Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Polit-Buro.
  • Polit-Buro.
  • : Photos et commentaires des réunions du P.B. Lutte contre le complot des tristes et la morosité ambiante. Objectif: soutien de la viticulture française et des spiritueux.
  • Contact

Texte Libre

Recherche

25 juin 2014 3 25 /06 /juin /2014 08:16

l faudrait que beaucoup de français lisent cette lettre.
Chacun et chacune a sa vérité dans ce monde en guerre de religion.
En tout cas ce qui est extraordinaire c’est que cette lettre émane d’une française certes, mais de souche iranienne parfaitement lettrée et qui perçoit l’avenir avec beaucoup de lucidité.

Madame Shahla Pahlavi

Monsieur le Président de la République
Palais de l’Elysée
55, rue du faubourg Saint-honoré
75008 Paris

Le 26 juillet 2013

Monsieur le Président,

Je suis d’origine Iranienne, née en 1964 dans la province de Markazī, je suis arrivée en France en 1982, fuyant la République islamique de Khomeiny.
J’étais l’ainée d’une fratrie de 4 enfants. Nous avons dû fuir le régime de Khomeiny, mon père fut arrêté par les gardiens de la révolution, il fut torturé, jugé, émasculé et décapité.

Ma mère fut arrêtée et violée cinquante-quatre fois, elle en a perdu ses ovaires. Moi j’avais à l’époque 14 ans, ma sœur 12 ans et mes frères 10 et 8 ans. Ma sœur et moi furent violées à dix reprises, ma sœur en mourut. On nous dépouilla de tous nos biens et nous dûmes porter le niqab.
Nous avons réussi ma mère, mes frères et moi à fuir Téhéran, pour nous réfugier chez un de nos cousins dans la province d’Islam.
Profitant du conflit avec l’Irak mon cousin et ma famille avons fui l’Iran via la Turquie, heureusement que mon cousin était un homme d’affaires avec des relations et notamment des amis en Turquie.

Maintenant je suis française depuis 1996 et fière de l’être, j’ai pu faire des études supérieures, j’ai actuellement une bonne situation, une famille, un mari français, et 2 enfants. Et je puis affirmer que les français ne sont pas racistes dans leur grande majorité.
Je vous écris ce courrier Monsieur le Président, pour attirer votre attention sur les erreurs que vous faites vis à vis des islamistes, vous jouez leur jeu à des fins purement clientélistes et électoralistes. Je suis musulmane, non pratiquante, mais mon devoir est de vous alerter sur cet extrémisme islamique qui telle la peste se répand dans notre pays.

Voir de plus en plus de femmes voilées dans notre pays, me glace le sang et me rappellent de douloureux souvenirs. C’est une atteinte à la dignité des femmes, bien que devant vous et les caméras elles diront que c’est leur choix, ces paroles sonnent faux et ne sont qu’illusions.

Je connais beaucoup de femmes voilées, elles le font toutes sous la contrainte, elles sont victimes de chantage et de menace de mort. Huit de mes amis ont disparue, suite au refus du port du voile. Les mariages forcés ont augmenté de plus de 20% en 2012, soit 80000 estimés.

Monsieur le président, pour des raisons électoralistes et clientélistes, vous ne devez en aucun cas céder au chantage des musulmans. Que Monsieur Valls ait reçu des femmes voilées totalement manipulées par leur conjoint est un scandale et une atteinte aux libertés fondamentales de la femme.

Madame Najat Vallaud Belkacem ministre du droit des femmes en recevant aussi ses femmes porte atteinte à la dignité des femmes, que soit disant, elle défend, et donne raison aux intégristes. Je lui ai fait quatre courriers restés sans réponse, et je lui demandé un entretien et j’ai eu fin de non-recevoir.

Certes 85% de la population musulmane a voté pour vous, mais ne cherchez pas à garder cet électorat en acceptant tous leurs désirs. La religion et la politique ne font jamais bon ménage. Vous mettez actuellement la liberté des femmes en péril, vous obligez vos compatriotes à manger Halal, vous leur imposez au journal télévisé le ramadan, qui n’a pas à faire les gros titres des journaux. Vous imposez dans les écoles des repas halal, vous faites supprimer dans les crèches et les écoles les dessins de petits cochons et les cochons tirelires sous prétexte de signes islamophobes. Tout cela est absurde et dangereux pour notre démocratie.

