Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Polit-Buro.
  • Polit-Buro.
  • : Photos et commentaires des réunions du P.B. Lutte contre le complot des tristes et la morosité ambiante. Objectif: soutien de la viticulture française et des spiritueux.
  • Contact

Texte Libre

Recherche

26 mai 2010 3 26 /05 /mai /2010 10:59

Pour les vignerons, il devient « impossible » d'organiser des dégustations gratuites sur la voie publique.

Pas de cérémonie au grand air. Cette année, le grand concours des vins de Nantes, c'est à l'intérieur que cela se passe. Et en petit comité s'il vous plaît. Samedi 29 mai, 11 h 30, le Syndicat général des vignerons de Nantes (SGVN) dévoilera le palmarès entre les quatre murs d'un salon du château des Ducs de Bretagne.

 

Autour de ses responsables : lauréats et partenaires. Pas un invité de plus. Pour le grand public, on repassera. « C'est le résultat de la loi Hôpital, patients, santé, territoires. Depuis un an, organiser une dégustation gratuite de vin sur la voie publique devient impossible », se désole Christian Gauthier, responsable du SGVN.

 

Autorisation municipale

 

Il y a quelques mois encore, les vignerons lauréats accueillaient Nantais et touristes à l'ombre des Nefs et de leur Grand Éléphant. « Nous avions reçu un monde fou autour d'ateliers oenologiques. » Un grand moment pour la promotion des vignerons du cru et de leurs produits. Le genre de coup de pub qui ne ferait pas tache dans le calendrier d'un vignoble en grande difficulté. Problème, à l'heure des apéros Facebook, les municipalités serrent la vis. « Le texte de la loi n'interdit pas la dégustation sur la voie publique mais la soumet à l'autorisation des maires, précise Joël Forgeau, le président de l'appellation muscadet. Seulement, on nous demande tellement de garanties et de garde-fous, qu'aboutir est très difficile. »

 

« Recours excessif au principe de précaution »

 

Viticulteur à Monnières, Philippe Ménard déplore « des amalgames » : « On assimile le vin à un alcool en ne le considérant plus comme un produit agricole. Or, nous, producteurs, nous éduquons à la consommation raisonnable, au plaisir. Il n'est pas question de se déchirer la tête sur nos stands. Cela n'a rien à voir avec les beuveries d'Internet. » Les viticulteurs du muscadet regrettent un « recours excessif au principe de précaution ». « D'un côté, on essaye de reconquérir les Nantais en ouvrant la Maison des vins de Loire, place du Commerce ; de l'autre, on nous retire les moyens de les sensibiliser. C'est regrettable. »

 

Rémi Certain

 

Presse-Océan
Source : www.maville.com
Cordialement le Blad.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Articles Récents

Liens