Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Polit-Buro.
  • Polit-Buro.
  • : Photos et commentaires des réunions du P.B. Lutte contre le complot des tristes et la morosité ambiante. Objectif: soutien de la viticulture française et des spiritueux.
  • Contact

Texte Libre

Recherche

27 février 2016 6 27 /02 /février /2016 10:26

Vin chilien sur la Grande Boucle : le sénateur Courteau "alerte" le directeur du Tour de France Roland Courteau demande des "éclaircissements". Roland Courteau demande des "éclaircissements". PHOTO/N. A.-V. Le sénateur demande à Christian Prudhomme que "des vins de France puissent être représentés sur le Tour". Pas un jour sans que le "coup de gueule" du Syndicat des vignerons contre le choix d'un vin chilien par le Tour de France ne connaisse un nouvel épisode. Jeudi, au lendemain d'une prise de position des Jeunes Agriculteurs de l'Aude, c'était au tour du sénateur audois Roland Courteau de préciser qu'il avait adressé dès le 22 février un courrier au directeur du Tour de France, Christian Prudhomme sur "l'affaire" du choix d'un vin chilien sur la Grande Boucle. Une démarche que l'élu justifie en sa qualité de membre, au Sénat, du groupe des Amis du Tour de France (*). Dans la lettre adressée à Christian Prudhomme, Roland Courteau se dit "surpris d'une telle information (le partenariat entre Cono Sur et le Tour a été signé l'an passé, pour les éditions 2015 à 2017, NDLR) et qu'un tel choix ait pu s'effectuer alors que les vins français, par leur qualité et leur immense diversité contribuent largement au rayonnement de la France, dans le monde". Et de s'interroger : "Par quel étrange cheminement a-t-on pu en arriver à ce qu'un vin chilien supplante des vins de France, sur le Tour de France ?". Rappelant "la très grande émotion soulevée dans les milieux viticoles et au-delà, et la très forte réprobation qu'une telle information a pu susciter", le sénateur demande donc de bien vouloir lui apporter "tous éclaircissements" sur le sujet. Et le sollicite pour qu'il "examine toutes possibilités, conduisant à ce que des vins de France puissent être représentés, sur le Tour de France". Un vœu qui ne pourrait passer, loi Evin oblige, que par des partenariats consacrés aux étapes disputées hors du territoire français, comme c'est le cas pour le vin chilien. (*) Ancien coprésident de l'Association nationale des élus de la vigne et du vin (Anev), le sénateur audois est toujours membre du Groupe d'études vigne et vin au Sénat. Sollicitée mercredi pour réagir, Amaury Sport Organisation, à la tête du Tour de France, n'avait hier toujours pas donné suite.

Partager cet article

Repost 0
Published by Blad
commenter cet article

commentaires

Articles Récents

Liens