Au risque de vous choquer, ces gens-là sont des manipulateurs qui se réfugient derrière le racisme et l’islamophobie, mais en fait, ils veulent nous imposer leur religion, leurs us et coutumes. Pour eux le temps est une notion dérisoire, ils ont le temps pour eux, mettront-ils dix ans, vingt ans ou plus ils arriveront à leurs fins. Surtout en France où vous les politiques, vous êtes plus intéressés par vos carrières que par l’avenir de la France.

Vos attitudes clientélistes ne font qu’amplifier les haines et augmenter le racisme, les gens sont à cran, le fait de voir que des gens de confession musulmane sont pris en considération par le pouvoir plus que le français de souche les exaspère.

Les politiques dites d’intégration que vous faites et qu’on fait vos prédécesseurs sont lamentables. A savoir que ce n’est pas au peuple d’accueil de s’intégrer aux derniers arrivés, mais aux derniers arrivés de s’intégrer. Nous assistons à un repli identitaire qui s’accompagne d’un violent retour aux sources culturelles dans la plupart des sociétés sources de l’immigration, et ce repli trouve sa traduction jusque sur le sol des terres d’accueil. Il y a aussi le fait que l’on pense que tout le monde a vocation à s’intégrer, ce qui est impossible. Des immigrés ne voudront ou ne pourrons jamais s’intégrer. Beaucoup, et il ne faut pas avoir peur de le dire, sont venus en France pour profiter de la politique sociale qui est, disons le franchement, la plus avantageuse du monde pour les bénéficiaires.

De plus, il faut évoquer le tabou du taux de natalité qui conduit à feindre de croire qu’un enfant éduqué au sein d’une fratrie nombreuse, avec des parents qui ne détiennent ni le niveau d’instruction, ni la maitrise des codes de la société française, pourra réussir à terme aussi bien qu’un enfant éduqué dans une fratrie de taille raisonnable et dont les parents détiennent suffisamment de clés, l’une des plus importantes étant au demeurant le souci de l’enfant et l’écoute de ses besoins pour un développent harmonieux au sein de notre société. A savoir, ne vous en déplaise Monsieur le Président que pour ces gens faire des enfants, est un revenu financier non négligeable, certains arrivent à percevoir jusqu’à 20000€ d’aides en tout genre.

Contrairement à ce qui avait cours pour l’immigration intra-européenne, il y a aujourd’hui un sens à parler d’intégration au bout de plusieurs générations, car la dégradation de l’intégration dans le temps est une réalité qui se mesure chaque jour. Elle se mesure au travers du refus d’utiliser la langue française au quotidien, y compris dans les cours de récréation. Elle se mesure au travers de la remise en cause de la neutralité religieuse dans les universités, dans les entreprises, dans les hôpitaux. Elle se mesure par les guerres tribales qui ont lieu dans les cités où différentes ethnies s’affrontent jusqu’à la mort. Cette dégradation a d’ailleurs été consignée par un certain nombre de chercheurs, dont récemment Hugues Lagrange dans son ouvrage Le déni des cultures, où il écrit que nous assistons à « un ré enracinement des troisièmes et quatrièmes générations de l’immigration dans la culture de leurs parents et de leurs pays d’origine. »

Ce qui exaspère aussi les Français dans le contexte religieux, c’est que non seulement on leur impose de manger Halal, mais aujourd’hui, en France, on détruit des églises car elles sont trop couteuses en entretien pour les communes, mais on construit des mosquées à tour de bras. Dont l’entretien sera en tant que lieu de culte à la charge des communes.

N’oubliez pas Monsieur le Président, les évènements qui se produisent actuellement en Egypte, en Tunisie, où de jeunes hommes et femmes se battent et se font tuer pour être libres, ne pas porter le voile, pouvoir s’embrasser dans la rue, danser, vivre une vie à l’occidentale, alors que vous et votre gouvernement, vous ouvrez la porte à l’obscurantisme, pour des raisons électoralistes et populistes.

Continuez sur cette voie et vous mettrez votre pays dans le noir des niqabs et sans doute le dirigerez vers une guerre de religion.
J’aime la France, mon pays d’accueil où j’ai pu trouver la liberté d’expression, la liberté de pensée, où j’ai pu étudier, où je peux travailler et manger à ma faim.

Monsieur Le Président, je vous conseillerai de relire beaucoup d’ouvrages de nos philosophes français, tant qu’il en est encore temps, et pensez à l’avenir de la France, de nos enfants, de nos fils et filles et ne leur imposez pas par carriérisme une vie vouée à l’obscurantisme religieux. Je ne voudrais pas que mes petits-enfants fuient la France d’ici quelques années, comme moi j’ai dû fuir l’Iran pour ne pas vivre sous la terreur et sous le joug de religieux intégristes.

