Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Polit-Buro.
  • Polit-Buro.
  • : Photos et commentaires des réunions du P.B. Lutte contre le complot des tristes et la morosité ambiante. Objectif: soutien de la viticulture française et des spiritueux.
  • Contact

Texte Libre

Recherche

1 mars 2016 2 01 /03 /mars /2016 06:18

Le "Biter", le nouvel outil de Daech pour torturer les femmes. Terrafemina , Marie Chaumière. Le "Biter", le nouvel outil de Daech pour torturer les femmes© Getty Images, Cultura RM/ Phillip Lee Harvey Le "Biter", le nouvel outil de Daech pour torturer les femmes L'État islamique a conçu un nouvel instrument de torture à mi-chemin entre une pince et un crochet pour punir les femmes qui ne respecteraient pas la charia dans les territoires sous sa coupe. Le "Biter" : c'est le nom de l'instrument diabolique conçu par l'État islamique pour châtier les femmes qui désobéissent aux règles que l'organisation a édictées. Mais de quoi s'agit-il ? D'après un refugié échappé de Mossoul qui en a fait une description au site The Independent, il s'agirait d'une sorte de pince destinée à arracher des lambeaux de peau. Mais d'autres comparent plutôt cette arme avec une sorte de piège à rats en acier, dont les mâchoires implacables se referment sur la peau pour mieux arracher des morceaux de chair, provoquant ainsi une douleur infinie. Fatima, une femme au foyer de 22 ans qui ne souhaite pas divulguer son nom complet pour des raisons de sécurité, a ainsi déclaré au site anglais avoir pris la décision de s'échapper en grande partie pour sauver ses enfants qui mouraient de faim mais également parce qu'elle redoutait les tortures infligés par les miliciens de Daech. L'organisation terroriste se montre en effet de plus en plus sadique avec les femmes, comme en témoigne l'introduction de cet instrument de torture terrible. "Le 'Biter' est devenu un cauchemar pour nous. Ma soeur a été punie très durement le mois dernier car elle avait simplement oublié de mettre ses gants qu'elle avait laissés à la maison,", raconte la jeune réfugiée, qui se trouve désormais au camp de Mabrouka, en Syrie. D'après la jeune femme, sa soeur portait encore les stigmates des blessures infligées sur ses bras avec le 'Biter' plus d'un mois après avoir été avoir subi cette torture. Elle aurait été jusqu'à comparer la douleur ressentie avec celle qu'on éprouve lors de l'accouchement. D'autres témoins décrivent cet instrument de torture comme une sorte de piège en métal avec des mâchoires qui se referment sur la peau et la tranchent. L'État islamique se montre intraitable avec les femmes dans les territoires sous son contrôle. Ces dernières doivent obéir à des règles très strictes, notamment en ce qui concerne leur habillement. Elles doivent en effet être entièrement couvertes et accompagnées par un homme à chaque sortie.

Partager cet article

Repost 0
Published by Blad
commenter cet article

commentaires

Articles Récents

Liens