Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Polit-Buro.
  • Polit-Buro.
  • : Photos et commentaires des réunions du P.B. Lutte contre le complot des tristes et la morosité ambiante. Objectif: soutien de la viticulture française et des spiritueux.
  • Contact

Texte Libre

Recherche

17 juin 2014 2 17 /06 /juin /2014 15:34

Selon une comptabilité "secrète" de la société, 17 millions d'euros de frais de campagne de Nicolas Sarkozy ont été dissimulés aux autorités de contrôle, en 2012.

L'avocat de la société Bygmalion parlait de 11 millions d'euros, montant qui aurait été surfacturé par l'UMP à cette agence d'évènementiel tenue par des proches de Jean-François Copé. Il semblerait que cela soit 17 millions, selon Mediapart. Le site d'information, qui dit s'être procuré une comptabilité interne de la société Bygmalion récupérée par la police judiciaire, assure ainsi qu'il s'agit du montant dissimulé par l'UMP à la commission des comptes de campagne, en 2012, pendant la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy.

Une comptabilité secrète. "Les enquêteurs de l'Office central de lutte contre la corruption ont mis la main sur une clef USB contenant une double facturation établie par Event & Cie (la filiale événementielle de Bygmalion) pour les 44 meetings électoraux de Nicolas Sarkozy. Dans un premier classeur, sobrement intitulé 'Factures 2012', sont rangées les factures officielles, avec les tarifs déclarés à la commission des comptes de campagne. Dans un second, baptisé 'Balances 2012', se niche une comptabilité secrète avec les prix réels meeting par meeting, souvent trois ou quatre fois plus élevés, parfois jusqu'à sept fois (comme à Marseille)", détaille le site internet, qui publie, ici, les factures officielles et officieuses meeting par meeting.

"Fraude industrielle". Et pour éviter que l'équipe de Nicolas Sarkozy ait à déclarer ces frais, c'est l'UMP qui s'est chargée de dissimuler les comptes, en facturant à Bygmalion l'organisation d'évènements imaginaires. "La formation politique (largement subventionnée par de l'argent public) a ainsi payé rubis sur l'ongle une cinquantaine de conventions fictives, facturées par Bygmalion entre janvier et juin 2012", avance Mediapart, qui parle de "fraude industrielle majeure".

Source : Gaétan Supertino pour europe1.fr

Partager cet article

Repost 0
Published by Blad
commenter cet article

commentaires

Articles Récents

Liens