Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Polit-Buro.
  • Polit-Buro.
  • : Photos et commentaires des réunions du P.B. Lutte contre le complot des tristes et la morosité ambiante. Objectif: soutien de la viticulture française et des spiritueux.
  • Contact

Texte Libre

Recherche

4 juin 2010 5 04 /06 /juin /2010 07:54

La conductrice a été verbalisée mercredi après-midi à Louvroil, près de Maubeuge, sur la base de l'article 316-1 du code de la route qui punit les automobilistes conduisant avec "un champ de visibilité insuffisant", a indiqué jeudi une source policière.

Cet article concerne généralement les automobilistes qui apposent des films plastiques pour teinter les vitres de leur voiture.

La femme, âgée de 23 ans, a été verbalisée par des motards qui ont d'abord cru avoir affaire à un homme cagoulé. Lorsque les motards ont demandé au véhicule de se ranger, la jeune femme, qui n'avait son permis que depuis deux semaines, a calé à deux reprises.

"Elle n'avait pas de papiers d'identité, seulement un permis provisoire sur lequel ne figurait pas de photo", a indiqué une source policière.

"Un jeune conducteur doit se donner toutes les conditions pour bien conduire", a ajouté cette source policière, selon laquelle la jeune femme a contesté être gênée par son voile.

La conductrice a reçu une amende de deuxième classe (22 euros), dont le montant passe à 35 euros si elle n'est pas payée sur place. La jeune femme, de nationalité française, a refusé de payer son amende et appelé son compagnon qui a refusé de se déplacer, a-t-on précisé de même source.

A quelques semaines de l'examen du projet de loi contre le port du voile intégral, prévu en juillet à l'Assemblée nationale, l'affaire rappelle la polémique autour d'une Nantaise, qui avait contesté en avril une amende dressée pour port de niqab au volant.

A l'époque, la femme et son mari s'étaient exprimés dans les médias pour dénoncer "une atteinte aux droits de l'homme". Leur avocat avait adressé une lettre de contestation au ministère public.

Puis la polémique avait dérivé sur un autre terrain, le ministre de l'Intérieur, Brice Hortefeux, demandant la déchéance de nationalité du mari, soupçonné de polygamie et de fraudes aux aides sociales.

La police avait invoqué dans cette première affaire de niqab au volant un autre texte de loi que celui retenu dans le Nord. Il s'agissait de l'article 412-6 du code de la route selon lequel "tout conducteur doit se tenir constamment ent état et en position d'exécuter commodément et sans délai toutes les manoeuvres qui lui incombent".

A Louvroil, la conductrice, âgée de 23 ans, et son compagnon, ont évité tout contact avec les journalistes. Ce dernier, rencontré par un journaliste de l'AFP, n'a pas souhaité s'exprimer, déclarant seulement que "ça ne sert à rien".

Un homme de son entourage a expliqué que les musulmans avaient le sentiment d'être stigmatisés, et cela avant même l'affaire de Nantes. "On a l'impression qu'on veut nous chasser du pays", a lâché un autre habitant du quartier.

Fabrice Danel, secrétaire pour le Nord d'Unité SGP Police, premier syndicat de gardiens de la paix, s'est déclaré à "100% derrière les collègues" qui ont verbalisé la jeune femme. "Ils n'ont simplement fait que reprendre ce qu'il y a dans le code de la route", a-t-il déclaré.

 

Source : msn actualité

 

Cordialement le Blad.

Partager cet article

Repost 0
Published by Blad - dans Débats.
commenter cet article

commentaires

Articles Récents

Liens