Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Polit-Buro.
  • Polit-Buro.
  • : Photos et commentaires des réunions du P.B. Lutte contre le complot des tristes et la morosité ambiante. Objectif: soutien de la viticulture française et des spiritueux.
  • Contact

Texte Libre

Recherche

31 mai 2010 1 31 /05 /mai /2010 07:38

Les viticulteurs et négociants de la planète se sont bousculés la semaine passée au salon Vinexpo Asie à Hong Kong. Et pour cause: le vaste marché chinois s'annonce prometteur pour les professionnels du vin. Si un adulte français boit en moyenne 50litres de vin par an (25 litres pour un Britannique), un Chinois ne consomme pour l'heure qu'un demi-litre. «Mais sa consommation devrait passer à trois litres dans les cinq ans qui viennent», souligne Robert Beynat, directeur général de Vinexpo. Huitième consommateur mondial, la Chine devrait boire 1,26milliard de bouteilles de vin en 2013 : 31,5% de plus qu'en 2009. Si la part des vins importés devrait atteindre 16% en 2013, près de 90% du vin consommé est produit localement.

«Une cible de choix»

«La Chine représente bien évidemment une cible de choix pour nos vins», assure Audrey Bourolleau, directrice des Côtes des Bordeaux, qui rassemble côtes de Castillon, Blaye, Cadillac et Francs. Les 1.500 producteurs qu'elle représente exportent 14% de leur production. Et la Chine représente aujourd'hui 10% de leurs exportations. «Mais c'est le marché au plus fort potentiel de croissance», assure Audrey Bourolleau. Encore peu connaisseurs et parfois désorientés par une offre souvent mal identifiée, «les Chinois sont comme les Français ou les Italiens, leur premier réflexe est de boire local», assure Derek Fong, directeur de Five Star Wine, importateur en Chine.

Des groupes français alliés à des Chinois

Pour répondre à cette soif, Dynasty, joint-venture créée en 1980 avec le groupe français Rémy Cointreau, produit 60millions de bouteilles par an vendues à 90% en Chine, ce qui en fait l'un des premiers producteurs locaux. «Notre production augmente de 10% par an et répond en priorité à la croissance du marché intérieur», explique Bai Zhisheng, président du groupe. Mais Dynasty vend aussi à l'export et compte réaliser dans les cinq ans 10% de son chiffre d'affaires (1% aujourd'hui) sur les marchés étrangers. Le groupe français Castel s'est, lui, associé au producteur local Changyu. Il y a vendu 13millions de bouteilles en 2009, contre 5,4millions en 2008 et table sur 17millions en 2010. Mais comme pour l'automobile ou les matières premières, les Chinois, aux énormes réserves de devises, pourraient aussi choisir de racheter leurs fournisseurs... Dernier exemple en date, le Château de Viaud, propriété bordelaise de lalande de pomerol de 21ha, récemment rachetée par des capitaux chinois.

 

Sourec : www.letelegramme.fr

 

Cordialement le Blad.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Articles Récents

Liens