Veuillez agréer, Monsieur le Président, l’hommage de mon respect.

Madame Pahlavi
Transférez au maximum autour de vous !
Il faut que tout le monde connaisse la teneur des courriers qu’Hollande reçoit et auxquels il ne répond JAMAIS ! (bien sûr !)

Source : www.lepeuple.be

Repost 0
Published by Blad
commenter cet article
24 juin 2014 2 24 /06 /juin /2014 20:22
El fuego
Repost 0
24 juin 2014 2 24 /06 /juin /2014 20:05
Taï Chi
Repost 0
24 juin 2014 2 24 /06 /juin /2014 18:55
Feu grillade.
Repost 0
24 juin 2014 2 24 /06 /juin /2014 18:43
Orchestre.
Repost 0
24 juin 2014 2 24 /06 /juin /2014 18:20
Saint Jean à Leucate-plage.
Repost 0
24 juin 2014 2 24 /06 /juin /2014 09:15

Crépy, Ripaille, Marin, Chautagne ou autres Monthoux ne sont pas des patronymes sortis tout droit du génial Audiard. Ils représentent les dénominations d’un vignoble trop souvent mis de côté dans l’hexagone : la Savoie. Entre montagne et lacs, cette région aux paysages magnifiques est en train de vivre une révolution qualitative, comme son voisin jurassien, à même de proposer des vins de très grandes qualités à des prix remarquables. La qualité des vignerons, leur énergie et leur détermination ont permis en quelques années de redonner tout son sens à cette région de tradition.

L’histoire de la région

Le vignoble de Savoie fait partie des plus anciens vignobles de France. Bien avant l’invasion romaine, aux alentours de 120 av J.C, le vin d’Allobrogie était connu jusqu’à Rome. Les Allobroges étaient une peuplade d’origine celte installée du Lac Léman à Grenoble et de la Savoie au Sud de Vienne. Selon Plutarque, les romains trouvèrent de la vigne dans la région avec la présence de cépage autochtonecomme le Vitis Allobrogica (dérivant d’une "proto-mondeuse"). Par la suite, les vignobles devinrent propriété du clergé qui développa les concepts qualitatifs en Savoie comme ailleurs. Au XIIe et XIIIe siècle, sous l’impulsion des religieux, la vigne est cultivée de l’avant pays jusque dans les vallées retirées (à près de 1000 mètres d’altitude). A cette époque la vigne est cultivée de trois façons différentes : en taille basse et plantée en foule (sans alignement), en hutin ou hautin sur souches élevées ou en pergola. Dès le XVIe siècle, le Duc Emmanuel-Philibert doit fixer des limites à la progression de la vigne. En effet, le pays connaît un engouement certain pour les vignobles et produit un "vin de laboureur" aigrelet et très faiblement alcoolisé. Afin de produire des vins de meilleures qualités, il décide que la surface viticole ne doit pas dépasser plus d’un tiers de la surface agricole. Il continuera son développement qualitatif en réglementant les vendanges et en instaurant le ban des vendanges pour éviter le pillage des vignes et pour favoriser la récolte de raisins mûrs (1567). A l’époque, la Savoie est un duché indépendant et comprend, notamment, le piémont italien. Cette grande région, proche des voies navigables de l’époque, bénéficie à plein du boom économique et la vigne ne cessera de se développer, atteignant une surproduction en 1850.

La révolution française permet à des fermiers et des métayers d’acquérir des vignobles appartenant aux biens nationaux et favorise la qualité du travail à la vigne. Cependant, les vins de Savoie restent très hétérogènes du fait de la grande diversité des cépages, des altitudes de plantation ou des modes de conduite de la vigne. Cette hétérogénéité sera la cause d’une faible notoriété dont les vignerons ont peut-être, encore aujourd’hui, du mal à se défaire. En 1860, la Savoie est rattachée à la France mettant les vins savoyards en concurrence avec les vins français. 17 ans plus tard, le phylloxera fait son apparition dans la commune des Marches touchant la presque totalité des surfaces plantées. Le mildiou (1878) et l’oïdium (1880) feront leur apparition imposant un arrachage forcé. L’utilisation des porte-greffes américains est synonyme de replantation à marche forcée et les techniques de conduite de la vigne en hautin sont abandonnées au profit de techniques plus qualitatives comme les treilles, donnant le paysage viticole que nous connaissons aujourd’hui.



