Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Polit-Buro.
  • Polit-Buro.
  • : Photos et commentaires des réunions du P.B. Lutte contre le complot des tristes et la morosité ambiante. Objectif: soutien de la viticulture française et des spiritueux.
  • Contact

Texte Libre

Recherche

29 octobre 2014 3 29 /10 /octobre /2014 05:28

Après la presse française, les médias britanniques, belges et espagnols s'attaquent à la ministre de le Culture. Celle-ci n'ayant pas su citer à la télévision un titre du prix Nobel de 2014 et avouant par la même occasion qu'elle n'avait pas lu de livres depuis deux ans.

Invitée de l'émission Supplément de dimanche 26 octobre,Fleur Pellerin n'a pas su citer un livre de Patrick Modianopour faire office de réponse à la journaliste de Canal+. La nouvelle ministre de la Culture a choisi la carte de la franchise, rétorquant qu'elle était trop occupée pour lire la prose de l'écrivain français, couronné du prix Nobel de littérature le 9 octobre dernier. «J'avoue sans aucun problème que je n'ai pas du tout le temps de lire depuis deux ans, a-t-elle confié. Je lis beaucoup de notes, beaucoup de textes de loi, les nouvelles, les dépêches AFP mais je lis très peu».

Une sortie dont Fleur Pellerin n'a sans doute pas mesuré les conséquences. Si la presse française et les résaux sociaux ont eu tôt fait de s'emparer de ce «Pelleringate», l'affaire s'est propagée dans les médias étrangers. Certains d'entre eux ne manquent pas de railler cette France qui rafflé 15 Nobel de littérature et dont la ministre de la Culture avoue sans scrupule qu'elle ne lit pas de livres.

«Modiano qui?»

Outre-Manche, le Guardian titre «Modiano qui?» et ironise en écrivant qu'au moins Fleur Pellerin aura au moins un point en commun avec la presse étrangère. Et d'enfoncer le clou: «Le jour où Modiano a eu le prix Nobel, les réactions internationales auraient pu être résumées en trois mots: “Qui-est-ce?” L'ambitieuse nouvelle ministre de la culture en France partage cette interrogation.»

Pour The Times, la controverse met en danger la ministre qui s'interroge sur le fait qu'elle se soit «piégée toute seule».

Le site espagnol El Heraldo y va à la sulfateuse: «La ministre de l'inculture fait honte à la France». Pournos voisins belges du Soir le moment de solitude de Pellerin à la télévision était «cruel».

Concernant les médias français, si certains sont effectivement indignés, comme le Huffington Postqui, par la plume de Claude Askolovitch parle de «barbarie» et suggère à la ministre de démissionner pour prendre le temps de se plonger dans notre littérature nationale, d'autres tentent de prendre sa défense. Le Point, par exemple, vole au secours de Fleur Pellerin: «On pourra saluer sa franchise, reconnaître que la vie de ministre laisse peu de place au calme exigé par la lecture et même saluer sa spontanéité, passée de l'Économie numérique à la Rue de Valois à la faveur du dernier remaniement il y a deux mois seulement». Ce même Point qui sur son site remarque tout de même, à travers la plume de Sophie Coignard, que la ministre est plus inspirée par la fiscalité que par Modiano, attribuant même à l'ex-ministre déléguée à l'Économie numérique le Prix Nobel de la taxe.

Source : Julia Beyer pour le figaro.fr

Partager cet article

Repost 0
Published by Blad
commenter cet article

commentaires

senegal 29/10/2014 16:21

Ce n'est pas très très jolie tout ça mais devant le fait elle ne pouvait pas défiler...
Une chose est sure, c'est qu'elle a tord de ne pas lire.

Articles Récents

Liens