • Californie, Napa Valley 2010, Opus One
  • Virginie, Malvaxia Passito 2010, Barboursville

Informations pratiques

  • Les 110 de Taillevent
  • Du 10 juin au 3 août de 12 à 14h30 et de 19h à 23h
  • Adresse : 195, rue du faubourg Saint-Honoré, 75 008 Paris
  • Tél. : 01 40 74 20 20
  • Email : les110@taillevent.com

www.taillevent.com

En savoir plus : http://avis-vin.lefigaro.fr/magazine-vin/agenda/o112042-un-ete-americain-aux-110-de-taillevent#ixzz316q9m3F9

Source : www.lefigaro.fr

Repost 0
Published by Blad
commenter cet article
7 mai 2014 3 07 /05 /mai /2014 15:47

Le plus arty : le Musée du vin dans l’art

Le Château Mouton Rothschild, 1er Cru classé, a reconverti son ancienne salle de mise en bouteille en musée ! Entre le grand chai et le cuvier, quelques 400 objets rares établissent un dialogue précieux entre le vin et l’art. Fondé dans les années 60 par le Baron Philippe de Rothschild, le Musée du vin dans l’Art s’est constitué à partir d’une série de pièces d’orfèvrerie allemande datant du XVIème et du XVIIème siècle et héritées du Baron Carl de Rothschild. La collection s’est, depuis, enrichie de peintures, céramiques ou tapisseries associées au vin, à la vigne et au bélier, emblème de la maison. Une visite au sein de ce musée privé vous donnera l’occasion d’admirer l’exposition "l’Art et l’étiquette" qui recense une belle collection d’œuvres signées : Miro, Chagall, Braque, Picasso… réalisées pour illustrer les étiquettes des bouteilles depuis 1945. Visites sur rendez-vous Château Mouton Rothschild 33250 Pauillac Tel. 05 56 73 21 29 www.chateau-mouton-rothschild.com

Le plus historique : le Musée du vin de Bourgogne

Photo : Service des musées de Beaune

Installé dans l’ancien Hôtel des Ducs de Bourgogne, classé Monument Historique, depuis 1946, le Musée du Vin de Bourgogne est une véritable page d’histoire du vin. Mais il permet également au visiteur de s’immerger dans la viticulture bourguignonne. De l’Antiquité au XXème siècle, les collections questionnent les liens entre l’homme et la vigne. Ne manquez pas les belles tapisseries comme "Le Vin" signée Jean Lurçat, les objets d’art décoratif ou la série de vieux pressoirs du XIVème et du XIXème siècle dans la cuverie. Ouvert tous les jours de 11h à 18h, rue d’Enfer, Hôtel des Ducs Tel. 03 80 22 08 19 www.beaune.fr

Le plus pédagogique : le Musée du vin Brotte

La Maison Brotte, qui accueille sa quatrième génération de vignerons, est implantée à Châteauneuf-du-Pape, au cœur de la Vallée-du-Rhône depuis 70 ans. C’est Jeanne Brotte, la grand-mère de l’actuel propriétaire, qui décida de créer ce musée de 500 m2 en 1972. "Dans les pas du vigneron…" Partez à la découverte de la Vallée du Rhône, de ses appellations et de ses cépages au fil d’un véritable parcours initiatique et interactif. Le parcours du vigneron, son travail à la cave ou dans les vignes, fait l’objet d’un décryptage au fil des quatre saisons. De part et d’autre du musée, trônent des pièces antiques comme ce foudre de 4000 hl en châtaignier datant du XIVème siècle. La visite se termine dans l’espace consacré à l’art de la dégustation et du service du vin. Visites sans réservation, ouvert 7 jours/7 de 9h à 13h et de 14h à 19h Maison Brotte, Avenue Pierre de Luxembourg 84230 Châteauneuf-du-Pape 04 90 83 59 44

Le plus oenotouristique : l’espace découverte de la Maison Wolfberger


A Eguisheim, l’un des "Plus beaux villages de France" situé à 10 minutes de Colmar, faites une halte à la boutique et lieu oenotouristique de la célèbre maison alsacienne Wolfberger. Son espace découverte lève le voile sur l’histoire de la cave depuis sa création en 1902 à travers des films, des fresques et des expositions de photos. Mais ce n’est pas tout ! Le terroir alsacien est également exploré sous ses multiples facettes : géologie, relief, cépages et exposition… Sans oublier d’admirer les foudres en chêne de Hongrie de 5000 hl qui sont toujours utilisés par la Maison Wolfberger. Espace découverte et boutique, Maison Wolfberger 6, Grand’Rue 68420 Eguisheim www.wolfberger.com



En savoir plus : http://avis-vin.lefigaro.fr/magazine-vin/o112049-les-musees-secrets-du-vin-ou-se-cachent-ils#ixzz312sA5K4T

Source : Romy Ducoulombier pour www.lefigaro.fr

Repost 0
Published by Blad
commenter cet article

Articles Récents

Liens