En savoir plus : http://avis-vin.lefigaro.fr/connaitre-deguster/o112477-comprendre-les-vins-de-savoie#ixzz35XwykhSv

Source : Yohan Castaing pour le figaro.fr

Repost 0
Published by Blad
commenter cet article
23 juin 2014 1 23 /06 /juin /2014 08:36

C'est l'une des grandes évolutions du monde viticole français : l'appellation d'origine des terroirs de production assure aux vins une double authenticité, celle de la terre et celle du climat. 2013 appartient à ces années à floraison assez tardive, conduisant à des vendanges également tardives, puisqu'elles se sont déroulées après le 15 octobre. Il a fallu faire vite et bien. Nos vignerons se sont appuyés sur les travaux du laboratoire de Tours, qui suit de près l'évolution de la maturation du raisin. Nos vignerons savent faire. Ils l'ont une fois de plus démontré. La floraison s'est faite vite. Fin juin, avec les "100 jours de la vigne", cela amenait la vendange au 10 octobre. Mais l'ensoleillement, au cours de la maturation - en particulier en septembre -, ne permettait pas à la photosynthèse d'agir. Alors nos vignerons retardèrent le départ des vendanges pour allonger la période de maturation. En exploitant les conditions météorologiques, on oublie le mauvais temps. La somme des températures se situait juste au-dessus de la moyenne centenaire, la pluie également, et la durée de l'ensoleillement s'approchait de 1 311 heures contre 1 350. En 2007 et 2008, elles avaient été respectivement de 1 195-1 187.

J'ai goûté les premiers vins, la robe était très soutenue, le nez ouvert, développé, le corps souple, la fraîcheur bien marquée. On a beau savoir, on est surpris. Ce millésime 2013 se signale par une récolte plutôt faible et surtout des grains de raisin petits à la peau épaisse. Cet état n'a pas permis aux effets de la pourriture de s'implanter, donc on a pu vinifier des raisins sains, riches en matières tannoïdes. En conclusion, une confirmation : le terroir de production des vins de Chinon est bien réel. Malgré les caprices du temps, il répond présent, exprimant au travers de ses vins la terre de l'endroit. Disons que ce qui me marque le plus, c'est la droiture de ce millésime 2013.

Jacques Puisais - Docteur ès sciences, fondateur de l'Institut français du goût.



En savoir plus : http://avis-vin.lefigaro.fr/connaitre-deguster/o112611-chinon-2013-l-avis-d-un-expert#ixzz35RwRzhw3

Repost 0
Published by Blad
commenter cet article
22 juin 2014 7 22 /06 /juin /2014 09:15

Initiée dans les années 1970-1980 en réaction aux pratiques d'une agriculture intensive par une poignée d'irréductibles, dont le vigneron Marcel Lapierre dans le Beaujolais, la production de vins dits "nature" n'a cessé de progresser. Bien qu'elle ne soit régie par aucune réglementation, elle suit les mêmes règles que celles édictées par l'agriculture biologique ou biodynamique pour la culture de la vigne. Pas de désherbants, pas de pesticides, ni d'engrais ou de produits de synthèse et, bien sûr, les vendanges sont manuelles. Un travail de titan. C'est à l'étape de la vinification que l'écart se creuse. Soucieux d'intervenir au minimum dans l'élaboration du vin, les producteurs s'autorisent l'ajout de sulfites à doses homéopathiques pour tuer les bactéries ou stabiliser le vin lorsque les conditions les y obligent. Selon Pierre Jancou, fervent défenseur des vins naturels : "Quelques zinzins se font jusqu'au-boutistes et se refusent catégoriquement à sulfiter. Les vins ainsi produits sont fragiles, changeants." Avec leur couleur trouble d'un blanc, une légère effervescence dans un rouge ou son dépôt généreux, les vins nature dénotent. Un paradoxe ! Produit naturel par excellence, le vin "lutte" aujourd'hui pour retrouver sa vraie nature... Au prix d'une prise de conscience du "bien boire" et au secours d'une terre mal en point.

En savoir plus : http://avis-vin.lefigaro.fr/connaitre-deguster/o112612-qu-est-ce-que-le-vin-nature#ixzz35MFb91nN

Source : Romy Ducoulombier pour le figaro.fr

Repost 0
Published by Blad
commenter cet article
21 juin 2014 6 21 /06 /juin /2014 08:28
Centre ville.
Repost 0

Articles Récents

Liens