Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Polit-Buro.
  • Polit-Buro.
  • : Photos et commentaires des réunions du P.B. Lutte contre le complot des tristes et la morosité ambiante. Objectif: soutien de la viticulture française et des spiritueux.
  • Contact

Texte Libre

Recherche

14 octobre 2014 2 14 /10 /octobre /2014 09:23

Retour très difficile pour Nicolas Sarkozy qui subit la plus forte chute du baromètre Ipsos-Le Point : 9 points de moins ! Les bonnes opinions tombent ainsi à 31 %, contre 64 % d'opinions négatives. C'est le plus bas niveau atteint par l'ancien chef de l'État depuis qu'il a quitté l'Élysée. Il flirte avec son plus bas score en tant que président (29 % en avril 2011). Plus dur encore : Alain Juppé le détrône pour la première fois dans le coeur des sympathisants UMPavec 76 % de bonnes opinions, contre 71 % pour Nicolas Sarkozy, qui subit une baisse de 11 points...

Son retour dans l'arène politique provoque au sein de l'électorat de droite des remous, comme un avant-goût de la primaire de 2016. Pour expliquer cette gifle sondagière, il ne faut pas non plus négliger l'influence des affaires Bygmalion et autres qui remontent, ce qui avait déjà valu à Nicolas Sarkozy une forte baisse lors de sa mise en examen dans l'affaire des écoutes.

Même Jean-Pierre Raffarin, présenté comme le candidat sarkozyste à la présidence du Sénat, subit un contre-effet négatif : il perd 7 points auprès de l'ensemble des sondés (30 % de popularité) et 5 points auprès des sympathisants UMP (53 %).

Juppé survole la classe politique

À l'opposé, Alain Juppé survole le classement général (abonnés)avec 54 % de bonnes opinions (+ 5 points), loin devant Laurent Fabius (44 %, + 5 points), Christine Lagarde (43 %, + 3 points). Le maire de Bordeaux, qui était récemment l'invité de Des paroles et des actes sur France 2, traverse un moment de grâce, qui n'est pas dépourvu de danger si loin de la présidentielle. Le précédent Balladur est dans toutes les têtes. François Fillon peut miser sur cet effet "Balladur" et conserver l'espoir d'inverser la vapeur. En effet, pour l'instant, sa cote de popularité (54 %) subit, elle aussi, une perte de 7 points chez les sympathisants UMP. Pas plus de bonnes nouvelles pour Bruno Le Maire, le challenger de Sarkozy pour la présidence du parti, qui plafonne à 39 % de soutiens chez les sympathisants UMP (les opinions négatives - 24 % - sont en hausse de 5 points).

Le retour de Sarkozy permet enfin aux deux têtes de l'exécutif de reprendre un peu d'air. François Hollande récupère 3 points à 16 % de bonnes opinions. Qu'on ne s'y trompe pas, c'est son deuxième pire score historique. Et la défiance reste extrêmement vive à son égard (81 % de mauvaises opinions, en recul de 2 points). Mais après une rentrée catastrophique, les ondes négatives du remaniement express, de l'affaire Thévenoud et du livre de Valérie Trierweiler s'éloignent enfin. La hausse est nette chez les sympathisants de gauche (+ 11 points) et au PS (+ 8 points). De même que le chef de l'État reprend 9 points chez les sondés qui avaient voté pour lui au premier tour de la présidentielle.

Une bolée d'air frais pour Hollande et Valls

Même topo pour le Premier ministre en hausse de 3 points avec 33 % de bonnes opinions et un niveau de défiance de 60 % (en baisse de 3 points). Là aussi, la remontée est forte chez les sympathisants PS : 57 % ont une bonne opinion de Manuel Valls, soit une hausse de 12 points. La principale différence entre François Hollande et Manuel Valls se situe chez les sympathisants du MoDem : le chef de l'État les a perdus (11 % de soutiens seulement) quand Manuel Valls conserve leur confiance à 49 % (+ 8 points en deux mois). Ses petites confidences sur l'indemnisation de l'assurance chômage ont eu leur effet au centre...

À gauche, Ségolène Royal fait la course en tête avec 68 % de bonnes opinions chez les sympathisants socialistes devant Laurent Fabius (67 %), qui réalise un bon mois. Najat Vallaud-Belkacem confirme les espoirs que les sympathisants PS placent en elle : 65 % la soutiennent (en hausse de 4 points). Après une sortie du gouvernement catastrophique, Arnaud Montebourg et Benoît Hamon reprennent des couleurs au classement général avec respectivement 36 % (+ 6 points) et 28 % (+ 5 points) d'opinions favorables. Montebourg reprend sa place dans le top 10. On notera que, sans être aux affaires, l'ancien ministre de l'Économie devance donc Manuel Valls de 3 points.

Source : Emmanuel Berreta.

Partager cet article

Repost 0
Published by Blad
commenter cet article

commentaires

Articles Récents

Liens